Navigation – Plan du site

Jean-Michel Chaumont, Survivre à tout prix ? Essai sur l’honneur, la résistance et le salut de nos âmes

Corinne Delmas
Survivre à tout prix ?
Jean-Michel Chaumont, Survivre à tout prix ? Essai sur l'honneur, la résistance et le salut de nos âmes, Paris, La Découverte, 2017, 397 p., ISBN : 978-2-7071-9741-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Primo Levi, « Préface » à Jacques Presser, La nuit des Girondins, Maurice Nadeau, 1998, p. 12.
  • 2 Ibid.
  • 3 Frédérique Leichter-Flach, Qui vivra qui mourra. Quand on ne peut pas sauver tout le monde, Paris, (...)

1« Est-il coupable celui qui dénonce sous la torture ? » Cette interpellation de Primo Levi1 ouvre le livre que Jean-Michel Chaumont consacre aux actes (aveux, dénonciations…) perpétrés en situation extrême, quand l’alternative ne semble ne plus être qu’entre la mort et la trahison, et aux jugements dont ils font l’objet. Primo Levi invoquait la nécessité de sonder les facettes les plus sombres de l’expérience des victimes « si nous voulons savoir défendre nos âmes au cas où une épreuve semblable devrait se reproduire »2 ». Une telle investigation est, selon Jean-Michel Chaumont, désormais cruciale dans une société où l’injonction est à la survie coûte que coûte. La promotion d’un genre nouveau, le « manuel de survie en milieu extrême à l’usage des générations futures »3, atteste cette sanctification de la vie. Nous aurions ainsi totalement changé de perspective, passant de la promotion de la mort plutôt que du déshonneur à la volonté de survivre à tout prix. Dans ce contexte, juger de telles victimes peut susciter l’étonnement voire la réprobation ; c’est pourtant ce qui a été fait après la seconde guerre mondiale, comme le rappellent les deux premières parties de cet ouvrage animé d’une double quête que l’auteur décrit dans son annexe méthodologique : tenter, en sociologue des réactions morales, « de comprendre les raisons de la réaction sociale qui offusque la sensibilité morale contemporaine », mais aussi « tirer les leçons de l’histoire » (p. 365), en mobilisant une approche de philosophie morale.

2L’ouvrage est composé de trois livres qui se subdivisent en chapitres. Le premier livre, « Survivre à la torture », analyse les réactions morales suscitées par le retour, après la guerre, de rescapés communistes belges du camp de Breendonk. La plupart furent sanctionnés, dégradés voire bannis par les leurs. Mobilisant les archives du comité central de contrôle du parti communiste belge, s’appuyant sur de longs témoignages, l’auteur distingue quatre types de réactions face à la torture. Une première (cf. chapitre 1) émane d’une minorité d’« incorruptibles » qui ont passé l’épreuve la tête haute, personne n’étant tombé par leur faute. Ces militants ont respecté le « code du militant illégal » sans pour autant toujours s’en tenir à la consigne stricte du silence complet ; ils ont eu parfois recours à la ruse et divulgué de faux renseignements à l’ennemi, quitte à se laisser frapper pour leur donner plus de crédibilité. L’honneur est ici une condition de survie du groupe et commande une disposition à sacrifier sa propre vie. Mais tous ne s’y sont pas soumis. L’auteur distingue ainsi une deuxième catégorie de militants, regroupant les « pénitents » et les « offensés » (cf. chapitre 2). Les premiers, exclus en raison de l’inobservance du code précité, sont réadmis au sein de la famille communiste après une phase de contrition. Les seconds, s’estimant injustement sanctionnés, ne contestent pas le tribunal mais se sentent offensés dans leur honneur. L’analyse de leurs trajectoires est riche d’enseignements, par exemple sur la tendance commune à considérer que la conduite en situation extrême révèle la fiabilité des personnes, ou encore sur les enjeux d’une réhabilitation posthume, l’opprobre rejaillissant sur les proches. Une troisième catégorie regroupe des dirigeants « déshonorés » (cf. chapitre 3) qui, nonobstant leur comportement équivoque voire leur trahison, ne sont pas exclus, afin de ne pas écorner le « capital symbolique accumulé [par le Parti] grâce à la conduite héroïque de tant de militants » (p. 94). L’auteur décrit la manière dont ces dirigeants ont pu être confrontés à « un problème de déontologie militaire aussi vieux que les guerres » : impossibilité de maintenir le refus catégorique de répondre face à certaines contraintes, risque majeur de trahison suscité par la souplesse et la ruse… Les « dévergondés » et les « impudents » (cf. chapitre 4) constituent une dernière catégorie de militants qui non seulement parlent et trahissent, mais chez qui toute honte a disparu « comme si un barrage était détruit, sans plus aucune retenue » (p. 113). Jean-Michel Chaumont analyse la « pente glissante » de cette « perdition », soulignant le rôle d’un double jeu pouvant engendrer la confusion et l’ambiguïté des justifications avancées par certains militants soucieux « plus que tout à sauver leur peau » (p. 140). Au terme de cette analyse, l’auteur fait une supposition : « au lieu d’être une relique en voie de disparition, la morale de l’honneur renaîtrait de ses cendres quand reviennent les circonstances extrêmes qui la rendirent nécessaires aux yeux de nos ancêtres » (p. 146).

