Navigation – Plan du site

Les voyages de Stéphane Audoin-Rouzeau au Rwanda

Claudine Vidal
Une initiation
Stéphane Audoin-Rouzeau, Une initiation. Rwanda (1994-2016), Paris, Seuil, 2017, 176 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, Alison Des Forges ( (...)

Le génocide des Tutsis perpétré au Rwanda, d’avril à juillet 1994, a suscité immédiatement des recherches transnationales fondées sur des enquêtes de terrain. Plusieurs de ces travaux de sciences humaines ont été menés par des chercheurs qui, auparavant, avaient enquêté sur la société rwandaise. Pour ma part, j’ai conduit des recherches sur le terrain entre les années 1967 et 1973, celles-ci portaient notamment sur l’histoire politique et sociale du Rwanda dans la période pré-coloniale et au début de la colonisation. Ces chercheurs ont été bouleversés par le génocide et la perte des personnes qu’ils connaissaient. D’autres, après 1994, ont été émus par la désolation des survivants. Beaucoup d’entre eux ont transformé ce bouleversement en énergie de travail, c’est-à-dire qu’ils ont voulu savoir ce qui s’était passé. J’en donnerai pour exemple la première parution importante, dirigée par Alison Des Forges, prenant appui à la fois sur une connaissance ancienne du Rwanda et sur des enquêtes engagées aussitôt que ce fut possible1. En outre, certains chercheurs (la plupart, même) avaient, dès avril 1994, rétabli (ou tenté de rétablir) des contacts téléphoniques ou autres avec leurs amis rwandais. Ceux qui ne se voyaient plus depuis longtemps se sont rencontrés, ont travaillé ensemble, ont partagé leur documentation et se sont retrouvés au Rwanda.

  • 2 Tous les ans, des cérémonies nationales de commémoration du génocide sont organisées par les autori (...)

1L’historien Stéphane Audoin-Rouzeau relate dans son ouvrage comment il a lui-même découvert le Rwanda au cours d’un premier voyage en 2008. Ce fut pour lui « une initiation », comme l’affirme le titre de cet essai. En effet, le génocide des Tutsis avait laissé l’auteur « parfaitement insensible » (p. 12, souligné par lui-même), et ce durablement. À la suite de quelles expériences est-il sorti de cet état d’« inconscience » ? En 1999, il invita à son séminaire un Rwandais que je lui avais présenté. Ce dernier témoigna des événements de 1994 et ce fut pour l’historien un « moment marquant » (p. 14). Puis, durant un voyage au Rwanda effectué du 3 au 12 avril 2008, il déclare s’être trouvé en « immersion profonde […] dans le récit de ce qui avait eu lieu »2 (p. 15, souligné par l’auteur).

2Stéphane Audoin-Rouzeau centre son livre sur le bouleversement intime éprouvé durant ces journées de commémoration où il entendit des survivants crier publiquement leur douleur, écouta ceux qui décrivaient comment les leurs avaient été massacrés, vit des mémoriaux exposant les restes des victimes et les traces des tueries, et perçut la désolation de ceux et de celles qui avaient à vivre privés de leurs proches. Ainsi, l’auteur se fait-il témoin à double titre : il témoigne de ce qu’il voit, entend et comprend dans ces moments où la remémoration de la tragédie constitue un terrible rituel national, et il témoigne aussi de sa propre émotion. Ce parti, propre à nombre de témoins, n’est pas critiquable.

3Visiteur et hôte, l’historien n’en reste pas là. Il adopte la position du chercheur et entreprend d’intégrer son ressenti à une démarche de connaissance. Cependant, il semble ne pas prendre appui sur l’immense effort de recherche dont le génocide a été l’objet depuis 1994. Du coup, l’auteur se montre en découvreur alors qu’il vient après bien d’autres qui ont longuement enquêté et étudié les travaux précédant les leurs pour élaborer hypothèses et analyses. Selon moi, cette conversion de sa situation de nouveau venu en une position de pionnier n’apporte pas de bénéfice heuristique et n’aboutit qu’à des interprétations contestables du génocide. C’est ce constat critique qui me détermine à commenter L’initiation de Stéphane Audoin-Rouzeau.

De l’ignorance du génocide des Tutsis à la posture de découvreur

  • 3 J’adopte l’usage journalistique d’accorder les radicaux hutu et tutsi au singulier et au pluriel ai (...)

4Il aura donc fallu quatorze ans à l’auteur pour découvrir le génocide tutsi3. Il explique ce long délai par un « racisme inconscient » consistant à intérioriser « l’explication commode de la haine interethnique ancestrale ». Curieusement, cette autocritique est développée à la première personne du pluriel : « Notons au passage que, toujours, c’est au racisme de l’Autre – des autres – que nous croyons bon de nous en prendre […] mais celui qui pourrait se lover en nous-mêmes nous intéresse infiniment moins, de sorte que nous pouvons vivre au quotidien dans l’aimable fiction de son inexistence » (p. 13).

  • 4 En collaboration avec Marc Le Pape, j’ai publié un numéro spécial des Temps Modernes, « Les politiq (...)

5Qu’il soit rhétorique ou analytique, ce passage du « je » au « nous » est contredit par le retentissement des massacres de 1994 en France. Le terme génocide, apparu dès le 11 avril sous la plume de Jean-Philippe Ceppi dans Libération et progressivement repris par l’ensemble de la presse, était officialisé le 16 mai par Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères. Presse écrite comme presse audiovisuelle firent régulièrement état de ce qui se passait au Rwanda. Le délégué du CICR (Comité international de la Croix-Rouge), à Kigali, livra publiquement et rapidement des informations sur le massacre systématique des Tutsis. Plusieurs catégories d’acteurs multiplièrent rencontres et débats mobilisant un public nombreux (j’y ai souvent participé, invitée en raison de mes travaux sur le Rwanda)4. Il est vrai que l’interprétation ethniciste (en d’autres termes, l’explication par le « tribalisme », ou la « haine ancestrale ») restait dominante, cependant elle n’empêchait pas que les tueries soient considérées comme génocidaires non seulement pour leur caractère massif mais aussi pour leur volonté de destruction systématique des Tutsis. En fait, durant les mois qui succédèrent au 7 avril, la qualification de génocide amplement répétée dans l’espace public extirpait la tragédie du catalogue des horreurs exotiques. Quant à la critique des interventions de la France au Rwanda de 1990 à 1994, qu’elle prenne la forme de campagnes dénonciatrices ou celle d’analyses plus distanciées, elle fut immédiate et ne fit que croître.

  • 5 Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, op. cit. ; André Gu (...)

