Navigation – Plan du site

Bernard Müller, Caterina Pasqualino, Arnd Schneider (dir.), Le terrain comme mise en scène

Baptiste Pizzinat
Le terrain comme mise en scène
Bernard Müller, Caterina Pasqualino, Arnd Schneider (dir.), Le terrain comme mise en scène, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Nouvelles écritures de l'anthropologie », 2017, 182 p., ISBN : 978-2-7297-0930-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Foster Hal (1995), « Portrait de l’artiste en ethnographe », in Le Retour du réel. Situation ac (...)
  • 2 Cf. Piasere Leonardo, L’Ethnographe imparfait. Expérience et cognition en anthropologie, Paris, Édi (...)

1Cet ouvrage collectif a pour ambition de questionner certaines modalités pratiques de l’enquête anthropologique à l’aune de ce que ses directeurs nomment le « tournant artistique » (p. 10) de la discipline. Répondant en miroir à l’article ayant fait date de l’historien et critique d’art Hal Foster1, dans lequel ce dernier fustigeait aussi bien la prétention des artistes à se faire ethnographe que le « désir d’artiste » des anthropologues, les contributeurs de ce volume entendent moins affirmer un tel désir que souligner la portée potentiellement heuristique d’un véritable dialogue entre les disciplines artistiques et scientifiques. Comme l’indiquent Müller, Pasqualino et Schneider dans leur introduction, il s’agit d’assumer pleinement la « dimension créative » du travail de recherche, de même que « la part de bricolage » que ce dernier implique, « laissant apparaître les processus de fabrication, avec leur intensité émotionnelle, les doutes théoriques et les errances » (p. 7). La posture de recherche défendue ici relève plus du modèle de l’« ethnographe imparfait »2 que des dogmes scientistes du paradigme positiviste. Sous ce rapport, les dix contributions rassemblées se déclinent principalement autour des points suivants : réfléchir aux apports des pratiques artistiques quant au renouvellement de l’anthropologie ; penser le terrain comme un espace participatif et collaboratif ; mettre à l’épreuve du travail ethnographique un certain nombre de notions empruntées au champ des arts, telles les notions de performance, de mise en scène ou encore de drame. Si chacune de ces contributions illustre l’un ou l’autre de ces points, la plupart, toutefois, les combinent.

  • 3 Cf. aussi sur ces questions l’article de Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag : « La sociologie filmiq (...)

2Il en est ainsi du premier texte ouvrant ce volume, dans lequel l’anthropologue Caterina Pasqualino et l’artiste visuelle Chiara Ambrosio reviennent sur la genèse de leur film Tierra inquieta (Terre agitée). Le film met en scène une performance théâtrale évoquant un rituel créé en collaboration avec des chômeurs de longue durée d’un quartier de Grenade, en Espagne, où ces derniers ont réussi à occuper une décharge illégale pour en faire un jardin potager communautaire. L’anthropologue et l’artiste s’emparent ici de la fiction cinématographique pour explorer la vivacité émotionnelle d’une mémoire collective enfouie au cœur de cette terre agitée sur laquelle habitent les protagonistes, et par laquelle ils sont à leur tour profondément habités. Sur cette terre agitée, la caméra permet ainsi de faire surgir l’indicible, de libérer le témoignage des souffrances vécues, qu’elles soient liées à la récente crise économique traversant le pays ou à la mémoire encore très présente de la guerre civile. Le dispositif cinématographique devient ici bien plus qu’un simple instrument de recueil de données, mais bien un instrument de connaissance ne sacrifiant rien de l’expérience des acteurs, tout en éclairant sous un jour nouveau, via un mode de restitution encore largement inexploré, la valeur et le sens de leur démarche3.

3Ce travail original vient appuyer la thèse que défendent notamment Morad Montazami et George E. Marcus dans leurs contributions respectives, selon laquelle la rencontre de l’art et de l’anthropologie peut s’avérer un levier réflexif particulièrement efficace dès lors qu’il s’agit de questionner, selon les mots de Montazami, « le rapport au savoir, sa mise en forme, et surtout les soubassements politiques qui le travaillent (la place de l’autre dans la constitution de ce savoir) » (p. 111). En contre-pied du scepticisme acerbe de Foster, Marcus rappelle de son côté que c’est bien l’importation dans le champ artistique du travail expérimental de terrain, et l’usage qu’en font alors certains artistes, qui permettent aujourd’hui aux anthropologues de redéfinir leur propre pratique.

  • 4 Cf. Chauvier Éric, Anthropologie, Paris, Allia, 2006.
  • 5 Chauvier Éric, Les Mots sans les choses, Paris, Allia, 2014.

