Navigation – Plan du site

Sinigaglia-Amadio Sabrina, Sinigaglia Jérémy, Temporalités du travail artistique : le cas des musicien.ne.s et des plasticien.ne.s

Lucas Graeff
Temporalités du travail artistique : le cas des musicien.ne.s et des plasticien.ne.s
Sabrina Sinigaglia-Amadio, Jérémy Sinigaglia, Temporalités du travail artistique : le cas des musicien.ne.s et des plasticien.ne.s, Paris, DEPS Ministère de la Culture, coll. « Questions de culture », 2017, 224 p., ISBN : 978-2-11-151516-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « L’échantillon compte 718 plasticien.ne.s et 293 musicien.ne.s, assez bien repartis selon le sexe (...)
  • 2 Respectivement Fédération des réseaux et associations d’artistes, Syndicat national des sculpteurs (...)

1Issu d’une enquête commanditée par le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture, cet ouvrage livre une observation fine du travail artistique au prisme des temporalités. L’objectif étant de saisir la façon dont les artistes gèrent leurs temps afin d’en consacrer la majeure partie à la création artistique, l’enquête combine : l’application d’un questionnaire long de 200 questions portant sur les éléments sociodémographiques et de position/trajectoire professionnelles, la composition et gestion des temps de travail, les temps personnels et familiaux et les produits du travail artistique (N = 1 0111) ; une série d’entretiens semi-directifs sur le rapport subjectif au temps (seize personnes interviewées, dont cinq hommes professionnels de la musique, deux hommes artistes visuels/plasticiens et neuf femmes artistes visuelles/plasticiennes) ; et le remplissage d’un carnet d’emploi du temps, visant à préciser le rapport subjectif au temps et leurs logiques d’organisation (dix-sept au total, dont onze plasticien.ne.s et six musicien.ne.s). Le questionnaire a été diffusé électroniquement auprès des principales associations professionnelles de la musique et des arts plastiques et visuels en France (FRAAP, SNSP, AFO, FEDELIMA, CIP-IDF et SFA-CGT2).

2Structuré en quatre chapitres, le livre repose sur l’analyse de la concurrence entre : les activités proprement artistiques (création, réflexion, documentation, etc.) ; les tâches administratives (gestion, comptabilité, montage de projets, prospection, etc.) ; les activités annexes (enseignement, cours, emploi alimentaire, etc.). Se dégagent trois groupes d’artistes selon la part que prennent ces activités dans leur emploi du temps. Le premier groupe réunit à peu près la moitié des artistes et se distingue par plus de temps consacré à la création et à la diffusion des œuvres – situation considérée comme idéale par les artistes elles.eux-mêmes ; le deuxième rassemble plutôt les plasticiens et auteurs-compositeurs-interprètes qui évoquent un régime temporel dominé par les tâches administratives ; enfin, le troisième groupe concentre les musiciens-interprètes, dont le temps de création est fort concurrencé par les activités annexes, principalement l’enseignement.

3L’explication sociologique de ces trois groupes tient aux ressources accumulées le long de la carrière et aux caractéristiques propres au champ professionnel. Ainsi, Sabrina Sinigaglia-Amadio et Jérémy Sinigaglia analysent finement toutes sortes de ressources professionnelles, telles que le soutien du/de la conjoint.e ou d’un.e assistant.e professionnel.elle, les aides financières et matérielles à la création, comme les subventions publiques et les résidences, et encore le fait d’avoir un espace à soi (atelier, studio, etc.). Ces analyses montrent comment telle ou telle ressource favorise soit l’intégration professionnelle, soit le gain de temps de création, en précisant ce qui est propre à chaque groupe professionnel étudié et comment les ressources, l’intégration professionnelle et, par extension, la maîtrise du temps de création s’accumulent le long de la trajectoire sociale et de la carrière professionnelle des artistes.

