Navigation – Plan du site

Ewa Tartakowsky et Marcelo Dimentstein, Juifs d’Europe. Identités plurielles et mixité

Élisabeth Schulz
Juifs d'Europe
Ewa Tartakowsky, Marcelo Dimentstein (dir.), Juifs d'Europe. Identités plurielles et mixité, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2017, 276 p., ISBN : 978-2-86906-496-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Médan, Mondes juifs. L’envers et l’endroit, Paris : PUF, 1991, p. 9.
  • 2 On peut rappeler la qualité de la thèse de sociologie d’Ewa Tartakowsky, publié en 2016 sous le tit (...)
  • 3 Marcelo Dimentstein est doctorant à l’EHESS.
  • 4 Elle est l’auteure d’un article sur la culture polonaise face aux relations entre Juifs et non-Juif (...)

1Chantal Bordes-Benayoun résume parfaitement cet ouvrage quand elle écrit qu’il met l’accent sur « le pluriel et prolonge le même souci de complexité » (p. 231). On y trouve une série de réflexions sur le monde juif contemporain fait de « situations plurielles, fragmentées et pourtant convergentes1 ». Ce livre est le fruit d’un colloque de jeunes chercheurs, intitulé « Judéités contemporaines en France et en Europe », qui s’est déroulé les 22 et 23 octobre 2014 à l’Institut universitaire Elie Wiesel. Ewa Tartakowsky2 et Marcelo Dimentstein3, ont réuni une quinzaine de contributions où, à travers l’analyse de la situation récente dans divers pays européens, différents chercheurs interrogent les multiples appartenances à la judéité. L’ouvrage est construit autour de cinq grandes parties : « Penser l’identité juive », « Vies et constructions communautaires », « Couples mixtes : transmissions et héritages », « Judéité à l’épreuve des arts » et « Parole d’acteurs ». La dernière partie est particulièrement intéressante car elle accorde la parole à des acteurs associatifs ou institutionnels de la communauté juive organisée. Tartakowsky et Dimentstein affirment, dans leur introduction, que l’intérêt de ces publications réside dans le « croisement de regards délimitant un espace de discussion sur la recherche des judéités » (p. 23). Comme Ewelina Chwieda4 le recommande, les questions autour des judéités contemporaines sont menées « en rapport avec le contexte culturel et géo-historique, qui change souvent considérablement d’un pays à l’autre » (p. 179).

  • 5 International Centre for Community Development.
  • 6 Service social juif (Pays-Bas).
  • 7 Être juif de père (et non de mère comme le veut la Halacha).
  • 8 Pour son étude sur les Juifs d’Allemagne, Toby Anne Axelrod ne dispose pas de chiffres exacts sur l (...)
  • 9 En effet, ces Juifs « non halachiques » ne sont pas acceptés par une majeure partie de la communaut (...)

2Ces chercheurs développent leurs réflexions à partir de plusieurs interrogations : « Quelles sont les manières de se vivre juif aujourd’hui ? S’agit-il d’un héritage immuable ? Comment l’exprimer de manière non religieuse ? Quel lien ce vécu entretient-il avec d’autres éléments d’identifications qu’ils soient culturels ou nationaux ? » (p. 23). Dans le cadre de ces différentes approches, nombreux sont les articles fondés sur des études empiriques. Ainsi pour leur article sur les enfants issus de couples mixtes aux Pays-Bas, Barbara Tanenbaum et Riki Kooyman s’appuient sur les résultats d’une étude qualitative commandée par le JDC5 et menée par le JMW6 entre 2013 et 2014 auprès d’une cinquantaine d’enquêtés ayant au moins un parent juif. De son côté, Madeleine Dreyfus, auteure d’un article sur le mariage mixte et la conversion en Suisse alémanique, se base sur des extraits d’entretiens dont elle présente et discute les diverses thèses qui en découlent. Dans le cadre de ses recherches doctorales sur les Juifs russophones ayant immigré en Allemagne, Lisa Vapné7 effectue des entretiens semi-directifs entre 2004 et 2007 en ex-République fédérale d’Allemagne, dans quatre communautés juives, afin de refléter l’hétérogénéité des enquêtés. En complément, les chercheurs s’appuient également sur des statistiques et des recensements, bien que cela ne se fasse pas sans difficulté. Chantal Bordes-Benayoun parle alors « d’inexactitude méthodologique » à propos des études sur les études juives européennes contemporaines. Par exemple, Noga Raviv est limitée dans son étude sur le rôle d’Israël dans le dynamisme communautaire, à cause de l’interdiction de réaliser des études statistiques « ethniques » en France. Ou encore, Julia Martinez-Ariño éprouve des difficultés pour collecter des données sur la religion en Espagne8 à cause de la grande volatilité de la population juive. Enfin, si Barbara Tanenbaum et Riki Kooyman considèrent qu’aux Pays-Bas, seuls 20 % des membres de la communauté juive néerlandaise sont affiliés à une communauté religieuse, elles reconnaissent que ce chiffre « s’effondre » si l’on considère les personnes nées de père juif9. Alors que Lisa Vapné travaille sur la communauté juive allemande russophone, elle met bien en évidence que les études démographiques peinent à fixer la catégorie des juifs de pères « qui y font figure d’absents, d’âmes mortes ». Ainsi, affirmer que 25 % des « migrants juifs » en Allemagne sont des enfants de pères juifs ne relève que d’une estimation. Enfin, un autre problème vient de la difficulté à définir qui est juif, comme l’exprime Madeleine Dreyfus : « les contours de ce qui est juif s’estompent ». Elle démontre qu’il est désormais nécessaire de redéfinir la judéité, c’est-à-dire ce que « juif » signifie et quelles en sont les caractéristiques. Noga Raviv et Julia Martinez-Ariño soulignent également qu’il est difficile d’établir des critères clairs pour définir l’appartenance à la population juive. Dans cette optique, Tanenbaum et Kooyman se fixent comme objectifs de mieux cerner l’identité des enfants issus de mariages mixtes et de comprendre la manière dont ils se sentent liés au judaïsme.

