Skip to navigation – Site map

Anne-Christine Le Gendre, Femmes surveillantes, Hommes détenus

Jérôme Thomas
Femmes surveillantes, Hommes détenus
Anne-Christine Le Gendre, Femmes surveillantes, Hommes détenus, Paris, L'Harmattan, series: « Clinique & changement social », 2017, 174 p., ISBN : 978-2-343-12016-4.
Top of page

Full text

  • 1 Voir notamment, pour les références françaises : Chauvent A., Orlic F., Benguigui G. (dir.). Le mon (...)

1Cet ouvrage apporte une contribution originale à la connaissance de la profession de surveillant pénitentiaire. Bien que nombre de travaux français aient déjà été publiés sur le sujet1, le travail d’Anne-Christine Legendre présente une double originalité puisque, d’une part, il est interdisciplinaire et, d’autre part, il propose l’étude de la profession de surveillant d’un point de vue décalé, à partir de l’irruption du féminin, c’est-à-dire de surveillantes, dans les lieux de détention d’hommes.

2C’est en effet en 1983 que, pour des raisons d’égalité devant l’accès à l’emploi public, les femmes ont pu officiellement exercer la fonction de surveillante dans les détentions hommes. La force de l’étude réside non pas dans le fait qu’on connaîtrait mieux la profession de surveillante (il existe des surveillantes en détention pour femmes), mais bien plutôt qu’on puisse relire la complexité du travail de surveillant (hommes et femmes confondus) à l’aune du bouleversement, des résistances et des transformations du métier qu’a provoqué l’irruption des femmes-surveillantes dans les détentions pour hommes qui sont longtemps restées des espaces mono-sexués (des hommes détenus, encadrés par des hommes surveillants).

3L’hypothèse principale de l’ouvrage est qu’en étudiant l’impact de l’intégration progressive de surveillantes dans les détentions hommes, on sera en mesure de mieux comprendre les valeurs, les représentations, et les difficultés pratiques du métier de surveillant pénitentiaire.

4Sur le plan théorique, l’auteure, conformément aux approches des sociologues cliniciens, propose une articulation judicieuse entre sociologie, anthropologie, et psychanalyse. Ce tissage théorique se justifie clairement tant par la nécessité de saisir les rouages d’une profession qui se situe dans une institution très contrainte (sociologie), que par la nécessité d’élaborer des interprétations qui qualifient correctement les rapports de genre (sociologie) et les mécanismes psychiques de défense qui se déploient quand l’autre sexe fait irruption dans un milieu où il ne se manifestait pas jusqu’alors (anthropologie, psychanalyse).

  • 2 G. Devereux indique par exemple que les déformations du terrain provoquées par le chercheur ont aut (...)

5Sur le plan méthodologique, la chercheuse travaille à partir d’observations, de questionnaires et d’entretiens, tant auprès du personnel pénitentiaire que des détenus (sur une période de dix ans). Bien que la quatrième de couverture de l’ouvrage indique que l’auteure soit psychologue de l’administration pénitentiaire, la chercheuse n’évoque pas l’écueil méthodologique que pourrait constituer le fait d’étudier un milieu professionnel dans lequel elle est elle-même engagée. Il y aurait pourtant eu là un enjeu socio-clinique intéressant à soulever – et même pourvoyeur de résultats2 –, visant à comprendre la place imaginaire à laquelle les enquêtés plaçaient la chercheuse qui, en tant que femme et personnel de l’administration pénitentiaire, cherchait à comprendre le trouble social et psychique introduit chez les surveillants par la présence des femmes en détention homme.

6L’ouvrage se déploie en quatre chapitres, qui reflètent tous l’approche théorique de l’auteure puisqu’il est toujours question de mettre en tension les dynamiques sociales avec les dynamiques psychiques et de comprendre comment elles se résolvent par des formes de compromis précaires mais qui sont aussi révélateurs de ce qui constitue les équilibres difficiles de la profession de surveillant.

7Une des difficultés principales de la profession de surveillant est de bien savoir gérer la distance – trouver la juste et bonne distance – avec les détenus : il s’agit d’être à la fois suffisamment distant pour gérer la mission sécuritaire de garde mais en même temps d’être suffisamment proche pour contribuer à la mission de réinsertion de la prison et aussi, surtout, faire que la détention soit vivable et calme, dans une cohabitation toujours négociée entre détenus, mais aussi entre surveillants et détenus. Les surveillants hommes en présence de détenus hommes ont développé des pratiques professionnelles, des arrangements, pour définir et actualiser pratiquement cette bonne distance. Anne-Christine Legendre montre comment la présence croissante des femmes surveillantes en détention vient perturber ces équilibres organisationnels.

