Navigation – Plan du site

Daniel Compagnon et Estienne Rodary, Les politiques de la biodiversité

Thomas Lerosier
Les politiques de la biodiversité
Daniel Compagnon, Estienne Rodary (dir.), Les politiques de la biodiversité, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2017, 256 p., ISBN : 978-2-7246-2170-9.
Haut de page

Texte intégral

1Venant s’inscrire parmi les lectures stimulantes qui irriguent la thématique environnementale en sciences sociales, l’ouvrage collectif dirigé par Daniel Compagnon et Estienne Rodary aborde la question de la biodiversité, encore peu documentée dans les sciences sociales et politiques (p. 8). Les différentes contributions entreprennent d’examiner le phénomène de « mise en politique de la biodiversité » (p. 12).

  • 1 Sur ces questions et pour une perspective longue, voir par exemple, Charles-François Mathis et Jean (...)
  • 2 GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

2En première partie de l’ouvrage, les auteurs analysent cette mise en politique sous l’angle de l’inscription de la biodiversité à l’agenda des politiques internationales. En 1992, la Convention sur la diversité biologique (CDB) instaure le néologisme de « biodiversité », devenu la matrice de base sur laquelle s’articulent les politiques de protection de la nature depuis trente ans. Le cadrage sur la « biodiversité » (contrairement au cadrage conservationniste qui lui précède et qui se caractérise par la mise en place d’aires protégées1) permet de penser celle-ci en relation avec d’autres enjeux environnementaux (le climat, les gaz à effet de serre, la préservation des espèces) et d’autres activités humaines comme l’agriculture, le développement économique, le commerce ou le tourisme. Théoriquement du moins, cette articulation est rendue possible par l’intégration du concept de « services écosystémiques » dans la CDB. La contribution d’Amandine Orsini montre qu’en pratique, cette articulation de la biodiversité avec d’autres thèmes (celui du développement économique, par exemple) est essentiellement conflictuelle. Surtout, le chapitre rédigé par Ana Flávia Barros-Platiau et Sandrine Maljean-Dubois décrit, à partir du cas de la biodiversité océanique, la gouvernance à l’échelle globale comme une « gouvernance fragmentée » (p. 51). Ceci apparaît dès lors qu’on tient compte à la fois de la multiplicité des institutions et des secteurs concernés et de la variété des échelles géographiques pertinentes (globalité du système Terre, souveraineté des États, compétences des agences régionales, droit international, etc.). Si cette fragmentation apparaît généralement comme une faiblesse de la gouvernance mondiale, elle peut également, à la faveur de certains instruments, normes et accords globaux, générer des effets positifs et être vectrice de souplesse et d’adaptabilité. Marie Hrabanski et Denis Pesche examinent, quant à eux, l’avènement – 20 ans après la CDB – de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), souvent présentée comme le GIEC de la biodiversité2. Le chapitre analyse le phénomène de « mise en politique » de la biodiversité comme une affaire également scientifique : la pluridisciplinarité des instances scientifiques internationales, leur intégration de l’expertise des communautés indigènes ou leur prise en compte des différentes représentations de la nature répondent à des enjeux à la fois scientifiques et politiques. Par exemple, la légitimité des savoirs produits par l’IPBES dépend directement du degré d’intégration des représentants des pays du Sud dans ses composantes scientifiques ou ses instances de pilotage. À certains égards, l’IPBES constitue une réponse à la fragmentation de la gouvernance mondiale de la biodiversité.

  • 3 Amy Dahan et Stephan Aykutt, Gouverner le climat ? 20 ans de négociations internationales, Paris, P (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage montre que les politiques de préservation de la diversité biologique se déploient dans des configurations d’acteurs spécifiques (polarisées par les grandes institutions internationales, les très grosses ONG et les États) et des jeux d’échelle très variés : c’est ce que Daniel Compagnon et Estienne Rodary qualifient de « gouvernance multi-acteurs et multiscalaire » de la biodiversité (p. 96). Sur ce jeu d’acteurs, Émilie Dupuits explique comment les réseaux communautaires et autochtones tirent parti des différentes arènes internationales, tandis que Synphorien Ongolo et Miriam Badoux éclairent les tensions entre les ambitions des pays du Sud et les enjeux politiques globaux. Cette dernière contribution analyse la manière dont l’État camerounais parvient à manœuvrer pour conserver l’initiative sur la gestion de l’une de ses forêts primaires contre les injonctions des institutions internationales qui préconisent de préserver ces espaces intacts. Enfin, le chapitre proposé par Luc Semal et Fanny Guillet vient compléter ces réflexions en abordant la question des instruments de gouvernance. S’intéressant aux projets d’aménagement du territoire en France, il observe que la création des dispositifs de compensation écologique repose sur une tension entre une politique « du moindre mal » qui recherche le compromis entre enjeux économiques et enjeux environnementaux (version souple) et une politique intransigeante en matière de conservation (version dure). Les mécanismes de compensation écologique illustrent le « schisme avec le réel » qui caractérise les politiques environnementales contemporaines. L’intérêt de cette expression est de tenir ensemble au moins deux hiatus : le premier tient dans l’opposition entre l’ambition d’une régulation globale centralisée et une réalité géopolitique caractérisée par la compétition politique et économique féroce entre les États. Le second hiatus réside dans la tension entre une gouvernance caractérisée par son atonie et une réalité de la situation environnementale de plus en plus critique3.