6Plusieurs chercheurs engagèrent des enquêtes de terrain dont la parution débuta en 1999 avec le monumental ouvrage collectif dirigé par Alison Des Forges, suivi d’autres publications universitaires dont un premier ensemble important était disponible en 20085. Enfin, le premier livre du journaliste Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie. Récits des marais rwandais, issu d’entretiens qu’il avait menés sur place avec des rescapés, paraissait en 2000 et connaissait le succès. Subtilement réécrits par l’auteur, les récits donnaient au lecteur l’impression d’« entendre » la souffrance des narrateurs. En bref, c’est dire que l’« insensibilité » de Stéphane Audoin-Rouzeau au génocide tutsi n’était pas aussi partagée qu’il le suggère ! En témoigne l’intérêt immédiat que portèrent à ce génocide des milieux académiques, des lectorats et des auditoires de médias nationaux, et des publics venant écouter les conférences organisées par divers acteurs – associations de défense des droits de l’homme, institutions religieuses, conseils municipaux et milieux universitaires.

7L’auteur relate son voyage « initiatique » de 2008 (puis ceux de 2013, 2014 et 2016). Il livre des « notes de terrain » où il décrit ses émotions, d’une part face aux crises de douleur surgissant durant les cérémonies commémoratives, d’autre part devant les restes de victimes exposés sur les lieux de massacres, enfin à l’écoute de témoins rescapés. Il livre aussi des réactions personnelles à ce qu’il voyait et entendait durant ses visites.

  • 6 Maria Malagardis, « Rattrapé par la cause rwandaise », Libération, 1er février 2017 ; « Rwanda : po (...)

8Dès sa parution début 2017, Une Initiation a été a été favorablement accueilli par les principaux médias français. Plusieurs titres de la presse écrite ont publié un entretien avec l’auteur (Le Monde, L’Obs et Médiapart.fr), lequel est intervenu longuement sur RFI, France-Inter, France-Culture6.

  • 7 L’universitaire François Lagarde a publié six volumes électroniques de bibliographies sur le Rwanda (...)
  • 8 Ainsi, Maria Malagardis écrit à la fin de son article : « Sans le vouloir, le voilà qui s’engage. [ (...)

9Il est remarquable qu’aucune distance critique n’ait été prise par les journalistes, qu’aucun étonnement n’ait été exprimé face à certaines des affirmations de Stéphane Audoin-Rouzeau. Par exemple, alors que dans son livre il qualifie d’« immense » l’ignorance de cet événement et exhorte à effectuer un « immense rattrapage » (p. 160), pas un journaliste n’a rappelé qu’entre 1994 et 2016, dans la sphère médiatique comme dans celle de la recherche académique, le génocide des Tutsis avait pourtant fait l’objet de nombreuses publications7. Et pas un n’a demandé à l’historien s’il jugeait à ce point insignifiant l’apport de ces dernières. La question avait beau être fondée, il reste qu’elle ne fut pas posée. Le ton de ces entretiens est plutôt celui de l’empathie, de l’exercice d’admiration, voire de l’héroïsation8. Je ne partage guère cet engouement.

Le bouleversement comme argument d’autorité

10D’emblée, Stéphane Audoin-Rouzeau confère à l’intensité de ses émotions un pouvoir d’intellection incomparable. Le génocide s’impose à lui « avec une force inouïe. Ce saisissement persiste, et c’est de cela que ces pages voudraient tenter de rendre compte » (p. 10). De fait, l’auteur livre son vécu, ses sentiments d’horreur – une horreur que ses descriptions cherchent à communiquer au lecteur – ainsi que le bouleversement épistémologique qui s’en est suivi pour lui : « La discipline historique souvent porte court. Longtemps je l’ai pressenti. Maintenant, je le sais » (p. 16). En outre, l’historien estime que le partage de son vécu émotionnel devrait avoir un intérêt de connaissance : « L’idée de ce petit livre est de proposer un regard […] où le sujet ne s’efface pas pour se saisir de son objet. Il se peut qu’il aide le lecteur à rendre un peu moins inintelligible le dernier génocide du XXe siècle » (p. 19). Ainsi, la formulation a-t-elle beau être modeste (« Il se peut… »), l’auteur entend bien conférer au récit de son ressenti le statut d’une recherche.

11La narration entremêle choc émotionnel et recherche d’une intelligibilité dans trois circonstances : la visite de mémoriaux exposant les corps des victimes, les cérémonies de commémoration, la rencontre avec des survivants du génocide.

La visite du mémorial de Murambi

  • 9 Un massacre de plusieurs milliers de Tutsis a eu lieu en avril 1994 sur le site de l’école. Leurs c (...)
  • 10 Valérie Thorin, « Au pays des mille souffrances », Jeune Afrique/L’intelligent, 15-28 août 2000. J’ (...)
  • 11 « Reste que le voyeurisme du cadavre participe, à sa façon, à l’atteinte portée à la notion de pers (...)

12Le récit de la visite (le 9 avril 2008) de l’école de Murambi, où sont exposés des centaines de cadavres conservés dans la chaux9 occupe deux pages (p. 34-36). Stéphane Audoin-Rouzeau en donne une description détaillée : « Les crânes sont défoncés, ouverts, éclatés […]. Des mains sont sectionnées. Beaucoup de pieds sont coupés au-dessus de la cheville […] les chairs desséchées donnent à ces cadavres une humanité perceptible ; parfois, un reste de cheveux, un collier, un morceau de vêtement les humanisent davantage encore ». Pourquoi une telle description, volontairement atroce ? S’agit-il de communiquer au lecteur le sentiment d’horreur que l’auteur a lui-même éprouvé face à l’évidence physique du génocide ? Il reste que l’exposition des cadavres de Murambi a inspiré des descriptions similaires à nombre de journalistes. Pour n’en citer qu’une : « Corps figés dans l’attitude où la mort les a surpris, la bouche ouverte sur un cri […] crânes fracassés, doigts brisés, membres disloqués. Les enfants sont les plus émouvants. L’un d’eux serre sur sa poitrine un morceau du tissu chamarré du pagne de sa mère »10. Ces recours au pathétique de l’horrible ne privilégient-ils pas l’émotion au détriment de la pensée, ne dispensent-ils pas de chercher à savoir comment ces tueries furent politiquement et militairement organisées ? Personnellement, je trouve complaisant l’attrait pour ces exercices de « voyeurisme du cadavre », selon l’expression de Georges Bensoussan11.

  • 12 Stéphane Audoin-Rouzeau, « Au cœur de la guerre : la violence du champ de bataille pendant les deux (...)
  • 13 « Les coups directs des obus de gros calibres peuvent pulvériser les corps […]. Les plus gros éclat (...)
  • 14 Dans une note, à la fin de ce passage, l’auteur écrit : « Contrairement, à mon sens, à ce qu’affirm (...)

