Navigation – Plan du site

Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993

Nathanaël Colin-Jaeger
Anthropologie économique
Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993, Paris, Raisons d'agir, Seuil, 2017, 344 p., ISBN : 978-2-02-137596-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Bourdieu Pierre, Contre-feux, Paris, Raison d’agir, 1998 ; on peut aussi se référer à son arti (...)

1La théorie du choix rationnel est-elle adéquate pour décrire le monde social ? Cet ouvrage de Pierre Bourdieu pose la question de l’anthropologie économique endossée par les sciences économiques standards, celles qui considèrent que les individus ont des préférences fixes et que leurs choix maximisent leur fonction d’utilité. Cette parution continue l’entreprise de publication des cours que Pierre Bourdieu a donnés au Collège de France entre 1981 et 2001. Après Science de la science et réflexivité (2001), Sur l’État (2012), Manet, une révolution symbolique (2013), puis Sociologie générale I et II en 2015 et 2016, paraît donc le cours donné entre 1992 et 1993, initialement intitulé : « Les fondements sociaux de l’action économique ». Anthropologie économique consiste en la transcription de neuf séances au Collège de France, précédée d’une introduction des éditeurs, Patrick Champagne et Julien Duval, et suivie d’une note sur la « situation du cours » dans l’économie générale des travaux de Pierre Bourdieu, écrite par Julien Duval. Cette note est très utile pour faire le lien entre le cours de Bourdieu et ses travaux ultérieurs1, notamment sur le concept de néolibéralisme. La postface très intéressante de Robert Boyer, économiste fondateur de la théorie de la régulation, propose une utilisation de la théorie bourdieusienne pour des analyses en marge de la théorie économique dominante.

  • 2 Voir Granovetter Mark, « Economic action and social structure: the problem of embeddedness », Ameri (...)
  • 3 Voir les travaux d’ethnologie kabyle bien connus, par exemple : Bourdieu Pierre, Algérie 60. Struct (...)
  • 4 Définie par Bourdieu comme la théorie qui place au principe de l’action des intentions conscientes (...)
  • 5 Qui s’oppose explicitement à Bourdieu, voir Elster Jon, « Le pire des mondes possibles. À propos de (...)
  • 6 Voir Becker Gary, The economic approach to human behavior, Chicago, Chicago University Press, 1976.
  • 7 Prix de la banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel.

2Ce qui motive ce cours tient à deux choses, qui ne sont pas nouvelles dans le travail du sociologue. D’une part, Bourdieu souhaite donner corps à son intérêt continu pour les objets qu’on appelle de « sociologie économique » depuis les années 19802 : l’épargne, le crédit et le travail3. D’autre part, il cherche à réfuter la théorie de l’action rationnelle4 développée et soutenue par l’École de Chicago, mais aussi par des philosophes de l’économie comme Jon Elster5. Cette théorie de l’action rationnelle connaît justement une consécration l’année du cours de Bourdieu puisque Gary Becker, connu pour son application6 des principes de l’analyse économique à des questions auparavant dévolues à la sociologie, reçoit le Prix Nobel d’économie7. Bourdieu identifie dans cette théorie une réponse à la question des fondements anthropologiques de l’action qui va au-delà du cadre strictement économique. Il la considère comme une théorie intellectualiste, plaçant au principe de l’action des calculs rationnels et des intentions conscientes. Est ainsi identifiée une anthropologie spécifique à l’approche économique dominante, dite néoclassique. Le problème qui motive l’ouvrage n’est pas uniquement théorique — une critique de la théorie de l’action — mais aussi institutionnel, dans la mesure où l’économie «  se présente comme la science générale des pratiques humaines » et que de ce fait elle «  envahit, entre autres, le terrain de la sociologie, de l’anthropologie » (p. 14).

3Bourdieu se donne donc pour objectif de poser les problèmes de l’économie dans des termes nouveaux. Le propos qu’il annonce, « dégager les fondements cohérents de la conduite économique » (p. 11), est ambitieux : il s’agit bien de réintégrer les conduites économiques dans le cadre d’une économie symbolique en défendant une anthropologie radicalement différente de l’anthropologie économique. En pointant les failles et les incomplétudes de la théorie économique dominante, Bourdieu entend montrer que ses propres concepts, notamment de champ et d’habitus, sont plus à même d’en traiter les objets économiques de façon pertinente.

