Navigation – Plan du site

Emmanuel Roux, Mathias Roux, Michéa l’inactuel. Une critique de la civilisation libérale

Maxime Bello
Michéa l'inactuel
Emmanuel Roux, Matthias Roux, Michéa l'inactuel. Une critique de la civilisation libérale, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 200 p., ISBN : 9782356875136.
Haut de page

Texte intégral

1Les théories de Jean-Claude Michéa laissent rarement indifférents. Pour les auteurs de ce livre, c’est le signe que la pensée du philosophe montpelliérain mérite que l’on s’y attarde. Il est donc utile de revenir à froid sur les différentes controverses qu’il a déclenchées, à gauche, pour comprendre de quoi elles sont le symptôme. L’originalité de cet ouvrage tient notamment au fait qu’il est écrit par deux agrégés de philosophie qui, tout comme Michéa, s’inscrivent hors du champ universitaire et de la recherche. Il faudra peu de temps au lecteur pour constater que les deux auteurs sont assez largement convaincus par les réflexions de Michéa : les citations du corpus michéen sont abondantes, parfois très longues et sont si bien intégrées à la démonstration qu’il faut être particulièrement attentif au jeu de l’ouverture et de la fermeture des guillemets pour repérer les basculements fréquents entre les énonciateurs.

2L’ouvrage se compose de cinq chapitres qui s’articulent autour de deux grandes parties : la première consiste en un retour sur les fondements de la pensée de Michéa (chapitres1 et 2). Le chapitre 3 prolonge la première partie autant qu’il introduit la seconde en présentant la common decency, concept central dans la critique du philosophe, repris à l’un de ses auteurs favoris, Georges Orwell. Ce concept alimente plusieurs des controverses abordées dans la dernière partie. Celle-ci est consacrée à la critique de la gauche que propose Michéa (chapitre4) et à la réception de son œuvre par quelques détracteurs : Jean-Loup Amselle, Philippe Corcuff, Isabelle Garo, Frédéric Lordon et Anselm Jappe (chapitre 5).

3L’ensemble du travail des auteurs consiste à préparer cet ultime chapitre dans lequel ils répondent aux critiques énoncées. Présenté comme un penseur du libéralisme et de la modernité, Jean-Claude Michéa (JCM) produit une généalogie dont les auteurs rendent compte. Cette généalogie amène le philosophe à considérer que le droit, institution dans laquelle s’incarne de manière privilégiée le projet politique issu des Lumières (libéralisme culturel), répond à la même logique que le marché (libéralisme économique) en plaçant les individus en position d’être libres de faire ce qu’ils veulent pourvu qu’ils n’attentent pas à la liberté d’autrui. Pour les auteurs, la « thèse d’une unité du libéralisme constitue le point nodal de la pensée de JCM » (p. 32). Cette ambition libérale, matrice de la modernité, a des conséquences néfastes sur la vie en société. Reprenant les critiques d’un Guy Debord, d’un Zygmunt Bauman ou encore d’un Christopher Laech, les auteurs dépeignent une société dans laquelle la valeur d’échange a triomphé sur la valeur d’usage et où les limites qui régulent la vie commune ne sont plus que celles (potentiellement illimités) du désir.

4Michéa se rattache à la tradition civique qui veut que l’homme soit un animal politique traversé au plus profond de lui-même par une relation de dette envers la société. À l’instar du Mouvement anti utilitariste en sciences sociales (le MAUSS), il reprend les analyses de Marcel Mauss pour qui le triptyque « donner, recevoir, rendre » est une caractéristique anthropologique centrale de la plupart des sociétés humaines. Or, « en isolant l’individu du reste du groupe pour le constituer en sujet libre » (p. 84), l’individu moderne rompt de manière inédite ce rapport de dette entretenu avec la société. Le projet libéral réalisé dans lequel nous vivrions se caractériserait donc par « l’absence de toute limite autre que celles de l’intérêt » des individus (p. 39), pris comme autant de monades.

5Or, c’est justement cette métaphysique libérale qui est au fondement de la gauche, celle qui naît des Lumières et « incarne le combat en faveur du progrès et de l’émancipation individuelle » (p. 118) et qui a produit la gauche des années SOS Racisme, privilégiant la lutte contre les discriminations tout en s’accordant avec la droite sur l’essentiel : « transformer la France pour l’adapter à la nouvelle donne de la globalisation marchande » (p. 129). Michéa dissocie ainsi dans sa généalogie la naissance de « la gauche » – qui se « superpose à celle de la modernité » (p. 116) – de celle du socialisme au XIXe siècle. À la différence de la gauche, le socialisme s’inscrit dès sa naissance dans une tradition civique par son refus du progrès et du processus déshumanisant que le capitalisme instaure.

  • 1 On trouve ici des arguments que l’on trouvera développés plus avant dans Garcia Renaud, Le Désert d (...)
  • 2 Voir par exemple à ce sujet : Frédéric Lordon, « Les imbéciles heureux », in La société des affects (...)

6Les intellectuels de gauche – universitaires en tête – ne sont pas épargnés par Michéa puisque selon lui ils reprennent eux aussi les « mêmes présupposés culturels du capitalisme que la gauche officielle » (p. 135). Quelques pages sont consacrées aux conséquences politiques de la déconstruction à outrance1. Michéa y ajoute une mise en cause du « “spinozisme simplifié” de la “sociologie dominante” » (p. 140), celle qui découle de la fin des grands récits produits par des post-modernes comme Deleuze, Derrida ou Bourdieu. Frédéric Lordon est ainsi présenté comme un continuateur de cette tradition qui tend à « valider [involontairement] les présupposés des positions libérales » (p. 140). Dans la critique que celui-ci opère de la common decency vient s’incarner la ligne de fracture qui sépare la tradition civique que revendique Michéa et l’utilitarisme de la puissance de Lordon. Le fait que celui-ci utilise Spinoza dans une opposition radicale à la métaphysique du sujet libre et autonome (caractéristique du (néo)libéralisme2) ne retient pourtant pas l’attention des auteurs.