13Cette insistance sur l’atroce caractérisait déjà l’historien spécialiste de la Grande Guerre. Ainsi dénigrait-il l’« aseptisation » des pratiques de violence extrême sur le champ de bataille, commune selon lui à un « très grand nombre d’historiens du fait guerrier »12. Une aseptisation dont il dit ailleurs qu’elle aboutit « à un véritable déni historique »13. Par cette mise en cause fracassante des collègues, l’historien s’octroyait une posture de pionnier. Il la perpétue par sa description nullement « aseptisée » des corps de Murambi. Mais qu’apporte cette description à la connaissance du génocide ? L’auteur, reprenant ses notes, en tire la conclusion que machette, gourdin, armes blanches « ont joué un rôle de toute évidence capital : tous les restes [humains] que l’on voit le prouvent, ce n’est pas une invention de journalistes occidentaux en mal de sensationnalisme et mus par un racisme plus ou moins conscient »14 (p. 45). Au vrai, les journalistes occidentaux n’ont nul besoin du renfort de l’auteur car cette « évidence » était reconnue bien avant son voyage si bien que le cliché « génocide à la machette » avait fini par s’imposer comme allant de soi dans les discours médiatiques ! Ce cliché occultait la complexité du dispositif génocidaire, notamment dans le cas de grandes tueries dont la première phase, une fois les victimes rassemblées dans des lieux publics, était de les encercler et de les attaquer avec grenades et armes à feux, les tueurs à la machette intervenant dans la seconde phase pour exterminer les survivants. Mais cela, effectivement, on ne le « voit pas » dans le mémorial de Murambi. Au fil des enquêtes de terrain, menées durant des années par des chercheurs, ces organisations de massacres ont pu être reconstituées. Mais l’auteur a choisi d’écrire comme si rien n’existait ou presque avant lui !

Récits de commémoration

14Du 3 au 12 avril 2008, c’est-à-dire durant la période de commémoration, l’auteur, invité à un colloque sur le génocide, séjourne au Rwanda. Le matin du 7 avril, la cérémonie nationale se déroule en présence du président Paul Kagame à l’église de Nyamata – où 5 000 personnes furent massacrées le 15 avril 1994 –, désormais transformée en lieu de mémoire. C’est à ce moment que l’auteur est confronté à une scène qui marque le début de ce qu’il appelle son « initiation » : « J’étais sorti du lieu de mort, déjà, quand les cris d’une femme, entrée en convulsions, s’élèvent dans l’enclos. […] Puis une deuxième hurle à son tour, suivie d’une troisième, d’une quatrième. Ce surgissement de terreur – de la terreur du massacre, du massacre présent à nouveau –, j’y assiste pour la première fois » (p. 31).

  • 15 Pour ma part, je citerais la thèse de Darius Gishoma, professeur à l’Université de Butare : Crises (...)
  • 16 Stéphane Audoin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre. 1914-1918, Paris, Éditions Noesis, 2001.
  • 17 Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, op. cit., p. 199.

15L’auteur a voulu en savoir plus sur ces crises qui, à ce qu’il écrit, ont entraîné chez lui une perte d’adhésion aux investissements historiographiques et épistémologiques qui avaient été les siens. Il a lu et cite des travaux menés par des psychologues cliniciens concernant ces crises traumatiques15. C’est la seule fois où l’auteur recourt à des recherches sur le Rwanda et en utilise les apports. S’il ne s’en tient pas au seul exposé de son ressenti face à ces expressions saisissantes de douleur et estime légitime de pratiquer une distanciation analytique à leur égard, peut-être est-ce parce qu’il s’est lui-même intéressé à des deuils personnels de la Grande Guerre16. Il considérait là encore cette approche comme pionnière, si l’on en croit l’affirmation selon laquelle les historiens de la Grande Guerre n’auraient pas pris en compte « l’immensité du deuil pendant et après 1914-1918 »17. L’on constate à nouveau que les insistances de Stéphane Audoin-Rouzeau sur certains spectacles (au sens premier du terme) vus au Rwanda – l’exposition des corps massacrés, le surgissement des crises traumatiques – font écho aux thèmes (les pratiques de violence extrême au combat, les souffrances psychiques du deuil) que l’historien de la Grande Guerre disait affronter en novateur. L’on y reviendra, mais il semble bien que l’auteur conserve au Rwanda cette attitude qui consiste à ignorer, quand ce n’est pas à discréditer, les travaux antérieurs de ses collègues dès lors qu’il aborde la question dans sa propre recherche.

Rencontres avec des rescapés

  • 18 Un certain nombre d’entre eux et d’entre elles ont également publié des récits autobiographiques.

16La troisième circonstance de « saisissement » évoquée par l’auteur est celle de ses rencontres avec des rescapés. Je rappellerai que, dès 1994, les survivants du génocide sont intervenus de multiples façons dans l’espace public : à titre de témoins dans les enquêtes judiciaires et sollicités par des journalistes, des documentaristes et des chercheurs18. Les récits des survivants aident à saisir des modalités concrètes de tueries, ou encore ils permettent de restituer des biographies individuelles à partir d’entretiens. Les chercheurs qui les recueillent agissent en passeurs de l’expérience vécue de survivants. Ils s’en tiennent à ce rôle, ils « s’effacent » pour reprendre le terme de l’auteur qui, lui, écrit-il, n’a pas cette intention.

  • 19 Jean-Paul Kimonyo, op. cit. Kimonyo mobilise à plusieurs reprises le témoignage de rescapés, « effa (...)

17La première rencontre a lieu non pas exactement avec un rescapé, puisque son interlocuteur n’était pas au Rwanda en 1994, mais avec un collègue rwandais, le politiste Jean-Paul Kimonyo : ce dernier lui apprend que, sur la centaine de ses parents, « cinq seulement ont survécu »19 (p. 22). Si ce n’est pas la première fois que Stéphane Audoin-Rouzeau est confronté à ce type de recensement tragique – sous de multiples formes, les récits de la destruction des Juifs d’Europe en ont transmis d’analogues dans l’espace public –, c’est la première fois, écrit-il, qu’il « l’entend », au sens de comprendre. D’autres rencontres sont relatées selon cette même optique, c’est-à-dire selon la vision (aux sens propre et figuré) de l’auteur. Simultanément, il se met en scène, se montre regardant, écoutant, puis exposant la désolation des victimes autant que ses propres émotions.