4Plus les artistes avancent dans la carrière, plus elles.ils s’intègrent dans leur champs professionnel et, partant, plus le rapport au temps de création leur paraît satisfaisant. Il faut cependant nuancer ce constat selon la concurrence entre les activités professionnelles et les activités domestiques et/ou parentales. Cette concurrence dessert notamment les femmes artistes, qui disposent d’un temps de travail plus faible et plus irrégulier et d’un accès aux ressources plus restreint que les hommes. Par contre, les différences entre hommes et femmes artistes se réduisent quand ils se mettent en couple et au moment de la naissance d’un enfant. Dans ces cas, selon les interviewé.e.s, l’incertitude vis-à-vis de leur carrière se présente de façon plus égalitaire. « Pour beaucoup d’artistes rencontrés, cette question ne fait aucune hésitation : quand il y a des enfants, il faut de l’argent. Quitte à revoir ses aspirations à la baisse, à augmenter le temps consacré à des activités moins épanouissantes mais plus rémunératrices, voire à mettre entre parenthèses, parfois pour plusieurs années, sa carrière artistique » (p. 140).

5Au dernier chapitre du livre, Sabrina Sinigaglia-Amadio et Jérémy Sinigaglia examinent la problématique de l’urgence. Selon les auteurs, le sentiment de subir diverses pressions temporelles est relativement partagé entre les artistes interviewé.e.s. Cependant, toutes.tous ne répondent pas à ce sentiment de la même façon. Certain.e.s conçoivent le temps libre comme « un luxe à préserver et à entretenir » (p. 165) et tendent à minimiser les contraintes temporelles, tandis que d’autres « rationalisent » leur rapport au temps en faisant recours à des méthodes managériales telles que le planning, le To-Do List et le mind-mapping. Ces deux manières distinctes de répondre à l’urgence configurent, selon les auteur.e.s, un « clivage générationnel » : le premier groupe réunit les artistes né.e.s dans les années 1950 et 1960 – héritiers.e.s proclamé.e.s de la figure bohème – ; le deuxième, ceux.celles plus jeunes qui adoptent le style « porteurs de projet/entrepreneurs ». On notera de passage que le premier pôle ne réunit que des artistes plasticiens, donc pas de musicien.ne.s, notamment parce que, selon les auteurs, le temps de ces dernier.e.s est plus souvent cadré et rythmée par des sollicitations d’autres professionnel.le.s.

6L'ouvrage se conclut sur une piste de recherche intéressante, qui propose d’étudier les effets des configurations temporelles du travail artistique sur la qualité et la diffusion des œuvres. Cette piste est d’autant intéressante que le cadrage méthodologique à faire est des plus exigeants. Qui juge la qualité des œuvres ? Les pairs, les critiques, les amateurs ? Et comment mettre en parallèle les temporalités et les jugements de valeur ? En tenant compte de l’excellente enquête menée ici, nous ne pouvons qu’attendre des réponses claires et rigoureuses à ces questions dans les prochaines publications de Sabrina Sinigaglia-Amadio et Jérémy Sinigaglia.

Haut de page

Notes

1 « L’échantillon compte 718 plasticien.ne.s et 293 musicien.ne.s, assez bien repartis selon le sexe (51 % de femmes, 49 % d’hommes) mais aussi selon l’âge et l’ancienneté […]. Les artistes qui ont répondu sont très majoritairement issu.e.s de province (71 %, contre 29% installé.e.s en Île-de-France, dont un peu moins des 2/3 à Paris. Elles.ils déclarent dans l’ensemble des revenus assez faibles : 85 % d’entre elles.eux gagnent moins de 24 000 euros par an […]. L’échantillon porte donc essentiellement sur les artistes ordinaires, aux revenus assez modestes, mais néanmoins assez intégré.e.s professionnellement » (p. 207).

2 Respectivement Fédération des réseaux et associations d’artistes, Syndicat national des sculpteurs et plasticiens, Association française des orchestres, Fédération des lieux des musiques actuelles, Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France et Syndicat français des artistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Graeff, « Sinigaglia-Amadio Sabrina, Sinigaglia Jérémy, Temporalités du travail artistique : le cas des musicien.ne.s et des plasticien.ne.s », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 février 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24143

Haut de page

Rédacteur

Lucas Graeff

Professeur à l’Université La Salle (Brésil). Chercheur rattaché au Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (CNPq-Brésil).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page