  • 3 Cette notion, reprise par l’auteure, est redevable à Hughes, E.-C., Le regard sociologique : essais (...)

8Ainsi, les fouilles par exemple, qui exigent de toucher le corps du détenu ou parfois de le voir nu, sont toujours une épreuve chez les surveillants qui sont mis en difficulté pour conserver une idée stable de la bonne distance à avoir avec les détenus. En effet, la fouille, du fait de sa dimension d’intrusion et d’effraction, constitue un moment d’abolition soudain de la distance au détenu qui est, par ailleurs, élaborée finement, souvent au cas par cas et sur le long terme dans le quotidien des relations en détention. Anne-Christine Legendre explique ainsi que toucher le corps du détenu, ou voir son intimité, c’est en quelque sorte annuler le travail de régulation du rapport au détenu qui se fait par ailleurs au quotidien. Or, en détention pour hommes, les fouilles n’incombent qu’aux hommes et les surveillantes en sont dispensées. Cette inégalité devant les tâches à effectuer amène les surveillants hommes à se questionner sur la dimension de « sale boulot »3 de cette pratique. Alors même qu’ils avaient tenté de routiniser, de banaliser ou d’éviter la pratique dans un objectif de mise à distance ou de neutralisation de sa dimension intrusive, la présence des femmes, exemptées de cette tâche, agit, par différence, comme un révélateur de son aspect difficile, sale ou indécent.

  • 4 Lhuili D., Aymard N. (1997), op. cit.

9L’auteure montre alors tout le danger socio-psychique qu’il y a pour un surveillant à se rendre compte des menaces d’abolition de la distance avec le détenu. Dans une perspective psycho-anthropologique qui est celle de l’auteure dans ces développements, toucher le détenu revient, pour le surveillant, à établir une continuité avec le corps du détenu et donc à potentiellement s’identifier à lui. Or, l’identification ou la menace de l’indifférenciation, constituent une des peurs essentielles et permanentes du milieu carcéral tant pour les détenus (entre eux) que pour les surveillants avec les détenus, comme le rappelle l’auteure à partir des travaux de Dominique Lhuilier4. Cela d’autant plus que la distance socio-culturelle entre détenus et surveillants n’est parfois pas si importante, rendant d’autant plus brûlante la menace d’indifférenciation.

  • 5 Voir Herzog-Evans M., « Surveillants : professionnalisme, « bonne distance », soins, écoute et émot (...)

10La présence de surveillantes dans les détentions hommes vient aussi introduire des situations d’inégalité dans la division sociale du travail. Il apparaît d’ailleurs que, contrairement à beaucoup de professions, celle de surveillant inverse les inégalités puisque les femmes vont obtenir un certain nombre de privilèges en étant placées par la direction des établissements sur des postes dits « protégés » (porte, mirador, activités socio-culturelles) par rapport à leur confrères hommes. L’auteure observe aussi combien ce sont aussi les hommes eux-mêmes qui légitiment, avec des représentations stéréotypées de genre, le fait que les femmes bénéficient de postes plus faciles. C’est ainsi souvent que les surveillants hommes estiment que les femmes seraient plus « psychologues » ou « mères » pour fonder leur approche du détenu et de la sécurité que les hommes qui disposeraient de plus de force physique pour contrer la violence. Cette posture d’hyper-virilité, caractéristique du milieu carcéral et plutôt habituellement étudiée chez les détenus, a aussi été repérée dans d’autres travaux sociologiques sur la profession de surveillant5.

  • 6 L’auteure se base notamment sur des statistiques et études établies et régulièrement publiées par l (...)

11Anne-Christine Le Gendre analyse ensuite le trouble introduit par la présence des femmes dans une profession qui a construit, pour des nécessités socio-professionnelles, une représentation très originale du milieu carcéral comme une famille. L’auteure explique que le recours à la famille comme métaphore répond à une double nécessité pour les surveillants : d’une part, il s’agit, en groupe soudé, de faire face au regard social et médiatique généralement dévalorisant et, d’autre part, il s’agit de disposer d’un espace d’entre-soi, « fraternel », pour se libérer du stress professionnel. Mais si la métaphore de la famille fonctionne, c’est aussi parce qu’elle s’ancre sur une réalité sociologique : on est souvent surveillant de père en fils, ou on a de la famille dans l’administration pénitentiaire ou les métiers de sécurité6. L’auteure désigne sous la notion de « familialisme pénitentiaire » cette superposition, propre à la profession de surveillant, entre famille réelle – la filiation – et famille symbolique – la camaraderie et l’ambiance fraternelle de la profession, exigée par le devoir de solidarité entre ses membres face à l’adversité du métier.

