Navigation – Plan du site

Alexis Cukier, Le travail démocratique

Matthieu Hély
Le travail démocratique
Alexis Cukier, Le travail démocratique, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx confrontation », 2018, 241 p., ISBN : 978-2-13-073638-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Alain Chatriot, « La réforme de l’entreprise. Du contrôle ouvrier à l’échec du projet modernis (...)
  • 2 Dominique Martin, Démocratie industrielle. La participation directe dans les entreprises, Paris, Pr (...)
  • 3 Claude Didry, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, coll. (...)

1On doit au catholique social Marc Sangnier la formule fameuse : « On ne peut avoir la république dans la société tant qu’on a la monarchie dans l’entreprise »1. Tel est le point de départ de la réflexion d’Alexis Cukier, qu’il inscrit dans une « philosophie sociale » c’est-à-dire une « analyse située de l’expérience sociale du travail » (p. 11). L’expérience du travail est en effet capitale car, selon l’auteur, il ne peut y avoir de démocratisation réelle sans démocratisation du travail. Après une éclipse d’une vingtaine d’années où la thématique de la « participation directe dans les entreprises »2 était quasiment devenue un angle mort des recherches en sociologie du travail, l’ouvrage d’Alexis Cukier représente une contribution significative à l’heure où le gouvernement vient de lancer une mission sur la « vision de l’entreprise dans la société ». La démarche d’Alexis Cukier se déploie de façon très claire en revenant, tout d’abord, sur l’apport des sciences sociales et de la sociologie du travail, qui sont mobilisées pour mettre au jour « le sens politique de la critique du travail ». Ce préalable permet de monter en généralité sur l’incompatibilité radicale entre néolibéralisme et travail démocratique. En effet, le néolibéralisme, entendu au sens du projet politique de « dé-démocratisation » de la société, s’inscrit dans des structures économiques qui sont, par essence, incompatibles avec l’institution d’un régime démocratique de travail, pour reprendre l’ouvrage éponyme de Claude Didry3. À cet égard, la place déterminante de la finance, dans la configuration néolibérale du capitalisme, subordonne la valeur du travail, appréhendé comme un « capital humain », à sa valeur actionnariale.

2Alexis Cukier propose ensuite de relire deux traditions qui ont cherché à émanciper le travail des structures capitalistes. Le paradigme de la lutte des classes, dont Marx et Engels sont les principaux représentants, s’est affirmé sur la base d’une critique du « socialisme utopique », dont l’association coopérative a pu incarner provisoirement une alternative à l’exploitation capitaliste. En effet, Alexis Cukier fait remarquer que, chez ces deux auteurs, l’émancipation par le travail coopératif n’est pas suffisante pour ébranler l’ensemble des structures sociales capitalistes. Sidney et Beatrice Webb, communément présentés comme les pionniers de la démocratie industrielle et de l’analyse des relations professionnelles, défendent ainsi un autre paradigme cherchant à concilier démocratie et capitalisme dans une perspective réformatrice. Le philosophe John Dewey (1859-1952) et le philosophe marxiste Karl Korch (1886-1961) sont également convoqués pour enrichir ce paradigme. Alexis Cukier propose une lecture John Dewey en rappelant que l’intérêt pour le travail traverse l’ensemble de son œuvre et ajoute que Dewey a été élu en 1939 président de la League for Industrial Democracy. À une période où se mettent en place les instruments de l’intervention de l’État pour réguler le marché dans le cadre du New Deal, Dewey cherche à mettre en lumière les dimensions subjectives d’une démocratisation de l’économie. En effet, selon Cukier, « dans la démocratie industrielle de Dewey, l’essentiel est d’articuler le contrôle populaire de l’économie (planification) et le contrôle de leur activité par les travailleurs (l’auto-organisation), combinaison qui seule peut véritablement réaliser la norme démocratique dans l’ensemble de la société » (p. 109). Karl Korch est quant à lui présenté comme le théoricien des « conseils ouvriers », qui sont au fondement d’une véritable démocratie industrielle. Dans celle-ci, le droit du travail serait au cœur de la collectivité politique et donc inscrit dans un cadre constitutionnel. En conclusion, Alexis Cukier souligne néanmoins que le paradigme de la démocratie industrielle peine à articuler les deux dimensions du travail démocratique : la capacité de contrôler démocratiquement la production et l’élaboration d’institutions démocratiques par les travailleurs.

3Dans la troisième partie de l’ouvrage, Alexis Cukier examine les enjeux politiques du travail en s’appuyant sur plusieurs grilles de lecture : les rapports sociaux de sexe, l’écologie politique et les théories du commun. L’un des apports du féminisme matérialiste est ainsi de révéler la construction sociale des frontières entre le travail domestique, socialement invisibilisé et dénié comme travail, et le travail salarié qui représente la forme légitime de l’activité productive. L’écologie politique, dont André Gorz est l’un des penseurs de premier plan, remet en cause la centralité politique du travail dans des sociétés fondées sur le capitalisme. Ce courant de pensée cherche aussi à établir les conditions de possibilité d’une véritable autonomie des travailleurs qui ne repose pas sur l’État, en dernière instance. Car, la bureaucratie génère d’autres contraintes défavorables à une émancipation radicale. En un mot, il s’agit d’inventer une planification « démocratique » qui ne soit pas « bureaucratique ». Cette ambition rejoint également celle de la perspective des communs qui cherche à dépasser l’opposition entre les formes privées et publiques de propriété. La grille de lecture des communs vise aussi à prolonger et à dépasser les expériences de la démocratie industrielle.

