Navigation – Plan du site

Susanna Magri et Sylvie Tissot (dir.), Explorer la ville contemporaine par les transferts

Pierre-Yves Clément
Explorer la ville contemporaine par les transferts
Susanna Magri, Sylvie Tissot (dir.), Explorer la ville contemporaine par les transferts, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sociologie urbaine », 2017, 224 p., ISBN : 978-2-7297-0917-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Smith Neil, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la régénération urbaine (...)

1Avec cet ouvrage, rassemblant les contributions de huit chercheurs en sociologie, Susanna Magri et Sylvie Tissot proposent de décentrer le regard sur l’analyse des dynamiques d’uniformisation des villes à l’échelle internationale. De nombreuses études insistent sur l’homogénéisation des espaces urbains et des processus socio-économiques à l’œuvre, tels que la gentrification ou la néolibéralisation1. À rebours de cette approche, les auteures souhaitent examiner la ville par le biais des transferts, définis comme « la circulation de personnes, de mots et de choses saisies à travers ses motivations, ses modalités, ses implications » (p. 5). Se référant à l’étude des dynamiques transnationales, loin des recherches purement comparatives, elles mettent à distance le « concept écran » de globalisation (cité p. 8) pour prôner une approche fondée sur l’hétérogénéité des effets sociaux et spatiaux des processus transnationaux. La circulation des mots, des dispositifs et des personnes, notamment migrantes, est le principal objet d’étude des articles. Deux thématiques structurent l’ouvrage en deux parties de quatre contributions chacune. La première est centrée sur l’analyse de catégories de l’action : elle s’intéresse aux thématiques liées à l’action publique et à la circulation des notions et des mots. La seconde partie est consacrée à l’analyse de populations porteuses de transferts qui ont un impact sur les espaces urbains.

2Les deux premières contributions portent sur les tentatives d’application de dispositifs d’action publique locale conçus à un niveau supra-local. Clément Barbier examine un projet de « développement intégré des quartiers » (pendant allemand de la politique de la ville en France) à Hambourg. Après avoir présenté la construction politique du problème social posé par certains quartiers de la ville, il analyse la lutte pour la mise en place de dispositifs d’action de renouvellement urbain dans ces quartiers. Cette lutte oppose des acteurs politiques et universitaires nouvellement arrivés et des acteurs institutionnels locaux ancrés. Les premiers, qui se posent en experts de ces problématiques, tentent d’importer un modèle innovant d’action publique inspiré de recherches nationales et transnationales impliquant une transformation de l’administration publique, tandis que les seconds s’opposent à eux et participent à leur marginalisation au sein de l’institution municipale et, finalement, à l’échec de ce transfert. Cette analyse d’un échec est un premier décentrage du sens commun qui veut que les modèles d’experts circulent et s’appliquant inéluctablement. En écho à cette contribution, Eric Cheynis analyse la mise en place réussie d’un programme international de lutte contre la pauvreté au Maroc. Il montre comment les dispositifs imposés contenus dans ce programme (logique de l’appel à projet, structuration des associations selon un modèle...), qui sont issus de modèles internationaux, ont pu trouver leur place en rencontrant un contexte favorable, marqué par une forte concurrence entre acteurs locaux, notamment dans le champ politique. Ces acteurs ont pu utiliser ce programme et ses contraintes pour asseoir leur position vis-à-vis d’autres organismes. Ces deux contributions montrent l’intérêt de prendre en compte le contexte et les trajectoires des acteurs pour comprendre les modalités de circulation des modèles d’action publique. Les deux contributions suivantes partagent l’ambition de rendre compte de la façon dont des habitants reçoivent des dispositifs et des discours forgés et transférés dans le cadre de l’action publique. Ainsi, Cécile Cuny présente un programme de renouvellement urbain de quartiers d’habitat social, élaboré et appliqué à Berlin-Ouest peu après la réunification. La méthode de ce programme, à forte dimension participative, a ensuite été transférée par la municipalité dans des quartiers de Berlin-Est. Tandis qu’à l’Ouest, la participation a abouti à une individualisation des revendications citoyennes et à l’absence de mobilisation collective des habitants, à l’Est, le projet a suscité la re-politisation collective d’une partie des habitants, acculturés à la mobilisation sous le régime Est-allemand. Eleonora Elguezabal examine quant à elle le chemin d’une notion savante et de ses « avatars », les torres country, qui désignent des immeubles privés construits sur le modèle des gated communities. Cette notion est initialement forgée par le champ de la recherche en urbanisme en Argentine pour critiquer ces ensembles immobiliers remettant en cause la cohésion sociale et urbaine. Elle est ensuite reprise dans le champ politique, puis dans le champ économique, notamment par les promoteurs immobiliers, et encore par les habitants, qui se positionnent vis-à-vis des représentations véhiculées par le concept. L’auteure considère que le transfert de cette notion et son entrée dans le débat public participent à la construction de nouvelles frontières sociales : certains habitants de ces ensembles se positionnent soit en affirmant le caractère exclusif de leur habitat, soit en favorisant l’ouverture sur le reste de la ville. Eleonora Elguezabal montre que ce transfert a modifié les perceptions des individus vis-à-vis de leur habitat.

  • 2 Crenn Chantal, Hassoun Jean-Pierre, Medina François-Xavier, « Introduction : repenser et réimaginer (...)

