Navigation – Plan du site

François de Singly, Double Je. Identité personnelle et identité statutaire

Stéphane Héas
Double Je
François de Singly, Double Je. Identité personnelle, identité statutaire, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2017, 216 p., ISBN : 978-2-200-61873-5.
Haut de page

Texte intégral

1F. de Singly interroge la séparation entre identité personnelle et identité sociale, initiée en Occident au XVIème siècle et progressivement dominante depuis. Or, l’identité sociale est parfois présentée comme l’apanage de la sociologie qui analyse préférentiellement et classiquement, rôles et statuts, appartenances et affiliations plutôt qu’expressions intimes de soi. L’ouvrage questionne ce « double Je » à partir de références variées : des enquêtes de l’auteur ou de ses étudiant.e.s, où l’anonymat des enquêté.e.s n’est pas toujours respecté, mais aussi des textes religieux (Évangile de Matthieu, p. 25), des trajectoires par exemple de Saint F. d’Assise ou de protestants luttant pour le libre arbitre, des romans. D’une manière plus anecdotique, l’auteur convoque des expériences personnelles à propos d’une cravate figurative, cadeau de ses enfants, ou bien la cravate, code des jurys de thèse (masculin) dans les années 1970, l’expérience professionnelle de sa fille, etc. L’ouvrage rassemble la diversité des intérêts, des objets, parfois des expériences propres de l’auteur pour démontrer - ou démonter ?, c’est toute l’ambiguïté du titre de l’ouvrage - les limites de l’identité duale. Pour ce faire, ce livre comporte cinq chapitres et une postface de l’auteur qui sont pour trois d’entre eux des reprises de textes publiés précédemment. Quelques coquilles sont à déplorer tout au long de l’ouvrage, ce qui étonne dans une telle collection. La logique argumentaire du livre s’égrène au fil des chapitres : « contre l’homme unidimensionnel », « se débarrasser de ses habits sociaux », « la fatigue de ne pas être soi », « de quel contenu, le « je » est-il le nom ? » et « faire preuve paradoxale de soi ».

2La thèse de l’auteur reprend l’interrogation princeps de Montaigne dissertant sur son identité publique de maire de Bordeaux et son identité intime, entre un Montaigne « paré » et un Montaigne « nu ». F. de Singly souligne que ce processus de dissociation s’est généralisé progressivement pour devenir depuis la fin du XIXème siècle « une grande référence sociale » (p. 13). Chacun est au moins double, avec une identité pour soi et pour autrui, comme l’indiquait déjà Goffman.

3F. de Singly se positionne clairement face à la sociologie bourdieusienne : « chacun existe aussi par un "au-delà" de ces capitaux et de ces rôles, ou plus précisément par un "en-deçà" » (p. 31). L’auteur rappelle comment il a changé de paradigme sociologique en passant de l’analyse « non plus des "agents" mais des "acteurs" (Passeron, 2001), et mieux (sic) des "individus" » (p. 21). Il considère, en transformant La fatigue d’être soi, le titre de l’ouvrage d’Ehrenberg, que « ce qui fatigue c’est l’excès d’assignation, de rôles, ce n’est pas toujours l’excès de conscience de soi » (p. 82). Ses précédents terrains sur le couple et la famille lui permettent de confirmer les tentatives de sortie des assignations de mère(s), d’épouse(s) particulièrement. Les thèses antérieures sont évoquées plus que mobilisées. Que ce soit dans son livre célèbre Fortunes et infortunes de la femme mariée (1987) où il démontrait avec force les coûts pour la femme du mariage en termes de charges mentales, de travail domestique, et par conséquent de limitation induite de l’engagement professionnel. Que ce soit dans L’individualisme est un humanisme (2007) qui soulignait la pression de l’individualisme compétitif sur l’expression de la singularité personnelle de chacun. Ici, l’auteur défend l’idée plus qu’il ne le démontre que « les frontières entre la dimension statutaire et la dimension personnelle de l’identité sont poreuses » (p. 114)… ce que le titre de l’ouvrage, une nouvelle fois, n’exprime pas clairement, au contraire. F. de Singly rappelle au fil des chapitres les limites à aborder l’être humain uniquement sous l’angle de ses appartenances, des valeurs déployées par ses groupes d’appartenance ou de référence. Il a développé tout au long de sa carrière une approche sociologique complémentaire qui peut prendre avec profit en compte les sentiments ou bien les sensations éprouvés à travers les expériences individuelles de chacun tout au long de sa vie. Reste que l’épreuve d’être soi demeure délicate, voire périlleuse. Être dépouillé de « ses habits sociaux » induit une possible « fatigue de ne pas être soi ». Comment concilier émancipation des cadres sociaux, parentaux, conjugaux, etc., et le sentiment de « continuité de soi » ? Ces articles déjà publiés et reproduits tels quels dans cet ouvrage précisent cette difficulté à partir de l’analyse d’ouvrages aussi différents, par exemple, que La vie sexuelle de Catherine M. (Millet, 2002) ou Le sermon sur la mort de Bossuet (1662) ; une exposition comme Lignes de P. Manzoni (1991) ou Mais comment taire mes commentaires (2003) de F. Morellet.

