Skip to navigation – Site map

Yankel Fijalkow (dir.), Dire la ville c’est faire la ville. La performativité des discours sur l’espace urbain

Julie Vaslin
Dire la ville c'est faire la ville
Yankel Fijalkow (dir.), Dire la ville c'est faire la ville. La performativité des discours sur l'espace urbain, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017, 194 p., ISBN : 9782757416341.
Top of page

Full text

  • 1 Foucault Michel, Sécurité, territoire, population. Cours au collège de France 1977-1978, Paris, Seu (...)

1Dans cet ouvrage collectif dirigé par Yankel Fijalkow, plusieurs études de cas viennent étayer la thèse de la performativité des discours sur l’espace urbain. Produits par différents acteurs (acteurs publics, aménageurs, promoteurs, architectes, habitants et chercheurs), ces discours sont analysés comme autant de formes de pouvoir exercées en permanence sur la production des villes. Si les pratiques discursives permettent de produire savoir et pouvoir1, les auteur.es cherchent ici à révéler la puissance des discours lorsque ceux-ci se muent en « principes ordinateurs de l’espace, à plusieurs échelles » (p. 11). Pour cela, ils et elles s’appuient sur des corpus de textes variés, composés d’entretiens, d’articles de presse commentés, de documents officiels, de pages web, de littérature grise, etc. : autant de formes discursives produites par les différents acteurs étudiés. Sans renier le poids de l’économie ni celui des institutions, la sociologue Sharon Zukin invite dès l’introduction à questionner les fondements géographiques, architecturaux et sociologiques de ces discours, afin d’analyser les stratégies des acteurs qui les mobilisent dans la fabrique de la ville. Cet ouvrage pluridisciplinaire, destiné aux chercheurs en sciences sociales autant qu’aux urbanistes, est structuré en trois parties.

2Dans une première partie, Caroline Rozenholc et Sophie Fesdjian analysent la construction de stéréotypes dans les discours sur la gentrification à travers deux études de cas, à Tel-Aviv et à Montréal. Dans leur prolongement, un troisième chapitre plus théorique de Marianne Doury, Ilaria Casillo et Yankel Fijalkow revient sur les effets de l’importation du terme scientifique de « gentrification » dans les débats publics.

  • 2 Notamment la série Florentine, produite par Eytan Fox entre 1997 et 2000, TH Productions.
  • 3 Gravari-Barbas Maria, Delaplace Marie, « Le tourisme urbain “hors des sentiers battus”, coulisses, (...)

3En marge de la construction d’un nouveau récit patrimonial et prospère de Tel Aviv dans les années 1980, certains quartiers comme celui de Florentine sont laissés de côté. Caroline Rozenholc s’intéresse d’abord à la réhabilitation progressive de ce quartier populaire dans les discours de différents types d’acteurs. L’action des pouvoirs publics dans la construction d’un récit alternatif à celui construit sur le centre de Tel Aviv irrigue à la fois les plans d’urbanisme et la mise en tourisme du quartier. Mais l’auteure souligne également l’importance des sociabilités locales et de la structure urbaine de Florentine dans l’émergence de nouveaux récits sur le quartier, portés à la fois par les habitants et les médias2. Plus ou moins officiels et nuancés selon les contextes, ces discours participent tous à la mise en récit de ce qui est perçu comme « l’authenticité » du quartier par rapport au centre-ville, une spécificité « hors des sentiers battus »3 qui devient source d’un rayonnement international.

4Dans un contexte où la gentrification est portée depuis la fin des années 1970 par le marché immobilier et les politiques urbaines, Sophie Fesdjian propose ensuite d’analyser les effets propres des discours d’habitants sur les évolutions contemporaines du quartier « Plateau-Mont-Royal », à Montréal. Après avoir retracé l’histoire démographique du lieu, faite de vagues migratoires successives, l’auteure s’intéresse aux enjeux liés à l’augmentation sensible de la population française au Plateau-Mont-Royal depuis les années 1990. Le regard anthropologique porté sur le développement des boulangeries dans le quartier permet à l’auteure de montrer que ce commerce typiquement français contribue à renforcer la communauté des gentrifieurs français, mais aussi à stéréotyper le décor « authentique » à travers l’esthétique reconstituée d’un mode de vie français et a fortiori latin. Dans une rhétorique mêlant discours et esthétique, la présence française renforce la gentrification, tout en creusant les inégalités sociales dans ce quartier.

5Pour clore cette partie, Marianne Doury, Ilaria Casillo et Yankel Fijalkow synthétisent l’histoire des débats scientifiques sur la « gentrification » et analysent les effets de son importation dans le champ médiatique, en s’appuyant sur un corpus d’articles de presse. Ils démontrent que les oppositions scientifiques restent structurantes dans le débat public sur la gentrification, voire que ce débat profane polarise davantage encore les positions des partisans et des adversaires de la gentrification. À travers cette analyse, un miroir est ainsi tendu aux chercheurs, une piste est tracée pour porter un regard réflexif sur les effets des discours scientifiques sur le débat public.

6Dans la deuxième partie, les archétypes mobilisés dans les discours qui accompagnent la transformation des espaces urbains, et en particulier la démolition des grands ensembles, sont mis en évidence. L’articulation des chapitres 4 et 5 est particulièrement heuristique, puisque les deux contributions sont construites en parallèle : Philippe Genestier et Vincent Veschambre présentant le cadre narratif de la rénovation des villes, contexte dans lequel s’inscrit la démolition de deux tours stéphanoises ensuite analysée par Rachid Kaddour.

  • 4 Notamment Epstein R, La rénovation urbaine, démolition reconstruction de l’État, Paris, Presses de (...)

