Navigation – Plan du site

Denis Thouard, Bénédicte Zimmermann (dir.), Simmel, le parti-pris du tiers

Audran Aulanier
Simmel, le parti-pris du tiers
Denis Thouard, Bénédicte Zimmermann (dir.), Simmel, le parti-pris du tiers, Paris, CNRS, 2017, 444 p., ISBN : 978-2-271-08741-6.
Haut de page

Texte intégral

1Par le truchement de cet ouvrage collectif, Denis Thouard et Bénédicte Zimmermann souhaitent « poser à nouveaux frais certaines questions essentielles des sciences sociales » au moyen d’une « confrontation aux idées de Simmel » (p. 11). Les directeurs de l’ouvrage nous proposent donc, plutôt qu’une énième analyse de Simmel, un parcours autour de celui-ci pour remettre en mouvement certains grands débats des sciences sociales.

  • 1 Voir Julien Freund, Sociologie du conflit, Paris, Presses Universitaires de France, 1983 ; de même (...)
  • 2 Se référer au tableau synthétique concernant les « principaux textes introduisant Simmel produits p (...)
  • 3 La seconde partie de l’article a notamment été abrégée par rapport à l’original (cf. Donald N. Levi (...)

2La première partie est consacrée à la réception de l’auteur en France et aux États-Unis. La contribution liminaire, signée de Sylvain Laurens, porte sur l’utilisation de Simmel dans l’œuvre de Julien Freund1. À partir du milieu des années 1960 et jusqu’à la fin des années 1980, à une époque où Simmel n’est pas encore très connu en France2, Freund centre sa lecture sur l’idée simmelienne selon laquelle le conflit est naturel à toute société puisqu’il est un processus de socialisation. Le point central qu’il reprend à Simmel, et qu’il importe « brutalement » dans sa polémologie, est celui du tiers : celui qui, au départ hors du conflit, entre en jeu pour modifier le cours de ce conflit. Cette reprise lui sert à penser les relations internationales, notamment le rôle de l’Angleterre dans la Seconde Guerre mondiale. L’influence de Simmel aux États-Unis est ensuite traitée dans la deuxième contribution de l’ouvrage, qui est une traduction partielle d’un long article de Donald N. Levine, Ellwood B. Carter et Eleanor Miller Gorman3. Les auteurs y partent du constat que Simmel est le seul sociologue européen à avoir eu une influence continue en Amérique durant le XXsiècle. Ils distinguent trois périodes durant lesquelles Simmel est mobilisé de différentes manières. Tout d’abord, entre 1895 et 1930, Simmel, source « d’inspiration et de légitimation », est principalement utilisé pour définir ce qu’est la pensée sociologique. Ensuite, entre 1930 et 1955, c’est surtout par l’enseignement de ses travaux à l’université que Simmel garde « un seuil minimum d’intérêt ». Enfin, entre 1955 et 1975, l’œuvre simmelienne est utile pour « codifier les traditions de recherche » et de nombreux sociologues américains s’inspirent désormais de lui dans leurs travaux.

3La deuxième partie de l’ouvrage regroupe ensuite quatre contributions sur la théorie sociologique de Simmel. Les deux premières, celles de Gregor Fitzi et de Denis Thouard, spécialistes reconnus de Simmel, s’engagent sur la même voie : « saisir [le] parcours théorique » de Simmel. Fitzi montre que, pour Simmel, « au centre de l’analyse sociologique, se trouve la dialectique entre les rôles sociaux exercés par les individus et les caractéristiques de leur personnalité, au point d’intersection entre la structure et l’action sociale » (p. 103). C’est selon Fitzi cette redéfinition de ce qui fait le cœur de la sociologie qui permet à Simmel de dépasser le dualisme traditionnel entre holisme et individualisme. Quant à Thouard, il situe l’aspect novateur de l’œuvre de Simmel au niveau du dépassement que celui-ci fait du « je » transcendantal pour recentrer son étude sur la pluralité des catégories sociologiques. Les deux autres textes de cette partie sont en revanche moins directement centrés sur l’œuvre de Simmel, et montrent davantage comment on peut remettre à profit ses théories. Dans cette perspective, Laurent Thévenot insiste d’une part sur la conception de Simmel selon laquelle les personnes et les choses se façonnent concomitamment, de même que sur l’utilité que peut avoir cette conception du point de vue de la sociologie des engagements. D’autre part, Bénédicte Zimmermann montre en quoi la sociologie philosophique de Simmel peut constituer un point de départ pour étudier la question du pouvoir. L’auteure relie notamment le pouvoir et la liberté, qui sont pour elle des formes d’intégration sociale universelles, alors même que ces notions sont communément dissociées. À partir de Simmel, elle montre que ce couple notionnel est semblable aux deux faces d’une même pièce : il n’est pas possible de n’étudier qu’un seul aspect sans s’intéresser à l’autre.