18D’autres « portraits » de survivants et de survivantes sont dressés dans l’ouvrage ; ils sont autant d’occasions pour l’auteur de manifester sa sensibilité compassionnelle. Le portrait d’Émilienne, qu’il a connue au cours d’un colloque à Kigali en octobre 2013, est le plus travaillé. Cette thérapeute a pris en charge depuis 2002 plusieurs groupes de femmes violées. C’est en l’écoutant, elle et des femmes de ces groupes, que l’auteur (qui avait publié des travaux sur le viol de guerre) entend des récits d’une cruauté extrême et perçoit les souffrances multiples de la vie après le génocide. Au cours de ses séjours au Rwanda, une relation d’amitié se noue entre Stéphane Audoin-Rouzeau et Émilienne. Ainsi le lecteur découvre-t-il comment la jeune femme, qui venait de se marier lorsque débutèrent les tueries d’avril 1994, perdit presque tous ses proches, et comment elle réussit à survivre ; il apprend aussi combien il est difficile pour les rescapés, entourés par des voisins souvent hostiles et dont certains ont été les assassins de leurs familles, de reconstruire leur existence. Un chapitre est consacré à l’inauguration de la maison qu’Émilienne a édifiée sur les ruines du foyer paternel. Les notes prises par l’auteur détaillent la cérémonie : évocation des disparus, chants et récits rappelant l’atrocité des mises à mort, bénédiction de la demeure par le curé de la paroisse. Émilienne dit sa fierté qu’il existe maintenant un lieu digne de perpétuer la mémoire des absents et demande à l’auteur de prendre lui aussi la parole.

  • 20 Esther Mujawayo, Souâd Belhaddad, SurVivantes, Rwanda, dix ans après le génocide, La Tour d’Aigues, (...)

19Finalement, les lecteurs ne perçoivent les attitudes des survivants et n’entendent leurs paroles que mises en scène dans le récit que fait l’auteur de sa propre émotion. Mais est-ce vraiment les entendre ? Pas à mon sens, tant ses « reportages » sont encombrés par l’expression de son propre vécu et ses démonstrations d’empathie. Pour ma part, je suis émue à la lecture des témoignages de rescapés : par exemple celui d’Esther Mujawayo, qui fut, elle aussi, thérapeute auprès de veuves du génocide, ou ceux écrits et rassemblés dans le cadre d’un « atelier de mémoire » à Kigali20. Ces récits ont des auteurs qui disent, qui pensent à leur façon ce qui leur est advenu.

Déficit épistémologique

20Stéphane Audoin-Rouzeau reprend ses habits de chercheur pour inviter le lecteur à réfléchir sur deux traits du génocide : la participation massive des voisins au massacre des victimes et la transformation des églises en pièges mortels.

Théoriser la cruauté

21Sur la mise à mort de Tutsis par leurs voisins hutus et sur la pratique de cruautés extrêmes tant physiques que symboliques, l’auteur adopte une démarche de généralisation qui s’apparenterait à une psychologie des profondeurs. Il rappelle que les voisins se connaissaient bien et qu’il existait de nombreux liens entre eux. En effet, les relations de voisinage en milieu rural découlaient d’une situation marquée par la forte densité de la population et la proximité spatiale des familles, de leurs habitations comme de leurs parcelles de culture. Toutes sortes d’échanges étaient nécessairement pratiqués dans la quotidienneté. Chacun pouvait avoir besoin de son voisin et réciproquement, car l’entraide était le produit de la nécessité, sinon de la bienveillance. Expliciter la rupture violente de tels liens durant le génocide exige des enquêtes de terrain qui reconstitueraient autant que possible les circonstances de la transformation de voisins en bourreaux.

  • 21 Lee Ann Fujii, Killing Neighbours. Webs of Violence in Rwanda, Ithaca, Cornell University Press, 20 (...)

22Cependant, Stéphane Audoin-Rouzeau s’intéresse moins aux modalités de ce retournement qu’aux multiples gestes de cruauté infligés aux victimes. Il s’essayer à théoriser cette cruauté « consubstantielle » à la violence de voisinage en suggérant qu’il s’agissait de constituer, par la torture, un Autre différent de celui qui était un semblable : « C’est dans la proximité – la proximité extrême – que se loverait la réponse à l’énigme de 1994. Osons le dire : non dans la différence mineure, mais dans la différence inexistante » (p. 105, souligné par l’auteur). Ainsi l’historien affirme-t-il découvrir l’invariant anthropologique inhérent aux massacres entre voisins. Cette annonce a beau être assénée sur le ton de l’audace intellectuelle (« Osons le dire »), elle ne fait guère comprendre comment la proximité (aussi bien spatiale que sociale et culturelle) qui caractérisait les modalités du voisinage en milieu rural devient la clef de l’explication. Or nombre d’enquêtes, de reportages et de témoignages le prouvent, le voisin tortureur de son semblable n’est pas engendré par leur « extrême » proximité, il n’est pas un être abstrait, il ne tue pas isolément mais fait partie de bandes qui agissent publiquement. D’actes en actes, la violence commise en groupe se renforce, s’intensifie, chaque étape ouvrant la voie à la suivante : pillages durant les premier jours puis tueries et cruautés collectives21. De fait, en s’en tenant à psychologiser la cruauté entre voisins, l’auteur évacue les logiques sociales qui ont été ses conditions d’existence.

  • 22 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers (...)

23Par ailleurs, l’historien affirme qu’au-delà de la souffrance infligée, certaines modalités de torture comportent des significations qui transforment symboliquement le corps des suppliciés, constituant en quelque sorte un « langage ». À cet égard, il fait référence aux guerres de religion qu’a étudiées Denis Crouzet, de qui il reprend le thème de la cruauté comme langage22. Crouzet procéda en effet à une enquête sur les cruautés exercées par les catholiques ainsi que par les huguenots. Autant que la documentation le lui permet, Crouzet articule précisément ces formes de cruauté à des situations locales, en repère les acteurs et les réfère de façon détaillée aux contextes idéologiques, religieux et eschatologiques de l’époque.

  • 23 Christopher Taylor, Terreur et sacrifice. Une approche anthropologique du génocide rwandais. Tradui (...)
  • 24 Ibid., p. 132.

