Navigation – Plan du site

Gilbert Meynier, L’Algérie et la France. Deux siècles d’histoire croisée

Abderrazak El Missi
L'Algérie et la France
Gilbert Meynier, L'Algérie et la France. Deux siècles d'histoire croisée, Paris, L'Harmattan, coll. « Bibliothèque de l'iReMMO », 2017, 108 p., ISBN : 978-2-343-12558-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilbert Meynier est historien spécialiste de l’Algérie, engagé dans la décolonisation. Il a enseign (...)

1Dans cet ouvrage, Gilbert Meyniera revisité le passé colonial de la France en Algérie, histoire dont il était familier et pays qu’il connaissait bien1, avec un regard dégagé de toute passion, non pas dans une logique passéiste ou dans un registre nostalgique, mais pour mieux connaitre ce passé afin de comprendre le présent et de construire l’avenir. Il décolonise l’histoire officielle du colonialisme français en Algérie et déconstruit les catégories du roman national sur l’Algérie française. Sa démarche s’apparente à l’écriture d’une histoire militante à certains égards, notamment quand il s’applique à décrire les dommages infligés et les souffrances causées par la logique du système colonial français. Sa grille de lecture dialectique fournit un schéma interprétatif sans concession de plus de deux décennies de colonialisme, soit 130 ans de présence française en Algérie.

  • 2 Voir Saïd Edward, L’Orientalisme, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2005 [1 (...)

2Le colonialisme français en Algérie faisait partie d’un système étroitement lié à la République, c’est-à-dire à l’histoire de la France. « La colonisation de l’Algérie, représentée comme construction nationale française, était ressentie comme partie prenante de la nation : comme l’a dit Jean-Paul Sartre, le colonialisme était bien un “système” – en l’occurrence un système français » (p. 23). Dans ce système colonial, l’Algérie est présentée comme une « création française » qui constitue un chapitre et une illustration du roman national français. Cette expression est en connivence avec la thèse développée par Edward Saïd dans son livre Orientalisme qui affirme que l’Orient est une création de l’Occident2. Certes, ce n’est pas un hasard si la grille de lecture dialectique de Meynier rencontre celle de Saïd. L’Algérie n’est-elle pas partie prenante de l’Orient arabo-islamique dominé, colonisé, dont parle Edward Saïd ? Les Algériens n’avaient pas les mêmes droits politiques que les Français, bien que l’Algérie fût proclamée département français. Ils étaient dénommés des indigènes ou musulmans tandis que le terme « Algérien » était réservé pour « désigner les Européens d’Algérie » (p. 49), qui se croyaient chez eux. Les Algériens étaient, en fait, discriminés, dépossédés de leur patrie. Il y avait une connivence structurelle entre les notables coloniaux, représentés par les Européens qui constituaient le lobby colonial et le pouvoir colonial.

3Le principal mythe fondateur de la nation française est la révolution de 1789. La France, pays de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, est convaincue d’incarner la civilisation et persévère dans sa croyance du bien-fondé de sa mission « civilisatrice » envers ses colonies. Mais si la Révolution et les Lumières consacrent les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, la France bafoue ses propres valeurs fondatrices dans le monde colonial, aussi bien en Algérie qu’au Maroc, en Tunisie ou ailleurs. « Il y eut donc en Algérie une cruelle ambivalence de rapports avec des valeurs présentées comme universelles par le colonisateur – éducation, rationalité, démocratie –, mais bafouées par lui ou utilisées comme instrument de séduction, donc de pouvoir, et constamment truquées pour assurer la tutelle coloniale » (p. 5). L’auteur souligne l’un des aspects flagrants de la contradiction des principes fondateurs de la République, à savoir le paradoxe ou le double langage entre les principes et la réalité. Pour ceux qui vantent l’apport du colonialisme, ce dernier a apporté avec lui le progrès, la démocratie et la modernité, mais ces valeurs sont associées à la soumission, à l’exploitation des richesses des pays colonisés, à l’appropriation des biens des territoires colonisés, et surtout à l’humiliation et à l’injustice. L’Occident est resté jusqu’à ce jour associé à l’image – voire synonyme – du colonialisme, de l’impérialisme, et de l’humiliation et l’injustice. C’est sans doute à cause de cette image que l’Occident est rejeté par une grande partie du monde arabe et musulman.

4Dans le contexte d’après 1945, celui des décolonisations, l’indépendance de l’Algérie semble inévitable. L’auteur souligne que de nombreuses occasions et opportunités se sont présentées permettant de trouver une issue pacifique à cette guerre meurtrière dans laquelle la France s’est embourbée. Cela aurait certainement évité les conséquences dramatiques que l’on connait, aussi bien pour les populations algériennes que françaises. Mais « au total, rien ne fut vraiment entrepris par les gouvernants français pour empêcher un dénouement violent : comme norme, le système colonial restait prévalent dans l’imaginaire nationaliste français » (p. 26). Ainsi, l’historien estime que les blocages et les intransigeances de la France ont acculé inéluctablement les Algériens à recourir à la lutte armée et à se réfugier dans la religion comme un bastion de repli.

  • 3 Pour plus de détails, voir Nicolas Offenstadt, L’Historiographie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? (...)

