Navigation – Plan du site

Laurie Lefebvre, Le mythe Néron. La fabrique d’un monstre dans la littérature antique (Ier  Ve s.)

Aurore Noirault
Le mythe Néron
Laurie Lefebvre, Le mythe Néron. La fabrique d'un monstre dans la littérature antique (Ier-Ve siècle), Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Archaiologia », 2017, 364 p., ISBN : 978-2-7574-1729-4.
Haut de page

Texte intégral

1Enseignante de lettres classiques, Laurie Lefebvre se propose d’étudier dans son ouvrage un empereur bien connu pour ses crimes, devenu une sorte de légende : Néron. C’est précisément cette notion de légende – et même de mythe – que l’auteure a décidé d’interroger. Il s’agit de comprendre, à travers son étude, si Néron a bien été tel que les sources antiques nous l’ont présenté. Force est de constater que l’histoire et la mémoire du dernier Julio-claudien ont fait l’objet de nombreuses réécritures qui présentent l’empereur comme le tyran-type.

2L’ouvrage se compose de six chapitres dans lesquels Laurie Lefebvre analyse la création de la légende de Néron, érigé en monstre absolu. Pour cela, elle s’adonne, dans le premier chapitre, à un long dépouillement des sources latines et grecques présentées de manière chronologique, résumées en grandes thématiques et retranscrites en annexes. Tous les crimes que ces sources imputent à Néron – cruauté, vie voluptueuse, amour des arts, parricides, incendie de Rome – sont autant de lieux communs qui permettent de l’associer à son oncle Caligula, autre tyran sanguinaire. Ces écrits créent autour du dernier Julio-claudien un mythe standardisé que les abréviateurs tardifs ont ainsi résumé : Néron est l’empereur histrion et matricide. C’est sur cette image que Laurie Lefebvre se propose de revenir dans les deux chapitres centraux de son étude qu’elle nomme « Néronologie structurale » et qui vise à comprendre la construction de la figure de Néron. Au cours de la démonstration, les sources ne sont pas traitées de manière chronologique mais bien de façon thématique. Tacite côtoie donc Jean Chrysostome ou Tertullien lorsqu’il s’agit de saisir quel tyran est Néron ; païens et chrétiens s’accordent sur la cruauté de l’empereur. Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont d’ailleurs une analyse de l’édification de Néron en contre-modèle, aussi bien dans la littérature antique païenne que chrétienne.

  • 1 Ces cinq années sont d’ailleurs discutées par la critique qui hésite à les situer soit au début du (...)
  • 2 Boudicca est la reine des Bretons qui dirige la révolte contre la domination romaine en 61 ap. J.-C

3Néron se présente d’abord comme l’antithèse du princeps, du chef d’État romain ; absent de la scène politique extérieure, il ne sème que la ruine à l’intérieur. La faute est rejetée en partie sur sa cruauté mais la principale cause de ses actions serait son manque d’éducation et son atavisme héréditaire : l’empereur manifeste les mêmes défauts que ses aïeux. Exception faite du quinquennium, concept utilisé par Aurelius Victor, abréviateur tardif, qui désigne cinq années du règne de Néron pendant lesquelles l’Vrbs n’aurait pas connu de ravages1, le règne de Néron est frappé d’infamie, précisément parce que ce dernier se prend pour un histrion, un citharède. Il est impensable pour un Romain qu’un homme, a fortiori un chef d’État, puisse s’adonner au chant et au théâtre, puisqu’il se voit dès lors privé de ses droits politiques et en partie de ses droits civils. Négation de la vertu virile romaine, Néron serait devenu ce que l’auteure nomme un « oxymore » (p. 115), dépourvu des qualités viriles que même les femmes ennemies de Rome, comme Bouddica2, possèderaient. Les auteurs antiques estiment également que la construction de la Maison Dorée est un autre symbole de honte publique, l’empereur élevant cet édifice sans aucune justification politique. Ce dernier devient le lieu de tous les scandales, dans lequel Néron conserve les œuvres d’art qu’il vole aux particuliers et aux temples, et avec lequel il défie la nature elle-même en introduisant en pleine ville la campagne et la forêt. Cette demeure contre-nature est ainsi à l’image de son règne, ce qui amène Laurie Lefebvre à faire le constat suivant : « Le personnage de Néron, débauché et efféminé, citharède et noceur, fastueux et dissipateur, n’a donc pas l’étoffe d’un princeps. À l’empereur dépravé s’ajoute un tyran cruel et sanguinaire : la figure du dernier Julio-claudien, conçue comme un anti-princeps, se présente aussi comme un facteur de destruction, un anti-pater, qui tue ses sujets et assoit son pouvoir sur une ville en cendres » (p. 138).

