Navigation – Plan du site
Prises de parole : les discours subalternes

Prises de parole : les discours subalternes

Orazio Irrera, Daniele Lorenzini (dir.), « Prises de parole : les discours subalternes », Raisons politiques, n° 68, novembre 2017, 108 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724635027.
Notice publiée le 31 janvier 2018

Présentation de l'éditeur

À quelles conditions la prise de parole peut-elle devenir un acte politique ? Est-elle capable de changer ou de renverser les rapports de force au sein d’une société ?

Envisager la prise de parole comme un acte concerne en principe tout individu qui revendique des droits, se soulève contre ce qui apparaît comme intolérable, ou remet en discussion les normes régissant la société. Elle mérite d’être considérée comme un acte d’énonciation courageux donnant lieu à un processus de subjectivation politique, c’est-à-dire comme un événement qui excède les déterminations historico-politiques existantes et interrompt le pouvoir. La prise de parole crée ainsi les conditions pour une nouvelle forme de vie commune.

La force politique portée par la prise de parole dépend cependant de sa capacité d’atteindre ceux qui se trouvent à l’autre pôle de la domination : les individus subalternes, vulnérables, précaires. Mais si les subalternes ne parviennent pas à se penser comme tels ou à s’organiser pour modifier les rapports de force, comment pourront-ils être touchés par un acte politique d’énonciation tel que la prise de parole ?

Les articles qui composent ce dossier se proposent de répondre à cette question cruciale en explorant le phénomène social et politique de la prise de parole, afin d’en situer précisément la portée et la valeur dans le domaine de la théorie politique contemporaine.

 

Sommaire


Éditorial

Orazio Irrera, Daniele Lorenzini - Prises de parole : L'indocilité des discours subalternes

Dossier
Philippe Sabot - (P)rendre la parole

Guillaume Le Blanc - Une manifestation sans manifeste ? La voix précaire de Bartleby

Pauline Vermeren - Être présent au monde. Prise de parole et « subjectivation politique noire » en France

Katia Genel - Prendre la parole et être entendu. Lectures de l’analyse arendtienne de l’espace public par Seyla Benhabib et Iris Marion Young

Orazio Irrera, Daniele Lorenzini - Briser le silence. La prise de parole entre infrapolitique et parrêsia

Varia
Adrien Schu - Définir la guerre : le problème de la discontinuité de la violence

Haut de page

Auteurs

Orazio Irrera (dir.)

Maître de conférences au Département de Philosophie de l’Université Paris 8, Orazio Irrera est directeur de programme du Collège International de Philosophie et codirecteur de la revue Materiali Foucaultiani.

Daniele Lorenzini (dir.)

Daniele Lorenzini, ancien élève de l’École normale supérieure de Pise, est docteur en philosophie de l’Université Paris-Est Créteil et de l’Université « La Sapienza » de Rome. Il est actuellement ATER en Éthique à la Faculté de Médecine de l’Université Paris-Est Créteil. Il codirige la collection « Philosophie du présent » chez Vrin.

Publications du même auteur

Haut de page