Navigation – Plan du site

Melinda Cooper, Family Values. Between Neoliberalism and the New Social Conservatism

Anouck Alary
Family Values
Melinda Cooper, Family Values. Between Neoliberalism and the New Social Conservatism, New York, Zone Books, coll. « Near Futures », 2017, 416 p., ISBN : 9781935408840.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pa (...)
  • 2 Jamie Peck, Construction of Neoliberal Reason, Oxford, Oxford University Press, 2010.
  • 3 Wendy Brown, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015.

1S’inscrivant dans la continuité des travaux du sociologue Pierre Dardot et du philosophe Christian Laval1, du géographe Jamie Peck2 ou de la philosophe Wendy Brown3, la sociologue Melinda Cooper nous propose dans Family Values une histoire culturelle du néolibéralisme permettant de retracer la construction de ce qu’elle conçoit comme une « rationalité » proprement néolibérale. Partant de l’idée qu’il existerait des frontières nettes entre les politiques identitaires et les luttes de classes, les historiographies récentes sur le néolibéralisme auraient sous-estimées le rôle de la famille dans le projet néolibéral, mettant celle-ci « en quarantaine » du point de vue de la critique. Les lectures historiques de l’inflation économique des années 1970 auraient perçu la vive défense des valeurs familiales dans la rhétorique politique reaganienne comme étant périphériques aux luttes structurales économiques, une simple mascarade visant à dissimuler la « vraie » question de la redistribution des richesses. À rebours de ces interprétations, qu’elle qualifie de « révisionnistes » (p. 22-23), Cooper propose dans Family Values de réexaminer cette période en mettant en évidence que les néolibéraux – n’imaginant eux-mêmes jamais les politiques économiques comme étant séparées des revendications identitaires – ont toujours compris le libre marché comme dépendant du travail non rémunéré de reproduction sociale reposant sur la solidarité familiale. Clarifiant la relation entre les politiques néolibérales et les enjeux d’identité et d’égalité, l’ouvrage articule une critique du néolibéralisme qui invite à dépasser les paramètres communément établis dans l’académie et les débats politiques de la gauche contemporaine.

  • 4 Cooper désigne par-là l’ensemble des mouvements conservateurs ayant émergé à partir des années 1960 (...)

2En revisitant les débats économiques concernant la crise de l’inflation des années 1970, Melinda Cooper montre comment l’inflation et l’émergence de certaines revendications, au sein des mouvements contre-culturels de l’époque, remettant en question le modèle familial fordiste, ont fourni aux économistes des écoles de Chicago et de Virginie l’occasion de forger une alliance surprenante avec les « nouveaux conservateurs sociaux »4. Constituée comme une réponse à l’inflation interprétée comme une crise politique dont la dimension morale était exprimée par ces revendications anti-normatives, cette alliance se serait construite autour du projet de « réinventer » la famille nucléaire comme une alternative à l’État-providence. Dès la fin des années 1970, la famille américaine aurait ainsi été redéfinie avec succès comme le lieu privilégié de la prestation de soins et du transfert de la richesse et de la dette.

  • 5 À travers, par exemple, la formulation du devoir pour les pères divorcés de supporter la mère et le (...)

3Si les néolibéraux et les nouveaux conservateurs ont étonnamment été assez favorables à l’idée de démocratiser le régime de l’État providence du New Deal jusque dans les années 1970, ils auraient riposté face à la critique du modèle de la famille fordiste qui accompagnait la remise en question du principe du revenu familial lui-même. La thèse de Cooper est alors que le néolibéralisme ne doit pas être compris avant tout comme un projet de sabotage de l’État-providence, mais plutôt comme une tentative de réactualiser l’ancienne « loi des pauvres » (old poor law) de la responsabilité familiale. Mise en place en Angleterre en 1901 comme un dispositif de secours aux déshérités administré par les paroisses, cette loi stipulait que les membres de la famille d’une personne impotente devaient offrir autant de support que possible à celle-ci avant que la paroisse n’intervienne. Le manquement à cette obligation de support familial était ainsi passible d’une mise au travail forcé visant à rembourser les autorités locales. Préservée dans son intégralité lorsqu’elle fût importée aux États-Unis à l’époque de la colonisation, cette loi a par la suite été remise en vigueur à différents moments de l’histoire afin d’accompagner l’évolution des frontières de la famille et du travail5 et de discipliner les pauvres en leur rappelant leurs obligations familiales et économiques.

  • 6 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.

