Navigation – Plan du site

Marie Delaplace, Gwendal Simon, Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements

Hélène Jeanmougin
Touristes et habitants
Marie Delaplace, Gwendal Simon, Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements, Gollion (CH), Infolio, coll. « Archigraphy poche », 2017, 176 p., préf. Frédéric De Coninck, postf. Adèle Esposito, ISBN : 978-2-88474-395-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les récentes tentatives de plusieurs municipalités françaises de réguler les locations de logements à des fins touristiques via la plateforme Airbnb ont ouvert le débat sur les enjeux économiques et sociétaux des transformations des acteurs comme des formes touristiques. Comment se caractérisent ces transformations et quels sont leurs impacts sur la ville et ses habitants ? Quels conflits liés au tourisme observe-t-on aujourd’hui dans les villes françaises ? Enfin, quelles mesures pourraient être mises en place par les élus, aménageurs et habitants pour les limiter ? Voici les interrogations qui guident cet ouvrage s’inscrivant dans la série du Labex Futurs urbains, qui propose à deux chercheurs issus de disciplines différentes – ici, économie et sociologie – l’analyse d’une question urbaine d’actualité, et dont la visée est d’être accessible à un lectorat extérieur au milieu académique. Dans une première partie, Marie Delaplace, dont les recherches portent sur les déterminants du développement de l’économie locale, explore les enjeux économiques des coprésences conflictuelles liées au tourisme, notamment dans les secteurs de l’immobilier et des transports. Gwendal Simon, sociologue travaillant sur les tourismes et les mobilités en milieu urbain, s’attache dans une seconde partie à déconstruire les catégories « touristes » et « habitants » tout en détaillant les différents types de situations conflictuelles causées par les transformations touristiques contemporaines.

  • 1 Davezies Laurent, La république et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Paris, (...)

2La première partie présente les enjeux économiques du tourisme, défini comme « les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel à des fins de loisirs, pour affaires ou autres motifs » (p. 21). Bien que la difficulté méthodologique de mesurer précisément les données qui lui sont liées soit soulignée – aucun secteur « tourisme » n’existe dans la nomenclature INSEE ou dans la comptabilité nationale –, une série de données quantitatives permet de saisir l’ampleur de ce secteur d’activité et ses enjeux au niveau territorial dans un contexte de crise économique et de désindustrialisation. L’auteure s’appuie ensuite sur l’idée de « divorce géographique entre les forces productives et les dynamiques de développement »1 pour expliciter la complémentarité économique entre résidents et touristes. Ces deux groupes d’acteurs alimentent en effet des sources « non productives » de revenu et de dépense sur les territoires : il s’agit par exemple de transferts de salaires publics, d’aides sociales ou de revenus liés au tourisme’. Si le tourisme peut ainsi permettre aux territoires de bénéficier « de revenus qu’ils n’ont pas produits » (p. 29), des données de l’INSEE sur les rapports interdéciles en fonction du revenu dans les quatre régions les plus touristiques montrent qu’au niveau local les retombées économiques du développement touristique ne profitent pas à tous mais renforcent plutôt les inégalités de revenus.

3Les interactions entre les différentes activités économiques d’un territoire sont complexes : elles dépendent en grande partie du type et de l’importance des ressources présentes sur celui-ci et de la façon dont elles sont exploitées par les différentes activités. Sur un même territoire, les activités touristiques peuvent être ainsi complémentaires à d’autres activités et bénéficier aux résidents ou à l’économie d’un territoire. C’est ce que s’attache à montrer Marie Delaplace avec une série d’exemples (construction ou entretien d’infrastructures, création d’emplois, valorisation de savoir-faire ou de patrimoine, dynamisation de la base productive...) explicitant les liens étroits qu’entretiennent les secteurs touristique, domestique et économique. À l’inverse, on peut observer des concurrences entre l’activité touristique et d’autres activités auxquelles elle peut nuire – particulièrement par le biais de la pollution environnementale – ainsi que l’apparition de conflits d’usage des ressources locales, notamment l’eau sur les zones littorales. L’auteure approfondit ensuite les conflits liés à l’immobilier, en montrant à partir de l’exemple des résidences secondaires et des locations touristiques entre particuliers – dont Airbnb est l’exemple type – l’ambiguïté et les croisements entre touristes et résidents dans les bénéfices économiques que les uns tirent de la présence des autres.

  • 2 La « consommation expérientielle » est une consommation s’inscrivant dans une « recherche de sensat (...)

