Navigation – Plan du site

Kocka Jürgen, Histoire du capitalisme

Guillaume Garner
Histoire du capitalisme
Jürgen Kocka, Histoire du capitalisme, Genève, Markus Haller, coll. « Modus vivendi », 2017, 196 p., traduit de l'allemand par Isabelle Kalinowski, ISBN : 978-2-940427-31-4.
Haut de page

Texte intégral

1La crise économique de 2008 a eu pour effet de provoquer chez les historiens un regain d’intérêt pour le capitalisme et son histoire. En témoigne la publication de cet ouvrage, qui est la traduction d’une version publiée en Allemagne en 2013 dans une collection ayant le même format que celle des « Que Sais-Je ? ». Il s’agit donc d’une synthèse qui s’adresse à un lectorat assez large.

  • 1 Jürgen Kocka, Unternehmensverwaltung und Angestelltenschaft am Beispiel Siemens 1847–1914; zum Verh (...)

2Son auteur est l’un des plus éminents représentants de l’histoire sociale outre-Rhin. Jürgen Kocka a été un membre actif de l’école de Bielefeld, laquelle a dans les années 1970 promu une histoire sociale d’inspiration largement wébérienne. Après avoir consacré sa thèse à la firme Siemens1, il a mené de nombreuses recherches sur l’histoire de la société allemande aux xixe et xxe siècles, notamment sur la classe ouvrière, et a depuis quelques années publié plusieurs contributions sur l’histoire du capitalisme.

3J. Kocka consacre un premier chapitre à l’évolution de la définition du capitalisme, depuis l’apparition des termes « capitaliste » et « capital » au xviie siècle jusqu’aux analyses d’historiens, de sociologues ou d’économistes contemporains. Cette étape est indispensable car la notion de capitalisme revêt, depuis son apparition dans la seconde moitié du xixe siècle, une double dimension. D’une part, elle est polémique puisque ses premiers utilisateurs (Charles Proudhon ou Wilhelm Liebknecht) y recourent pour condamner les inégalités sociales propres à la société de classes capitaliste ; mais elle acquiert d’autre part rapidement – à partir des écrits de Karl Marx – une dimension analytique pour désigner un système économique qui se forme au moment de la Révolution industrielle. J. Kocka se livre ensuite à un panorama des définitions du capitalisme qui ont été élaborées depuis Marx jusqu’à Fernand Braudel, Immanuel Wallerstein ou Giovanni Arrighi en soulignant leurs apports et leurs limites. Au terme de ce chapitre, l’auteur propose une « définition de travail » du capitalisme comme système défini par trois traits fondamentaux : la décentralisation des décisions économiques sur la base des droits de propriété dont disposent les individus, le rôle essentiel des marchés dans la coordination et l’allocation des biens et des facteurs (comme le travail) et enfin le rôle central du capital et de l’accumulation du capital (p. 30). Cette définition, présentée comme un idéal type (p. 31), est complétée par deux précisions. D’une part, le capitalisme se caractérise par une forte tendance à former des entreprises, même si des formes non entrepreneuriales du capitalisme ont existé et existent encore aujourd’hui. D’autre part, le capitalisme tend à déborder de la sphère de l’économie pour imposer ses principes à d’autres domaines (politique, social, culturel).

4La synthèse de J. Kocka se caractérise également par son ancrage dans la longue durée. Loin de considérer que le capitalisme naît au tournant des xviiie et xixe siècles avec la Révolution industrielle, l’auteur retrace les origines du capitalisme dès le Moyen Âge et consacre trois chapitres respectivement à la période médiévale, à la période moderne et à l’époque contemporaine.

  • 2 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985.

