Navigation – Plan du site

Alain Beitone et Christophe Rodrigues, Économie monétaire. Théories et politiques

Eric Keslassy
Économie monétaire
Alain Beitone, Christophe Rodrigues, Économie monétaire. Théories et politiques, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2017, 352 p., ISBN : 978-2-200-61706-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les économistes sont en émoi. Depuis quelques années, en dépit de politiques monétaires très accommodantes pour lutter contre les effets dépressifs de la crise des subprimes, puis de ceux de la crise des dettes souveraines dans la zone euro, l’inflation ne repart pas suffisamment, en tout cas pas comme elle le devrait si l’on croit la théorie standard. Le péril déflationniste est certes évité, mais la croissance économique a bien du mal à reprendre de la vigueur. C’est l’un des grands intérêts de cet ouvrage que de faire le point sur des problématiques actuelles. En effet, dans Économie monétaire, avec une démarche pédagogique, les enseignants Alain Beitone et Christophe Rodrigues ne se contentent pas de rendre compte des « vieilleries » théoriques sur la monnaie : ils cherchent à éclairer les enjeux économiques du monde d’aujourd’hui.

2D’une façon générale, dans le cadre de ce manuel, les théories monétaires sont « mises en musique » par les faits. Cette approche, très précieuse pour bien comprendre les conséquences pratiques des choix théoriques, est d’une grande utilité pour le lecteur (en particulier les étudiants en économie qui ont besoin de cette vision concrète pour alimenter leurs dissertations). Les manuels qui existent sur la question monétaire se contentent trop souvent d’empiler les théories sans indiquer leurs applications. Ici, on pourrait presque écrire que c’est l’inverse : les théories ne sont abordées que pour comprendre l’histoire et la pratique de la monnaie. Il ne faut pas se tromper : toutes les références théoriques sont présentes – mais elles servent d’abord à analyser les faits. Par exemple, la courbe de Phillips est expliquée précisément, mais elle est également utilisée pour comprendre la « stagflation » ou pour repérer les politiques de désinflation compétitive menées depuis le début des années 1980 (dans le cadre d’un graphique traçant la relation de Phillips de 1970 à 2003). Ce manuel offre un autre avantage indéniable : c’est l’ensemble de la littérature économique sur la monnaie qui est utilisée et non pas seulement les auteurs les plus usités habituellement sur une telle problématique. Ainsi, des articles récents sont mobilisés (la bibliographie fait état de références de 2016).

3L’ouvrage débute par une première partie passionnante qui sert à répondre à la question : qu’est-ce que la monnaie ? On retrouve alors les trois fonctions traditionnelles de la monnaie (unité de compte, intermédiaire des échanges, réserve de valeurs). Cette approche fonctionnaliste est mise en regard de l’approche institutionnaliste qui fait de la monnaie une institution centrale à partir de laquelle des rapports sociaux s’organisent et qui fonde les économies marchandes. Les formes de monnaies (qui ont beaucoup évolué avec le temps, de la monnaie marchandise à la monnaie scripturale) et les mécanismes de création monétaire sont également détaillés.

4La seconde partie du livre offre un panorama très complet des théories monétaires. Les auteurs structurent alors un champ embrouillé par les nombreuses controverses. Ils proposent une première clé de lecture qui permet de le clarifier : quelle conception de l’origine de la monnaie ? On peut distinguer les théoriciens de la monnaie exogène, pour lesquels la monnaie a son origine à l’extérieure de la sphère économique (elle provient alors de la banque centrale et/ou du pouvoir politique), et les théoriciens de la monnaie endogène qui pensent que la monnaie trouve sa source au cœur même de l’activité économique. Une seconde distinction est nécessaire autour des effets de la monnaie : elle peut être considérée comme « neutre » (la monnaie n’a pas d’impact sur la sphère réelle pour des auteurs classiques comme Jean-Baptiste Say ou d’autres, plus récents, comme Irving Fisher ou Milton Friedman) ; au contraire, la monnaie peut être pensée comme ayant des effets réels sur l’économie (en particulier sur les prix) : on parle alors de monnaie active.

5La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à la place des banques dans l’économie. Elles jouent un rôle fondamental dans la création monétaire (par le biais des crédits). Elles permettent ainsi la liquidité de l’économie et la solvabilité des agents. La réglementation des banques apparait donc comme une condition du bon fonctionnement de l’économique de marché. L’activité des banques est influencée par les autorités monétaires – en particulier la banque centrale qui, aujourd’hui, au moins officiellement se veut indépendante du pouvoir politique dans les pays développés – dans le cadre de la politique monétaire. À noter que les banques jouent aussi le rôle d’intermédiaires financiers non monétaires en collectant l’épargne et en effectuant des placements.

6La quatrième partie s’intéresse aux politiques monétaires. Elle permet de devenir incollable sur la distinction, devenue très importante en ce moment, entre politique monétaire conventionnelle et politique monétaire non conventionnelle. À la suite de la crise de 2007-2008, les politiques monétaires conventionnelles (qui passent principalement par une manipulation des taux directeurs) se sont avérées insuffisantes. Il a donc fallu trouver d’autres moyens de relancer la demande et l’inflation. Outre l’usage non conventionnel des instruments conventionnels (baisse des taux rapide jusqu’à zéro), on peut considérer qu’il existe trois grands leviers de politique monétaire non conventionnelle : l’assouplissement quantitatif qui consiste à augmenter la taille du bilan de la banque centrale, l’assouplissement du crédit qui modifie la structure du bilan de la banque centrale et les orientations prospectives (la banque centrale s’engage publiquement quant à l’évolution future des taux directeurs). En agissant ainsi, les banques centrales ont fourni d’importantes liquidités qui semblent avoir considérablement alimenté les cycles financiers. Dès lors, l’ouvrage se pose la question actuellement débattue par les économistes : les banques centrales ne doivent-elles pas se donner la mission de la stabilité financière ? Ainsi, tout en rappelant les fondements théoriques de l’économie monétaire, en n’occultant jamais son histoire et ses mises en pratique, cet ouvrage donne des aperçus des débats actuels.

7Économie monétaire est donc un manuel à la fois pédagogique et scientifique. C’est assez rare pour le souligner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Alain Beitone et Christophe Rodrigues, Économie monétaire. Théories et politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24158

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page