Navigation – Plan du site

Jean-Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dir.), Figures de l’engagement. Objets, formes, trajectoires

Lucas Le Texier
Figures de l'engagement
Jean-Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dir.), Figures de l'engagement. Objets, formes, trajectoires, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Salariat et transformations sociales », 2017, 378 p., ISBN : 978-2-8143-0311-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sawicki Frederic, Siméant Johanna, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note crit (...)

1L’arrivée du paradigme interactionniste dans le champ disciplinaire de la sociologie de l’engagement militant au cours des années 1980 a contribué à renouveler en profondeur la discipline : aux approches marxistes et structuralistes qui étudiaient et analysaient le poids des organisations et des dirigeants sur l’engagement des individus se sont substituées les analyses des actions et des interactions entre individus, et entre individus et contextes d’action1. Cet autre prisme invitait alors le chercheur à se pencher sur les acteurs plus que sur les organisations, afin d’illustrer la pluralité des manières individuelles de s’engager et d’agir.

  • 2 Bien que les auteurs l’attribuent à Howard Becker, la citation en l’état provient de l’article de S (...)
  • 3 Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales ?, Paris, (...)
  • 4 Howard Becker, « Notes sur le concept d’engagement» », Tracés. Revue de Sciences humaines,n° 11, 20 (...)

2L’ouvrage dirigé par Jean-Pascal Higelé et Lionel Jacquot s’appuie sur la définition de l’engagement formulée par l’une des figures de l’interactionnisme symbolique, Howard Becker, qui l’établit comme une « forme de participation durable à une action visant la défense ou la promotion d’une cause »2 (p. 1). Cette définition permet deux choses : d’une part elle introduit l’engagement comme un concept mobilisable – une « ficelle du métier »3 – pour comprendre les acteurs qui s’impliquent dans la pratique d’une activité » pour des raisons tout à fait étrangères à l’action en elle-même »4 ; d’autre part, elle désancre l’engagement de la notion de militantisme politique et humanitaire.

3Composé en six parties – profession, politique, pratiques alternatives, art, quartier et parcours de vie – structurées autour d’objets motifs d’engagement pour les acteurs, Figures de l’engagement revendique une approche pluridisciplinaire et transversale, d’où l’esquisse de multiples « figures » : le principal intérêt du livre réside dans le fait qu’il balaie un panorama très large de sujets qui illustre la transposabilité du concept.

4En premier lieu, il convient de signaler que les articles approchent l’engagement selon différentes focales. Une focale macro d’abord : lorsque Raphaël Challier s’intéresse aux classes populaires, c’est pour « traduire cette appartenance de classe dans les pratiques militantes au-delà de l’attache partisane » (p. 6). Il démythifie les représentations communes sur les classes populaires en montrant le scepticisme qui les caractérisent à l’égard de la politique institutionnelle ; de plus, il montre que la dichotomie entre un « conservatisme » propre au populaire et un « progressisme » des classes aisés ne reflète pas la complexité des sensibilités politiques, en prenant le cas de « La Manif pour tous » (LMPT). « Dans ces deux partis [l’UMP et le FN], le mouvement LMPT impliquait surtout des militants des classes supérieures, croyants et pratiquants » (p. 109).

  • 5 Ce modèle était enseigné par les deux corps enseignants de l’Institut : les professeurs, qui devaie (...)

5À un niveau méso, l’engagement apparaît comme un vecteur de transformations des pratiques au sein d’une profession. À ce titre, les auteurs s’intéressent particulièrement au poids des évènements de mai et juin 1968 au sein de ces évolutions. Mathilde Sempé et Christophe Voilliot s’intéressent aux critiques de jazz de la revue Jazz Hot, qui à cette période incorporent des éléments politiques au sein de leurs commentaires esthétiques : ces éléments politiques sont le résultat non seulement de la « conjoncture d’intense politisation » (p. 227) mais aussi de l’introduction au sein de la revue d’une génération liée aux réseaux d’extrême-gauche, faisant de ce média artistique un espace momentané de l’engagement politique. L’engagement de la revue a pour effet de valoriser à un moment donné une partie des capitaux culturels, sociaux et symboliques que possédaient les acteurs de Jazz Hot – en lien avec leur sensibilité politique et les réseaux politiques qu’ils entretenaient. Les transformations des pratiques liées à l’engagement peuvent également provoquer un changement de paradigme au sein d’une organisation professionnelle. Ainsi, l’article d’Ornela Mato s’intéresse à l’engagement des professionnels qui interviennent au sein de l’Institut national des jeunes sourds, qui a permis au cours des années 1960-1970 l’adoption du mode de communication « visuel-gestuel » (via la langue des signes) à la place du modèle « oraliste5 » imposé jusqu’alors. Pour les professeurs de l’établissement, sommés par leur hiérarchie d’utiliser le modèle oraliste dont ils constatent pourtant l’inefficacité sur le terrain, cet engagement reste souterrain. En revanche, pour les représentants des nouvelles professions d’éducateurs et d’orthophonistes qui intègrent l’institut, cet engagement s’exprime ouvertement. Il permet aux premiers de se légitimer et aux seconds de se professionnaliser.

  • 6 NDLR : par déontologie, il n’est pas possible de rendre compte de l’article de Frédérique Giraud, m (...)

6Enfin, l’échelle micro permet d’observer comment une même pratique peut se révéler productrice d’identités sensiblement différentes : citons simplement l’article de Frédérique Giraud qui étudie le rapport qu’entretiennent les acteurs avec les sites de dons d’objets6.