  • 8 Derrida Jacques, Donner le temps. 1. La fausse monnaie, Paris, Galilée, 1991.

4Bourdieu commence par réhistoriciser les agents et les univers économiques. Discutant les textes bien connus de Mauss, de Levi-Strauss, mais aussi de Derrida8 concernant le don, il démontre que l’économie du « donnant-donnant », à savoir l’économie de calcul que nous pratiquons aujourd’hui, n’est qu’une fiction bien fondée, c’est-à-dire une production historique particulière se donnant à penser comme universelle. Le monde précapitaliste subsiste malgré tout grâce à une économie des biens symboliques : le système du don et du contre-don. Celui-ci ne peut être assimilé à un système de crédit du fait que les agents se masquent la vérité objective de ce qu’ils font, donner pour recevoir, pour penser leur don comme inconditionnel. Bourdieu met alors au jour la genèse non économique des dispositions économiques. Se référant à Mauss, il rappelle la distinction qu’opéraient les Romains entre les droits personnels et les droits réels, qui implique une distinction entre l’obligation morale et le contrat, et donc la différence entre des rites, des droits et des intérêts. Cet exemple induit qu’il y a des conditions historiques, et ici juridiques, à la constitution de l’intérêt économique. Dans un second temps, le sociologue montre pourquoi l’approche purement économique, et notamment celle de Becker, doit être complétée par une approche symbolique, ou une économie des biens symboliques, c’est-à-dire une économie fondée sur les rapports de distinction entre différents groupes sociaux, qui est justement celle qu’il développe dans La Distinction. Cela donne lieu à une discussion plus précise des textes de sciences économiques, notamment l’article de Becker et Stigler « De Gustibus non est disputandum », qui énonce que les individus possèdent des préférences stables. Pour Bourdieu, ce texte est caractéristique de l’approche de Chicago en ce qu’elle oublie que les préférences des agents sont le produit de conditions sociales. Pour comprendre une décision de consommation, il ne faut pas seulement se fonder sur les préférences des agents, mais saisir la genèse de ces dispositions. Le choix du vêtement est ainsi soumis à un système de dispositions qui l’oriente, notamment le rapport au corps, à la sexualité ou à la cosmétique, dispositions qui varieront radicalement en fonction de la situation de l’agent.

  • 9 Ce travail a donné lieu à l’article de Bourdieu Pierre, « Le champ économique », Actes de la recher (...)
  • 10 On peut renvoyer ici à Bourdieu Pierre, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000 ; (...)

5Une des grandes conclusions de Bourdieu est ainsi d’énoncer que « la vision économique qui porte à penser que l’impérialisme du marché a noyé peu à peu toutes les régions de la pratique humaine est profondément fausse » (p. 135). Il y a pour lui des conditions historiques à la théorie pure, abstraite et anhistorique, dont l’exemple paradigmatique est la théorie de l’équilibre général issue des travaux de Walras, tout comme il existe des conditions économiques à la conduite rationnelle. En outre, la théorie pure et l’analyse des comportements économiques ne suffisent pas à bien saisir ce qui se passe dans des actes économiques comme la consommation ni à rendre compte de l’intégralité des pratiques sociales. Par exemple, il est malvenu de marchander dans certaines relations, comme les relations amoureuses, familiales ou encore médicales (les dons d’organe notamment). Cette faille importante nécessite de retravailler le cœur de l’anthropologie économique. Bourdieu s’attaque ainsi au noyau de l’économie néoclassique, qu’il résume ainsi : « des agents isolés régulés ou réglés par un marché instantané qui est défini comme un lieu de formation des prix » (p. 155). Le sociologue interroge alors deux concepts : d’une part, celui de l’individu comme homo economicus, d’autre part, celui de marché, qu’il substitue au concept de champ. Le marché est ainsi défini comme un « champ de luttes pour transformer le champ de forces dans lequel chacun des agents met en jeu la force qu’il détient dans le rapport de force pour le conserver ou le transformer »9 (p. 180). Cette approche conduit à abandonner l’idée d’un marché pur et parfait, abstrait comme dans le modèle d’Arrow-Debreu, pour privilégier une définition opératoire, capable de fonder des enquêtes empiriques spécifiques10. Enfin, Bourdieu substitue à l’agent économique anhistorique et abstrait, capable d’anticipations rationnelles, l’agent doté d’un habitus, habitus produit par la confrontation permanente de l’individu biologique aux régularités des champs dans lesquels il se situe. Cette vision permet d’opérer des anticipations raisonnables, ajustées aux chances objectives de l’agent en situation. On change ainsi radicalement d’anthropologie en analysant les individus non plus comme des calculateurs abstraits, mais comme des agents sociaux dont les catégories de perception et les formes de sensibilité sont socialement constituées par l’intériorisation des structures objectives dans lesquelles ils sont engagés.

