Navigation – Plan du site

Fabrice Dhume-Sonzogni, Communautarisme. Enquête sur une chimère du nationalisme français

David Noël
Communautarisme
Fabrice Dhume-Sonzogni, Communautarisme. Enquête sur une chimère du nationalisme français, Paris, Demopolis, coll. « Demopolis », 2016, 226 p., Préface d'Eric Fassin, ISBN : 978-2-35457-092-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le « communautarisme » n’en finit pas de faire polémique, comme l’illustre à loisir l’actualité récente : début novembre, Danièle Obono, députée de la France insoumise, a ainsi été critiquée pour avoir qualifié Houria Bouteldja, du Parti des indigènes de la République, de « camarade », au point que plusieurs responsables de la France insoumise ont pris leurs distances avec elle1. Deux semaines plus tard, c’est le syndicat SUD Éducation 93 qui était accusé de « communautarisme » en raison d’un stage syndical comprenant des ateliers « non mixtes » réservés aux « personnes racisées ». La polémique entre le syndicat et le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a pris une envergure nationale2. Fin décembre, c’était au tour de l’essayiste Rokhaya Diallo d’être accusée de « communautarisme » et sommée de démissionner du Conseil national du numérique par le gouvernement. En solidarité avec Mme Diallo, plusieurs membres de cette instance viennent de démissionner3.

2Enseignant-chercheur à l’université Paris Diderot et membre de l’unité de recherche Migrations et société, le sociologue Fabrice Dhume-Sonzogni s’est penché sur la question du communautarisme, un terme qui « prolifère depuis quelques années dans les discours politiques, distillant l’idée qu’une menace place sur l’identité nationale et les valeurs de la République » (4e de couverture). Son travail repose sur une analyse fine, à la fois quantitative et qualitative, de la presse nationale, puis de la presse locale de la fin des années 1980 jusqu’aux années 2010.

3Dans un premier temps, l’auteur s’intéresse à ce qui se dit dans le nom de « communautarisme ». Contrairement à une idée reçue, le terme ne vient pas des États-Unis et n’a d’ailleurs pas d’équivalent dans la langue anglaise. Le mot communautarisme est un néologisme qui n’existait pas il y a encore trente ans et qui s’est imposé d’abord dans les médias, avant d’être utilisé par les chercheurs et les institutions, qui s’avancent sur un terrain bien fragile et miné en utilisant donc un concept hasardeux. Pour Fabrice Dhume-Sonzogni, la diffusion du terme « communautarisme » est d’abord une « entreprise morale et politique » (p. 27) qui mobilise divers réseaux d’acteurs (éditorialistes, responsables politiques, chercheurs) et qui ne fonctionne que par juxtaposition et amalgame de divers thèmes. Mal défini, le communautarisme opère un tri entre bonnes et mauvaises communautés : il valorise la communauté nationale, opposée au niveau supra-national de la communauté européenne et au niveau infra-national de la communauté d’origine de l’immigré. L’auteur relève que « de même que c’est la pensée raciste qui invente et produit des “races”, le discours sur le communautarisme s’invente des communautés pour figurer un outsider. […] Il impute malgré tout aux groupes sociaux qu’il veut dénoncer une communauté d’origine ou de sexe, etc., où cette caractéristique est supposée essentielle et l’appartenance indéfectible » (p. 52). Pour l’auteur, communautarisme est un mot du « groupe majoritaire » parlant au nom d’un « nous » et se jugeant légitime pour dénier la parole et l’expression politique des groupes minorisés perçus comme porteurs de revendications archaïques et infra-politiques vis-à-vis de l’État-nation français. Le discours dénonciateur du communautarisme porte une lecture catastrophiste et présente l’école, la société française et de manière générale la République (voire l’Europe ou l’Occident) comme des citadelles assiégées par des ennemis de l’intérieur et de l’extérieur. Ce discours nationaliste autorise ainsi un « racisme rendu comme respectable » (p. 78).

4Dans la deuxième partie de son ouvrage, Fabrice Dhume-Sonzogni étudie la manière dont la catégorie « communautarisme » s’est imposée dans le débat. L’auteur a mesuré l’évolution du terme dans les principaux quotidiens nationaux. À titre d’exemple, le mot apparaît moins de dix fois par an dans les pages du Monde avant 1995, mais on le retrouve dans 148 articles entre 2002 et 2008 et dans 195 articles du Figaro sur la période 2002-2007. L’usage du terme a connu une inflation quantitative, mais aussi une modification qualitative : l’auteur le démontre avec une étude de son utilisation dans les articles du Monde. Entre 1988 et 2010, le terme, initialement réservé aux tribunes des pages « Débat » et à des reportages à l’étranger, a migré vers les rubriques « Politique » et « Société ». À la suite des attentats du 11 septembre 2001 et des débats autour de la loi de 2004 sur les signes religieux ostensibles à l’école, le terme de « communautarisme » unifie un ensemble de thématiques consacrées à la guerre contre le terrorisme, à la place de l’islam dans la société française et à la gauche, accusée de laxisme et de complaisance face au « péril communautariste ».

