Navigation – Plan du site

Florian Gulli et Jean Quétier, Découvrir Engels

Dimitris Fasfalis
Découvrir Engels
Florian Gulli, Jean Quétier (dir.), Découvrir Engels, Paris, Les Editions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2017, 132 p., ISBN : 978-2-35367-039-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lénine, « Friedrich Engels », in Œuvres choisies, Moscou, Éditions du Progrès, 1982, p. 11.

1Le destin de Friedrich Engels semble être lié à celui des marxismes du XXe siècle : la chute du mur de Berlin et du « socialisme réel » à l’Est en 1989 en ont fait un penseur daté. Ses écrits ont quitté abruptement la scène intellectuelle et culturelle pour être tranquillement classés parmi les objets d’un passé révolu, celui du XXe siècle. Comme si la clôture du « court vingtième siècle » avait posé une frontière définitive à la vie posthume des œuvres de ce théoricien majeur du « socialisme scientifique ». Dans le portrait que Lénine en faisait à l’automne 1895, quelques semaines après sa mort, il soutenait que « [a]près son ami Karl Marx (mort en 1883), Engels fut le savant et l’éducateur le plus remarquable du prolétariat contemporain dans le monde civilisé tout entier »1. Ce livre invite donc à une redécouverte d’un penseur incontournable des marxismes des XIXe et XXe siècles qui a eu, semble-t-il, un caractère matriciel.

2Organisé en douze chapitres, l’ouvrage de Florian Gulli et Jean Quétier porte l’ambition de renouer le fil entre Engels et nous. Tout en étant un « interlocuteur permanent », un ami et un soutien financier inconditionnel de Marx (p. 11), Engels a été, lui aussi, un penseur « à part entière ». Le choix des douze textes d’Engels retenus par Gulli et Quétier cherche en effet à montrer l’importance de ses interventions dans le domaine de la philosophie, de la stratégie politique et de la popularisation des travaux de Marx. Chacun des douze textes est d’une longueur d’environ deux pages. Ils sont suivis d’une présentation des sources d’Engels, d’une contextualisation, d’un commentaire visant à mettre en évidence les lignes de force du texte et d’une bibliographie succincte pour prolonger la réflexion. Chaque chapitre fait donc environ 10 pages : deux pages de texte original et huit pages de commentaire critique.

3La problématique qui transparaît dans les commentaires et les choix éditoriaux des deux auteurs est celle de l’actualité d’Engels, fondement pour sa redécouverte éventuelle. Cette actualité tient à trois fils conducteurs qui parcourent le livre. Tout d’abord, une actualité pour penser l’action politique à partir des luttes de classes et d’une stratégie située en dehors des pouvoirs établis. L’horizon politique est celui de l’émancipation alors que la position depuis laquelle cette perspective est développée est celle des classes subalternes. Ce thème est présent dans les textes 2, 4 et 9 : « Le mariage, première opposition de classe », « Le suffrage universel, un instrument d’émancipation » et « Le parti ne fait que des propositions réalisables ». Ensuite, les auteurs saisissent une actualité d’Engels à travers des textes qui tentent de penser le capitalisme et ses rapports sociaux. Ce sont les textes 1, 8 et 10 : « Un capitalisme meurtrier », « Machinisme et armée industrielle de réserve » et « Les potentialités émancipatrices de la révolution industrielle ». Enfin, transparait une actualité dans l’effort pour penser l’histoire et le changement social sur la longue durée, en lien avec ce que la tradition marxiste désignait depuis la fin du XIXe siècle comme la « conception matérialiste de l’histoire ». Il s’agit des textes 3, 6, 7, 11 et 12 : « Le rôle de la violence dans l’histoire », « Sous le masque de la religion », « La détermination en dernière instance », « Idéalisme et matérialisme » et « Le dépérissement de l’État ».

  • 2 Hobsbawm Eric, « Aventures et mésaventures des écrits de Marx et Engels », in Et le monde changea. (...)

4Les choix des auteurs sont représentatifs de l’œuvre d’Engels, avec des textes tirés de livres désormais « classiques » comme La Situation de la classe laborieuse en Angleterre (1845), Anti-Dühring (1878) et L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat (1884). Ces textes proviennent des ouvrages traduits, édités et publiés par les Editions sociales au temps où celles-ci étaient encore sous le contrôle du Parti communiste français. Un manque quelque peu surprenant concerne la brochure d’Engels intitulée Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880), abrégé du marxisme ayant connu une grande diffusion dans la social-démocratie européenne avant 1914 et dans le monde après 1917, au moyen de collections sur le modèle des Elementarbücher der Kommunismus en Allemagne avant 1933.2

5Le commentaire critique qui suit chaque texte d’Engels est écrit dans une langue claire et accessible. Il permet de situer sa pensée dans le mouvement ouvrier de la seconde moitié du XIXe siècle et dans les débats intellectuels de son époque. Les auteurs soulignent également les lignes de force de chaque texte et les mettent en perspective dans la culture théorique et les débats de l’époque d’Engels. Florian Gulli et Jean Quétier offrent de la sorte une interprétation de l’œuvre d’Engels qui demeure ouverte à la discussion et à la critique.