  • 4 Jean-François Steiner, Treblinka, Paris, Fayard, 1966.
  • 5 Le terme allemand de Sonderkommando signifiant « unités spéciales » désigne ici les unités de trava (...)

3La torture constitue une situation limite où la menace de mort individuelle et la trahison sont mises en balance. Ce dilemme s’est également posé dans les camps de concentration et d’extermination auxquels Jean-Michel Chaumont consacre le livre II de cet ouvrage. Loin d’être intégrés à des groupes et groupuscules bien organisés, les militants y sont spatialement et temporellement dispersés (cf. chapitre 5). Jugés à la fin de la guerre au même titre que leurs camarades soumis à la torture, ceux qui ont été confrontés au « déshonneur » ont bénéficié d’une plus grande clémence. Parmi les griefs souvent relevés, la dureté voire la violence des communistes déportés diffère de l’égoïsme individuel en ce qu’elle vise à prévenir le « dévergondage » et à préserver le groupe. Le contexte est différent s’agissant des populations juives déportées à titre « racial » dont « la » communauté « n’existe véritablement qu’aux yeux des idéologues et des bureaucrates nazis » (p. 151) (cf. chapitre 6). Dans leur cas, des jurys furent pourtant également organisés, la juridiction de la morale de l’honneur étant ainsi élargie ici à « une population civile persécutée » (p. 152). Durant les deux décennies suivantes, leurs milieux de mémoire développent plusieurs stratégies pour démentir la vision dépréciative de leur conduite. L’« affaire Treblinka » (cf. chapitre 7) suscitée par le livre de Jean-François Steiner4 aurait, selon Jean-Michel Chaumont, ouvert la voie à « une "morale" de la survie tournant résolument le dos à une morale de l’honneur » (p. 198). Les membres des Sonderkommandos5 (cf. chapitre 8) auraient réactualisé une leçon immémoriale selon laquelle « la volonté individuelle de survivre même au prix de la mort des siens était donnée pour la cause de la survivance miraculeuse du peuple juif à travers les âges » (p. 218). L’auteur analyse les différentes lectures proposées de la conduite de ces prisonniers forcés de participer au processus de solution finale et recourt au concept alternatif de « dévergondage » afin de rendre compte « du processus par lequel, l’une après l’autre, les limites éthiques sont franchies tandis que croît l’anesthésie morale : nous ne sommes plus sensibles qu’à ce qui sert ou dessert notre intérêt vital immédiat » (p. 241). La pente glissante des ruses peut préluder à un tel dévergondage et à un moment tout arrangement devient inacceptable ; c’est pourquoi « la morale de l’honneur est intransigeante » et commande un refus total de compromis « à partir du moment où l’intention génocidaire était devenue manifeste », pour « garantir la survie du groupe » (p. 242). Cette « vieille morale de l’honneur » a pu jouer un rôle central dans la survie collective. Elle semble toutefois aujourd’hui obsolète… sauf dans le cas du viol des femmes…

  • 6 Jean-Michel Chaumont avait précédemment abordé cette domination dans le cadre de son enquête sur la (...)
  • 7 Cf. Virginie Despentes, King Kong Théorie, Paris, Grasset, 2006.
  • 8 Cf. Caroline Lamarche, La Mémoire de l’air, Paris, Gallimard, 2014.