4F. de Singly mobilise, par exemple, dans cet opus pour étayer son argumentaire Simmel, dans La philosophie du comédien (1908), à propos de l’expression et l’interprétation individuelles d’une trajectoire de vie, ou bien Goffman soulignant la distanciation aux rôles comme « élément essentiel du moi » ; même si F. de Singly rappelle que « le contenu d’une identité personnelle ne figure pas au menu d’une telle théorisation » goffmanienne (p. 183). Il égratigne au passage les thèses défendues par Bourdieu, Sennett, Castel ou bien Lahire. Ces attaques sont même virulentes lorsqu’il prononce la « mutilation sociologique de l’individu » par ces approches dépossédant l’individu de tout pouvoir, voire de toute réflexion sur lui-même et le monde (p. 174). Cette charge s’entend parfaitement et organise même les controverses sociologiques, au moins dans notre pays. Il est plus délicat de suivre ce que l’auteur présente comme son propre argumentaire lorsqu’il évoque parfois des thèses sans même citer les auteurs. C’est le cas lorsqu’il écrit que « la réalité n’autorise pas une réalisation de soi satisfaisante, la tentation est de s’absenter » (p. 101) ; plus loin, évoquant une nouvelle de Murakami (2017) et le personnage du docteur Tokai qui « s’est laissé mourir, d’une sorte d’anorexie (…) Tout en étant un faux-semblant, la disparition de soi est devenue la solution » (p. 104). Comment reprendre à ce point la thèse et les expressions mises en italique ici de D. Le Breton (2015, Disparaître de soi. Une tentation contemporaine) sans le citer ?

5Des concepts intéressants sont évoqués plutôt que mobilisés. Citons « l’instase, l’inverse de l’ex-tase (sic) (sortir de soi-même) » (p. 19), la réduction identitaire (p. 43) au statut socio-professionnel notamment ; c’est le cas aussi des notions de « geste individualiste » (p. 68) ou bien l’extrospection (p. 104) comme processus proche de l’extimité de S. Tisseron qui auraient mérité d’être développées plus avant.

6L’auteur conclut l’ouvrage en rappelant le caractère « non finito (sic) (d’)un Je, inachevé » (p. 157). Cette dernière expression utilisée comme titre de l’ouvrage aurait permis sans doute d’éviter de réduire cette réflexion à la polarité datée de Montaigne, à cette croyance forte que semble combattre l’auteur tout en étayant largement son argumentation…par des références à d’autres croyances, religieuses ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Héas, « François de Singly, Double Je. Identité personnelle et identité statutaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 décembre 2017, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24006

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page