Navigation – Plan du site

Laurence De Cock (dir), La fabrique scolaire de l’histoire

Agnès Graceffa
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence De Cock (dir.), La fabrique scolaire de l'histoire, Marseille, Agone, coll. « Passé & présent », 2017, 213 p., nouvelle édition entièrement revue, 1ère éd. 2009, préf. Suzanne Citron, ISBN : 978-2-7489-0335-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte des polémiques toujours virulentes autour de la réforme de l’école et des savoirs scolaires, ce petit livre, dirigé par Laurence De Cock, propose une approche concrète et optimiste de la question de l’enseignement de l’histoire à l’école. L’efficacité de l’ouvrage tient en son pragmatisme puisqu’il postule d’emblée que « l’histoire à la papa », dont certains entretiennent toujours le mythe (ravivé par les politiques à chaque élection nationale), appartient au passé et que sa déconstruction a déjà eu lieu. Aux yeux des historiens, cette déconstruction est irrémédiable, comme le sont les changements qui ont touchés, depuis les années 1980, le public scolaire et la place de l’école comme lieu de transmission du savoir. Il faut désormais réinventer une fonction à la discipline historique au sein de l’enseignement primaire et secondaire, en tenant compte des expériences passées et surtout des nouvelles caractéristiques de notre société. C’est donc un défi d’ampleur que relèvent ici les auteurs, membres du collectif Aggiornamento histoire-géographie1. Leur force est d’allier la théorie à la pratique, de se confronter à la réalité française mais aussi à des expériences étrangères, et de proposer des pistes didactiques, propres à enrichir la réflexion épistémologique

  • 2 Laurence De Cock, Emmanuelle Picard (dir.), La fabrique scolaire de l’histoire. Illusions et désill (...)

2Rappelons d’abord que la première édition du présent ouvrage en 20092 était placée sous la double direction de Laurence De Cock et d’Emmanuelle Picard, historienne de l’enseignement notamment universitaire. Le livre était le fruit des réflexions menées par le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), association de chercheurs et d’enseignants « préoccupés par l’instrumentalisation politique de l’histoire » : si ce positionnement militant n’est plus aussi ouvertement revendiqué (Laurence De Cock le rappelle cependant dans son « Avant-propos », p. 28), ses acteurs et les idées n’ont pas changé. Cette seconde édition se veut surtout plus prospective : l’inclusion de problématiques de l’école primaire et d’exemples didactiques enrichit ce second opus qui se définit comme « une actualisation et un complément du précédent » (p. 37).

  • 3 Suzanne Citron, Le Mythe national. L’histoire de France revisitée, Ivry-sur-Seine, Les éditions de (...)

3L’ouvrage s’ouvre sur un « Petit lexique à l’usage des lecteurs peu familiers des mystérieux acronymes chéris par l’institution scolaire » dont le titre même, à l’accent desprogien, permet implicitement de rappeler qu’humour et légèreté ne doivent pas être écartés des sujets les plus sérieux. On ne peut que saluer sa présence. La préface de Suzanne Citron réitère de manière claire et efficace le constat développé par l’historienne depuis près de cinquante ans, notamment dans son livre Le Mythe national3. Il est connu et attendu mais demeure toujours nécessaire.

4Le corps de l’ouvrage est divisé en quatre parties respectivement intitulées : « Programmes d’histoire à l’épreuve des réformes et des pratiques », « L’histoire scolaire entre récit national et politiques de reconnaissance », « Jalons pour une approche renouvelée des objets de l’histoire scolaire » et enfin « Besoin de savoir : l’urgence de la critique ». Une présentation des douze auteurs et de l’appareil critique (volontairement limité et incluant les références bibliographiques) clôturent l’ouvrage.

5La question des programmes occupe donc la première partie. Tout en en retraçant l’histoire longue, Patricia Legris revient sur la réforme de leur fabrique amorcée en 2014 et sur son succès nuancé. « Le poids du politique qui pèse sur l’histoire scolaire » (p. 54) demeure un frein réel au travail des experts, dans la mesure où celle-ci reste prisonnière des finalités civiques assignée à la discipline, tout comme de son caractère national. Pour l’auteure, la mise en place d’un cadre plus souple, c’est-à-dire moins directif et plus ouvert, qui prenne en compte les disparités des publics et des territoires, serait bien plus profitable. Il est clair que l’école propose un récit du passé lié aux enjeux civiques du présent. Ce constat, présenté par Géraldine Bozec, ne signifie pourtant pas forcément que le contenu du « roman national » soit figé et permanent. Faire évoluer ce contenu donne l’opportunité de faire évoluer l’enseignement. C’est pourquoi les programmes d’histoire devraient s’ouvrir véritablement sur le reste du monde et sur l’ensemble des luttes politiques et sociales porteuses de valeurs morales, lesquelles ne sont pas uniquement françaises.