4Alors que la question « Qu’ont-ils dû faire pour réussir à survivre ? » est aujourd’hui moins dicible, les femmes victimes de viols sont encore souvent jugées, bien qu’elles ne menacent pas le groupe… Dans le troisième livre de cet opus, « survivre au viol », Jean-Michel Chaumont propose, à titre d’hypothèse explicative, celle d’un détournement historique du sens des codes d’honneur au profit de la domination masculine6. Il s’inspire ici de la « critique acerbe du blâme à la victime » passant par l’essai7 et la littérature8 qui permettent notamment de capter l’infinie palette des manifestations morales (non-dits, dénis…). Le chapitre 9, « Viol, mort et survie », rappelle que, « contrairement à ce que les hommes se figurent, le pire n’est pas l’intrusion sexuelle mais l’anticipation de la mort » (p. 274) chez des femmes soumises pourtant à une injonction leur faisant honte d’avoir eu plus peur de mourir que d’être violées. En résulte un sentiment de culpabilité que l’auteur interprète, dans le chapitre 10 consacré au viol et au suicide de Lucrèce, comme la trace d’une antique injonction sociale commandant de ne céder à aucun prix ; les survivantes au viol sont dès lors suspectes d’avoir sacrifié leur honneur à leur survie. Mettant en parallèle l’opprobre pesant sur la prostituée et le gladiateur, mus par un vil profit (cf. chapitre 11), l’auteur s’interroge sur la disparition de l’équivalent masculin de l’injure. « Pourquoi le signifiant "putain" est-il devenu le symbole androgyne de toutes les trahisons ? » (p. 308) Le phénomène n’est pas sans lien avec la domination masculine qui éclaire également la perception séculaire du viol comme une porte d’entrée à la prostitution, « sanction prévisible de la réaction sociale » : « Tu t’es laissée violer. Tu ne t’es pas suicidée ensuite. Tu as donc renoncé à ton honneur […] La prostitution est, en théorie, le destin obligé des survivantes du viol aussi sûrement qu’à Rome, la gladiature est, avec l’esclavage, le destin des prisonniers de guerre, c’est-à-dire de ceux qui se sont laissés prendre vivants. » (p. 308). Instrument de contrôle social des hommes sur les femmes, le stigmate de la prostitution sert non seulement à dominer les femmes mais aussi à injurier les traîtres de manière générale. Le chapitre 12, nourri d’échanges avec l’artiste Caroline Lamarche, éclaire l’évolution mais aussi la subversion des attentes normatives adressées aux victimes de viol, restituant l’alchimie complexe de l’intériorisation de la réaction sociale par les victimes et soulignant la dimension disculpante de la révélation de la généralité du viol. L’injonction à la résistance à outrance n’est plus subie silencieusement mais se voit dûment problématisée dans des œuvres et des luttes qui, selon Jean-Michel Chaumont, « proposent un modèle de résilience aux antipodes de celui qui a été déduit des prétendues éthiques de la survie. […] La force retrouvée n’est pas puisée dans les profondeurs de cet instinct vital qui nous fait piétiner les autres, mais dans la solidarité qui nous fait marcher côte à côte […] Elle rompt avec l’éthique héroïque classique en ce qu’elle ne culmine pas dans la célébration de la mort glorieuse, mais elle ne s’accommode pas de n’importe quel amour de la vie non plus. Elle exige pour toutes et tous des vies émancipées, pleinement vivantes, libres et égales » (p. 335).

  • 9 Sur ces choix tragiques, cf. aussi : F. Leichter Flach, Qui vivra…, op. cit.