5Le deuxième chapitre porte ainsi sur la période médiévale et examine l’essor du commerce dans le monde musulman, en Asie (en Chine) et en Europe. Le monde musulman à partir du viie siècle, la Chine à partir du xe siècle connaissent un essor du commerce et la constitution de fortunes marchandes. Le déploiement du capitalisme marchand y est favorisé par l’essor des échanges et permet une intégration de la production de marchandises dans les rapports de marché. Mais ce développement est freiné par des facteurs essentiellement politiques et sociaux : tandis que dans le monde musulman, la bourgeoisie marchande reste à l’écart du pouvoir politique, elle doit en Chine faire face à la fois à l’hostilité des grands propriétaires et des fonctionnaires confucéens et au coup d’arrêt à l’expansion maritime décidé au milieu du xve siècle par le pouvoir politique. À l’inverse, en Europe, bien que son essor soit relativement plus tardif, le capitalisme parvient rapidement à étendre son activité vers le domaine financier. À la suite de F. Braudel2, J. Kocka souligne ainsi deux éléments : l’absence de spécialisation des marchands capitalistes (qui investissent occasionnellement leur capital dans la production de marchandises ou dans l’exploitation minière) et des relations de connivence avec les pouvoirs politiques, connivence favorisée par les rivalités entre États européens. Il ne s’agit cependant que d’« îlots de développement capitaliste » (p. 59), dont l’extension caractérise la période moderne.

6De 1500 à 1800, le capitalisme connaît en effet selon l’auteur un triple élargissement : spatial, sectoriel et social. En premier lieu, le capitalisme s’étend avec l’essor du commerce colonial (avec l’Afrique et surtout l’Amérique) et des relations commerciales entre l’Europe et l’Asie. J. Kocka ne reprend pas les notions d’économie-monde ou de système-monde (I. Wallerstein), mais souligne les liens étroits unissant capitalisme et États européens, liens qu’illustre la formation de compagnies de commerce privilégiées et de sociétés par actions telles que la Compagnie des Indes orientales néerlandaise ou l’East India Company anglaise. Dans le même temps, l’essor des bourses et des banques répond non seulement aux besoins du commerce mais aussi à ceux des États. En second lieu, le capitalisme se tourne vers la production, à la fois hors d’Europe par l’exploitation des ressources coloniales recourant à une main-d’œuvre non-libre, et en Europe où s’épanouissent à la fois un capitalisme proto-industriel (qui organise la production de marchandises par une main-d’œuvre essentiellement rurale) et un capitalisme agraire qui prend des formes très diverses puisqu’il repose soit sur le recours à une main-d’œuvre serve (en Europe orientale) soit sur le travail salarié libre (en Angleterre et dans les Provinces-Unies).

7Le quatrième chapitre (le plus vaste du livre) est consacré au capitalisme depuis 1800. Il est organisé autour de cinq thèmes majeurs : l’industrialisation, le passage du capitalisme du propriétaire au capitalisme du manager, la financiarisation, le travail et la question ouvrière et les rapports entre marché et État. J. Kocka y souligne la nécessité d’une régulation dans des domaines tels que la protection sociale ou la finance, l’intervention de l’État servant les intérêts de la société et des travailleurs et augmentant par conséquent l’acceptabilité du capitalisme. Il rappelle cependant que cette régulation, notamment dans le domaine financier depuis 2008, est partielle et incertaine en raison de l’absence d’un « État global » qui serait capable de faire contrepoids à un capitalisme de plus en plus mondialisé (p. 152).

8On peut regretter que l’une des caractéristiques essentielles du capitalisme – sa tendance à déborder vers les sphères de la politique, de la société et de la culture – n’ait pas davantage été soulignée dans le chapitre conclusif (« Analyse et critique », p. 155-161) car on peut sans doute y voir une raison supplémentaire des difficultés actuelles à réguler le capitalisme. De même, la question des conséquences environnementales et écologiques de l’expansion du capitalisme n’est quasiment pas abordée alors qu’elle se pose (au moins) depuis la fin du xviiie siècle.

9Il n’en demeure pas moins que dans son genre – celui d’une synthèse concise – cet ouvrage est une réussite, J. Kocka y formulant des analyses nuancées sur des processus complexes – par exemple le passage du capitalisme du propriétaire au capitalisme du manager (p. 108-117), la question du travail (p. 128-140) – qui sont toujours présentés de manière claire.

Haut de page

Notes

1 Jürgen Kocka, Unternehmensverwaltung und Angestelltenschaft am Beispiel Siemens 1847–1914; zum Verhältnis von Kapitalismus und Bürokratie in der deutschen Industrialisierung, Stuttgart Klett, 1969.

2 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garner, « Kocka Jürgen, Histoire du capitalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 05 février 2018, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24145

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Garner

Maître de conférences en histoire moderne à l’ENS de Lyon, membre de l’UMR 5190 LARHRA / Université de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page