Navigation – Plan du site

Philippe Artières (dir.), « Après Certeau : histoire, archives et psychanalyse », Sociétés & Représentations, n° 43, 2017

Rachel Joly
Après Certeau : histoire, archives et psychanalyse
Philippe Artières (dir.), « Après Certeau : histoire, archives et psychanalyse », Sociétés & Représentations, n° 43, printemps 2017, 314 p., Paris, Publications de la Sorbonne, ISBN : 9791035100117.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Michel de Certeau, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987.

1Ce numéro spécial de la revue Sociétés & Représentations éditée par les Publications de la Sorbonne est consacré à une question d’épistémologie : la présence de la psychanalyse dans l’historiographie contemporaine. L’intitulé du dossier fait naturellement référence à Michel de Certeau (1925-1986) dont les travaux sur le sujet furent précurseurs en leur temps1. Quelques contributions reviennent par ailleurs sur ce « moment Certeau », mais la publication ne tend pas à dresser un bilan de l’héritage de cette grande figure d’historien. Il s’agit plutôt de ré-ouvrir cet intéressant débat, et d’en donner à voir un état, une photographie actuels. Le dossier dirigé par l’historien Philippe Artières rassemble les contributions de spécialistes historiens, archivistes et archéologue. La présence de la psychanalyse dans le champ historique est abordée ici de diverses manières. La psychanalyse peut être pour l’historien un objet matériel avec ses fonds d’archives. Elle est aussi pour lui, bien évidemment un objet d’études. Elle est également un enjeu intime pour le chercheur puisque celui-ci n’échappe pas à un tropisme personnel : la subjectivité est inconsciemment à l’œuvre dans son travail. Nous revenons ici sur quelques-unes des contributions.

  • 2 Michel de Certeau, « Le langage altéré, la parole de la possédée », in L’écriture de l’histoire, Pa (...)

2La psychanalyse, à travers ses fonds documentaires, constitue un matériau pour l’historien. André Derval en donne une illustration en retraçant l’historique de l’entrée récente à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) d’une vingtaine de fonds privés de psychanalystes (dont Jacques Lacan) et de psychiatres ainsi qu’un fonds institutionnel, couvrant tout le XXe siècle et divers champs et courants de la discipline psychanalytique. Derval signale les potentialités de ces fonds mais souligne aussi les limites historiographiques de certains documents comme les notes éparses de médecins dans les dossiers de leurs patients. Ce fait est justement relevé par Hervé Guillemain, qui a travaillé à partir des archives d’hôpitaux psychiatriques, et plus particulièrement à partir des interrogatoires d’admission de patients schizophrènes dans les années 1920-1930. La parole des malades est effectivement difficile d’accès car elle a été triée et retranscrite par le personnel médical de l’époque, et plus tard par des tiers (archiviste et historien). Toutefois, en dépit de ces tris successifs, une trace du discours originel est parfois préservée, par exemple lorsque le personnel médical a noté entre guillemets des mots ou des citations propres aux patients. Il revient alors à l’historien de suivre ces menues traces mais cela ne suffit pas. Pour faire davantage « parler » ses sources, Guillemain s’est inspiré de Michel de Certeau2 qui faisait le parallèle entre les interrogatoires judiciaires et religieux et les interrogatoires médicaux. Guillemain a donc analysé les dossiers de patients aliénés selon une grille de lecture particulière : celle de procès thérapeutiques. Il s’est aussi particulièrement attaché à documenter le contexte social de l’entre-deux-guerres pour proposer une histoire sociale de la maladie mentale.

  • 3 Pour la traduction française : Robert Stoller, Recherches sur l’identité sexuelle à partir du trans (...)
  • 4 Théorie selon laquelle une force biologique peut opérer sur les comportements de genre d’un individ (...)

3Jean-Christophe Coffin insiste longuement sur la question de la contextualisation, lorsqu’il rend compte de ses recherches sur le controversé psychiatre et psychanalyste américain Robert Stoller (1924-1991), auteur dans les années 1960-1980 de travaux sur les thèmes de l’identité sexuelle et du genre3. Coffin expose la difficulté d’étudier ce personnage, considéré aujourd’hui comme réactionnaire et comme l’un des tenants de la théorie de « la force biologique »4. Il rappelle le risque qui menace le chercheur : le présentisme, c’est-à-dire la conduite d’une étude historique au prisme des connaissances et des débats contemporains. Ne souhaitant ni réhabiliter, ni condamner non plus Stoller, mais désirant faire œuvre d’historien, Coffin expose sa méthodologie : l’exploitation de la documentation abondante, de première main que sont les archives Stoller (à Los Angeles) et l’acquisition d’une parfaite et fine connaissance du contexte culturel, social, politique des États-Unis de l’époque. C’est ainsi qu’il juge être parvenu à conduire son étude, et à proposer un portrait de Stoller beaucoup plus nuancé et plus juste que celui habituellement présenté.