5Gilbert Meynier fait une analyse dialectique de la société et l’identité algériennes sur le temps moyen et le temps long. Il emprunte la notion du « temps de longue durée » au géographe Fernand Braudel3 pour expliquer l’évolution historique de l’Algérie et pour saisir le mouvement lent des structures profondes et inconscientes de la société algérienne afin de comprendre sa transformation, la construction de son identité et l’émergence du Front de libération nationale (FLN). L’auteur inscrit ainsi la colonisation de l’Algérie dans son passé le plus lointain, celui de la Méditerranée et du Moyen-Orient dont elle est partie prenante, occasion pour lui de mettre en évidence ses affinités culturelles, ses parentés bien antérieures à l’islam, remontant à la Grèce antique, avec les rives nord et sud de la Méditerranée, en passant par l’Espagne et l’Italie, via la France méridionale.

6La religion était un rempart pour contrer la francisation de l’Algérie et constituait un facteur d’union entre les Berbères et les Arabes pour combattre la politique française du « diviser pour mieux régner ». Étroitement associée à l’arabe, elle était pour bon nombre d’Algériens un symbole d’enracinement et d’opposition au système colonial français. La religion était donc un marqueur d’identité légitimant la lutte pour l’indépendance. Dans ce sens, nous estimons qu’elle revêtait à la fois un caractère de résistance et une dimension politique, nationaliste, voire progressiste. Nous pourrions ajouter que le patriotisme algérien a pris un caractère islamique et a joué le rôle de résistance contre le colonialisme. Abd-al-Hamid Badis (1889-1940) ne disait-il pas que l’Algérie était « notre patrie, notre mère », et que l’islam était « notre père » ? Le triptyque d’Ibn Badis, par exemple, est la réaction à cette politique d’assimilation pratiquée par la France.

  • 4 Ce manuel d’histoire franco-allemand a été élaboré par un collectif d’historiens et d’enseignants d (...)
  • 5 Un projet qui me tient à cœur et que je souhaiterais mener dans le cadre de mes recherches ultérieu (...)

7En guise de conclusion, Gilbert Meynier appelle à construire une histoire commune, partagée, conciliée, de l’Algérie et la France, dans la sérénité et loin de la passion, à l’instar du manuel d’histoire franco-allemand qu’il prend pour exemple4 (p. 58). L’historiographie de la colonisation française doit en effet de dépasser le cadre franco-français, voire le cadre franco-algérien, et de s’ouvrir à des chercheurs venant d’horizons divers. L’histoire du colonialisme a besoin de la confrontation des faits et des visions entre historiens, et du croisement de regards multiples. Il nous semble toutefois naïf de penser qu’il suffit d’écrire une histoire partagée à plusieurs mains pour arriver à surmonter le malentendu, non pas seulement entre l’Algérie et la France mais aussi entre l’Orient et l’Occident d’une manière générale. À notre sens, il faut en effet mener un travail colossal sur le registre des représentations, ancrées aussi bien dans l’opinion occidentale que dans l’opinion arabe, et il faut les démythifier pour construire un espace d’échange interactif dynamique où chacun pourra développer son propre système de valeurs et aura la possibilité d’entendre sa propre voix, dans le respect de la différence et la reconnaissance de chacun et non pas dans l’esprit de revanche, de crispation, d’égocentrisme et d’arrogance5.

8L’enjeu du livre ne consiste pas à prendre de la distance par rapport à l’historiographie coloniale ; sa démarche est de connaitre ce passé, si douloureux et si traumatisant soit-il, pour comprendre la situation actuelle. Certes, l’histoire de l’Algérie et de la France continue à susciter le débat malgré le fait que la France ait quitté l’Algérie depuis maintenant 55 ans, mais l’intérêt du livre réside, à nos yeux, dans la volonté de Gilbert Meynier de tourner le dos à ce passé colonial et de construire une relation pacifiée entre les deux pays. Dans ce registre, il se montre défavorable à la politique mémorielle « officielle » ; en revanche, il demande à la France d’avoir le courage et la force de reconnaître la souffrance infligée aux Algériens durant la période coloniale.

9Un pays fort, sûr de ses valeurs, confiant en lui-même et en son avenir est capable de regarder son passé avec recul et objectivité pour tirer les leçons de son histoire et construire son avenir. Voilà le message que souhaite nous transmettre en substance Gilbert Meynier à travers ce livre passionnant sur l’histoire de l’Algérie et la France pendant la période coloniale.

Haut de page

Notes

1 Gilbert Meynier est historien spécialiste de l’Algérie, engagé dans la décolonisation. Il a enseigné en Algérie et a écrit nombreux ouvrages sur l’Algérie, notamment L’Algérie révélée, La guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle, Genève, Librairie Droz, 1981 (préface de Pierre Vidal-Naquet). Disparu le 19 décembre 2017, il laisse derrière lui une impressionnante œuvre sur un pays auquel il a consacré plus de quarante ans de recherche.

2 Voir Saïd Edward, L’Orientalisme, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2005 [1978].

3 Pour plus de détails, voir Nicolas Offenstadt, L’Historiographie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011.

4 Ce manuel d’histoire franco-allemand a été élaboré par un collectif d’historiens et d’enseignants des deux pays. Trois tomes ont été publiés chez Nathan depuis 2006.

5 Un projet qui me tient à cœur et que je souhaiterais mener dans le cadre de mes recherches ultérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrazak El Missi, « Gilbert Meynier, L’Algérie et la France. Deux siècles d’histoire croisée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 29 janvier 2018, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24107

Haut de page

Rédacteur

Abderrazak El Missi

Intervenant social, docteur en langue et littérature arabe, université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page