Navigation – Plan du site

Bernard Friot, Vaincre Macron

Léo Pinguet
Vaincre Macron
Bernard Friot, Vaincre Macron, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2017, 132 p., ISBN : 978-2-84303-289-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernard Friot, Puissances du salariat, Paris, La Dispute, 2012 (première édition 1998).

1L’ouvrage de Bernard Friot est paru à la rentrée, dans le contexte de la réforme du Code du travail par ordonnances. Cette mesure, appelée de ses vœux par le MEDEF, conduite par le gouvernement du président Macron, et le conflit social qu’elle a suscité, en étant combattue par un mouvement d’opposition, syndical et politique, ont ramené deux questions au centre du débat public : pourquoi est-il nécessaire de réformer le marché du travail si, de l’aveu même de la ministre du travail Murielle Pénicaud, seuls des effets marginaux sont à attendre sur le chômage ? Et, comment expliquer la répétition de l’histoire, de la désunion et de la défaite, des opposants à ce projet ? Ce sont ces deux questions auxquelles l’auteur se propose de répondre. Ce cadre posé, quelques avertissements semblent nécessaires quant au genre emprunté par l’ouvrage. Il est, en effet, à noter que, depuis la publication de son œuvre maîtresse Puissances du salariat1 dans les années 1990, jusqu’à aujourd’hui, les thèses de Bernard Friot ont été discrètement reconnues par les milieux universitaires en économie. Leur notoriété néanmoins grandissante semble avoir plutôt suivi les aléas de l’actualité sociale, de leur diffusion lors de rencontres et de leur appropriation progressive par diverses associations politiques : du mouvement pour les retraites de 2005, en passant par son affiliation et sa rupture avec le groupe des économistes atterrés, jusqu’au débat sur le revenu de base durant la campagne présidentielle de 2017 et la proposition antagonique par l’auteur d’un « salaire à vie » qui reste sûrement à ce jour son idée la plus célèbre.

2Le lecteur ne doit donc pas s’attendre au ton, aux formes, ni aux règles d’impartialité académiques, habituellement échues aux sciences sociales. Le plan de l’ouvrage n’en reste pas moins on ne peut plus classique. Il commence par l’énoncé de sa thèse, via un exposé historique d’un déjà-là révolutionnaire avec la création du régime général de Sécurité sociale en 1946. Il se poursuit avec l’anti-thèse, à travers l’analyse critique de la « contre-révolution », menée derrière le mot « réforme », depuis le tournant rocardien de la rigueur en 1983 jusqu’à nos jours. Et enfin, il se conclue par une synthèse d’actualité et une série de propositions qui indiquent l’horizon d’une lutte des classes poursuivie. Adoptant cette construction didactique, l’auteur ne cache, ni sa prise de parti anticapitaliste, annoncée par son titre et les premières lignes de l’ouvrage, ni le public, spécifiquement militant, auquel il s’adresse. Bien au contraire, puisque le but affiché de l’ouvrage est d’aboutir à un « changement de culture militante », par un recentrage des partisans de la « gauche de gauche » et des « alternatifs », sur la possibilité d’une alternative, commune et communiste, qu’entend présenter l’auteur. Bernard Friot entend outrepasser l’attentisme réformiste ou défensif des uns, qui espèrent tout ou presque d’une initiative bien intentionnée des pouvoirs publics, autant que la marginalisation radicale des autres, qui se défient de toute perspective macro-sociale du travail et de toute institution macroéconomique dans leur lutte, ce qui les maintient « dans la niche de la sécession ».

3Le propos de l’ouvrage ne circule pas pour autant en vase clos, sont encore évoqués : tous les travailleurs indépendants et les paysans, à titre d’acteurs de la vie économique qu’il s’agit de convaincre du bien-fondé de l’alternative révolutionnaire. Quant à l’argumentation en elle-même, elle se trouve régulièrement enrichie de réponses et d’anticipations aux objections des deux cultures militantes citées, concernant notamment la « possible suspicion de productivisme » du modèle économique proposé par l’auteur, ou encore l’accusation de professer un nouveau « capitalisme d’État », type soviétique. Mais surtout, ce ciblage du lectorat explique et justifie la forme choisie par l’ouvrage : notes de bas de page rares, absence de bibliographie. Du contenu reprenant la tradition du matérialisme historique, à la forme, l’auteur s’inscrit ouvertement dans le sillage de Karl Marx. Comme lui, il alterne l’exigence théorique d’une œuvre maîtresse comme Le Capital (Puissances du salariat pour Bernard Friot) et les textes, à usage pédagogique et politique, rédigés à l’attention d’un public plus profane, militants ouvriers et autres, comme Le Manifeste Communiste ou Travail salarié et capital (Vaincre Macron, entre autres, pour Bernard Friot).

4Revendiquant cet héritage et ses « gros mots », dont il avertit le lecteur, Bernard Friot ne cache pas non plus la problématique, théorique et aussi bien stratégique, à laquelle il choisit de répondre : comment vaincre Macron ? Et avec elle, plus largement, comment vaincre la poursuite de l’entreprise capitaliste abritée derrière ce nom ? Cela dit, le lecteur, étudiant ou chercheur en sciences sociales, qui ne serait pas déjà convaincu par l’anticapitalisme et qui voudrait découvrir la pensée de Bernard Friot avec cet ouvrage, ne doit pas craindre le style inspiré d’un pamphlet, comme le laisserait penser la clarté incisive du titre. Si l’auteur n’a pas choisi d’analyser en profondeur le contenu des réformes du gouvernement, c’est qu’elles lui servent de pré-texte, au sens littéral du terme, prétexte à la description d’un processus historique et économique plus général. Quelques incursions rapides sur le Front National, les problèmes de xénophobie, de laïcité et les GAFAM (acronyme désignant Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sont à noter, mais il ne s’agit pas non plus d’un commentaire polémiste ou journalistique sur l’actualité. L’argumentation de Bernard Friot est serrée, souvent dense et exigeante, l’emploi d’un vocabulaire technique, les renvois explicites de l’argumentation à une démonstration d’un chapitre précédent ou subséquent, tous ces éléments guident et invitent à une lecture qui peut être de survol autant que de détail. On regrette seulement que le travail éditorial sur l’index des matières, construit principalement autour de couples de notions opposées, ne se soit pas enrichi d’un lexique rappelant les définitions de certaines de ces notions.