4Ambiguïté et croisements caractérisent également les interactions entre touristes et résidents au sein des transports. Le tourisme peut ainsi être l’argument pour l’extension de grandes infrastructures (gares, aéroports...) censées bénéficier au développement économique du territoire, mais dont les investissements peuvent se faire au détriment d’autres projets aux retombées plus locales (rénovation d’infrastructures scolaires ou sportives, par exemple). L’amélioration de l’accès aux sites et la réduction des temps de trajet bénéficient aux touristes, de plus en plus souvent à la recherche de « consommation expérientielle »2, mais également aux populations locales. Néanmoins, ces dernières peuvent subir la présence touristique dans des transports déjà congestionnés : on observe alors l’apparition de conflit d’usage entre ces deux populations.

5En s’appuyant sur ce type d’exemples de complémentarités et de conflits, Marie Delaplace argumente en faveur d’investissements économiques multifonctionnels capables à la fois d’attirer les touristes et de bénéficier aux résidents tout en limitant l’apparition de situations conflictuelles. Les politiques nationales et locales devraient ne plus se focaliser uniquement sur l’attractivité touristique et œuvrer plutôt pour une meilleure cohabitation entre touristes et résidents. Plusieurs propositions, plus ou moins convaincantes, sont ainsi faites dans ce sens : de manière générale, il s’agirait de favoriser des interactions accrues entre global et local, d’une part, et entre touristes et acteurs locaux – privés et associatifs –, d’autre part, pour « recréer de l’urbanité » (p. 80) en fabriquant une ville accueillante pour les uns comme pour les autres.

6C’est également une gestion politique prenant en compte la diversité des usages et des usagers que défend le sociologue Gwendal Simon dans la seconde partie. Il y critique les catégories et figures idéal-typiques, chères aux sciences sociales, qui empêchent selon lui d’appréhender l’hétérogénéité des concepts de « touriste » et d’« habitant ». Il s’attache à déconstruire ces catégories, d’autant plus obsolètes que la transformation du tourisme contemporain se caractérise par une « diversification des objets et des lieux valorisables », une « désacralisation » partielle de ceux qui, jusqu’ici, étaient touristiquement valorisés, et un « enchâssement de la sphère touristique dans des formes quotidiennes » (p. 86-87).

  • 3 Girard Alain, « Trajectoires et processus de sociabilisation des salariés mobiles du tourisme : tro (...)
  • 4 Giroud Matthieu, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre a (...)
  • 5 Selon Mathieu Giroud, la notion de « résider » renvoie à l’idée d’avoir son logement dans un lieu d (...)

7Les différentes perspectives des travaux sur le tourisme – critique de ses effets néfastes, valorisation de ses externalités positives, ou insistance sur sa nature duale – sont présentées, pour en souligner les limites et proposer de se focaliser plutôt sur la mixité des manières d’habiter. En conséquence, il s’agit plutôt de ’’’décrire « une connexion croissante entre le tourisme et un ensemble de migrations » (p. 97) ainsi qu’une diversification des lieux de résidentialité qui dépasse l’opposition classique entre nomade et sédentaire. ’’L’hybridité des modes d’habiter temporaires et l’ambiguïté des statuts de « touriste » et d’« habitant » sont illustrées par deux exemples approfondis : celui des résidents secondaires et celui des travailleurs saisonniers du tourisme. Gwendal Simon détaille différents degrés d’investissement et d’intégration de ces deux groupes d’acteurs au niveau local. Si ces exemples démontrent bien la « dé-différenciation » entre l’« habiter » et le « visiter »3, on pense aussi à la différence entre « résider » et « habiter » établie par Mathieu Giroud4 : elle aurait fait sens ici pour souligner le fait que l’appartenance à un espace local dépend d’une multitude de facteurs et pas uniquement du lieu de résidence5. Il est également intéressant de remarquer que l’auteur souhaite se libérer des catégorisations mais que ces exemples reposent de nouveau sur la construction de catégories, certes plus fines, mais qui segmentent et homogénéisent là aussi les fractions de populations enquêtées : les sciences sociales ne sauraient-elles pas se défaire des catégories ?

  • 6 Veschambre Vincent, Gravari-Barbas Maria, « Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d (...)
  • 7 Ripoll Fabrice, Veschambre Vincent, « Introduction. L’appropriation de l’espace comme problématique (...)