5Au point d’arrivée de l’enquête, l’ouvrage mobilise une perspective de philosophie morale afin de dégager plusieurs leçons pratiques. Jean-Michel Chaumont évoque la mise en discussion et l’élaboration collective de « protocoles sacrificiels » qui, lorsqu’ils se révèlent absents ou impraticables, laissent place aux initiatives individuelles pour nous protéger de ce que l’ennemi pourrait nous faire faire. Il revient également sur l’impératif moral consistant à ne pas mettre les individus « en situation de ne plus pouvoir agir moralement »9 et sa traduction dans des textes juridiques interdisant les traitements inhumains et dégradants. Enfin, il pointe l’importance de la détection précoce des signaux d’alerte et l’intérêt d’une approche processuelle des situations de non-retour.

  • 10 Restitué dans l’annexe méthodologique (p. 361-373) et la bibliographie (p. 375-390).
  • 11 Dans son ouvrage La concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance (Paris, La Découve (...)

6L’on ne saurait rendre compte de la richesse de cet ouvrage sans insister sur l’ampleur et la rigueur de l’enquête de sociologie morale réalisée par l’auteur. Ce dernier mobilise un vaste appareillage critique et empirique10 pour reconstruire les critères qui ont pu départager les conduites honorables des conduites déshonorantes. Nous nous sommes tous, à un moment donné, posé la question de notre choix entre la mort et le déshonneur, tout en ayant bien conscience que nous ne connaîtrons jamais la réponse à moins d’être confrontés à l’extrême. Sans doute révélateur d’une morale de l’humilité (la faute aurait pu être commise par soi-même) plus que de l’honneur (à l’antique), ce questionnement constitue l’un des fils rouges de cet ouvrage ambitieux et stimulant qui tente de dépasser l’indignation et de comprendre les raisons d’être du « blâme à la victime »11.

Haut de page

Notes

1 Primo Levi, « Préface » à Jacques Presser, La nuit des Girondins, Maurice Nadeau, 1998, p. 12.

2 Ibid.

3 Frédérique Leichter-Flach, Qui vivra qui mourra. Quand on ne peut pas sauver tout le monde, Paris, Albin Michel, 2015, p. 38.

4 Jean-François Steiner, Treblinka, Paris, Fayard, 1966.

5 Le terme allemand de Sonderkommando signifiant « unités spéciales » désigne ici les unités de travail dans les camps d’extermination composées de déportés (majoritairement Juifs) forcés par les SS à accomplir diverses tâches telles que l’accompagnement des victimes dans les chambres à gaz, la sortie des corps, leur crémation...

6 Jean-Michel Chaumont avait précédemment abordé cette domination dans le cadre de son enquête sur la construction du mythe d’une traite des blanches qui a contribué à un renforcement de la tutelle des hommes sur les femmes. Cf. sur liens-socio/lectures, les comptes rendus de Lilian Mathieu (Jean-Michel Chaumont, Le mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d'un fléau, La Découverte, 2009, http://journals.openedition.org/lectures/883) et Dominique Vidal (Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels (dir.), Du sordide au mythe. L'affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Presses universitaires de Louvain, 2009, http://journals.openedition.org/lectures/954).

7 Cf. Virginie Despentes, King Kong Théorie, Paris, Grasset, 2006.

8 Cf. Caroline Lamarche, La Mémoire de l’air, Paris, Gallimard, 2014.

9 Sur ces choix tragiques, cf. aussi : F. Leichter Flach, Qui vivra…, op. cit.

10 Restitué dans l’annexe méthodologique (p. 361-373) et la bibliographie (p. 375-390).

11 Dans son ouvrage La concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance (Paris, La Découverte, 1997) qui, à la suite de Tzvetan Todorov (Face à l’extrême, Paris, Seuil, 1991), avait participé à la déconstruction d’une éthique héroïque perçue comme hors de propos dans le contexte de l’Holocauste, Jean-Michel Chaumont avait déjà rapproché la double stigmatisation (lâcheté et trahison) des victimes de la Shoah des reproches communément adressés aux femmes violées, afin d’élucider un tel « blâme à la victime » paraissant dans les deux cas insupportable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Jean-Michel Chaumont, Survivre à tout prix ? Essai sur l’honneur, la résistance et le salut de nos âmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24004

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page