4Cette thématique de l’empereur qui sème la désolation sur son peuple et son empire intéresse particulièrement Laurie Lefebvre. En effet, elle consacre la deuxième moitié de son ouvrage à la figure du Néron-tyran issue du mélange de nombreux topoi empruntés en partie à la littérature grecque. Il met à mort les élites par vengeance personnelle, et non par nécessité politique, et s’entoure de personnages néfastes. À cela s’ajoute un nouveau thème dans la littérature chrétienne, celui de Néron primus persecutor des fidèles du Christ. Si les historiens remettent en cause ce fait, les auteurs antiques le considéraient comme avéré. Selon eux, Néron serait le premier à avoir persécuté les chrétiens, crime en lien avec un autre encore plus connu de l’empereur, l’incendie de Rome, en 64 ap. J.-C. Il fallait en effet trouver le coupable qui avait réduit la ville en cendres. Les chrétiens et leur « secte », pour reprendre les termes de Tertullien, qui commençaient à faire parler d’eux et à menacer la tranquillité impériale, se sont avérés de parfaites victimes à sacrifier. On retrouve là encore le topos du prince destructeur de sa cité. La culpabilité de Néron est aujourd’hui contestée mais elle ne faisait aucun doute dans l’Antiquité, sauf pour Tacite. Cet incendie n’est pas sans en rappeler d’autres, celui de Troie par les Grecs ou celui de Rome par les Gaulois. Il marque une avancée dans l’écriture de la légende néronienne : l’empereur devient un hostis de sa propre cité, un véritable ennemi, puisqu’il commet un crime d’ordinaire dévolu aux assiégeants d’une ville.

5Le portrait de Néron ne serait alors qu’une juxtaposition d’actes répréhensibles que d’autres figures tyranniques auraient commis avant lui ; tel est le postulat proposé par l’auteure à l’issue de sa « Néronologie ». Elle associe à chacun des crimes de Néron un modèle ancien ayant commis les mêmes scandales et atrocités. Pour ne prendre qu’un exemple, l’empereur rappelle par bien des aspects son auunculus, son oncle maternel, Caligula. L’inceste, les débauches nocturnes commises sous un déguisement, le pillage de temples, l’impiété, les exactions financières, l’amour pour les arts de la scène, les courses de char, le manque total de moderatio et de maîtrise de soi, le mépris du Sénat, la trahison des intérêts nationaux de Rome sont autant de crimes imputés à Caligula et reproduits par Néron. Ce rapprochement effectué par les auteurs antiques vise à rappeler le poids de l’hérédité sur le caractère tyrannique de Néron, transmis par son oncle, mais son oncle maternel. Cela constitue un habile moyen pour les Anciens d’accuser Agrippine à travers les méfaits de son fils. Outre les liens que l’on peut établir avec les figures tyranniques de l’histoire – parmi lesquelles figurent Xerxès, Cambyse, Tarquin le Superbe et Antoine -, la construction mythique de Néron proviendrait aussi de diverses sources littéraires, notamment du modèle tragique. Néron matricide serait un nouvel Oreste, même si le motif du crime est différent. Oreste venge son père en tuant Clytemnestre ; Néron se débarrasse d’une mère envahissante en faisant éliminer Agrippine. Il deviendrait alors un nouveau paradigme, un « hyperbarbare » selon l’auteure. Assimilé à la figure de l’étranger et à ses vices, les modèles littéraires font de lui une réminiscence du barbare oriental qui dépasse les modèles de ses ancêtres : il est encore plus cruel et débauché que ne l’ont été Antoine ou Caligula. Force est alors de constater avec Laurie Lefebvre que Néron est inclassable : le genre historique serait « inadéquat » (p. 240) pour dire ce qu’est Néron. De fait, ce dernier relève de plusieurs genres, comme la fabula, l’histoire inventée, la comédie, la farce ou encore la tragédie. Ce mélange des genres traduit donc la complexité de la figure néronienne ; il devient un monstrum littéraire, un monstre, un véritable adunaton que les auteurs ne peuvent – et ne veulent pas – dire ; unique en son genre, la cruauté de Néron est telle qu’elle en devient indicible. L’empereur « hyperbarbare » devient alors pour la rhétorique le modèle inversé de l’optimus princeps, du bon prince. Il est délibérément classé parmi les pessimi principes.