4Dans la quatrième et dernière partie, Alexis Cukier s’intéresse à différentes formes expérimentales de démocratisation du travail : les coopératives de travail, les collectifs en autogestion et les conseils de travailleurs sont ainsi examinés. Contrairement aux approches essentialistes, Alexis Cukier se garde d’adopter une posture angélique qui ignorerait l’écart inévitable entre les valeurs proclamées et les pratiques observées : « s’il y a bien parfois des formes d’organisation de l’activité plus démocratique dans le cadre de l’économie sociale et solidaire que dans celle de l’économie capitaliste classique, la tendance aujourd’hui est manifestement, en France, à leur dépolitisation » (p. 171). Alors que des théoriciens pressés identifient ces initiatives à l’incarnation d’une « autre économie », Alexis Cukier souligne avec lucidité leur ambivalence : « d’un côté, les coopératives de production constituent manifestement des avancées en direction d’une organisation plus démocratique du travail, d’un autre côté, elles ne suffisent pas, en elles-mêmes, à entraîner un processus de démocratisation de la division et du procès du travail » (p. 175). Autrement dit, le statut coopératif ne peut être qu’une transition provisoire vers l’invention d’un autre régime productif. De même, le chapitre consacré à l’autogestion montre bien que si cette utopie constitue la matrice de pratiques d’une démocratisation de l’entreprise, elle ne règle ni le problème de la concurrence marchande, ni celui de l’hétéronomie du travail. Ces limites amènent Alexis Cukier à l’ultime chapitre de l’ouvrage, consacré aux conseils de travailleurs. En prenant appui sur les « écrits conseillistes », notamment ceux de Rosa Luxembourg, Max Adler, Karl Korch, Antonio Gramsci, Anton Pannekoek et Ernest Mandel, il s’agit d’examiner des projets qui soutiennent l’objectif de remplacer l’État par des conseils ouvriers, à titre d’institution principale de la démocratie. Les expériences historiques des conseils italiens, des soviets russes, des Betriensträte en Allemagne, du contrôle ouvrier en Espagne, du programme de « l’aire de priorité sociale » au Chili ou encore des « Conseils de travailleurs » en Yougoslavie et des dispositifs de « démocratie populaire participative » dans le Venezuela d’Hugo Chavez sont ainsi examinés et patiemment décrits. De cet ensemble hétérogène, Alexis Cukier dégage des traits communs : « l’objectif est de supprimer toute forme d’hétéronomie dans les activités considérées comme du travail », observe-t-il (p. 226). Au fond, l’une des conclusions importantes à laquelle aboutit l’auteur est que l’entreprise n’est pas la seule institution où les pratiques démocratiques doivent se diffuser : « il faut inventer une forme de conseil auquel l’ensemble des travailleurs-citoyens pourraient en droit participer, et dont les décisions concerneraient l’ensemble du cycle économique à une échelle territoriale donnée » (p. 228). Autrement dit, l’objectif de l’institution du « travail démocratique » consiste à inventer une nouvelle forme de subjectivité politique qui s’incarnerait dans le « travailleur-citoyen », là où la démocratie libérale dissocie le « travailleur salarié » du « citoyen démocratique ».

5Au final, l’ouvrage livre une synthèse réussie des différentes approches qui cherchent à (ré)concilier démocratie et capitalisme. L’exercice de mise en pratique réalisé en conclusion montre bien que le « travail démocratique » n’est pas qu’une utopie stérile mais qu’il s’inscrit dans un projet politique : « À quoi ressemblerait la journée de travail dans un tel mode de production démocratique ? Elle pourrait durer cinq heures par jour, dont une heure de repos et de restauration, à raison de quatre jours par semaine. La journée et la semaine seraient elles-mêmes organisées autour de temps collectifs de formation et d’enquête, de décisions et d’action » (p. 234). Une telle organisation remettrait en cause l’opposition entre activités « manuelles » et « intellectuelles », si structurante de la hiérarchie sociale et politique dans une société industrielle. Bref, l’effort déployé ici par l’auteur pour donner une consistance au concept de « travail démocratique » s’avère particulièrement stimulant et convaincant.

Haut de page

Notes

1 Voir Alain Chatriot, « La réforme de l’entreprise. Du contrôle ouvrier à l’échec du projet modernisateur », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 114, 2012, p. 183-197, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/vin.114.0183.

2 Dominique Martin, Démocratie industrielle. La participation directe dans les entreprises, Paris, Presses universitaires de France, 1994.

3 Claude Didry, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2016 ; compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/20667

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Alexis Cukier, Le travail démocratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 février 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24172

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page