  • 11 Voir Gautié Jérôme, « L’économie à ses frontières (sociologie, psychologie). Quelques pistes. », Re (...)
  • 12 Dupuy Jean-Pierre et al., « Économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n° 2, 1989. Le n (...)

6Ce cours de Pierre Bourdieu consacré à l’anthropologie économique constitue ainsi un ouvrage central pour qui s’intéresse aux rapports entre sociologie et économie, et notamment aux fondements de l’action économique. De plus, il présente un intérêt majeur pour qui souhaite comprendre les prises de position de l’auteur à la fin des années 1990, et notamment sa critique du néolibéralisme comme application des modèles néoclassiques à la réalité. On peut néanmoins regretter que le propos de Bourdieu passe par une représentation un peu réductrice de ce qu’il nomme anthropologie économique, en la condamnant à un atomisme extrême. De ce fait, il est conduit à amalgamer des productions scientifiques très différentes, comme celles de Samuelson et Arrow, avec celles de Becker et Stigler. Les conceptions de l’individu, du marché et les recommandations politiques que ces auteurs tirent de leurs travaux sont pourtant très différentes. De la même façon, Bourdieu semble ignorer la littérature, déjà fournie à son époque, qui tente de résoudre le problème de l’endogénéisation des préférences11. La théorie des jeux est ainsi de façon exemplaire reléguée au statut de théorie ad hoc destinée à sauver du naufrage l’anthropologie économique qu’il vise. Enfin, seules des allusions sont faites aux développements contemporains en économie des conventions12, qui portent pourtant sur des problématiques très proches de celles traitées ici par Bourdieu. Les réserves que l’on peut avoir quant au propos demeurent cependant mineures face aux qualités de l’analyse développée dans cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Voir Bourdieu Pierre, Contre-feux, Paris, Raison d’agir, 1998 ; on peut aussi se référer à son article paru dans Le Monde diplomatique, « L’essence du néolibéralisme », mars 1998.

2 Voir Granovetter Mark, « Economic action and social structure: the problem of embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, n° 3, 1985, p. 485-510.

3 Voir les travaux d’ethnologie kabyle bien connus, par exemple : Bourdieu Pierre, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Minuit, 1977.

4 Définie par Bourdieu comme la théorie qui place au principe de l’action des intentions conscientes et des calculs rationnels, celle-ci est vue par l’auteur comme la théorie anthropologique caractéristique de l’approche économique (p. 14).

5 Qui s’oppose explicitement à Bourdieu, voir Elster Jon, « Le pire des mondes possibles. À propos de La Distinction de Pierre Bourdieu », Commentaire, n° 19, 1982, p. 442-451.

6 Voir Becker Gary, The economic approach to human behavior, Chicago, Chicago University Press, 1976.

7 Prix de la banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel.

8 Derrida Jacques, Donner le temps. 1. La fausse monnaie, Paris, Galilée, 1991.

9 Ce travail a donné lieu à l’article de Bourdieu Pierre, « Le champ économique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 119, 1997, p. 48-66.

10 On peut renvoyer ici à Bourdieu Pierre, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000 ; l’auteur y étudie le marché des maisons individuelles par ce concept.

11 Voir Gautié Jérôme, « L’économie à ses frontières (sociologie, psychologie). Quelques pistes. », Revue économique, vol. 58, n.4, 2007, p. 927-939. On peut aussi regarder Swedberg, Richard, Economics and sociology, Princeton, Princeton University press, 1990.

12 Dupuy Jean-Pierre et al., « Économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n° 2, 1989. Le numéro entier est consacré au sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathanaël Colin-Jaeger, « Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24200

Haut de page

Rédacteur

Nathanaël Colin-Jaeger

Doctorant en philosophie à l’ENS de Lyon, laboratoire Triangle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page