  • 10 Processus dans lequel les individus se perçoivent extérieurs à la société majoritaire.
  • 11 Par exemple, la communauté juive allemande a absorbé, en quelques décennies, des migrations de Juif (...)

3La place de l’individu juif dans la société d’États européens est interrogée. Dans sa contribution au titre déroutant, « Les juifs français sont-ils (devenus) des Blancs comme les autres ? », Samuel Ghiles-Meilhac effectue une brève étude comparative avec les États-Unis, avant de tenter de démontrer, entre autres, que le discours de SOS Racisme, depuis les années 1980, contribue à « dénationaliser » symboliquement les Juifs de France en créant un parallèle artificiel entre eux et les immigrés venus récemment d’Afrique du Nord. Parallèlement, Noga Raviv évoque les liens profonds des Juifs de France avec Israël comme une source « d’altérisation10 » vis-à-vis de la société française (p. 78) en raison, notamment, de l’opinion dominante en France qui est négative à l’égard de la politique d’Israël. En relation avec ce processus, nous retrouvons dans plusieurs articles la thématique du « paria » ou du « parvenu ». Jean-Claude Poizat fait ainsi un lien entre la réflexion d’Hannah Arendt (inspirée de Bernard Lazare) sur « le paria conscient » et les intellectuels juifs français contemporains. L’illustration du parcours d’Alain Finkielkraut vient alors illustrer avec pertinence son analyse. Parallèlement, les articles montrent de quelles manières de nombreux individus vivent en marge de la communauté juive ou en sont exclus de fait. En effet, un des sujets majeurs qui traverse tout le recueil est le problème de l’inadéquation entre, d’une part, la réalité plurielle des judéités et, d’autre part, sa représentation qui est prise en charge par une judéité orthodoxe. En partant d’exemples, Noga Raviv parle de « pluri-appartenance ». Julia Martinez-Ariño renchérit en évoquant « la grande pluralité interne et la forte fragmentation cultuelle et idéologique » (p. 85) en Espagne comme dans le reste de l’Europe. Chantal Bordes-Benayoun démontre avec efficacité que « les identifications multiples ne sont plus tout à fait de l’ordre de l’exception » (p. 242). Ainsi, « les Juifs sont désormais pluriels ». Or, en Espagne, Martinez-Ariño explique que des tensions existent autour de l’institutionnalisation de multiples orientations idéologiques. En effet, la représentation des communautés devant l’État ne reflète pas cette diversité. Au contraire, elle est « aux mains » d’un courant religieux orthodoxe et traditionnel. En Allemagne, cette domination entraîne une évolution de la politique migratoire à l’égard des juifs postsoviétiques. Lisa Vapné suppose que l’État allemand11 s’est approprié les catégories religieuses du judaïsme orthodoxe, ce qui entraîne un « rétrécissement catégoriel » (excluant de fait les juifs de père). Afin de remédier à cette inadéquation, Tanenbaum et Kooyman suggèrent de donner davantage « de perspectives aux organisations juives cherchant à s’adapter à une démographie en pleine évolution » (p. 138), c’est-à-dire en particulier aux enfants de couples mixtes. Chantal Bordes-Benayoun montre que la diversité des judéités est occultée « par ce que l’on pourrait appeler le consensus du moment sur la définition des Juifs » (p. 237). Elle oppose les tenants d’une approche orthodoxe et exclusive de l’appartenance juive aux tenants d’une approche se voulant pragmatique et intégrative (intégrant les enfants nés de couples mixtes, de mères non juives).