6La seconde partie de l’ouvrage s’emploie justement à interroger la place des récits alternatifs ou minoritaires au sein du roman national. S’attachant au cas de l’enseignement du fait colonial, Françoise Lantheaume montre combien celui-ci est révélateur des changements de notre société depuis un siècle, notamment « en matière d’identification et de sentiment d’appartenance ». Son analyse des manuels s’enrichit de celle de récits d’élèves recueillis en 2012 et démontre le développement du regard critique des enseignants et de leur public sur le fait colonial, en phase avec les attentes de prise en compte des minorités et de lutte contre le racisme. Cette question du multiculturalisme, comment d’autres systèmes éducatif la gèrent-ils ? Aux États-Unis, selon l’étude de Samuel Kuhn, le système scolaire est fortement décentralisé et l’enseignement de l’histoire inclus au sein de celui des sciences sociales. La part de l’histoire mondiale apparaît beaucoup plus grande et ouvre un véritable champ au multiculturalisme. Pourtant, pas d’angélisme : cela ne signifie pas que l’enseignement ne soit pas, là aussi, soumis aux tensions politiques et à la tentation du récit mythifié autour, cette fois, du mythe égalitaire. Toujours est-il que l’histoire de l’immigration demeure, à l’école française, un parent (très) pauvre, comme le souligne Véronique Servat en analysant sa place au sein des programmes scolaires et notamment de l’enseignement moral et civique au collège. Ses enjeux apparaissent pourtant cruciaux et particulièrement en phase avec ceux de la société globale. L’auteur propose donc une séquence destinée à un public de cinquième et présente les résultats de son exploitation.

7La troisième partie interroge la réalité de l’enseignement d’une histoire mondiale en regard du souhait exprimé depuis longtemps par une partie de la communauté éducative puis expose deux propositions d’enseignement : celle de Vincent Capdepuy sur l’histoire globale et celle de Vincent Casanova sur la géopolitique. La définition même de l’histoire globale ne va pas de soi et revêt des acceptions multiples. L’enseigner nécessite avant tout un décentrage par rapport au territoire métropolitain et, par là, l’invention de nouvelles méthodes d’analyse. De la même manière, une prise en compte réelle (et pas seulement idéologique) de l’angle géopolitique implique l’invention de nouvelles formes didactiques et la mobilisation de nouvelles thématiques, comme celle de l’histoire des femmes ou de l’évolution des villes.

8L’enseignement de l’histoire vise à apporter des savoirs mais aussi une méthode, celle de la critique historique. La quatrième partie de cet ouvrage se recentre sur ces deux objectifs en montrant leur richesse intrinsèque pour la formation du citoyen de demain. Servane Marzin présente ainsi l’efficacité potentielle de la discipline historique pour décrypter les théories du complot. Sans nier les difficultés de l’enseignant – figure d’autorité, donc suspect – à la professer cette discipline, elle propose quelques réflexions, pistes pédagogiques et outils méthodologiques qui ont l’intérêt de placer l’élève en tant qu’acteur politique. Il semble bien que ce soit des apports semblables dont les enseignants ont besoin en matière de formation continue. Le constat de l’existant, dressé par Hayat El Kaaouachi, montre une réalité bien triste, finalement dominée, pour la majorité des enseignants, par l’auto-formation. Il y a urgence à se saisir du problème. La « grammaire du questionnement de l’histoire scolaire » (p. 187-188) que présente Charles Heimberg constitue sans doute l’un des outils que les enseignants en histoire devraient tous s’approprier.

9Cette seconde édition enfonce ainsi le clou planté par la première, et réaffirme les constats et ambitions d’enseignants et de chercheurs porteurs d’une véritable réforme progressiste : faire de l’histoire un enseignement au service de la construction du citoyen du XXIe siècle, pleinement maître de ses idées et de ses savoirs, doté d’un sens critique lui permettant de décrypter le monde dans lequel il évolue. Il est clair que l’ouvrage confortera dans leurs attentes tous ceux qui adhérent déjà à cette démarche, et permettra à beaucoup de redessiner une forme d’optimisme rarement présente dans le débat scolaire, et bien profitable. Reste à espérer que les autres, aussi, le liront.

Haut de page

Notes

1 http://aggiornamento.hypotheses.org/.

2 Laurence De Cock, Emmanuelle Picard (dir.), La fabrique scolaire de l’histoire. Illusions et désillusions du roman national, Marseille, Éditions Agone, coll. « Passé & présent », 2009.

3 Suzanne Citron, Le Mythe national. L’histoire de France revisitée, Ivry-sur-Seine, Les éditions de l’atelier, 2017 [1987].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Graceffa, « Laurence De Cock (dir), La fabrique scolaire de l’histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 février 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24126

Haut de page

Rédacteur

Agnès Graceffa

Docteur en histoire et collaboratrice scientifique au Sociamm (ULB), Agnès Graceffa est spécialiste d’histoire culturelle et intellectuelle. Ses recherches s’attachent principalement à l’étude des historiens médiévistes des XIXe et XXe siècles dans un cadre européen, à travers une triple perspective historiographique, biographique et institutionnelle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page