5À l’issue de cette étude minutieuse, Fabrice Dhume-Sonzogni conclut que le communautarisme n’est qu’une « chimère » du nationalisme français. Comme le monstre de la mythologie grecque, le communautarisme est un monstre « imaginaire […] au pouvoir global malfaisant, avec une capacité spécifique de mettre le feu » (p. 139). Comme le monstre mythologique, le communautarisme est formé de plusieurs parties disparates : « le corps en serait l’islam, supposé porter en son sein la menace communautaire et, au-delà, “terroriste” ; la tête en serait l’Amérique, supposée être le siège de l’offensive idéologique néolibérale, mondialiste et multiculturaliste ; la queue en serait la gauche […] supposée trop souple et coulante avec l’islam et les communautés » (p. 139).

6Si le communautarisme est le nom d’une chimère, « le langage et les peurs chimériques ont des effets », note Fabrice Dhume-Sonzogni en ouverture du troisième chapitre de son livre, dans lequel il s’intéresse à la mise en pratique d’une grille de lecture qui contribue à façonner l’action publique et à reconfigurer la réalité sociale. Ici, l’auteur fonde son étude sur l’analyse de deux quotidiens régionaux, L’Alsace et les Dernières nouvelles d’Alsace. Le terme de « communautarisme » y apparaît d’abord comme relevant de la politique nationale. Son utilisation pour qualifier des situations locales contribue dans le premier cas étudié – celui de l’internat d’un collège – à une dépossession des acteurs locaux de l’Éducation nationale par les autorités (Renseignements généraux et Préfecture) ; dans le second cas, un fait divers (le braquage d’un commerce) donne lieu à une attaque politique de la part d’élus de droite contre une association de quartier accusée de « soutien aux voyous ». Le terme, utilisé pour dénigrer l’action de cette association de quartier, relève en l’espèce d’un marqueur d’infamie à l’encontre d’une association qui promeut, à sa manière, l’engagement civique des jeunes du quartier.

7« Arme de disqualification politique » (p. 174), « communautarisme » est devenu un mot qui fait consensus contre lui mais, paradoxalement, le terme est désormais revendiqué par les membres de groupes minoritaires, à l’image du rappeur Booba ou de l’essayiste d’extrême droite Alain de Benoist, pour des raisons diamétralement opposées. Pour Fabrice Dhume-Sonzogni, le « discours du communautarisme […] semble avoir produit les identifications communautaires qu’il dénonçait » (p. 192). En ce sens, le communautarisme fonctionne comme une prophétie autoréalisatrice.

8Par ailleurs, la lutte contre le communautarisme a donné lieu à un arsenal législatif : loi de 2004 sur le port de signes religieux ostensibles à l’école, loi de 2010 sur l’interdiction de la burka… Dans le contexte politique actuel, marqué par les attentats de 2015, l’emploi du terme « communautarisme » désigne et stigmatise « un ennemi toujours simultanément dedans-dehors, toujours insuffisamment “intégré” et excessivement “étranger” » (p. 200). Pour l’auteur, la rhétorique de la nation menacée puise dans l’imaginaire raciste et légitime le retour médiatico-politique d’un discours explicite sur les races de plus en plus décomplexé.

9L’ouvrage de Fabrice Dhume-Sonzogni bousculera à coup sûr les certitudes du lecteur. Il nous invite à faire attention aux mots employés pour décrire la réalité sociale. Les mots sont importants et peuvent être les vecteurs d’une vision du monde et d’un imaginaire qui finit par donner corps aux choses qu’ils dénonçaient. Fabrice Dhume-Sonzogni montre avec justesse que le mot « communautarisme » est le vecteur d’un imaginaire ethno-nationaliste. De l’affaire du foulard de Creil aux polémiques de l’été 2016 sur le « burkini » – Fabrice Dhume-Sonzogni y revient dans l’émission de France Culture de septembre 2016 consacrée à son livre4 –, le communautarisme raconte en fait le succès d’une entreprise médiatico-politique nationaliste qui a colonisé les colonnes des journaux, les esprits et le discours institutionnel. C’est tout l’intérêt de l’ouvrage de Fabrice Dhume-Sonzogni que de reconstituer la genèse et de déconstruire les présupposés d’un mot toxique qui ne contribue en rien à la compréhension du monde et distille du poison dans toute la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Fabrice Dhume-Sonzogni, Communautarisme. Enquête sur une chimère du nationalisme français », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24022

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page