Navigation – Plan du site

Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis. Sexualité et subjectivité

Héloïse Thomas
La militance LGBT aux États-Unis
Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis. Sexualité et subjectivité, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « SXS Sexualités », 2017, 372 p., préface de Michel Wieviorka, ISBN : 978-2-7297-0928-0.
Haut de page

Texte intégral

1Guillaume Marche propose une étude riche et complexe non tant des militantismes propres à la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) aux États-Unis que des transformations subies par ces derniers au cours des trois dernières décennies, et de leur impact sur le positionnement des militant.e.s. Il part du constat à première vue paradoxal que si les mouvements LGBT ont remporté des victoires décisives depuis les années soixante, la mobilisation des individus dans ces mouvements semble, elle, se professionnaliser ou tout simplement reculer. L’ouvrage cherche donc à comprendre non seulement les mutations importantes qu’a connues le militantisme LGBT aux États-Unis, mais également la place des individus qui le composent : ce qui motive leur engagement ou leur désengagement, « comment ils aspirent à participer, dans quelle direction ils souhaitent voir tendre le mouvement qui se fait en leur nom, quel sens ils donnent à la politisation de leur intimité » (p. 14). Marche se concentre alors sur les articulations entre orientations individuelles et collectives, afin de souligner notamment comment et pourquoi la dimension sexualisée qui avait animé la militance de la base LGBT à ses débuts a pu être éclipsée par l’institutionnalisation du milieu.

2Afin de mener au mieux son analyse, Marche prend appui sur des enquêtes qualitatives de terrain réalisées à Boston, New York et San Francisco dans les années quatre-vingt-dix, auprès de militant.e.s progressistes, et une étude sociologique menée depuis le début du siècle. Tout au long, il a recours à une approche microsociologique, qu’il expose dans son introduction et qui lui permet de rendre compte du rôle de la subjectivité et des interactions dans les transformations des mouvements sociaux. Cette approche opère « par le bas » (p. 16) : l’auteur ne postule pas de mouvements élaborés a priori au sein desquels les militant.e.s construisent leur adhésion, mais au contraire s’attache à rendre compte des pratiques de ces militant.e.s.

3Dans un premier temps, est établie une chronologie des mobilisations LGBT depuis les années cinquante jusqu’à l’époque contemporaine. Elle permet de comprendre en quoi les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, sur lesquelles se concentre le deuxième chapitre, ont été un moment pivot dans la transformation des militances. Cette recontextualisation diachronique fait apparaître la coïncidence entre la dynamique de politisation-dépolitisation et celle de sexualisation-désexualisation, qui toutes deux animent les mouvements militants, au cours de trois grandes vagues. Marche retrace ainsi d’abord l’apparition du premier mouvement spécifiquement dédié aux luttes homosexuelles, le mouvement homophile, né dans les années cinquante sur la côte Ouest, dont l’aspect contestataire est très rapidement remplacé par une vision plus assimilationniste. La vague des années soixante, marquant l’émergence de la contre-culture, voit réapparaître la dimension contestataire avec des formes de militance où la sexualité est un élément intrinsèque. Un désengagement de la base militante, à terme, a lieu, mais l’apparition du sida au début des années quatre-vingt constitue la troisième vague qui provoque une résurgence de l’activisme, avec notamment la création d’Act Up.

4Ceci débouche sur des formes de militance qui reposent sur des positions anti-assimilationnistes, cherchant à transformer en profondeur la société, et qui laissent une large place à la représentation d’une sexualité libre et politisée. Cependant, les années quatre-vingt-dix marquent un tournant, car si en effet les mouvements LGBT acquièrent davantage de visibilité et remportent plusieurs victoires, ces dernières ont une portée essentiellement locale. Les mouvements se mobilisent alors sur la question du mariage, et ce choix s’accompagne, paradoxalement, d’une dépolitisation de la lutte, car il entraîne l’institutionnalisation des mouvements et, de manière concomitante, l’effacement de la sexualité. Le constat final de Marche, encore valable aujourd’hui, est donc celui d’un mouvement qui, malgré une visibilité et une légitimité sans précédents, ne jouit que d’une faible mobilisation militante de base.

5Les chapitres suivants prennent plus directement appui sur les résultats des enquêtes menées par Marche. Ils mettent en scène l’approche microsociologique dont se revendique l’auteur pour analyser deux dynamiques cruciales à la compréhension des évolutions des mouvements LGBT actuels. L’angle de la démobilisation est abordé en premier, afin d’expliquer comment les militant.e.s individuel.le.s peuvent se sentir déçu.e.s, voire aliéné.e.s, devant l’institutionnalisation et la commercialisation des mouvements. En effet, avec les évolutions décrites précédemment, beaucoup de militant.e.s indiqueraient ne plus se reconnaître dans un mouvement devenu consumériste, qui calque une logique néolibérale sur l’épanouissement personnel et la lutte militante.

6Néanmoins, Marche conclut son ouvrage par un regard optimiste, en soulignant les résistances à la normalisation et la désexualisation des mouvements qu’oppose la sexualisation des pratiques. Il étudie ainsi la façon dont certain.e.s militant.e.s cherchent à se réapproprier des formes dissidentes de sexualisation, et à les repolitiser pour en réinvestir le sens dans l’engagement politique. Ces formes d’action militante sont souvent considérées comme marginales, voire « infrapolitiques », et relèvent davantage de ce qui est désigné comme un pratique « queer ». Relevant de la résistance à la normalisation, elles se placent dans un champ contre-culturel, où le lien entre sexualité et militance est remis au premier plan, afin de faire valoir le contraste avec les formes de militance plus institutionnelles. Marche appelle ceci un « réenchantement sexuel » des mouvements militants LGBT (p. 155). Il y voit une stratégie d’empowerment (prise de pouvoir) qui tente d’éviter les cadres officiels et qui est axée sur l’intersection entre subjectivité, intimité et mobilisation, politique.

7On peut souligner que les enquêtes présentées dans l’ouvrage, nécessairement restreintes, gagneraient à être complétées par d’autres études qui s’intéresseraient à une population plus diverse sur le plan de l’identité ethnoraciale, de l’identité de genre, de l’accessibilité ou encore de la classe sociale, afin de renforcer l’intersectionnalité de l’analyse. Néanmoins, le regard panoramique que porte Guillaume Marche sur les mouvements militants LGBT étasuniens des dernières décennies est à la fois vaste et nuancé, et rend compte pleinement des mutations que ces mobilisations ont pu connaître. Il permet, finalement, de suggérer des avenirs possibles à ces mobilisations : maintenant qu’une certaine stabilité sur le plan institutionnel semble être acquise, elles peuvent se tourner vers des initiatives moins institutionnalisées, moins policées, plus subversives, car c’est là que les formes et les combats identitaires pourront au mieux se renouveler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis. Sexualité et subjectivité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 février 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24189

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Ancienne normalienne et agrégée d’anglais, Héloïse Thomas-Cambonie est doctorante contractuelle à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur les représentations de l’histoire et de l’apocalypse dans la littérature contemporaine américaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page