4Le site internet satirique Jewpop, fondé en 2011, critique fortement cette « religiosité exclusive ». Parmi les sujets qui jalonnent le recueil, nous retrouvons de nombreuses thématiques que Jewpop aborde sur un ton critique, tels que l’obsession de la Shoah ou de l’antisémitisme et le soutien inconditionnel à Israël. Dans cet ouvrage, les réflexions pertinentes d’Alain Granat, le créateur de Jewpop, viennent alors apporter un contrepoint particulièrement intéressant car il reformule autrement des problématiques évoquées également par une partie des chercheurs. Par exemple, une des questions que Granat soulève est de savoir pourquoi le rabbinat ne considère pas comme juifs ceux qui auraient été définis comme tels par les nazis. En effet, le thème de la Shoah est omniprésent dans la question de la définition de la judéité. Les chercheurs partagent plusieurs témoignages de juifs de père persécutés par les nazis mais qui, plus tard, en dépit de ce passé, n’ont pas été considérés comme juifs par le rabbinat. C’est pourquoi Madeleine Dreyfus écrit qu’avec « la Shoah en toile de fond, cette discrimination envers les enfants de pères juifs est ressentie comme particulièrement injuste » (p. 115).

5Cet ouvrage collectif met donc bien en lumière la complexité et la richesse qui existent autour des identités plurielles et de la mixité des Juifs d’Europe. Les chercheurs présentent avec efficacité les tensions autour de la réinvention et de la redéfinition de l’identité juive et des traditions familiales (p. 131). Dans cette optique, Madeleine Dreyfus évoque la remise en question « des autorités et la prise de distance par rapport à la religion », sensible depuis les années 1970 en Europe occidentale (p. 110).

6Pour finir, si Martinez-Ariño évoque une faible visibilité de la recherche en Espagne, de son côté, dans son article, Yeshaya Dalsace établit un état des lieux sur la recherche en France sur le judaïsme, soulignant que la situation est loin du dynamisme des États-Unis et plus largement du monde anglo-saxon. Il signale qu’en France, la recherche sur le judaïsme se fait surtout dans les domaines historiques et sociologiques. Il n’est donc pas étonnant que l’ouvrage Juif d’Europe vienne s’inscrire dans cette continuité.

Haut de page

Notes

1 Alain Médan, Mondes juifs. L’envers et l’endroit, Paris : PUF, 1991, p. 9.

2 On peut rappeler la qualité de la thèse de sociologie d’Ewa Tartakowsky, publié en 2016 sous le titre Les Juifs et le Maghreb. Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 mai 2016, consulté le 21 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/20846.

3 Marcelo Dimentstein est doctorant à l’EHESS.

4 Elle est l’auteure d’un article sur la culture polonaise face aux relations entre Juifs et non-Juifs dans la Pologne de l’après-guerre.

5 International Centre for Community Development.

6 Service social juif (Pays-Bas).

7 Être juif de père (et non de mère comme le veut la Halacha).

8 Pour son étude sur les Juifs d’Allemagne, Toby Anne Axelrod ne dispose pas de chiffres exacts sur les Israéliens en Allemagne puisque la majorité possède un passeport européen. Pour la Hongrie, Zsofiá Kata Vincze estime que seul 10 % de la population juive est affilié à une organisation juive (p. 96). Parallèlement dans une ville comme Berlin, par exemple, les Juifs non affiliés à une organisation juive sont trois fois plus nombreux que les autres (p. 221).

9 En effet, ces Juifs « non halachiques » ne sont pas acceptés par une majeure partie de la communauté religieuse qui se conforme aux règles de la Halacha.

10 Processus dans lequel les individus se perçoivent extérieurs à la société majoritaire.

11 Par exemple, la communauté juive allemande a absorbé, en quelques décennies, des migrations de Juifs russophones numériquement plus importantes qu’elle-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Ewa Tartakowsky et Marcelo Dimentstein, Juifs d’Europe. Identités plurielles et mixité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24013

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Le Dr Schulz est actuellement chercheuse associée au CERIEC de l’Université d’Angers (EA 922) et membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités (GRSL – UMR CNRS/EPHE 8582). Titulaire d’un doctorat d’histoire et sémiologie du texte et de l’image, effectué sous la direction de Julia Kristeva à l’Université Paris VII, elle a enseigné la littérature francophone à l’université hébraïque de Jérusalem et a été professeur de Français Langue Etrangère à l’Institut français de Jérusalem Romain Gary. Ses recherches portent essentiellement sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale de langue française.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page