4Afin d’illustrer sa thèse, Cooper examine une variété de cas tels que la démocratisation du recours au crédit pour les étudiants, comme stratégie visant à contenir le radicalisme étudiant des années 1960, la promotion du mariage entre personnes de même sexe, comme politique publique de santé en réponse à la crise du VIH, ou encore l’essor, depuis le gouvernement Clinton, du rôle des organisations confessionnelles dans le service aux pauvres, en tant que substitut à l’assistance publique fédérale. Je discuterai ici de ce qui semble être son étude de cas principale, soit la centralité du programme Aid to Families with Dependent Children (AFDC) dans les débats économiques concernant l’inflation des années 1970. Comment comprendre l’insistance obsessionnelle des néolibéraux et des néoconservateurs sur un programme somme toute très marginal, ne consommant que très peu des dépenses du budget fédéral ? Cooper retrace la manière dont l’AFDC, parce qu’il représentait un programme de welfare visant les populations pauvres ne participant pas à des fonds de pension (contrairement aux programmes de la social insurance, visant les familles stables « contribuables »), a été construit comme l’incarnation morale de l’inflation. Au moment où l’inflation est construite comme une « crise politique » par les néolibéraux et les néoconservateurs, le programme de l’AFDC, au sein duquel on trouve davantage de mères afro-américaines que de femmes blanches, ainsi que de nombreuses mères divorcées ou jamais mariées, devient rapidement le signe d’« une crise générale de la famille américaine »6 (p. 29). Conçu par les néolibéraux et les néoconservateurs comme le symptôme de la désintégration de la famille traditionnelle et de l’inflation, ce programme devient alors la pierre angulaire de la formulation d’« une nouvelle philosophie politique des valeurs de la famille non distributive » (p. 46) sous les gouvernements de Carter et Reagan. Cette philosophie de la famille devra toutefois attendre le gouvernement de Clinton afin de culminer dans la transformation du système de sécurité sociale en un immense appareil fédéral permettant de surveiller et de réguler les responsabilités familiales privées des pauvres.

  • 7 Voir notamment les lectures sur la gouvernementalité données par Foucault au Collège de France. Fou (...)
  • 8 Le chapitre 5, qui retrace les débats des économistes de l’École de Chicago concernant la nécessité (...)

5Si l’on ne s’étonne pas que les néoconservateurs souhaitent étendre le rôle de l’État dans la régulation de la sexualité afin de réinstaurer la famille comme le fondement de l’ordre moral, on peut trouver surprenant que les néolibéraux, qui ont souvent été décrit comme étant au-delà de la normativité7, aient eux aussi un intérêt pour les valeurs familiales. Cooper admet que des néolibéraux tels que Milton Friedman et Gary Becker n’acceptaient a priori aucune notion de vertu transcendantale, mais observe qu’ils proposaient toutefois « une éthique immanente de la vertu et un ordre spontané de valeurs familiales envisagées comme émergeant automatiquement des mécanismes du libre marché » (p. 57), posant alors la famille autosuffisante (autant que l’individu) comme le fondement du libre marché. Dans son état naturel d’équilibre au sein d’un ordre de libre marché, les néolibéraux considèrent que la famille remplit une fonction d’assurance naturelle, soulageant l’État des responsabilités liées à la reproduction sociale. La conséquence logique de la philosophie néolibérale est que l’État-providence corrompt activement l’état d’équilibre spontané de la famille en intervenant à travers des programmes d’assurance sociale ou des services publics, qui dès lors détruisent les liens d’altruisme naturel et de dépendance mutuelle de la famille. Or, comme l’expose brillamment Cooper, si les néolibéraux espèrent dans le long terme remettre à charge de la famille le rôle naturel que lui a « usurpé » l’État-providence, leur projet dépend dans le moyen terme de la mobilisation de tout un ensemble d’incitatifs étatiques (pénalités, sanctions, récompenses) visant à corriger les « déséquilibres » de la famille. Radicalement opposés à ce que l’État subventionne les externalités des choix de sujets s’engageant en toute connaissance de cause dans des pratiques à risque, ils doivent même parfois avoir recours, en dernier ressort, à des formes correctionnelles plus explicites… telles que celles préconisées par les néoconservateurs8. En mettant au jour ce paradoxe, l’ouvrage de Cooper permet de comprendre comment des néolibéraux et des néoconservateurs ayant peu d’affinités intellectuelles ont pu, depuis les années 1970, forger une relation autrement inexplicable : si c’est à la famille de prendre en charge la sécurité économique de ses membres, alors l’État doit garantir les valeurs morales soutenant la stabilité du modèle familial nucléaire.