  • 3 Thyeste et Atrée sont deux frères ennemis. Parmi les crimes les plus connus, on peut se souvenir d’ (...)
  • 4 Comme Claude Aziza avec son Néron, le mal aimé de l’histoire, Paris, Éd. Gallimard, 2006, ou encore (...)

6Laurie Lefebvre conclut son ouvrage sur la vie de Néron devenue un véritable mythe, un canon littéraire. « Le Néron de la littérature » est un monstre dans tous les sens du terme : un être extranaturel qui ne laisse que souillure et impureté sur son passage, un monstre mythologique digne héritier des Atrides3, un être difforme et hideux qui répugne ceux qui le croisent. Il devient ainsi le monstre type, dont la légende évolue avec la permanence et la mutation de certains motifs. Par conséquent, le choix de l’auteure d’une présentation synchronique plutôt que diachronique peut surprendre. Le mythe n’est pas envisagé dans son évolution historique mais plutôt thématique. Une étude historique des transformations de la légende aurait peut-être permis de mieux comprendre le traitement opéré par les auteurs chrétiens qui ont fait de Néron l’Antéchrist, modèle de la bête dans le récit de l’Apocalypse. Le mythe Néron, construit depuis l’Antiquité, perdure encore dans la littérature contemporaine. La longue liste de ses crimes, fournie en annexe, laisse le choix aux auteurs qui voudraient encore écrire sur ce sujet. Sans pour autant prendre le contre-point et viser à le réhabiliter, ce que la critique commence de plus en plus à faire4, Laurie Lefebvre nous offre, à travers son étude, une analyse fine et perspicace de la légende ainsi recréée par les auteurs antiques du dernier Julio-claudien.

Haut de page

Notes

1 Ces cinq années sont d’ailleurs discutées par la critique qui hésite à les situer soit au début du règne de Néron, soit entre les années 60-65. En raison des problèmes de datation des abréviateurs, Laurie Lefebvre penche en faveur de la première hypothèse.

2 Boudicca est la reine des Bretons qui dirige la révolte contre la domination romaine en 61 ap. J.-C.

3 Thyeste et Atrée sont deux frères ennemis. Parmi les crimes les plus connus, on peut se souvenir d’Atrée qui tue les enfants de son frère afin de les lui servir en repas. La famille est maudite. Les descendants d’Atrée sont en effet marqués du sceau de la fatalité : Agamemnon est assassiné par sa femme Clytemnestre, son fils Oreste devient matricide, avec l’aide de sa sœur Electre.

4 Comme Claude Aziza avec son Néron, le mal aimé de l’histoire, Paris, Éd. Gallimard, 2006, ou encore Richard Holland avec Nero, the man behind the myth, Sutton Publishing, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Noirault, « Laurie Lefebvre, Le mythe Néron. La fabrique d’un monstre dans la littérature antique (Ier  Ve s.) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 février 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24194

Haut de page

Rédacteur

Aurore Noirault

Agrégée de lettre classiques, enseignante au lycée La Fontaine de Château-Thierry.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page