6Enfin, chaque texte est suivi de questions très générales qui permettent au lecteur d’insérer sa réflexion sur le texte d’Engels dans les problématiques de l’époque présente. Par exemple, à propos de la violence dans le processus de changement historique (chapitre 3), les auteurs écrivent : « On explique souvent le cours de l’histoire en accordant un rôle central aux guerres, batailles et autres conflits armés. C’est donc la violence, en particulier celle des États, dont il faudrait partir pour éclairer une époque. N’est-ce pas là s’en tenir aux apparences ? Le fracas des armes, les victoires et les défaites, en attirant le regard, ne font-ils pas oublier d’autres facteurs, bien plus déterminants ? Engels cherche ici à développer une approche matérialiste en montrant que la violence politique est un phénomène dérivé qui reste incompréhensible tant qu’on ne se réfère pas aux facteurs économiques qui la sous-tendent » (p. 40).

7Pour autant, le commentaire des textes d’Engels peut laisser le lecteur un peu sur sa faim, ce qui est peut-être dû au format court choisi par les auteurs du livre (131 pages). En effet, il nous semble que Florian Gulli et Jean Quétier ne confrontent pas suffisamment Engels aux acquis et aux débats des sciences sociales depuis la fin du XIXe siècle. Les démarches, les concepts et les objets des sciences sociales ont transformé notre manière d’appréhender et de comprendre le monde depuis la mort d’Engels (1895), date qui correspond à peu près à leur période d’institutionnalisation et de « jeunesse » en Europe de l’Ouest. Par conséquent, il y a toute une série de tensions et de décalages que l’on retrouve dans les textes d’Engels et qui appellent une explication plus étayée. Par exemple, la « conception matérialiste de l’histoire » d’Engels présente un mode de raisonnement évolutionniste et classificatoire rejeté et critiqué depuis, au moins, Claude Lévi-Strauss et Race et histoire (1952). De cela, le livre ne porte aucune trace et ne fournit aucune explication. De même, dans l’extrait concernant la violence politique et ses « facteurs économiques » sous-jacents, plusieurs problèmes sont posés : quelle échelle spatiale pour observer ces « facteurs économiques » ? Quelle temporalité pour ces facteurs ? Quelle définition de l’économique pour des civilisations qui ont des « économies » encastrées aux rapports sociaux ? Ces interrogations ne sont pas du tout évoquées, ni même esquissées dans le livre, alors qu’il aurait été, nous semble-t-il, intéressant de confronter Engels avec quelques travaux de sciences sociales qui permettent d’identifier des reconfigurations, des contradictions et des changements dans le mode d’investigation des sociétés et de l’histoire telle qu’elle s’est poursuivie après lui. Pour ne citer que quelques exemples, il est possible d’imaginer une telle confrontation avec les analyses et les concepts de Karl Polanyi, Moses I. Finley, Fernand Braudel, Cornelius Castoriadis, Eric Hobsbawm ou encore Christopher Bayly et Pierre Bourdieu, sans oublier les travaux d’anthropologie comme ceux de Marshall Sahlins. De telles mises en relations encourageraient, nous semble-t-il, ’une redécouverte d’Engels, en offrant pour cela les ressources critiques nécessaires au lecteur. Il est en ce sens quelque peu regrettable d’inscrire ces textes dans un paysage strictement « marxiste » et de ne pas ouvrir Engels à un dialogue avec les autres courants de pensée des sciences sociales qui ont posé des questions similaires, d’une manière originale et/ou différente.

8En somme, ce livre de Florian Gulli et Jean Quétier présente un grand intérêt pour tous les lecteurs peu familiers avec la pensée de Friedrich Engels qui cherchent à y être introduits. Sa clarté, sa concision et ses mises en perspective en font une introduction de grande qualité.

Haut de page

Notes

1 Lénine, « Friedrich Engels », in Œuvres choisies, Moscou, Éditions du Progrès, 1982, p. 11.

2 Hobsbawm Eric, « Aventures et mésaventures des écrits de Marx et Engels », in Et le monde changea. Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours, Paris, Jacqueline Chambon/Actes Sud, 2014, p. 174-175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitris Fasfalis, « Florian Gulli et Jean Quétier, Découvrir Engels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24033

Haut de page

Rédacteur

Dimitris Fasfalis

Agrégé d’histoire, enseignant au lycée Jean Moulin de Béziers.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page