24L’anthropologue Christopher Taylor, spécialiste du Rwanda, a lui aussi interprété les cruautés comme un langage. Il a mis en relation certaines des formes cruelles de mise à mort durant le génocide avec des notions traditionnelles ayant trait à la (bonne ou mauvaise) circulation des fluides et à son influence sur l’intégrité du corps et celle du pays23. Ces interprétations du mal, toujours actuelles au temps de l’enquête, décèlent une « obstruction » à l’écoulement des flux. Or les Tutsis, assimilés à des êtres obstructeurs « furent dans leur immense majorité les victimes sacrificielles de ce qui relève, à beaucoup d’égards, d’un rituel de purification ; d’un rituel destiné à purger la nation “d’êtres obstructeurs”, qui procédait de l’ontologie rwandaise selon laquelle le “corps politique” se trouve en relation avec le “corps individuel” »24. Je résume excessivement ce travail riche et nuancé. Sans doute des critiques peuvent-elles être formulées à son encontre, dont la principale est, à mon sens, qu’il surévalue l’influence des représentations traditionnelles lorsqu’il en fait une détermination essentielle du génocide. Cependant, il montre de façon convaincante que des modèles anciens de supplice et des schèmes symboliques ont été sous-jacents à certains modes d’exécution de massacres. Or, Stéphane Audoin-Rouzeau prend le parti d’ignorer ce chercheur qui est l’un des premiers à avoir tenté de rapporter la si difficile question de la cruauté à l’univers de représentations rwandaises qu’il avait étudiées. S’il est compréhensible qu’un essai ne procède pas à de multiples références bibliographiques, il reste que, sur ce thème, s’il n’y avait qu’un seul livre à retenir, c’était celui-ci.

Tuer dans les églises

25Durant la traque des Tutsis, ces derniers étaient contraints par les autorités locales à fuir vers des stades, des bureaux communaux, des écoles, des sites paroissiaux et des églises. Dans ces lieux, pouvaient être rassemblés des centaines ou des milliers de personnes. Après quoi, elles étaient encerclées pour bloquer leur fuite, puis attaquées à la grenade et mitraillées, enfin une foule d’assaillants achevait les survivants à la machette, au gourdin clouté, au poignard. Ces opérations de massacre ont fait à chaque fois des milliers de victimes et très peu en ont réchappé.

26L’auteur estime que la dimension spécifiquement religieuse des massacres, dans cette société rwandaise de 1994 « si profondément chrétienne et catholique pour plus des deux tiers à cette date » (p. 124), n’a pas été prise en compte. Effectivement, en tous lieux, au Rwanda, des chrétiens ont tué des chrétiens sans s’embarrasser du sixième commandement (Tu ne tueras point). Cependant, les églises ne sont pas des stades, ce sont des lieux consacrés mais cela n’a pas empêché les exécuteurs de tuer au pied de l’autel. Outre la profanation que représente un meurtre dans l’église, l’auteur relève quelques actes sacrilèges (ciboires brûlés, tabernacles forcés, etc.) et iconoclastes (Vierge mutilée, statues décapitées) puis indique que des tueurs ont participé à des messes avant de se livrer aux massacres. Ce constat une fois établi, il se pose en découvreur d’une question non résolue et aligne des hypothèses sur les motivations des tueurs (identification des Tutsis aux démons, croyance en une autorisation du ciel, etc.), pour aboutir à la conclusion suivante : « En tout état de cause, je reste persuadé qu’un intense effort de recherche est nécessaire ici » (p. 125).

  • 25 Julien Seroussi, « Les diables des mille collines. Fictions raciales et religieuses dans le génocid (...)
  • 26 Timothy Longman, « Church politics and the genocide in Rwanda », Journal of Religion in Africa, vol (...)

27On se souvient qu’après son premier voyage au Rwanda, l’auteur disait avoir perdu confiance dans les pouvoirs d’élucidation de la discipline historique qu’il avait pratiquée des décennies durant. Après tout, mieux vaut s’interroger en permanence sur la valeur de son savoir plutôt que d’en célébrer le triomphe. Cependant, exclure de sa vision les enquêtes historiques existantes concernant le christianisme au Rwanda me semble bien radical ! C’est pourtant ainsi que procède Stéphane Audoin-Rouzeau lorsqu’il s’interroge sur les chrétiens rwandais. Ces derniers sont désincarnés, traités comme s’ils étaient conformes à une essence du chrétien, comme s’ils n’avaient pas d’histoire, comme si l’Église catholique rwandaise et son clergé n’avaient pas des caractères spécifiques, comme si enfin un Rwandais baptisé était nécessairement un « croyant ». Il semblerait que le stéréotype d’une société « si profondément chrétienne et catholique » offrirait la base suffisante à une « intense » réflexion, tandis que d’autres approches, plus complexes, la parasiteraient. Ainsi, lorsque l’auteur évoque des tueurs priant devant l’autel durant le massacre, il tire cette information d’un essai de Julien Seroussi25 qui l’a lui-même extraite d’un article de Timothy Longman26. Il est étonnant de constater comment ce dernier article a été « lu » par Julien Seroussi.

  • 27 Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, op. cit.
  • 28 Timothy Longman, Christianity and Genocide in Rwanda, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, (...)
  • 29 Timothy Longman, « Church politics and the genocide in Rwanda », op. cit., p. 164, notre traduction
  • 30 Julien Seroussi, op. cit., p. 9.
  • 31 Ibid., p. 9.

28Timothy Longman est un politologue américain qui a mené, avant le génocide (en 1992 et 1993), des recherches de terrain sur les églises chrétiennes rwandaises (catholique et presbytérienne). Puis, il a dirigé deux années durant (1995 et 1996) les enquêtes de Human Rights Watch sur le génocide27. Outre de nombreux articles, il a publié un ouvrage important où il compare le déroulement du génocide dans deux paroisses presbytériennes (situées dans l’ancienne préfecture de Kibuye) sur lesquelles il avait mené une étude monographique en 199328. L’hypothèse soutenue par Longman est que « [les] Chrétiens ont pu tuer sans visibles troubles de conscience, même dans l’église, parce que le Christianisme qu’ils ont toujours connu a été une religion marquée par les luttes pour le pouvoir, et que l’ethnicité a toujours été la base de ces luttes »29. Il procède à une analyse historique et politique de l’implantation du christianisme au Rwanda puis à une étude minutieuse du fonctionnement patrimonial des institutions religieuses au niveau des paroisses. Montrant comment le « conflit ethnique » a, dès la fondation missionnaire, fait partie intégrante du christianisme au Rwanda et comment le message chrétien, tout aussi bien après l’indépendance que durant la période coloniale, a mis l’accent bien plus sur le respect et l’obéissance dus aux autorités religieuses et civiles que sur la charité et l’amour du prochain. C’est dire que cet auteur devrait être indispensable à qui s’intéresse aux dimensions religieuses du génocide. Pourtant, Seroussi, sans accorder d’attention aux analyses de Longman, le traite en simple pourvoyeur d’une information ponctuelle (des tueurs ont prié devant l’autel) susceptible de conforter sa propre hypothèse d’une démonisation des Tutsis à laquelle il prête une grande puissance d’explication : « Seule la démonisation a permis de séparer de nouveau des personnes que tout rapprochait, en objectivant religieusement une différence sociale évanescente »30. Stéphane Audoin-Rouzeau, préférant lui aussi ne considérer Longman qu’à titre d’informateur, se rallie à la démarche de Seroussi et, le citant, accepte que le génocide ait été « partiellement commis religieusement »31 (p. 126). Ainsi, plus n’est besoin d’enquêtes historiques, sociologiques et politologiques pour tenter d’expliciter comment, au Rwanda, des chrétiens ont massacré d’autres chrétiens, il suffit de postuler un chrétien (sans passé historique et hors contexte) en proie à un imaginaire subitement formé (si la croyance en Satan découlait du prêche religieux, elle n’impliquait pas la métamorphose du prochain haï en démon) pour découvrir une détermination essentielle du génocide.