  • 3 Michael Löwy, Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, (...)
  • 4 Voir à cet égard : Danny Trom, « Entre gauche et droite. Enquête sur le romantisme populiste. Le ca (...)
  • 5 Voir à ce propos : Cédric Biagini, David Murray, Pierre Thiesset (dir.), Aux origines de la décrois (...)

7Parmi les autres critiques que les auteurs cherchent à dissiper, on trouve celles qui font de Michéa un réactionnaire. Cette accusation est notamment analysée comme le résultat d’un réflexe non maîtrisé de la part des intellectuels de gauche qui ne peuvent s’empêcher d’avoir une lecture en terme de progrès et réaction. C’est la critique portée par Jean-Loup Amselle dans son ouvrage Les Nouveaux Rouges-Bruns qui vient illustrer cette tendance. À celle-ci, les auteurs entendent aussi montrer que si Michéa fait régulièrement référence au don maussien repérable dans des sociétés communautaires comme « les Dogons du Mali ou les Yanomanis du Brésil » (p. 84), ce n’est que pour en faire un usage démonstratif qui illustre la rupture majeure que vient y provoquer le projet libéral. Dans le cadre des critiques adressées à la common decency, les auteurs reviennent sur la supposée essentialisation des classes populaires et de ses vertus morales, reconnaissant que Michéa peut avoir « certaines formulations […] parfois ambiguës » (p. 91). Ces accusations répétées d’une valorisation par Michéa de valeurs pré-modernes nous poussent à nous demander si, dans le cas de Michéa, il n’est pas tant question d’une simple « réaction » que d’une « vision romantique du monde »3. Ce rapport à un passé chargé de potentiel utopique se retrouve en effet très présent dans la tradition de l’écologie politique4, notamment dans sa branche décroissante, avec laquelle Michéa entretien des affinités5. La piste de l’écologie politique aurait été d’autant plus intéressante à explorer qu’elle remet en cause les clivages entre gauche et droite et entre tradition et modernité, abordés dans le livre.

8En conclusion, Michéa l’inactuel est un livre idéal pour introduire à la pensée de Jean-Claude Michéa. La première partie joue en ce sens le rôle d’un manuel particulièrement didactique pour qui souhaite s’initier à l’auteur. On y voit se développer une pensée qui, à la manière d’un rouleau-compresseur de l’histoire, offre une vision cohérente de la modernité. Les auteurs perçoivent assez lucidement les forces de cette lecture, qu’ils qualifient de « généalogie de combat » (p. 191), mais aussi ses limites, dont la principale réside dans le risque téléologique qui tend à produire une lecture lisse de l’histoire pour alimenter sa critique de la modernité contemporaine. Une autre remarque porte sur le ton polémique de son œuvre : s’il assure une partie du « bonheur de [sa] lecture » (p. 11), ce ton parfois « caustique » (p. 136) envers des figures tutélaires de la gauche risque cependant, à force de récurrence, de rendre Michéa « prisonnier de son statut éditorial et médiatique » (p. 194). Si le livre est écrit par des philosophes qui se distinguent par l’intérêt qu’ils portent aux sciences sociales, son projet qui consiste à extraire la substance d’une pensée (chapitres 1 et 2) afin de la confronter à ses critiques (chapitres 4 et 5) pourra laisser sur sa faim le lecteur qui cherche à comprendre de manière fine les conditions de production de l’œuvre et du contexte qui entoure les différentes polémiques dont il est question. Malgré cela, les deux derniers chapitres donnent matière à penser, en creux, les rapports qu’entretiennent sciences sociales et philosophie, tout comme les rapports qu’entretient la production du savoir au sein et hors du champ universitaire.

Haut de page

Notes

1 On trouve ici des arguments que l’on trouvera développés plus avant dans Garcia Renaud, Le Désert de la critique. Déconstruction et politique, L’échappée, coll. « Versus », 2015 ; compte rendu d’Antoine Silvestre de Sacy pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/19380.

2 Voir par exemple à ce sujet : Frédéric Lordon, « Les imbéciles heureux », in La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2013, p. 245-276.

3 Michael Löwy, Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Payot, 1992.

4 Voir à cet égard : Danny Trom, « Entre gauche et droite. Enquête sur le romantisme populiste. Le cas de la revue Wir Selbst », Lignes, vol. 3, n° 7, 1989, p. 87-121.

5 Voir à ce propos : Cédric Biagini, David Murray, Pierre Thiesset (dir.), Aux origines de la décroissance. Cinquante penseurs, L’échappée, Le Pas de côté, Écosociété, 2017, ouvrage auquel Jean-Claude Michéa a participé en rédigeant l’entrée « Georges Orwell ». Michéa reçoit un accueil par ailleurs très chaleureux dans le journal mensuel La Décroissance (qui annonce à la une de son n° 144 un entretien avec l’auteur : « Exclusif ! On a retrouvé Jean-Claude Michéa »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Bello, « Emmanuel Roux, Mathias Roux, Michéa l’inactuel. Une critique de la civilisation libérale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 17 janvier 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24046

Haut de page

Rédacteur

Maxime Bello

Étudiant en master 2 « Études et recherches en sociologie » à l’Université Paris-Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page