4C’est ainsi que la rencontre avec l’artiste Robert Milin, en 2008, est l’occasion pour Éric Chauvier de revenir sur les passerelles pouvant exister entre la démarche de l’artiste et celle de l’anthropologue, envisagés tous deux ici comme « agents perturbateurs ». Pour l’un comme pour l’autre, il s’agit en effet de créer et de mettre en scène, in situ, des « zones d’étrangeté », à la manière des breaching experiments de l’ethnométhodologie, puis d’explorer ces états « où le malaise devient un élément heuristique » (p. 142), révèle quelque chose d’une situation sociale donnée. Ainsi de l’œuvre de Robert Milin intitulée Mon prénom signifie septembre (2009) qui, par un usage détourné des panneaux de signalétique urbaine, sur lesquels l’artiste a remplacé des mots tels que « Bureaux » ou « Police » par des phrases recueillies auprès des habitants, crée ce qu’Éric Chauvier appelle de son côté une « familiarité rompue »4, autrement dit une brèche dans le cours ordinaire des choses, qui dans ce cas précis va notamment questionner la place singulière des habitants dans cet environnement urbain fonctionnel et peu stimulant. L’artiste comme l’anthropologue jouent ici les troubles fêtes pour mieux nous rappeler que c’est aussi « en cassant l’ambiance que le sens apparaît »5.

5S’il s’agit de souligner « le potentiel des collaborations dialogiques entre l’art et l’anthropologie » (p. 55), Arnd Schneider nous invite également à prendre en considération certaines limites. Partant d’un terrain ethnographique effectué à Corrientes, en Argentine, où l’anthropologue a invité des artistes de la région à participer à une fête religieuse, ce dernier attire notre attention sur les frictions qui peuvent se faire jour du fait des inégalités existantes entre les partenaires, « dont la formation, la culture et le milieu économique » peuvent être différents, « et qui par conséquent ne nourrissent pas les mêmes attentes » (p. 70). Seule une écoute attentive et un respect mutuel des uns et des autres pourront permettre de redéfinir les possibilités d’un dialogue constructif qu’il s’agira, là encore, de mettre en scène. La fragilité de ce type de partenariat nous rappelle au fond qu’aucun terrain n’existe ex nihilo, mais est une création collective dont le chercheur n’est jamais qu’un acteur parmi d’autres.

  • 6 Ainsi que le soulignait, entre autres, le sociologue Peter L. Berger il y a déjà longtemps. Voir no (...)
  • 7 Ibid., p. 201-203. Berger analyse ici plus spécifiquement le cas de la peine de mort.
  • 8 Voir notamment à ce propos l’article de Fabian : « Theater and Anthropology, Theatricality and Cult (...)

6C’est dire aussi combien la réalité sociale elle-même, telle que l’appréhende ici chaque auteur à sa manière, est avant tout le produit d’une « création dramaturgique », dont les ressorts relèvent plus de conventions théâtrales, au sens goffmanien, que d’un ordre naturel immuable6. Ce point est plus spécifiquement illustré par la contribution d’Ariane Monnier qui, à l’instar d’un Peter Berger analysant le degré de mauvaise foi nécessaire au bon déroulement de la fiction juridique7, montre tout le « drame » qui peut se jouer dans une salle d’audience lors d’un procès d’assises, durant lequel la façon de mettre en scène les faits pour mieux les reconstituer n’est pas sans exploiter, intentionnellement ou non, des ressorts dramatiques dignes du théâtre. On comprend alors l’importance et l’intérêt que peuvent prendre ici des notions empruntées au vocable théâtral, comme la notion de « performance », sur laquelle Johannes Fabian, auteur du célèbre Time and the Other : How Anthropology Makes Its Object (1983), revient en épilogue de cet ouvrage à partir d’une lecture de sa propre trajectoire au sein de la discipline. L’anthropologue en vient notamment à défendre l’idée que la plupart des choses qu’un chercheur peut « apprendre à propos d’une culture ne proviennent pas de réponses à ses questions, mais des performances dont il se trouve être le déclencheur ou le prétexte » (p. 174), rejoignant en cela la proposition lancée à l’époque par Victor Turner de voir le chercheur comme un « ethnodramaturge », dont le rôle et la fonction n’est plus d’engranger de l’information, mais « de créer des occasions où puissent se produire des échanges significatifs »8.

  • 9 Cf. Becker S. Howard, « Théâtre et voix plurielles : Shaw, Churchill et Schawn », in Comment parler (...)
  • 10 Madec Annick, Enquêter en conversant, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales », 2015.