  • 32 Christopher C. Taylor, Milk, Honey and Money. Changing Concepts in Rwandan Healing, Washington & Lo (...)

29Au moins, Julien Seroussi parle-t-il du Rwanda comme d’un pays « très pratiquant », ce qui est objectivement correct et explicable en raison des multiples pouvoirs détenus par les Églises chrétiennes. Stéphane Audoin-Rouzeau, pour sa part, n’hésite pas à qualifier les tueurs de « croyants ». Sur quelle évidence repose cette affirmation ? Va-t-il de soi qu’au Rwanda tout baptisé avait foi dans les dogmes du christianisme ? Au début des années 1970, lorsque je menais des enquêtes de terrain sur l’histoire précoloniale et les débuts de la colonisation, je retraçais les modalités locales du mouvement massif de conversion qui succéda à la destitution, en 1931, du roi hostile à la religion étrangère. Or je m’aperçus, à la suite de nombreux entretiens, que les croyances traditionnelles et l’observance des rites qui leur étaient associés étaient restées très largement en vigueur dans la société rurale. Les églises étaient bondées le dimanche, mais le culte des ancêtres et le recours aux devins n’en étaient pas moins assidument pratiqués dans la clandestinité, aussi bien par les jeunes générations que par les plus âgées. Toute évaluation statistique du phénomène était cependant impensable. J’ai aussi rencontré des chrétiens, « croyants » sincères qui prédisaient l’enfer à ceux qui continuaient de se comporter en païens quand ils ne se contentaient de les traiter d’arriérés. Une quinzaine d’années plus tard, Christopher Taylor, qui menait depuis 1985 des enquêtes sur les traditions populaires concernant la santé et la maladie, rencontrait encore (et même photographiait) des participants au rituel du kubandwa, l’un des plus condamnés par l’Église catholique32. Ainsi, contrairement à Stéphane Audoin-Rouzeau, je n’affirme pas d’emblée l’authenticité de la foi chrétienne des paroissiens mais je ne suppose pas non plus ces derniers systématiquement mécréants. C’est dire que toute démonstration fondée sur l’une ou l’autre de ces assertions n’est pas valide car il n’existe pas d’enquête permettant de l’étayer.

La solitude du nouveau venu

30En 2008, la « conversion » de Stéphane Audoin-Rouzeau ne fut pas qu’épistémologique, elle fut aussi politique. Il prit conscience de ce que les opérations politiques, militaires et diplomatiques de la France au Rwanda durant les années 1990-1994 avaient cautionné des autorités qui ne reculaient devant aucune entreprise meurtrière pour se maintenir au pouvoir. C’est pourquoi ce « conservateur » (p. 66) doublé d’un « militariste » (p. 54) décida de s’engager dans la recherche de la vérité, quel que soit l’inconfort de cette attitude, nouvelle pour lui. Un inconfort qu’il commente : « Questionner, en tant que chercheur en sciences sociales, le rôle de la France au Rwanda, c’est ainsi faire l’apprentissage d’une certaine solitude » (p. 67).

  • 33 J’ai moi-même, en 1999 (il y a 18 ans), réalisé un film en collaboration avec Robert Genoud, intitu (...)
  • 34 Pierre Bourdieu et Roger Chartier, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010.

31Lorsque, sur ce thème des interventions de la France, l’auteur déclare se sentir seul, il est difficile de ne pas s’en étonner. S’il est un thème labouré dès 1994 par toutes sortes d’intervenants, y compris des chercheurs, c’est bien celui de la politique de la France au Rwanda. Depuis plus de deux décennies, cette « question française » (p. 62) a fait l’objet d’interventions sous de multiples formes – ouvrages, articles, rapports, pétitions, films, sites internet, expressions audiovisuelles, conférences, etc. –, conduites par de multiples acteurs – universitaires, militants, journalistes, militaires, hommes politiques, etc. Nombre de ces interventions, ayant pour trait commun un ton virulent, opposent accusateurs et défenseurs de la politique française33. De fait, une analyse sociologique et historique de l’émergence de cette « question française » puis de sa rapide expansion peut être conduite en termes de champ au sens où l’entend Pierre Bourdieu lorsque, par exemple, il étudie le champ littéraire34.

  • 35 L’opération Turquoise est une intervention militaire organisée par la France et autorisée par une r (...)
  • 36 Pour ma part, j’estime aussi que bien des zones d’ombre demeurent sur le rôle de la France au Rwand (...)
  • 37 En 1999, faisant l’inventaire des rhétoriques négationnistes en cours à cette date, je relevais et (...)

32Néanmoins, l’auteur se ressent « solitaire » quand il expose les éléments qui manifestent le caractère inacceptable des dénégations des autorités françaises tout particulièrement en ce qui concerne l’opération Turquoise35, et quand il envoie une « note blanche » (anonyme) au secrétariat général de l’Élysée (p. 55), suggérant la création d’une commission indépendante d’historiens et demandant l’ouverture complète des archives. Bref, ce solitaire rejoint l’ensemble de ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont travaillé avant lui sur cette question36. Il découvre à son tour les propagandes faisant obstacle au travail de vérité, en particulier la thèse dite du « double génocide » qui consiste à établir une équivalence entre le génocide des Tutsis et les massacres de Hutus commis par le FPR37. Il accepte de témoigner en 2014 et 2016 aux deux procès contre des génocidaires tenus devant la cour d’assises de Paris. Là, à nouveau, il prend la suite de nombreux chercheurs, dont des chercheurs français, qui ont témoigné dès les premiers procès nationaux et internationaux intentés à des génocidaires.

