Navigation – Plan du site

François Mairesse et Anne Monjaret (dir.), Accueillir et surveiller. Les métiers du gardien de musée

Samuel Coavoux
Accueillir et surveiller
François Mairesse, Anne Monjaret (dir.), Accueillir et surveiller. Les métiers du gardien de musée, Paris, La Documentation Française, coll. « Musées-Mondes », 2017, 248 p., ISBN : 978-2-11-145428-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les agents d’accueil et de surveillance des musées – leurs « gardiens » – constituent « près de la moitié des emplo[yé]s du secteur » (p. 17). Et pourtant, ils sont largement invisibles : leur contribution au fonctionnement de ces établissements est peu reconnue, même par les professionnels, et ils sont peu présents, ou dépeints négativement, dans les représentations des musées. Enfin, les chercheurs, muséologues ou sociologues, ne leur ont consacré quasiment aucune étude, alors que la plupart des autres acteurs des musées, conservateurs, restaurateurs, médiateurs et bien sûr publics, font l’objet d’une littérature abondante.

2Cet ouvrage collectif propose d’ouvrir la réflexion sur cette profession. D’ambition modeste, comme le rappellent à plusieurs reprises les coordinateurs, il cherche à susciter des vocations pour une étude d’ampleur de ce métier. L’ouvrage rassemble huit chapitres dans trois parties, consacrées respectivement au « décor » muséal, aux interactions avec le public et aux spécificités du métier de gardien. Deux types de contributions se distinguent, selon les méthodes et les focales mobilisées : les unes étudient la façon dont les gardiens sont représentés dans diverses œuvres, au moyen d’analyses de corpus ; les autres approchent l’activité concrète et le vécu des gardiens à partir d’entretiens et d’archives.

  • 1 Série de films américains réalisés par Shawn Levy entre 2006 et 2014.

3L’étude des représentations du métier s’attache à des genres artistiques différents : le cinéma, la littérature jeunesse et la peinture. Les auteurs de ces chapitres s’accordent sur la prégnance d’un stéréotype négatif du gardien de musée, qui semble remonter à la naissance même de l’institution muséale. Le métier a longtemps été occupé principalement par d’anciens militaires. Les gardiens sont dépeints comme fainéants, cupides (ils réclameraient des pourboires aux visiteurs), ou encore alcooliques. Ce stéréotype est renforcé par certains événements comme le vol de la Joconde en 1911, la presse accusant alors les gardiens d’incompétence. Par ailleurs, l’analyse des corpus montre comment les gardiens produisent des « effets de réel » : ils sont un élément du décor qui identifie le lieu comme un musée, mais sont rarement des acteurs de l’action. Ce n’est que rarement (notamment dans la série de films Night at the museum1 et dans quelques romans de littérature jeunesse) que le gardien est le héros, ou du moins le personnage central, d’une fiction fantastique ou policière ; il se distingue alors par sa connaissance intime du musée et par sa lucidité quand les conservateurs refusent de voir les phénomènes surnaturels à l’œuvre.

  • 2 L’auteure en annonce la publication prochaine aux Presses universitaires de Rennes.

4Ces représentations ne rendent pas justice au travail réel des surveillants de musée ; l’un des objectifs de l’ouvrage est d’ailleurs d’en réfuter le fondement, en s’appuyant sur des études de l’activité réelle des gardiens. Le chapitre d’Odile Join-Lambert, issu de son habilitation à diriger les recherches2, est, par son assise empirique, le plus substantiel. À partir du dépouillement des archives de la Direction des Musées de France, l’auteure entreprend une histoire sociale de la fonction de gardien. L’étude des règlements intérieurs des musées met en évidence un double processus de disciplinarisation : des gardiens eux-mêmes, d’une part, main d’œuvre « souvent d’origine rurale » (p. 192), populaire et peu qualifiée, et des publics, d’autre part. Profession subalterne, « domesticité publique », la fonction de gardien de musée fait pendant longtemps partie des métiers publics les moins bien payés, jusqu’à la création en 1966 d’un statut d’ouvrier de surveillance, puis de contremaître, permettant de revaloriser certains salaires. Les revendications des associations professionnelles, puis des syndicats, concernent principalement leurs missions et leur formation : l’Association des gardiens des musées nationaux demande dès sa création en 1903 à ce que la profession accède à plus de fonctions d’accueil et de conseil des visiteurs. À cette époque déjà, les conservateurs rechignent à déléguer ce qui leur apparaît comme un travail que l’on qualifierait aujourd’hui de médiation. Après-guerre, de nouvelles revendications ont lieu pour une meilleure formation artistique des gardiens, qui n’obtiennent pas plus de soutien de la part des conservateurs.

5L’ouvrage présente enfin de nombreux portraits construits à partir d’entretiens, ainsi que deux chapitres pensés comme de longs portraits, focalisés sur un à quatre cas. Ces textes donnent longuement la parole aux gardiens. Ils décrivent en particulier l’attachement qu’ils peuvent avoir au musée : leur présence quotidienne dans ces lieux produit une familiarité avec les œuvres et avec les lieux qu’ils cultivent parfois jusque dans un engagement extra-professionnel. Les entretiens mettent en évidence que les gardiens connaissent bien les collections qu’ils côtoient tous les jours, même lorsqu’ils ne disposent pas de formation à l’histoire de l’art. Ils témoignent enfin de la faible reconnaissance du métier par le public, par les autres professionnels des musées, et par certains surveillants eux-mêmes.

  • 3 Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

6Dans l’ensemble, l’ouvrage peut être lu comme une première compilation de matériaux pour une sociologie des gardiens de musée. Les comptes rendus d’entretiens renvoient cette impression : donnant prise à de nombreuses pistes d’interprétation, ils ne font pas l’objet d’une analyse systématique. Il y a pourtant bien des enjeux qui gagneraient à être explorés, notamment pour qualifier les différentes positions à l’intérieur du métier en fonction des générations, des niveaux de diplômes, ou encore du genre des surveillants. Ainsi de la place de ce métier dans les mobilités sociales : les gardiens peu qualifiés et ceux qui sont diplômés du supérieur ont-ils la même vision de leur position ? Pour certains aspirants à des carrières artistiques, cette position semble constituer un « second métier », à l’image de ceux occupés par les écrivains3, mais ce second métier à un statut inférieur à d’autres, comme celui d’enseignant : est-ce que cela produit des effets sur les représentations de soi, sur les ressources et les opportunités des artistes ?

Haut de page

Notes

1 Série de films américains réalisés par Shawn Levy entre 2006 et 2014.

2 L’auteure en annonce la publication prochaine aux Presses universitaires de Rennes.

3 Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « François Mairesse et Anne Monjaret (dir.), Accueillir et surveiller. Les métiers du gardien de musée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24010

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Sociologue, chercheur à Orange Labs, SENSE. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page