Navigation – Plan du site

Isabelle Jabiot, Maïté Maskens, Carine Plancke (dir.), « L’amour en sciences sociales, les sciences sociales en amour », Émulations, n° 18, 2016

Nicolas Faynot
L'amour en sciences sociales, les sciences sociales en amour
Isabelle Jabiot, Maïté Maskens, Carine Plancke (dir.), « L'amour en sciences sociales, les sciences sociales en amour », Émulations, n° 18, 2016, 145 p., Louvain, Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875585523.
Haut de page

Texte intégral

1Les ambitions de ce numéro d’Émulations vont dans le sens de l’intérêt croissant des sciences sociales pour la constitution d’une socio-anthropologie des émotions. De quelles manières des chercheurs abordent-ils la question de l’amour sur leurs terrains respectifs ? Comment se saisissent-ils de cet objet de recherche afin de lire des faits sociaux ? Dans quelle mesure travailler sur l’amour peut-il transformer les chercheurs ? Telles sont trois des questions au cœur de ce numéro. En optant pour une approche multi-située, les auteurs portent attention à la diversité des formes – théoriques, discursives et actives – que peut revêtir ce que l’on entend généralement par amour. Si ce numéro est centré principalement sur l'amour (eros) de couple et hétérosexuel, il a également pour ambition d’interroger d’autres formes d’attachement amoureux.

2Plusieurs articles insistent sur le fait que certains lieux, discours et expériences rendent visibles des formes de romantisme spécifiques. Ils s’intéressent aux processus d’émergence de ce romantisme dans différents contextes culturels (en France, en Suisse, en Belgique, au Canada et au Sultanat d’Oman). En portant une attention spécifique aux discours amoureux, les auteurs mettent en avant le lot d’imaginaires et d’aspirations individuelles associé aux formes de romantismes que mobilisent les personnes enquêtées. Ces articles invitent à s’intéresser aux modalités d’expression de l’amour, envisagées ici en tant que productions culturelles, liées à des caractéristiques sociales, historiques et biographiques.

3L’influence de ces caractéristiques est particulièrement visible à travers la contribution de Caroline Henchoz. Assistée d’une vingtaine d’étudiants, elle a enquêté auprès d'hommes et de femmes suisses âgés de 23 à 88 ans afin d'étudier leurs conceptions de l'amour romantique. Dès les premiers pas de la recherche, les étudiants ont fait part de leurs difficultés à mener des entretiens sur les carrières amoureuses : ils se sentaient gênés et frustrés devant les « résistances » que semblaient manifester les plus âgés de leurs enquêtés à évoquer leurs sentiments amoureux. Le décalage générationnel entre enquêteurs et enquêtés a permis de mettre au jour l’existence de différentes conceptions de l’amour. Dès lors, Caroline Henchoz s’est saisie de cette opportunité pour s’intéresser aux ressentis des étudiants lors de l’enquête, constituant cette question des émotions induites par le processus de recherche en un axe de réflexion. Le protocole d'enquête ainsi modifié s’est alors porté sur les émotions (des enquêteurs et enquêtés) et non plus seulement sur les conceptions de l’amour, au sens où les enquêteurs les entendaient.

4Une partie des articles étudiant des formes d’amour conjugal met en avant les postures méthodologiques adoptées par les auteurs. Ainsi, Anne-Cécile Mouget entreprend de décrire l’ensemble des méthodes qu’elle a mobilisé dans sa recherche sur la vie amoureuse et sexuelle d’hommes atteints des lésions médullaires. En s’inspirant de la Grounded Theory, elle se donne pour ambition de produire un savoir mettant en lumière les parcours individuels des acteurs de sa recherche et leurs ressentis sensuels et émotionnels. En exposant les techniques de recueil de données auxquelles elle a eu recours – des récits de vie, des données documentaires, des récits fictionnels et des traces écrites –, elle cherche à montrer l’intérêt et la pertinence scientifiques de l’usage d’une variété de méthodes complémentaires. La mobilisation de l’auto-ethnographie (à laquelle a également eu recours Karine Geoffrion), en tant que posture méthodologique, s’avère pertinente comme moyen d’observation du fait qu’elle permet la reconnaissance réflexive d’une expérience partagée. C’est par cette méthode d’auto-ethnographie que l’auteure a pu accéder à un ensemble de données intimes, dont elle rend compte en faisant appel à sa propre expérience.