7C’est précisément ce rôle que Bernard Müller entend, pour sa part, prendre au pied de la lettre dans sa contribution autour d’une enquête préparatoire sur l’émergence d’un mouvement culturel afro-brésilien au Sud du Togo. La création d’une pièce de théâtre à laquelle participe l’anthropologue est l’occasion d’entamer un travail en commun autour d’enjeux sociaux et culturels plus larges, dont la compréhension repose en définitive sur l’existence d’un agencement de « voix plurielles9 » à l’égard duquel l’anthropologue n’est plus dans une position surplombante, mais dans lequel, au contraire, il « vient se fondre » (p. 81). Il s’agit ici de s’inscrire dans une démarche résolument collaborative, où l’on enquête en conversant10, dans la lignée de l’« anthropologie partagée » chère à Jean Rouch, dont Kathrin Oester et Bernadette Brunner consacrent un article éclairant en fin d’ouvrage à partir de leur propre travail sur le monde des adolescents en Suisse. De la même façon, c’est également en adoptant ce qu’il appelle un « regard rapproché » (p. 100) que Thierry Bonnot a pu saisir « les modalités d’attachement des acteurs » à la mise en scène annuelle du martyre d’Alise-Sainte-Reine dans le village du même nom. Comme le montre l’anthropologue dans sa contribution, ces modalités relèvent moins de la survivance d’une pratique religieuse ou d’une profession de foi que de la valeur collectivement accordée à un héritage culturel et à sa participation renouvelée sous forme de représentations théâtrales. Loin d’altérer l’objet de l’enquête, l’implication et la participation tous azimuts de l’anthropologue sur « son » terrain est au contraire ce qui a permis d’en révéler le caractère dynamique et évolutif.

  • 11 Voir notamment, à ce propos, Ingold Tim, Faire. Anthropologie, archéologie, art et architecture, Go (...)

8On l’aura compris, les chercheurs réunis ici nous invitent à rompre avec l’habitude d’une anthropologie unilatérale (où l’anthropologue se contente de séjourner quelque part, prendre ce dont il a besoin et rentrer chez lui pour élaborer « sa » connaissance) au profit d’une anthropologie participative et collaborative. Ils nous invitent à considérer le terrain non plus comme ce lieu où le chercheur se contenterait de glaner des données à son seul profit, mais comme un champ d’action créatif et expérimental, souvent fragmenté dans le temps et dans l’espace, au sein duquel des acteurs de diverses natures jouent une « performance » dont la « mise en scène » et la « dramaturgie » s’écrivent « à plusieurs voix ». L’ouvrage participe ainsi des débats qui animent aujourd’hui une partie de la discipline sur la façon de faire de l’anthropologie et sur l’importance de sortir des logiques institutionnelles de cloisonnement disciplinaire, qui tendent à brider l’imagination méthodologique comme la part de créativité du travail scientifique11. Le caractère exploratoire de l’ouvrage, dont ce compte rendu ne peut à l’évidence donner toutes les clés ni rendre pleinement justice au contenu de chacune des contributions, est aussi ce qui en fait sa richesse et son intérêt, dans un contexte où nombre de chercheurs et d’artistes aspirent aujourd’hui à donner un second souffle à leur pratique en s’inscrivant en contre-pied des routinisations du monde académique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Foster Hal (1995), « Portrait de l’artiste en ethnographe », in Le Retour du réel. Situation actuelle de l’avant-garde, Cantraine Yves, Pierobon Franck et Vander Gucht Daniel (trad.), Bruxelles, La Lettre volée, 2005, p. 213-248.

2 Cf. Piasere Leonardo, L’Ethnographe imparfait. Expérience et cognition en anthropologie, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Cahiers de L’Homme », 2010.

3 Cf. aussi sur ces questions l’article de Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag : « La sociologie filmique : écrire la sociologie par le cinéma ? », L’Année sociologique, 2015/1 (Vol. 65), p. 71-96.

4 Cf. Chauvier Éric, Anthropologie, Paris, Allia, 2006.

5 Chauvier Éric, Les Mots sans les choses, Paris, Allia, 2014.

6 Ainsi que le soulignait, entre autres, le sociologue Peter L. Berger il y a déjà longtemps. Voir notamment : Invitation à la sociologie (1963), Merllié-Young Christine (trad.), Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2013, p. 161-191.

7 Ibid., p. 201-203. Berger analyse ici plus spécifiquement le cas de la peine de mort.

8 Voir notamment à ce propos l’article de Fabian : « Theater and Anthropology, Theatricality and Culture », Research in African Literatures, vol. 30, n°4, p. 24-31.

9 Cf. Becker S. Howard, « Théâtre et voix plurielles : Shaw, Churchill et Schawn », in Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Merllié-Young Christine (trad.), Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2009, p. 216-233.

10 Madec Annick, Enquêter en conversant, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales », 2015.

11 Voir notamment, à ce propos, Ingold Tim, Faire. Anthropologie, archéologie, art et architecture, Gosselin Hervé et Afeissa Hicham-Stéphane (trad.), Bellevaux, Éditions Dehors, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Pizzinat, « Bernard Müller, Caterina Pasqualino, Arnd Schneider (dir.), Le terrain comme mise en scène », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 février 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24197

Haut de page

Rédacteur

Baptiste Pizzinat

Docteur en sociologie de l’EHESS. Chercheur associé au centre Imaginaire et Socio-Anthropologie de l’Université Grenoble Alpes (UMR5316 LITT&ARTS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page