4L’approche originale d’Anne-Emmanuelle Demartini aborde l’histoire de la psychanalyse, et plus particulièrement de sa diffusion, sous un angle autre de celui généralement retenu (institutions, théories, fondateurs et disciples). L’historienne s’est en effet intéressée à la psychanalyse par le biais de la presse, du fait divers et d’une figure criminelle des années 1930, Violette Nozières. À travers l’étude de journaux qui relayèrent ce fait divers, Demartini montre que la discipline psychanalytique fut largement sollicitée dans le débat, présentée tour à tour comme pertinente ou pernicieuse (mais toujours sous une forme polémique). Cette approche historienne novatrice montre, notamment, que la psychanalyse naissante est alors connue d’un cercle sociologique plus large (journalistes, écrivains, médecins) que celui des psychanalystes en vue.

  • 5 Voir par exemple Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.
  • 6 Habilitation à diriger des recherches.
  • 7 Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Gallimard, 2012.

5La présence de la psychanalyse dans le champ historique peut être appréhendée sous l’aspect intime. En dépit de l’objectivité qu’il revendique, l’historien n’échappe pas à un tropisme personnel : quand il choisit un sujet, un thème, un découpage chronologique…, c’est en fonction de sa sociologie et de son histoire personnelle et familiale (qu’il en ait conscience ou non). Mais il ne peut le revendiquer ouvertement5. Ivan Jablonka a assumé pleinement cette part de subjectivité. Il rend compte ici de son mémoire de HDR6 consacrée à l’histoire de sa famille – notamment celle de ses grands-parents paternels, juifs polonais morts à Auschwitz, alors qu’ils étaient trentenaires7. Refusant de réduire ses grands-parents au statut de victimes du nazisme, Jablonka est parti à la recherche ce que fut leur vie quotidienne comme jeunes gens, jeunes parents, militants politiques et artisans, dans la Pologne rurale du début du XXe siècle, puis en France. Il relate son enquête, longue, complexe et difficile, mais aussi source d’inspiration et de force. Il explique comment, ne possédant pas d’archives sur ses grands-parents (sauf quelques lettres, des photos et un passeport), il est parti à la recherche des fonds institutionnels susceptibles de détenir des informations sur eux (ministères, préfectures…) : il a ainsi été amené à consulter des archives et à rencontrer des témoins en France, en Pologne, en Israël et en Argentine. Son HDR est donc à la fois une biographie individuelle (celle de ses grands-parents) replacée dans le contexte général de l’époque et son autobiographie d’historien et d’individu singulier.

6Pour conclure, le présent dossier apporte un très intéressant éclairage sur la présence de la psychanalyse dans le champ historique contemporain, à travers l’exploration et l’exploitation de fonds d’archives variés et conséquents. Le champ psychanalytique n’occupe plus chez les historiens une place marginale comme à l’époque de Michel de Certeau ; bien au contraire. Et cet intérêt pour la psychanalyse résulte d’un contexte d’archivage institutionnel croissant. Un autre intérêt du dossier tient aux méthodes mises en œuvre par les historiens pour dépasser les limites historiographiques de leur documentation ou contrer le risque de présentisme. Enfin, on peut relever la méthodologie originale initiée par Ivan Jablonka, dans le cadre de son HDR, quant à la pratique et à l’écriture historiennes et qui illustre combien la psychanalyse « travaille » le chercheur.

  • 8 Evelyne Cohen et Pascale Goetschel y présentent un lieu de conservation et de diffusion du patrimoi (...)

7La partie « Lieux et ressources » qui suit le dossier mérite également d’être signalée8.

Haut de page

Notes

1 Voir Michel de Certeau, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987.

2 Michel de Certeau, « Le langage altéré, la parole de la possédée », in L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 284-315.

3 Pour la traduction française : Robert Stoller, Recherches sur l’identité sexuelle à partir du transsexualisme, Paris, Gallimard, 1978.

4 Théorie selon laquelle une force biologique peut opérer sur les comportements de genre d’un individu dès son enfance, en dépit de son sexe de naissance.

5 Voir par exemple Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

6 Habilitation à diriger des recherches.

7 Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Gallimard, 2012.

8 Evelyne Cohen et Pascale Goetschel y présentent un lieu de conservation et de diffusion du patrimoine cinématographique : la fondation Jérôme Seydoux-Pathé à Paris. Ouverte au public depuis 2014, la fondation résulte de la firme Pathé (née en 1896) qui contribua à l’essor de l’industrie cinématographique en France et à l’étranger. Elle s’inscrit dans un ensemble d’établissements patrimoniaux consacrés au cinéma mais présente une spécificité : elle conserve la totalité des films mais aussi des archives « non film » (affiches, photographies, synopsis, contrats…) de la firme Pathé. Une autre spécificité tient au choix de ne pas numériser systématiquement les fonds. La fondation reste, en effet, attachée à la communication d’archives papier, à l’usage des historiens du cinéma ou simplement des cinéphiles. Un lieu à connaître donc et à fréquenter, pour l’intérêt et la richesse de ses collections.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Joly, « Philippe Artières (dir.), « Après Certeau : histoire, archives et psychanalyse », Sociétés & Représentations, n° 43, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24011

Haut de page

Rédacteur

Rachel Joly

Docteur en archéologie de l’université de Paris I Sorbonne. Diplômée d’un master 2 d’histoire contemporaine et d’un DUT Information-communication de l’université de Bourgogne. Dans le cadre de ses travaux de recherches et de ses activités professionnelles, a classé et/ou inventorié des fonds documentaires, bibliographiques et archivistiques, en sciences humaines (archéologie, histoire, histoire de l’art et cinéma d’art et d’essai) et en sciences médicales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page