5Toutes la focale et la démarche de l’auteur sont néanmoins là, elles visent à réarticuler : le temps et le style courts (des réformes du capitalisme et des stratégies d’opposition) avec le temps et le style longs (de l’utopie révolutionnaire et de la théorie critique), le tout moyennant une reprise du paradigme marxien de « lutte des classes » et l’introduction du concept nouveau d’un « déjà-là » révolutionnaire et communiste de l’économie. Les deux notions cristallisent la double rupture épistémologique au cœur des thèses de Bernard Friot. Dans le champ de l’économie l’auteur propose, en effet, de déplacer le questionnement traditionnel de la valeur, de l’argent, et sa répartition plus ou moins inégale dans la société, à une centralité retrouvée de la production de valeur, du travail, et des conflits de pouvoir entourant la maîtrise des conditions (capitalistes ou communistes) dans lesquelles il se pratique. L’auteur s’oppose ainsi aux lectures internes de critique du capitalisme qui pensent ses moments ou ses phases successives (accumulation primitive, libéralisme classique, fordisme, social-libéralisme, néo-libéralisme, etc.), hors du cadre stratégique d’une lutte des classes autour de la production. Son postulat, renversant l’ordre de la cause et de l’effet couramment admis, est que la puissance sur l’argent ne va jamais sans puissance sur le travail. Dans l’autre champ mobilisé, l’auteur propose, sans toutefois le citer, une suite aux thèses sur l’histoire de Walter Benjamin, en posant que l’histoire n’est pas seulement écrite par les vainqueurs. Sa mise en récit est toujours performative, elle est écrite de manière à instituer les uns comme vainqueurs et les autres comme vaincus. « Ce qui caractérise l'histoire de l'émancipation, c'est qu'elle est volée : pas seulement omise, mais travestie en son contraire » (p. 44). Bernard Friot s’oppose alors aux analyses et aux récits, de droite comme de gauche, qui font de la classe dominée une classe « victime », impuissante. Il se distingue des positions bourdieusiennes, de sociologues comme Monique et Michel Pinçon-Charlot qui pensent, selon lui, la classe bourgeoise seule comme classe en soi et pour soi.

  • 2 Traduction du concept anglo-saxon d’empowerment proposée par l’écrivain français de science-fiction (...)
  • 3 Dale Carneggie, How to Win Friends and Influence People, New York, Simon & Schuster, 1936.
  • 4 Robert Fifer, Double Your Profits : in Six Months or Less, New York, HarperCollins, 1993.

6C’est donc le réemploi du curseur marxien de « lutte des classes » qui nourrit la double réflexion de cet ouvrage avec : d’un côté, l’interprétation critique de l’histoire socio-économique française des soixante-dix dernières années, où la « réforme » se présente sous les traits d’une « contre-révolution » ; et, de l’autre côté, cette approche dissensuelle sert de moteur au bréviaire d’empuissantement2 qu’il propose en filigrane, où se succèdent l’adresse directe au lecteur, le ton didactique, l’impératif et le performatif révolutionnaire. Plutôt que la place laissée vide des grands manifestes politiques, ce style de l’ouvrage de Friot invite à le ranger entre les livres de développement personnel et les manuels de management qui expliquent How to Win Friends and Influence People ?3 ou décrivent comment Double your Profits in Six Months or Less4. Sauf que le public visé n’est ici, ni l’individu postmoderne psychologisé, ni le patron ou le manager néo-libéral, mais le militant politique révolutionnaire, à qui il manque des outils pour reprendre confiance et reprendre l’offensive. Pour les autres, le caractère contre-intuitif des postulats de Bernard Friot, soutenus par le réemploi original de concepts marxiens qui avaient été écartés de l’analyse économique, favorable, neutre ou critique du capitaliste, en raison de leur obsolescence déclarée, aussi bien que l’association dans le propos d’un aspect classique, de tradition continuée et d’un aspect, moderne, de renouvellement des cadres de la pensée critique, tous ces éléments s’avèrent autant déstabilisants que stimulants à la lecture.

Haut de page

Notes

1 Bernard Friot, Puissances du salariat, Paris, La Dispute, 2012 (première édition 1998).

2 Traduction du concept anglo-saxon d’empowerment proposée par l’écrivain français de science-fiction Alain Damasio.

3 Dale Carneggie, How to Win Friends and Influence People, New York, Simon & Schuster, 1936.

4 Robert Fifer, Double Your Profits : in Six Months or Less, New York, HarperCollins, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Pinguet, « Bernard Friot, Vaincre Macron », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 décembre 2017, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24007

Haut de page

Rédacteur

Léo Pinguet

Doctorant ATER à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a enseigné la sociologie allemande à Paris 4 Sorbonne et enseigne désormais la philosophie de l’art. Ses travaux en esthétique portent sur la notion de cliché et ses implications, pensées entre la France et les États-Unis, du jugement de goût au processus créatif lui-même. Dernier article paru : « Deleuze, fragments d’Europe et d’Amérique », in L’Étrangère, La Lettre Volée, Paris/Bruxelles, n° 35-36, 2014.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page