4La troisième partie de l’ouvrage propose des contributions de Pierre-Michel Menger et André Orléan. Tous deux s’intéressent en effet à la théorie de l’argent de Simmel, mais par des points d’entrée différents. Menger fait dialoguer Simmel avec Marx, en particulier du point de vue de la rémunération du travail au regard de la quantité « de temps et de force » fournie. Orléan insiste pour sa part sur la lecture de Simmel développée par les économistes qui lui sont postérieurs. Il montre qu’associer Simmel à une « théorie subjectiviste de la valeur » relève du contre-sens, puisque Simmel, contrairement à ces économistes, définit la valeur d’une chose en fonction du désir que le sujet en a, et non de la jouissance que procurerait sa consommation.

  • 4 Georg Simmel, La religion, Belval, Circé, 1998.

5La quatrième partie de l’ouvrage est centrée sur les croyances sociales. On peut y lire deux contributions sur la religion, signées Volkhard Krech et Joan Stavo-Debauge. Dans son texte, Krech se livre à une relecture de La religion4 et montre que l’actualité de cet écrit est due à l’alliance entre sociologie et philosophie. En effet, Simmel s’y intéresse à la fois aux processus de socialisation religieuse et à la place de la religion dans la vie intérieure des individus. Cela lui permet non seulement d’expliquer la pérennité de la religion alors même que celle-ci n’est plus en mesure de fournir un modèle d’explication du monde, mais aussi de montrer la limite d’une conception de la religion comme projet de vie individuel. De son côté, Stavo-Debauge aborde cette problématique en confrontant Simmel aux débats actuels sur le post-séculier. À cette fin, il amorce d’emblée un détour par l’analyse de ces débats pour montrer le « fondamentalisme » de certains « auteurs américains [qui] se sont d’abord fait connaître dans l’espace de la philosophie analytique de la religion : Alvin Plantinga, Nicholas Wolterstorff, Christopher Eberle, ou Kevin Vallier, notamment » (p. 290). Puis Stavo-Debauge rejoint finalement Krech, puisqu’il met en avant que Simmel, en tant que « penseur de la différenciation et du flottement de la référence religieuse » (p. 311), s’oppose à une conception de la religion comme processus individuel qui donnerait autant de rationalité aux savoirs scientifiques qu’aux croyances religieuses. Son texte utilise en fait Simmel à rebours, tirant des leçons de ses écrits pour informer une controverse actuelle. Et ceci reflète parfaitement l’objectif de cet ouvrage collectif : ne pas étudier Simmel pour lui-même, mais en tant que ses écrits permettent une remise en branle de discussions contemporaines. De plus, cette partie contient également deux autres contributions qui offrent des perspectives comparatistes autour de l’analyse simmelienne de la religion. Celle de Louis Quéré, qui – centrée sur le rôle de la confiance dans les relations sociales chez Simmel – entreprend une confrontation avec Dewey et Wittgenstein. Puis celle de Jacques Le Rider, qui s’intéresse à l’analyse simmelienne du secret au regard de celle de Sigmund Freud.