33En fait, vis-à-vis des recherches sur le génocide comme du rôle de la France au Rwanda, Stéphane Audoin-Rouzeau transforme sa situation objective de nouveau venu en une position de pionnier. Dans le cas du génocide, sa conversion l’entraine à choisir le genre de l’essai pour avancer des interprétations péremptoires qui ne tiennent aucun compte des travaux existants et, dans le cas de la « question française », elle le conduit à faire valoir son « engagement » personnel contre le « déni français à l’endroit du génocide des Tutsi rwandais » (p. 73) et contre les discours négationnistes.

Un essai construit sur le refoulement des savoirs existants

34Je comprends que Stéphane Audoin-Rouzeau, après d’autres, ait été affecté par les séquelles de la tragédie et qu’il ait voulu mettre le récit de ses émotions sur la place publique : c’est un genre littéraire qu’ont adopté nombre de témoins de violences extrêmes, par exemple de la Grande Guerre, de la destruction des Juifs d’Europe ou de la guerre d’Algérie. Ces récits veulent émouvoir et de fait ils ébranlent des lecteurs. Je lis ces textes littéraires mais récuse absolument la tentative de transformer les affects en argument d’autorité. Une telle dénégation des savoirs existants, patiemment et modestement construits, relève à mon sens d’une affirmation d’autorité qui mérite d’être mise en question.

Haut de page

Notes

1 Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, Alison Des Forges (dir.), Aucun témoin ne doit survivre. Le génocide au Rwanda, Paris, Karthala, 1999 ; (édition originale : Leave None to Tell the Story. Genocide in Rwanda, New York, Human Rights Watch, 1999).

2 Tous les ans, des cérémonies nationales de commémoration du génocide sont organisées par les autorités. Elles ont lieu le 7 avril, date où débutèrent les massacres des Tutsis. Rappelons que le 6 avril 1994, à 20h22, l’avion du président Habyarimana fut abattu lors de son atterrissage à Kigali. Durant la nuit, une faction de putschistes profita du chaos pour s’emparer du pouvoir, faire assassiner les opposants et lancer des tueries de Tutsis, puis imposer la formation d’un gouvernement intérimaire qui organisa et perpétra le génocide.

3 J’adopte l’usage journalistique d’accorder les radicaux hutu et tutsi au singulier et au pluriel ainsi que selon le genre, rompant en cela avec la coutume académique qui consiste à en faire des invariables. Une coutume pseudo scientifique en fait car la transcription linguistique correcte des radicaux serait d’écrire tuutsi et hutù. En outre, ces désignations des catégories ethniques en mode invariable contribuent à les essentialiser, une tendance prégnante qu’il importe de contrecarrer autant que possible tant elle impose une vision tribaliste de la société rwandaise.

4 En collaboration avec Marc Le Pape, j’ai publié un numéro spécial des Temps Modernes, « Les politiques de la haine. Rwanda, Burundi 1994-1995 », n° 583, juillet-août 1995, qui fut rapidement épuisé.

5 Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, op. cit. ; André Guichaoua, Rwanda 1994. Les politiques du génocide à Butare, Karthala, 2005 ; Scott Straus, The Order of Genocide. Race, Power, and War in Rwanda, Ithaca, Cornell University Press, 2006 ; Jean-Paul Kimonyo, Rwanda. Un génocide populaire, Karthala, 2008. D’autres publications suivirent rapidement. J’ai analysé les gains de connaissance sur le génocide apportés par ce premier ensemble et par des travaux qui leur firent suite : Claudine Vidal, « Enquêtes au Rwanda », Agone, n° 53, 2014, p. 103-141. Cet article est disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-agone-2014-1-page-103.htm.

6 Maria Malagardis, « Rattrapé par la cause rwandaise », Libération, 1er février 2017 ; « Rwanda : pourquoi sommes-nous si indifférents au génocide des Tutsis ? », entretien avec Maxime Laurent, L’Obs, 4 février 2017 ; Pierre Boisselet, « Rwanda : une initiation pour ouvrir les yeux sur le génocide », Jeune Afrique, 3 février 2017 ; Thomas Rabino, « Tu n’as rien vu à Kigali », Marianne, 9 mars 2017 ; « Stéphane Audouin-Rouzeau : “Tenir un discours de vérité n’est pas “antifrançais” », entretien avec Macha Séry, Le Monde, 22 février 2017 ; Joseph Confavreux, « Le saisissant “examen de conscience” d’un historien face au génocide des Tutsis », article et entretien avec l’auteur, Mediapart.fr, 16 mai 2017 ; Nicolas Demorand, « Un jour dans le monde », France-Inter, 24 janvier 2017 ; Frédéric Worms, « Les discussions du soir », France-Culture, 6 février 2017 ; Valérie Nivelon, « La marche du monde », RFI, 1er avril 2017 ; Jean Lebrun, « La marche de l’histoire », France-Inter, 7 avril 2017.

7 L’universitaire François Lagarde a publié six volumes électroniques de bibliographies sur le Rwanda. On les trouve sur le site de Paris 1 : https://umr-developpement-societes.univ-paris1.fr/index.php?id=538486 (vérifié le 27 novembre 2017).

8 Ainsi, Maria Malagardis écrit à la fin de son article : « Sans le vouloir, le voilà qui s’engage. […] C’est peut-être ça, l’initiation : redécouvrir le sens de la vie, à travers un combat », op. cit.

9 Un massacre de plusieurs milliers de Tutsis a eu lieu en avril 1994 sur le site de l’école. Leurs corps ont été dissimulés dans d’immenses charniers qui furent mis au jour en 1996. Ils furent déterrés pour être réinhumés au cours d’une cérémonie officielle. Les autorités rwandaises décidèrent d’exposer plusieurs centaines de ces corps préalablement enduits de chaux.

10 Valérie Thorin, « Au pays des mille souffrances », Jeune Afrique/L’intelligent, 15-28 août 2000. J’ajoute que ces reportages sont le plus souvent accompagnés de photographies.

11 « Reste que le voyeurisme du cadavre participe, à sa façon, à l’atteinte portée à la notion de personne. Montrer à quoi des personnes humaines ont été réduites […] n’aide pas à élucider le cheminement de ce crime d’État », Georges Bensoussan, Auschwitz en héritage ? D’un bon usage de la mémoire, Paris, Éditions Mille et une nuits, 1988, p. 75.

12 Stéphane Audoin-Rouzeau, « Au cœur de la guerre : la violence du champ de bataille pendant les deux conflits mondiaux », in Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Christian Ingrao, Henry Rousso, (dir.), La violence de guerre. 1914-1945, Paris, Éditions Complexe, 2002, p. 73.