4La troisième partie de l’ouvrage éclaire les registres de légitimation qui façonnent les politiques de la biodiversité. Exercice classique, mais particulièrement réussi, la contribution d’Arnaud Cosson et Isabelle Arpin montre comment les aires protégées ont incarné les politiques françaises de conservation en s’inscrivant dans deux grands régimes de légitimation : un modèle juridico-scientifique et un modèle participatif. Elle illustre bien la manière dont ces politiques sont, au-delà des modèles, surtout le résultat de processus historiques particuliers et de « bricolages » locaux (p. 199). Dans un autre registre, le chapitre de Mehdi Arrignon et Christel Bosc analyse l’intégration des politiques de la biodiversité à l’agenda du ministère français de l’Agriculture au début des années 2010. Les nécessités de faire consensus, de pacifier les débats et de maintenir la performance agricole ont donné lieu à une reformulation politique de la notion clé « d’agroécologie ». C’est finalement à l’intérieur d’un cadre politique plus vaste que ces politiques ont pris forme : celui « d’un projet gouvernemental de relance économique, axé sur la baisse des coûts et l’amélioration de la compétitivité » (p. 222). Enfin, Jean Foyer, Aurore Viard-Crétat et Valérie Boisvert comparent les trajectoires de deux dispositifs de protection de l’environnement basés sur les marchés (market-based instruments) : les mécanismes de bioprospection et les dispositifs de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD). Les auteurs observent que l’efficacité de ces instruments réside moins dans une mise sur le marché très concrète de l’environnement que dans la promotion d’un ordre du discours, dans « la promesse d’une synergie entre marché et environnement » et dans la mise en scène d’un « imaginaire néolibéral » (p. 224). En définitive, ces réflexions sur les registres de légitimation illustrent bien les difficultés que rencontrent les politiques de la biodiversité pour recomposer les cadrages politiques préexistants.

  • 4 Sur cette dernière thématique, voir Dominique Lorrain et Franck Poupeau (dir.), Water Regimes. Beyo (...)

5Terminons ce compte rendu par trois commentaires. Premièrement, en matière de mise en politique de la biodiversité comme de jeu d’échelles, le lecteur s’interroge sur la place des mouvements locaux de protection de la nature et l’action des petites associations. Une attention plus aigüe à l’échelle « micro » aurait nourri la réflexion sur l’articulation des échelles en montrant que les débats globaux peuvent, par exemple, être des sources de légitimation dans les controverses locales ou y générer des effets de cadrage spécifiques. Deuxièmement, on regrette de ne pas terminer la lecture sur une conclusion forte et synthétique – nécessairement plus risquée – qui subsume les diverses contributions. Une telle conclusion permettrait d’aller au-delà des problématiques (indubitablement stimulantes) pour esquisser une interprétation générale de la manière dont s’articulent et se hiérarchisent ces différentes échelles. Troisièmement, le regret énoncé précédemment ne doit pas masquer les qualités indéniables de cet ouvrage. Il faut saluer l’effort de cohésion générale qui manque parfois dans les ouvrages collectifs et la clarté de chaque contribution. Les directeurs de publication prennent ainsi le temps d’introduire chaque partie, d’expliciter les problématiques transversales et de donner des éléments de bibliographie. Finalement, par l’attention particulière qu’il porte aux jeux d’échelles et aux instruments de gouvernance dans le cas protection de la biodiversité, ce travail collectif apporte un éclairage utile sur les mécanismes qui traversent les politiques contemporaines de l’environnement (climat, biodiversité, politiques de l’eau4).

Haut de page

Notes

1 Sur ces questions et pour une perspective longue, voir par exemple, Charles-François Mathis et Jean-François Mouhot (dir.), Une protection de l’environnement à la française ? (XIXe-XXe siècles), Seyssel : Champ Vallon, 2013.

2 GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

3 Amy Dahan et Stephan Aykutt, Gouverner le climat ? 20 ans de négociations internationales, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, coll. « Références Développement durable », 2014, p. 399-402.

4 Sur cette dernière thématique, voir Dominique Lorrain et Franck Poupeau (dir.), Water Regimes. Beyond the public and private sector debate, Croydon, Routledge, coll. « Earthscan », 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lerosier, « Daniel Compagnon et Estienne Rodary, Les politiques de la biodiversité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 janvier 2018, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24095

Haut de page

Rédacteur

Thomas Lerosier

Docteur spécialisé en histoire et sociologie des sciences, chercheur associé au laboratoire Philosophie, pratique et langage, Université Grenoble-Alpes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page