5Dans une approche différente, la contribution de Maurice Olive met en évidence la dimension affective de l’engagement de maires pour leurs communes. Cette réflexion, qui vise à prendre en compte les émotions en politique, tente de comprendre l’attachement des élus pour leur circonscription au-delà d’un enjeu strictement stratégique. L’auteur appréhende donc les trajectoires de ces maires en prenant en considération la dimension affective de leurs engagements politiques. Son analyse montre alors que l’amour qu’un maire proclame pour sa commune peut être l’objet d’un jugement de la part de ses électeurs. Ces derniers évaluent la sincérité de cet attachement en fonction du degré d’engagement de l’élu. Si l’amour en question peut être perçu comme une compétence sociale, une ressource politique, Maurice Olive propose de le comprendre au regard de son inscription dans des trajectoires de vie. Les formes d'attachements des maires pour leurs communes sont ainsi pensées comme des relations intimes.

  • 1 Pages Michèle, L'amour et ses histoires. Une sociologie des récits de l’expérience amoureuse, Paris (...)

6C’est par une série d’entretiens que se poursuit ce numéro. Michèle Pages, Jennifer Cole, Charles Lindholm et Carine Besteman relatent l’évolution de la démarche de recherche qui les a conduits à faire de l’amour un objet d’investigation. Ces entretiens, qui se penchent sur les conditions de production d’une réflexion scientifique sur l’amour, reviennent sur les trajectoires biographiques, militantes et scientifiques des quatre chercheurs. Les questions qui leur sont posées, dans une optique réflexive et épistémologique, insistent sur les effets produits par ce sujet d'investigation. L’amour est un objet d’étude qui nécessite une entrée dans la sphère de l’intime des personnes enquêtées et met en jeu l’affectivité de l’enquêteur. Le choix de ce sujet a donc amené les auteurs à revoir, à déconstruire, à (re)penser leurs propres conceptions de l’amour. Quelques années auparavant, Michèle Pages précisait que « le chercheur est souvent – ou finit par être – lié à son objet par un attachement affectif »1. Les entretiens posent alors la question de la proximité émotionnelle du chercheur avec son sujet d’étude et avec les personnes au centre de son enquête, dans le sens où les liens affectifs présents peuvent influer sur le déroulement de l’enquête et l’accès aux données autant que sur l'analyse des matériaux en eux-mêmes. En arrière-plan, ces témoignages donnent au lecteur un aperçu des coulisses de la recherche à travers les conditions de réalisation conceptuelle de certains ouvrages portant sur la thématique de l’amour. Le large spectre de ces récits met en lumière les tentatives de légitimation de l’amour en tant qu’objet académique, alors que ce thème fut pendant longtemps considéré à la marge des intérêts institutionnels.

  • 2 Uhl Magali, Brohm Jean-Marie, Le sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines(...)

7Ce numéro thématique ne cherche pas à fixer une définition statique de l’amour qui ferait consensus, bien au contraire. En abordant l’amour comme une construction sociale, il revient sur le caractère socialement et biographiquement situé des différentes conceptions de l’amour des enquêtés et des auteurs. La force de ce dossier tient autant à la diversité des contributions et des approches empiriques qu’à l’honnêteté réflexive dont les auteurs font part. Il faut donc souligner le mérite de telles postures qui ne se cachent pas derrière une « indifférence axiologique ou une illusoire distanciation » du chercheur impliqué dans un processus d’enquête2. Le dossier propose ainsi une double lecture cohérente de la manière dont les sciences sociales produisent un savoir sur l’amour, et de la façon dont des formes d’attachement amoureux font émerger des connaissances. C’est donc véritablement la place du chercheur qui est mise en débat, en tant qu’être sensible, inclus et investi dans le processus de production d’un savoir sur l’amour.

Haut de page

Notes

1 Pages Michèle, L'amour et ses histoires. Une sociologie des récits de l’expérience amoureuse, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 7.

2 Uhl Magali, Brohm Jean-Marie, Le sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines, Bruxelles, La Lettre Volée, 2003, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Faynot, « Isabelle Jabiot, Maïté Maskens, Carine Plancke (dir.), « L’amour en sciences sociales, les sciences sociales en amour », Émulations, n° 18, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 février 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24179

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Faynot

Nicolas Faynot est doctorant en anthropologie à l’université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’Anthropologie des enjeux contemporains (Formation de recherche en évolution 2002). Son travail de recherche porte sur des trajectoires sentimentales prémaritales d’hommes dakarois (Sénégal).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page