13 « Les coups directs des obus de gros calibres peuvent pulvériser les corps […]. Les plus gros éclats peuvent trancher littéralement les hommes en deux. Ne pas le dire […] c’est consentir, avec les meilleures raisons du monde, à un véritable déni historiographique », Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 34.

14 Dans une note, à la fin de ce passage, l’auteur écrit : « Contrairement, à mon sens, à ce qu’affirme [souligné par moi] Claudine Vidal », en se référant à mon article intitulé « Un “génocide à la machette” », in Marc Le Pape, Johanna Siméant et Claudine Vidal (dir.), Crises extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte, 2006. Or voici ce que j’« affirmais » dès la première page de l’article : « Il est incontestable que des tueurs, organisés ou non, ont utilisé machettes et armes blanches. Il n’est pas moins vrai que des militaires et des miliciens ont recouru aux armes à feu et aux grenades » (p. 22). J’étudiais comment la formule « génocide à la machette » était devenue un stéréotype masquant le plus souvent le caractère organisé du génocide au profit d’une vision spontanéiste des massacres. Cet article est disponible en ligne : https://www.cairn.info/crises-extremes--9782707149800-p-21.htm.

15 Pour ma part, je citerais la thèse de Darius Gishoma, professeur à l’Université de Butare : Crises traumatiques collectives d’ihahamuka lors des commémorations du génocide des Tutsi : aspects cliniques et perspectives thérapeutiques, soutenue en 2014 à l’Université catholique de Louvain. Elle apporte une contribution très analytique sur ce phénomène. Elle est disponible en ligne : https://goo.gl/niGBc4 (vérifié le 27 novembre).

16 Stéphane Audoin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre. 1914-1918, Paris, Éditions Noesis, 2001.

17 Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, op. cit., p. 199.

18 Un certain nombre d’entre eux et d’entre elles ont également publié des récits autobiographiques.

19 Jean-Paul Kimonyo, op. cit. Kimonyo mobilise à plusieurs reprises le témoignage de rescapés, « efface » toute réaction personnelle et s’en tient à expliquer comment le processus génocidaire a été aussi radical dans deux préfectures (Butare et Kibuye) où le peuplement tutsi était ancien et représentait, dans certains secteurs, presque 40% de la population.

20 Esther Mujawayo, Souâd Belhaddad, SurVivantes, Rwanda, dix ans après le génocide, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2004 ; Florence Prudhomme (dir.), Cahiers de mémoire. Kigali, 2014, Paris, Classiques Garnier, 2017.

21 Lee Ann Fujii, Killing Neighbours. Webs of Violence in Rwanda, Ithaca, Cornell University Press, 2009. Cette chercheuse canadienne a observé minutieusement sur le terrain ces processus de constitution de bandes criminelles. Jean-Paul Kimonyo (op. cit.) a aussi étudié comment des notables politiques, des responsables élus de petites unités administratives et des hommes violents ont rallié des paysans et les ont lancés dans les pillages et les tueries. Des récits de leaders de massacres, de tueurs et de pilleurs, recueillis en prison, donnent des exemples de ces formations de bandes. Voir Robert Lyons et Scott Straus, Intimate Ennemy, New York, Zone Books, 2006.

22 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Paris, Les classiques de Champ Vallon, 2005.

23 Christopher Taylor, Terreur et sacrifice. Une approche anthropologique du génocide rwandais. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Baré et Christopher Taylor, Toulouse, Éditions Octares, 2000 [Éd. orig., Oxford-New York, Berg, 1999.]. Taylor fait le récit de la montée des violences en 1994 et des premières heures du 7 avril lorsqu’il réussit à quitter le pays avec sa compagne rwandaise qui échappa de justesse aux tueurs. Il s’agit d’un témoignage capital.

24 Ibid., p. 132.

25 Julien Seroussi, « Les diables des mille collines. Fictions raciales et religieuses dans le génocide des Tutsi », La Vie des Idées, 27 octobre 2015. http://www.laviedesidees.fr/Les-diables-des-mille-collines.html.

26 Timothy Longman, « Church politics and the genocide in Rwanda », Journal of Religion in Africa, vol. 31, n° 2, mai 2001, disponible en ligne : http://www.jstor.org/stable/1581515.

27 Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, op. cit.

28 Timothy Longman, Christianity and Genocide in Rwanda, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 163-186.

29 Timothy Longman, « Church politics and the genocide in Rwanda », op. cit., p. 164, notre traduction.

30 Julien Seroussi, op. cit., p. 9.

31 Ibid., p. 9.

32 Christopher C. Taylor, Milk, Honey and Money. Changing Concepts in Rwandan Healing, Washington & London, Smithsonian Institution Press, 1992.

33 J’ai moi-même, en 1999 (il y a 18 ans), réalisé un film en collaboration avec Robert Genoud, intitulé La France au Rwanda. Une neutralité coupable. Ce film, faisant suite à la Mission d’information parlementaire sur le Rwanda dont le rapport avait été publié en 1998, critiquait la politique de la France. L’une des premières séquences suit une visite officielle de deux députés français au mémorial de Murambi. Le film est disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=VNCe-YtWH6k (vérifié le 10 novembre 2017).

34 Pierre Bourdieu et Roger Chartier, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010.

35 L’opération Turquoise est une intervention militaire organisée par la France et autorisée par une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies (22 juin 1994).

36 Pour ma part, j’estime aussi que bien des zones d’ombre demeurent sur le rôle de la France au Rwanda et que sont nécessaires les mobilisations pour l’accès aux archives ainsi qu’un travail solide de critique historique.

37 En 1999, faisant l’inventaire des rhétoriques négationnistes en cours à cette date, je relevais et dénonçais l’argumentation qui consistait à écrire « les génocides » (il me semble que l’expression « double génocide » ne fut employée qu’un peu plus tard) : Claudine Vidal, « Le génocide des Rwandais tutsis : les rhétoriques négationnistes », in Jean-Pierre Bacot (dir.), Travail de mémoire 1914-1998. Une nécessité dans un siècle de violence, Éditions Autrement, coll. « Mémoires » n° 54, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Vidal, « Les voyages de Stéphane Audoin-Rouzeau au Rwanda », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2018, mis en ligne le 28 janvier 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24102

Haut de page

Rédacteur

Claudine Vidal

Directrice de recherches émérite au CNRS, Claudine Vidal a été, à l’EHESS, membre du Centre d’études africaines puis du Groupe de sociologie politique et morale. Spécialiste de l’Afrique subsaharienne, elle a effectué des recherches de sociologie historique et politique au Rwanda et en Côte d’Ivoire. Elle est également membre, à Médecins sans frontières, du Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page