3La seconde partie de l’ouvrage porte majoritairement sur la thématique de la migration, présente dans trois des quatre contributions. Selon les coordinatrices, c’est un domaine d’études fructueux pour examiner les transferts. Elles se fondent sur la notion de « situations de migrations » (p. 9)2, c’est-à-dire sur les mouvements des individus entre le lieu d’origine et le lieu d’accueil, contrairement aux analyses centrées sur l’immobilité des immigrés en voie d’assimilation dans le pays d’accueil. Ces trois contributions montrent notamment les effets de ces situations sur les formes matérielles et les pratiques des villes. Alain Tarrius présente ses travaux sur les circuits marchands de migrants venus des républiques caucasiennes et balkaniques, d’Afghanistan, du Maroc et de Tunisie. Ces « transmigrants » (p. 194) constituent des caravanes qui se déplacent sur le pourtour touristique méditerranéen et pratiquent le commerce de produits contrefaits. Leurs caravanes stationnent également dans des quartiers populaires de villes méditerranéennes et c’est sur ce point que l’auteur se concentre en montrant les transferts qui peuvent s’y dérouler. En effet, ces situations créent de nouveaux espaces économiques informels qui peuvent profiter aux jeunes de ces quartiers qui sont en quête d’activité (besoin en aide logistique pour le réapprovisionnement, par exemple), voire les inciter à rejoindre les circuits de migrations. Marcila Ardila Sierra étudie, à Paris, les restaurants colombiens issus de différentes vagues d’immigration. Elle montre notamment comment des transferts s’opèrent sur l’offre culinaire de deux restaurants, l’un conservant une authenticité colombienne (quelques plats typiques, ambiance populaire...) et l’autre privilégiant l’exotisme (recherche de plats colombiens peu connus, renouvellement régulier de la carte, ambiance exotique...). Elle retrace ensuite le parcours d’un restaurant dans un quartier qui connaît un processus de gentrification en lien avec l’ouverture de nombreux restaurants. La présence de ce restaurant participe d’ailleurs au processus (ce qu’atteste par exemple l’examen de guides touristiques et gastronomiques). Le restaurant en subit ensuite les conséquences puisqu’il doit déménager suite à l’augmentation radicale de son loyer. Jennifer Bidet présente une recherche sur la construction de résidences secondaires en Algérie par des Algériens émigrés en France. Elle montre comment ces constructions se fondent dans le tissu existant de la ville de Sétif, sans véritable rupture architecturale et sans véritable transfert d’éléments architecturaux venus de France. Ceux-ci sont révélés en revanche dans l’appropriation de ces maisons par les enfants des constructeurs, qui les investissent différemment en fonction de leur trajectoire et de leur rapport au pays d’origine. Ainsi, la maison peut être un lieu d’affirmation de nouvelles valeurs acquises en France, comme l’émancipation féminine dans le cas d’une des familles étudiées. Elle peut également être délaissée par d’autres enfants qui préfèrent s’approprier des lieux plus chargés d’histoire familiale. Dans un registre totalement différent, Sabrina Bresson propose une analyse de l’appropriation d’une résidence d’habitation à forte charge symbolique sur le champ architectural : la Cité radieuse de Rezé, construite par Le Corbusier en 1955. À la différence des autres contributions, le transfert analysé est ici temporel. L’auteure montre qu’une nouvelle population, plus jeune, disposant d’un capital culturel et social plus élevé que les générations précédentes, remobilise les principes de Le Corbusier sur les espaces collectifs et les lieux de sociabilité entre résidents pour fonder de nouvelles pratiques. Par exemple, le hall de l’immeuble qui accueillait un bureau de poste auparavant est maintenant le lieu d’un marché hebdomadaire.

4L’ouvrage présente l’intérêt de préciser et, finalement, de nuancer le caractère linéaire et inéluctable de processus urbains qui sont parfois qualifiés de globaux ou d’universels. C’est aussi sur le plan méthodologique qu’il entend renouveler les recherches sur les espaces urbains. Les auteures plaident pour une approche ethnographique qui favorise notamment l’étude des trajectoires des acteurs pour comprendre les modalités des transferts. Ce faisant, les concepts d’uniformisation ne sont pas plaqués a priori sur des situations mais il s’agit plutôt de confronter les situations aux concepts. Ces exigences méthodologiques dont témoignent les contributions, permettent à Sylvie Tissot et Susanna Magri de bâtir un appel convaincant à de nouveaux programmes de recherches sur la ville contemporaine et ses transferts.

Haut de page

Notes

1 Voir Smith Neil, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la régénération urbaine comme stratégie urbaine locale », in Bidou Catherine. (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes et Cie, 2003 et Sassen Saskia, The Global City. New York London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 1991.

2 Crenn Chantal, Hassoun Jean-Pierre, Medina François-Xavier, « Introduction : repenser et réimaginer l’acte alimentaire en situations de migration » ? Anthropology of food, n° 7, 2010, p. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Clément, « Susanna Magri et Sylvie Tissot (dir.), Explorer la ville contemporaine par les transferts », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24076

Haut de page

Rédacteur

Pierre-Yves Clément

Titulaire d’un master Études et recherches en sociologie de l’université de Nanterre, j’étais précédemment chef de projet en urbanisme opérationnel. Je m’intéresse aux questions de l’habitat en milieu urbain, sur le plan des politiques publiques comme celui des usages et des sociabilités.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page