6Dans la cinquième partie, c’est le processus d’individuation qui fait le lien entre les trois contributions. Tout d’abord, Michael Werner s’intéresse à la philosophie de l’art de Simmel et explique en quoi la relation entre l’artiste et son œuvre représente une sorte de miniature de la construction d’un individu dans la société. Ensuite, Julien Ségol centre son propos sur l’activité du comédien, longuement étudiée par Simmel, et montre dans quelle mesure le comédien constitue un exemple d’individuation. Enfin, Matthieu Amat met l’accent sur l’attitude pédagogique chez Simmel – ce dernier insistant sur l’idée qu’il y a toujours deux centres dans la pédagogie, le savoir et l’élève, et qu’aucun des deux ne peut jamais prendre totalement le dessus sur l’autre.

  • 5 L’ouvrage lui est d’ailleurs dédié.
  • 6 L’article est disponible en version intégrale et en langue originale dans Donald N. Levine, Social (...)
  • 7 Simmel serait : « esthète », « inconséquent », « un théoricien inconstant », tout à la fois « métap (...)

7En hommage à Donald N. Levine5, sociologue américain qui avait participé activement aux colloques préalables à cet ouvrage jusqu’à son décès en 2015, on retrouve en guise de dernière partie une traduction inédite (en version « brève ») d’un de ses articles consacrés à l’héritage de Simmel6. Il y développe cinq poncifs7 sur le penseur allemand et les discute pour en tirer de nouvelles pistes de réflexions. D’après Levine, à l’heure actuelle la pertinence de Simmel repose sur l’adaptabilité de ses schémas sociologiques à nos objets d’étude contemporains. Par exemple, son analyse de la culture montre que, « concernant le développement de l’individualité, l’ordre social et culturel moderne libère des forces qui à la fois accroissent et menacent les possibilités d’individualité authentique » (p. 397). Cette analyse pourrait alors nous aider à comprendre des mouvements tels que Occupy Wall Street ou encore les raisons d’une surveillance généralisée de la population.

8L’intérêt majeur de cet ouvrage collectif est par conséquent son insistance sur la richesse et la diversité des analyses de Simmel qui, au croisement de la philosophie et de la sociologie, couvrent des champs aussi différents que l’art, la religion, l’argent, le sentiment d’étrangeté, etc. Les différentes contributions montrent efficacement par quels biais il est possible de repartir de Simmel pour étudier à nouveaux frais certaines questions classiques des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Voir Julien Freund, Sociologie du conflit, Paris, Presses Universitaires de France, 1983 ; de même que la préface de Freund à l’essai de Simmel sur le conflit (Georg Simmel, Le conflit, Saulxures, Circé, 1992).

2 Se référer au tableau synthétique concernant les « principaux textes introduisant Simmel produits par Freund et l’"école strasbourgeoise" » (p. 42 à 44).

3 La seconde partie de l’article a notamment été abrégée par rapport à l’original (cf. Donald N. Levine, Ellwood B. Carter et Eleanor Miller Gorman, « Simmel's Influence on American Sociology. I », in American Journal of Sociology, vol. 81, n° 4, Chicago, The University of Chicago Press, 1976, p. 813-845 et Donald N. Levine, Ellwood B. Carter et Eleanor Miller Gorman, « Simmel’s Influence on American Sociology. II », in American Journal of Sociology, vol. 81, n° 5, Chicago, The University of Chicago Press, 1976, p. 1112-1132).

4 Georg Simmel, La religion, Belval, Circé, 1998.

5 L’ouvrage lui est d’ailleurs dédié.

6 L’article est disponible en version intégrale et en langue originale dans Donald N. Levine, Social Theory as a Vocation, London, Transaction Publishers, 2015, chapitre 7.

7 Simmel serait : « esthète », « inconséquent », « un théoricien inconstant », tout à la fois « métaphysicien et phénoménologue » et sa théorie serait « latente ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audran Aulanier, « Denis Thouard, Bénédicte Zimmermann (dir.), Simmel, le parti-pris du tiers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24029

Haut de page

Rédacteur

Audran Aulanier

Doctorant en philosophie et sciences sociales à l’EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page