6Cooper caractérise ainsi la réponse des néolibéraux à l’inflation comme une réponse « adaptative » (p. 8) au sens où, prenant au sérieux la critique de la famille fordiste portée par les mouvements contestataires des années 1960 et 1970, les néolibéraux auraient cherché, non pas à restaurer la famille fordiste comme instrument de redistribution économique, mais à « domestiquer » les revendications anti-normatives de l’époque à travers la logique de l’héritage privé. Cooper expose comment, à la suite du « choc Volckner » de 1979 mettant fin à l’inflation, les administrations de Reagan à Clinton auraient entrepris d’« accommoder » les demandes formulées par les mouvements sociaux de la décennie précédente non seulement en réformant l’aide sociale mais en démocratisant l’accès au crédit des « familles anti-normatives » (gais et lesbiennes), en stimulant l’inflation des actifs afin de favoriser l’accession à la propriété privée et en baissant les impôts fonciers (p. 315). Le livre retrace ainsi de manière fine et convaincante le mouvement historique au cours duquel la famille américaine aurait été « réinventée » comme la source première de sécurité économique à travers le déploiement de la double logique de l’héritage privé, dans laquelle le patrimoine ainsi que la dette peuvent être hérités.

7L’ouvrage de Melinda Cooper vient renouveler le débat critique concernant la rationalité néolibérale en rectifiant certaines interprétations communément acceptées. Une des implications théoriques majeures de l’historiographie proposée par Cooper est à mon sens de déstabiliser la critique d’une rationalité néolibérale qui fétichise l’individu, le laissant dès lors atomisé, narcissique et solitaire. À contre-pied de l’interprétation du sujet néolibéral comme « entrepreneur de soi » généralisée dans les gouvernmentality studies, elle présente l’acteur néolibéral comme un sujet dont la première charge morale est d’assurer les coûts liés à la reproduction sociale de sa famille.

8En plaçant le foyer familial, et non pas l’individu, au cœur du projet néolibéral de constituer un libre marché, l’ouvrage de Melinda Cooper nous invite à interroger les analyses proposées par certains intellectuels de gauche tels que Luc Boltanski et Ève Chiapello, Nancy Fraser ou Wolfgang Streeck, qui interprètent la critique de la famille hétéronormative formulée par le féminisme du tournant des années 1960 comme le vecteur même du néolibéralisme. En comprenant les mouvements féministes de l’époque comme de simples politiques de la reconnaissance au lieu de remarquer que ceux-ci revendiquaient plutôt une nouvelle politique de redistribution détachant la protection sociale de la division sexuelle du travail et de la normativité sexuelle, la gauche « progressiste » en viendrait à ne proposer qu’un retour nostalgique à la famille fordiste en tant qu’instrument de redistribution.

  • 9 Cooper rejoint ici la critique développée dans : Lisa Duggan, « The New Homonormativity. The Sexual (...)

9L’ouvrage a d’autre part pour force de montrer que la promotion de la diversité et de la tolérance sexuelle par le discours néolibéral ne représente qu’une stratégie politique de distraction visant à redorer une vision traditionnelle de la famille (à travers la célébration du mariage pour tous) nécessaire au transfert des coûts sociaux au niveau des foyers. Solidaire avec les mouvements féministes et queers qui ont rendu possible des formes plus flexibles de solidarité familiale, Cooper encourage ceux-ci à continuer d’interroger avec scepticisme la privatisation de la reproduction sociale qui accompagne la normalisation de ces « familles d’élection » (families of choice) à travers la valorisation du mariage9.

Haut de page

Notes

1 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2010.

2 Jamie Peck, Construction of Neoliberal Reason, Oxford, Oxford University Press, 2010.

3 Wendy Brown, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015.

4 Cooper désigne par-là l’ensemble des mouvements conservateurs ayant émergé à partir des années 1960. Elle y inclut le mouvement néoconservateur et la nouvelle droite religieuse (comprenant catholiques et évangéliques conservateurs), mais aussi le « nouveau paternalisme » de Lawrence Mead et le mouvement communautarien aligné au projet de la Troisième voie porté par Clinton et Blair.

5 À travers, par exemple, la formulation du devoir pour les pères divorcés de supporter la mère et leurs enfants lors de la généralisation des cas de divorce au XIXe siècle, ou encore par l’intégration des esclaves afro-américains nouvellement affranchis à cette loi à la fin de la guerre civile (p. 75).

6 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.

7 Voir notamment les lectures sur la gouvernementalité données par Foucault au Collège de France. Foucault Michel, La naissance de la Biopolitique (1978-1979), Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 2004.

8 Le chapitre 5, qui retrace les débats des économistes de l’École de Chicago concernant la nécessité d’exclure les infections associées au VIH/sida de la couverture de santé publique et d’encourager en contrepartie le mariage entre personnes de même sexe, est très informatif à cet égard.

9 Cooper rejoint ici la critique développée dans : Lisa Duggan, « The New Homonormativity. The Sexual Politics of Neoliberalism », in Russ Castranovo et Dana Nelson (dir.), Materializing Democracy, Duke University Press, 2002, p. 175-194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouck Alary, « Melinda Cooper, Family Values. Between Neoliberalism and the New Social Conservatism », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 20 janvier 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24073

Haut de page

Rédacteur

Anouck Alary

Anouck Alary est candidate au doctorat en sociologie à l’Université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page