12La présence de femmes dans le personnel de surveillance a provoqué un bouleversement de ce familialisme. D’une part, il ne peut plus seulement être question de transmission virile du métier puisque la famille, qui ne se concevait jusqu’à quelques années qu’à travers la seule filiation masculine père-fils, se trouve aujourd’hui reconfigurée et redéfinie par la logique de l’union : les femmes surveillantes se rapprochent de leurs maris surveillants et travaillent au sein du même établissement ; des couples se forment entre surveillants d’un même établissement.

13L’auteure indique que ce phénomène introduit alors la question de la sexualité, refoulée en prison, et cela sous trois versants. D’une part, la possibilité d’unions entre surveillants en milieu clos suscite des angoisses de consanguinité qui sont très douloureuses en prison puisque les surveillants tâchent sans cesse de se différencier psychiquement des détenus avec qui ils « cohabitent » et qui ont, pour certains, franchi les interdits symboliques et institutionnels (inceste, par exemple). D’autre part, les femmes sont perçues – dans des visions stéréotypées très machistes qui fondent les valeurs de la profession – comme pouvant séduire les détenus ou succomber à leur séduction. En cela, du point de vue des surveillants hommes, elles mettraient en péril la solidarité du groupe, nécessaire pour réagir aux situations de violence et d’urgence en détention. C’est l’entraide fraternelle – les surveillants comme frères solidaires d’une même famille – qui est ici interrogée par la présence des femmes qui pourraient faire d’autres alliances externes au groupe. Enfin, le fait d’être un couple de surveillants donne des droits du point de vue administratif (notamment pour les mutations, qui sont un enjeu fort pour les surveillants qui cherchent souvent à se rapprocher de leur région d’origine après une première affectation). L’incursion du féminin vient donc troubler le jeu classique des légitimités de la qualité professionnelle et des droits qui lui sont associés.

14Finalement, l’auteure conclut sur la résistance à l’inclusion du féminin dans un système historiquement mono-sexué, tout en soulignant combien les femmes sont un vecteur de transformation – lente – des pratiques et une occasion d’interroger les valeurs légitimes qui ont longtemps fondé le métier et qui renvoient souvent à des croyances infondées statistiquement sur le comportement violent des détenus.

Top of page

Notes

1 Voir notamment, pour les références françaises : Chauvent A., Orlic F., Benguigui G. (dir.). Le monde des surveillants de prison. PUF, 1994. (Coll. Sociologies) ; Lhuilier D., Aymard N. L'univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison. Desclée de Brouwer, 1997. (Coll. Sociologie clinique) ; Combessie P., « Surveillants de prison, condamnés à l’obscurité », Informations sociales, 82, 1999 ; Rapport Benguigui G., Guilbaud F., Malochet G., « La socialisation professionnelle des surveillants de l’administration pénitentiaire. Une perspective longitudinale et quantitative », Université Paris X, CNRS, Mission Recherche Droit et Justice, 2008 ; Fassin D., « Chapitre 6 : Un métier en quête d’honneur », in L’ombre du monde. Une Anthropologie de la condition carcérale, pp.281-323, Seuil, Points Essais, 2017.

2 G. Devereux indique par exemple que les déformations du terrain provoquées par le chercheur ont autant le statut de données que les données récoltées avec les méthodologies classiques. Il insiste aussi sur la nécessité d’un retour réflexif sur l’expérience subjective du terrain. Voir Devereux G., De l'angoisse à la méthode dans les sciences du comportement. Aubier, 2000.

3 Cette notion, reprise par l’auteure, est redevable à Hughes, E.-C., Le regard sociologique : essais choisis. Paris : Ed. de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, 1996. Voir aussi Lhuilier D., « Le "sale boulot" ». Dans Travailler. Février 2005, n°14. Martin Media. Pages 73-98, qui est une source d’inspiration de l’auteure.

4 Lhuili D., Aymard N. (1997), op. cit.

5 Voir Herzog-Evans M., « Surveillants : professionnalisme, « bonne distance », soins, écoute et émotions », AJ Pénal, décembre 2015, pp. 583-588 et Dolovich S., « Two Models of the Prison: Accidental Humanity and Hypermasculinity in the L.A. County Jail », Journal of Law and Criminology, n° 102(4): 965-111, 2012.

6 L’auteure se base notamment sur des statistiques et études établies et régulièrement publiées par l’ENAP (Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire), voir par exemple cette page du site de l’ENAP.

Top of page

References

Electronic reference

Jérôme Thomas, « Anne-Christine Le Gendre, Femmes surveillantes, Hommes détenus », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 21 December 2017, connection on 21 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23985

Top of page

About the author

Jérôme Thomas

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, IUT de Troyes, Laboratoire CEREP EA 4692, Université de Reims Champagne-Ardenne

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page