8Deux cadres d’analyse sont ensuite proposés pour clarifier les enjeux de coprésences conflictuelles liés à l’espace, difficiles à cerner du fait de la diversité de leurs formes, de leur nature mouvante, de leurs différents degrés d’intensité et de publicité, et encore en raison de la multitude des ‘acteurs impliqués. Une approche historique autour de deux cas conflictuels espacés dans le temps (la croissance du sport d’hiver dans les Alpes et l’aménagement territorial pour le tourisme de masse) permet d’abord de saisir l’importance du contexte et de la temporalité des conflits, ainsi que les différents facteurs dont leur développement dépend. Une seconde approche analytique est proposée autour de l’idée de conflits d’appropriation de l’espace et de ses ressources, « révélateurs pertinents de la façon dont les acteurs sociaux cherchent à se placer, à faire valoir leurs revendications, à construire ou à contrôler les territoires »6. Cette approche s’appuie sur des travaux distinguant trois formes d’appropriation de l’espace : juridique (basée sur la propriété du sol encadrant l’usage de l’espace), matérielle (liée aux actions s’y déroulant) et idéelle (relevant des représentations et des perceptions)7. Cette typologie et les exemples qui ’’l’illustre permettent de mieux appréhender la diversité des objets conflictuels, des concurrences et des rapports de force potentiels, ainsi que les résistances éventuelles.

  • 8 Le Breton Éric, Mobilité et société dispersée. Une approche sociologique, Paris, L’Harmattan, 2016.
  • 9 Guérin Florian, Enjeux socio-urbains du noctambulisme. Le cas de Paris et Madrid au début du XXIe s (...)

9C’est donc pour une politique de tous les usagers – temporaires et permanents – et de tous les usages que plaide Gwendal Simon. La construction d’une telle politique pourrait se faire « à travers des arrangements localisés afin d’articuler différents registres légitimes de la vie citadine » (p. 144). La prise en compte de l’hétérogénéité des usages urbains et de ses temporalités ou la reconnaissance des droits du « passant » et non plus uniquement de l’habitant8 seraient par exemple deux outils permettant de s’approcher d’une « réelle politique de la coprésence » (p. 147), dans un espace urbain dont les « sans-voix »9 sont toujours plus exclus.

10En plus de cerner de manière assez complète les enjeux actuels des coprésences entre touristes et habitants dans les territoires urbains français, cet ouvrage propose un état de l’art des travaux liés au tourisme permettant de repérer les objets qui n’ont pas ou pas assez été étudiés. Si certains points sont très brièvement abordés – ce qui est parfois frustrant – chercheurs et étudiants mais aussi aménageurs, urbanistes ou élus politiques sont invités à aller puiser dans la bibliographie foisonnante pour se saisir d’objets à approfondir. La pluralité des lecteurs auxquels s’adresse l’ouvrage se ressent par ailleurs fortement dans l’écriture et dans l’effort de rendre concrets des concepts en les exemplifiant systématiquement. Dans ce sens, l’objectif de l’ouvrage d’être accessible en dehors du domaine académique est tout à fait atteint.

  • 10 Étude de Gaël Chareyron, Saskia Cousin et Sébastien Jacquot, voir : “Comment Airbnb squatte la Fran (...)
  • 11 Breviglieri Marc, Trom Danny, « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et ha (...)
  • 12 Breviglieri Marc, « Le temps des cohabitations », in Phuong-Mai Huynh (dir.), Habitat et vie urbain (...)
  • 13 Breviglieri Marc, « Une brèche critique dans la “ville garantie” ? Espaces intercalaires et archite (...)
  • 14 Ainsi, à Berlin, comme cela est mentionné dans l’ouvrage, la législation limite la mise en location (...)

11On peut regretter cependant que les analyses – notamment celles de la partie sociologique – reposent presque uniquement sur des données de seconde main, tandis qu’on pensait trouver des résultats d’études qualitatives récentes et inédites. Certaines références bibliographiques auraient pu enrichir encore les analyses, par exemple une récente étude sur le développement d’Airbnb et les conséquences de cette croissance sur les territoires10, ou les travaux de Marc Breviglieri sur les « épreuves citadines et habitantes »11, les cohabitations12 ou la « ville garantie »13. Si l’importance de la prise en compte de tous les usagers dans la conception de l’espace public est soulignée, on regrette cependant que les dimensions de genre ou d’âge, qui complexifient encore la diversité d’usages et de perceptions de cet espace, ne soient pas mentionnées. Pour finir, bien qu’il soit annoncé dès le début qu’il s’agit d’une étude du cas de la France, les exemples des situations à l’étranger auraient pu être plus approfondis, ce qui aurait permis de mettre au jour les limites de certaines mesures présentées comme des solutions potentielles14. Il n’en reste pas moins que les auteurs ne se contentent pas de décrire et d’analyser, mais s’inscrivent clairement dans une lignée opérationnelle en proposant des pistes pour améliorer les situations conflictuelles décrites, ce qui est trop rarement le cas dans les ouvrages de sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Davezies Laurent, La république et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Paris, Le Seuil, 2008 ; compte rendu de Benoît Ladouceur pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/542.