  • 7 Sawicki et Siméant, op. cit., p. 2.
  • 8 Tirés d’un « imaginaire villageois présent de longue date dans la mouvance écologiste » (p. 158), l (...)

7Dans un deuxième temps, les auteurs évitent l’écueil du « caractère sélectif du choix des terrains de recherches », cantonné au militantisme des mouvements « altermondialistes » et des mouvements réputés « de gauche », aboutissant à « alimenter la croyance dans le déclin de certaines formes de militantisme réputées “traditionnelles” »7 que constitueraient les syndicats ou les coopératives. Pour ce faire, ils montrent les divergences au sein des mouvements promouvant les « pratiques alternatives » (écologie et démocratie directe) : Nicolas Brusadelli et Yannick Martell analysent comment la gestion « managériale » des « villages des alternatives »8 tranche avec les conceptions des mouvements altermondialistes du début du XXIe siècle. Ces différences s’expliquent par le fait que les nouveaux militants, moins disposés à devenir fonctionnaires au vu de la réduction du nombre de postes à pourvoir, trouvent leur place au sein de l’économie sociale et solidaire où ils développent des compétences qu’ils réinvestissent dans le champ militant : ils travaillent ainsi par « projets » au sein de leur profession et transposent cet héritage dans l’organisation des « villages ». Cependant, la mobilisation plurielle de l’engagement comme concept, que nous avons montrée tout au long de ce compte-rendu, n’exclut pas l’analyse des formes de militantisme dites « traditionnelles », que les auteurs interrogent sous des thématiques originales. L’étude de Georges Ubbiali sur le syndicalisme retraité montre qu’au-delà du moment de rupture que représente la retraite, l’identité d’un syndicaliste est profondément liée à l’organisation dans laquelle il a milité toute ou une partie de sa vie : réintégrer un syndicat pour les retraités lorsque la vie active s’interrompt est un engagement qui illustre la difficulté pour ses membres à quitter un cadre qu’ils ont longtemps occupés. Surtout, le syndicalisme retraité se déploie en dehors des lieux de travail qui apparaissent comme une part constitutive de l’identité de ces retraités : s’exerce alors un syndicalisme valorisé « dans la cité » donc « citoyen » (p. 367) où l’engagement dans le maintien d’une activité syndicale apparaît comme un moyen de combattre la vieillesse, analysée par les acteurs comme une mise à l’écart illégitime.

8En conclusion, nous dirons que l’ouvrage réactualise la notion d’engagement et ouvre les possibilités de sa réappropriation par le chercheur, tant les objets traités sont diversifiés et hétéroclites. Il manque toutefois à notre sens un retour sur l’évolution du terme en lui-même comme concept sociologique qui se dessine dans la pluralité du corpus mais qui n’est pas évoqué en introduction, tout comme une conclusion qui présenterait une ouverture sur de nouveaux champs d’étude où l’engagement pourrait être envisagé. Cependant, le lecteur pourra se faire sa propre idée en parcourant la pléthore des thématiques évoquées par les articles, mesurer l’actualité de ce concept et apprécier la pertinence de sa mobilisation aujourd’hui pour le chercheur en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Notes

1 Sawicki Frederic, Siméant Johanna, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, n° 1, 2009, p. 2, disponible en ligne : http://ceraps.univ-lille2.fr/fileadmin/user_upload/enseignants/Sawicki/Sawicki-Simeant-Socio_du_travail_2009.pdf.

2 Bien que les auteurs l’attribuent à Howard Becker, la citation en l’état provient de l’article de Sawicki et Siméant mentionnée ci-dessus.

3 Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales ?, Paris, La Découverte, coll. « Grands repères Guides », 2002.

4 Howard Becker, « Notes sur le concept d’engagement» », Tracés. Revue de Sciences humaines,n° 11, 2006, p. 45, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/traces/257.

5 Ce modèle était enseigné par les deux corps enseignants de l’Institut : les professeurs, qui devaient « transmettre aux sourds des savoirs mais aussi et surtout l’acquisition du français oral et écrit » (p. 26) ; et les chefs d’ateliers, chargés de transmettre les savoirs professionnels. L’orientation proposée aux jeunes sourds se cantonnait alors à la filière technique et aux métiers manuels.

6 NDLR : par déontologie, il n’est pas possible de rendre compte de l’article de Frédérique Giraud, membre de l’équipe de Lectures.

7 Sawicki et Siméant, op. cit., p. 2.

8 Tirés d’un « imaginaire villageois présent de longue date dans la mouvance écologiste » (p. 158), les « villages des alternatives » se composent d’une multitude d’acteurs – entre autres des associatifs ou des entrepreneurs solidaires – qui organisent un espace où la finalité doit être d’enseigner à chacun comment « faire de la sphère individuelle et privée un espace d’engagement et de contestation légitime » (p. 157). Il s’agit alors de valoriser des pratiques « alternatives » comme le troc ou la restauration végétarienne issue de l’agriculture biologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Le Texier, « Jean-Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dir.), Figures de l’engagement. Objets, formes, trajectoires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 janvier 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24045

Haut de page

Rédacteur

Lucas Le Texier

Doctorant contractuel en histoire contemporaine au Centre Georges Chevrier – UMR 7366 à l’Université de Bourgogne Franche-Comté. Ses travaux portent sur l’histoire du jazz en France et les pratiques des amateurs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page