7Dans le chapitre 4, Philippe Genestier et Vincent Veschambre montrent comment les discours sur les grands ensembles deviennent, au début des années 2000, le véhicule d’un changement du sens de ces lieux et la justification d’une nouvelle intervention publique dans les quartiers d’habitat social. Complémentaire à l’approche socio-historique de l’action publique4, leur propos s’appuie sur l’analyse textométrique d’un corpus de documents qui leur permet de caractériser le récit de la rénovation urbaine. Support de la mise en scène d’une action publique spectaculaire (la démolition) et incarnation d’une volonté d’agir sur le social en agissant sur l’espace, un récit « spatialiste » est construit par les pouvoirs publics comme une évidence indiscutable. Les auteurs discutent pourtant cette évidence, déconstruisant les ressorts historiques et linguistiques de la trame narrative qui la fonde.

8À leur suite, Rachid Kaddour illustre la construction de cet « imaginaire démolisseur » de l’État, à travers l’étude de la démolition de deux tours à Saint-Étienne, l’une en 2000, l’autre en 2011. En s’appuyant sur des discours d’élus, des comptes rendus de conseils municipaux et un corpus de presse, il montre que cette démolition permet de diffuser un discours sur le rôle des acteurs publics : devant nécessairement agir pour construire la société, les pouvoirs publics rendent les « données architecturales et urbaines d’une part […] responsables des problèmes sociaux et d’autre part porteuses de solutions » (p. 105). Ainsi, la démolition de ces espaces symboliques contribue à son tour à symboliser la puissance des acteurs publics, dans une mise en récits dont la performativité est très clairement démontrée puisqu’elle aboutit à des interventions publiques spectaculaires sur la ville.

9Dans la troisième partie, ce sont les « modèles idéaux » véhiculés par les discours sur la ville qui sont pris pour objets. Trois formes de discours sont étudiées, mettant en lumière la construction de trois modèles : celui de l’usager idéal valorisé dans l’aménagement des écoquartiers, puis le modèle idéal de citoyenneté mis en avant dans des expérimentations de médiation numérique du territoire, et enfin le modèle d’une mixité sociale sans HLM qui prévaut dans les discours des promoteurs privés. Plus éclectique, cette partie offre cependant des pistes stimulantes pour l’analyse des formes originales du discours.

10En particulier, le chapitre de Vincent Renauld montre en détails que les étapes de construction d’un projet d’aménagement peuvent être lues comme les phases de l’émergence d’une figure idéal-typique de l’usager modèle des espaces aménagés. D’abord implicite, cette figure devient explicite au gré d’arrangements entre acteurs, jusqu’à devenir une injonction comportementale, voire morale, adressée aux usagers. La montée en généralité, depuis l’esquisse du projet urbain jusqu’à la normalisation des comportements dans l’espace public, donne ici un exemple probant de la performativité des discours sur la ville.

11Dans le chapitre 7, Nicolas Douay pose la question de la place du numérique dans la mise en récits de la ville. L’expérimentation du projet « City Telling », un ensemble de dispositifs socio-techniques originaux pour mettre en récit le territoire, développé dans le Sud du Grand Paris, permet à l’auteur de questionner des dispositifs numériques de cartographie, de médiation patrimoniale et de guidage touristique. Il montre d’abord que l’utilisation de ces dispositifs met l’usager au cœur du processus technique et narratif d’« éditorialisation » du territoire. Puis, il formule l’hypothèse que ces nouvelles formes de discours sur la ville pourraient devenir de nouvelles formes de participation – et donc aussi d’action – citoyenne.

12Enfin, dans un dernier chapitre, Anne-Laure Jourdheuil analyse le droit, les supports de communication et les discours des promoteurs immobiliers afin de comprendre les raisons pour lesquelles la présence de logements HLM n’est que rarement mentionnée lors de la vente d’appartements privés, dans le cadre des projets immobiliers mixtes.

13Saisissant l’urbanisme comme production collective de la ville, les auteurs de l’ouvrage analysent localement les discours de différents acteurs urbains comme autant de moyens de « faire la ville ». Prenant au sérieux les actes de langage sous toutes leurs formes, ils ouvrent des pistes pour davantage objectiver le rôle des discours dans l’analyse des transformations des espaces urbains. À ce titre, cet ouvrage peut être lu comme une contribution à la sociologie urbaine et à la sociologie de l’action publique, autant que comme un outil de réflexivité à destination de celles et ceux qui produisent des discours sur la ville, aménageurs ou chercheurs.

Top of page

Notes

1 Foucault Michel, Sécurité, territoire, population. Cours au collège de France 1977-1978, Paris, Seuil, 2004.

2 Notamment la série Florentine, produite par Eytan Fox entre 1997 et 2000, TH Productions.

3 Gravari-Barbas Maria, Delaplace Marie, « Le tourisme urbain “hors des sentiers battus”, coulisses, interstices et nouveaux territoires touristiques urbains », Theoros, vol. 34, n° 1-2, 2015.

4 Notamment Epstein R, La rénovation urbaine, démolition reconstruction de l’État, Paris, Presses de Sciences Po, 2013 et Donzelot Jacques, À quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris, Presses universitaires de France, 2012.

Top of page

References

Electronic reference

Julie Vaslin, « Yankel Fijalkow (dir.), Dire la ville c’est faire la ville. La performativité des discours sur l’espace urbain », Lectures [Online], Reviews, 2018, Online since 30 January 2018, connection on 23 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24114

Top of page

About the author

Julie Vaslin

Docteure en science politique, laboratoire Triangle, UMR 5206. Auteure d’une thèse intitulée Esthétique propre. La mise en administration des graffitis à Paris de 1977 à 2017.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page