2 La « consommation expérientielle » est une consommation s’inscrivant dans une « recherche de sensations et d’émotions, de pratiques qui s’inscrivent dans un vécu » (p. 75), dont le transport est une composante.

3 Girard Alain, « Trajectoires et processus de sociabilisation des salariés mobiles du tourisme : trois manières d’habiter l’espace-temps saisonnier », in Authier Jean-Yves, Bourdin Alain, Lefeuvre Marie-Pierre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, p. 11-31 ; compte rendu de l'ouvrage par Stéphanie Vincent-Geslin pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/15398.

4 Giroud Matthieu, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne), thèse de doctorat, Université de Poitiers, 2007.

5 Selon Mathieu Giroud, la notion de « résider » renvoie à l’idée d’avoir son logement dans un lieu donné, l’« habiter » désignant plutôt une « combinaison de différents registres de pratiques spatio-temporelles, articulée à un écheveau de significations, et inscrite au sein de champs de contraintes structurelles pluriels », ibid., p. 70.

6 Veschambre Vincent, Gravari-Barbas Maria, « Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits », in Melé Patrice, Larrue Corinne, Rosemberg Muriel (dir.), Conflits et territoires, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2004, p .71.

7 Ripoll Fabrice, Veschambre Vincent, « Introduction. L’appropriation de l’espace comme problématique », Norois, vol. 195, n° 2 2005, p. 7-15.

8 Le Breton Éric, Mobilité et société dispersée. Une approche sociologique, Paris, L’Harmattan, 2016.

9 Guérin Florian, Enjeux socio-urbains du noctambulisme. Le cas de Paris et Madrid au début du XXIe siècle, thèse de doctorat, Université Paris-Est, 2017.

10 Étude de Gaël Chareyron, Saskia Cousin et Sébastien Jacquot, voir : “Comment Airbnb squatte la France”, article de Michaël Hadjenberg, 31 juillet 2015, https://www.mediapart.fr/journal/france/310715/comment-airbnb-squatte-la-france?onglet=full, “Airbnb : quand un canapé cache un professionnel”, article d’Isabel Lesniak, 19 février 2016, https://www.lesechos.fr/19/02/2016/LesEchosWeekEnd/00019-012-ECWE_airbnb--quand-un-canape-cache-un-professionnel.htm.

11 Breviglieri Marc, Trom Danny, « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », in Cefai Daniel, Pasquier Dominique (dir.), Les sens du public : publics politiques et médiatiques, Paris, PUF, 2003, p. 399-416.

12 Breviglieri Marc, « Le temps des cohabitations », in Phuong-Mai Huynh (dir.), Habitat et vie urbaine. Changement dans les modes de vie, Paris, Éditions du PUCA, 2006, p. 45-56.

13 Breviglieri Marc, « Une brèche critique dans la “ville garantie” ? Espaces intercalaires et architectures d’usage », in Cogato Lanza, Pattaroni, Piraud et Tirone (dir.), De la différence urbaine. Le quartier des Grottes/Genève, Metis Presses, 2013.

14 Ainsi, à Berlin, comme cela est mentionné dans l’ouvrage, la législation limite la mise en location avec Airbnb à des chambres dans des appartements occupés. Cependant, le manque de contrôle ne permet pas une application efficiente, et des décisions du tribunal administratif sont récemment venues contredire cette législation en autorisant des locations de logements entiers. Voir : Ralf Schönball, « Airbnb fährt Kampagne gegen Berlins Politik », Der Tagesspiegel 17 octobre 2017, http://www.tagesspiegel.de/berlin/streit-um-ferienwohnungen-airbnb-faehrt-kampagne-gegen-berlins-politik/20457416.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Jeanmougin, « Marie Delaplace, Gwendal Simon, Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24019

Haut de page

Rédacteur

Hélène Jeanmougin

Doctorante en sociologie au LAMES, UMR 7305.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page