Navigation – Plan du site

Béatrice Galinon-Mélénec, L’Homme-trace. Des traces du corps au corps-trace

Hélène Pétry
L'Homme-trace
Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L'Homme-trace. Des traces du corps au corps-trace, Paris, CNRS, 2017, 415 p., ISBN : 9782271114174.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Galinon-Mélénec Béatrice (dir.), L’Homme-trace. Perspectives anthropologiques des traces humaines c (...)

1C’est un projet ambitieux que cet ouvrage collectif issu du laboratoire Human-trace complex system de l’Unesco, quatrième volume de la série « L’Homme-trace »1. Pour penser les systèmes complexes, les auteurs, issus de diverses disciplines (sciences sociales, biologie, TIC, entre autres) proposent d’éclairer l’être humain à la lumière du concept de « trace ». Dans cette approche, « l’humain […] est conçu comme étant construit par les traces de ses interactions avec son environnement, quelle qu’en soit la nature ; l’environnement portant en retour les traces des actions humaines, les deux rétroagissant dans une logique systémique » (p. 9).

2Or, comme le rappellent Anne Pajard et Bruno Ollivier dans leur article « Traces et légitimation du passé : des objets aux corps », tout fait trace : « les animaux, les plantes, les événements climatiques, géologiques… La trace renvoie au mouvement permanent du monde au-delà de toute stabilité apparente » (p. 372). Et c’est bien ce qui fait la richesse et la fertilité du concept, autant que son risque de dissolution. Regarder l’être humain au prisme de la trace, c’est voir le palimpseste de mémoires dont est fait chaque individu et chaque groupe social, et voir aussi en chacun une infinité de signes potentiels, qui s’actualisent dès lors que quelqu’un, ou quelque chose, les perçoit comme signifiants.

3Le thème du corps, choisi pour ce quatrième volume, est un sujet sur lequel les productions scientifiques se sont intensifiées au cours de dix dernières années, et qui s’inscrit dans une contemporanéité où les technologies surveillent, augmentent ou remplacent les corps, et où une partie de la science cherche à dépasser les scissions entre corps et esprit et entre soi l’autre, profondément ancrées dans la culture occidentale. Les arguments introductifs de Béatrice Galinon-Mélénec et Daiana Dula offrent une base conceptuelle solide pour entrer dans la lecture de ce volume, y compris pour les lecteurs qui n’ont pas connaissance des travaux antérieurs du programme de recherche. Les 17 articles, dans lesquels le concept de trace est compris et articulé de diverses manières par les auteurs, sont organisés en trois grandes parties.

4La première partie, « Signes-traces du corps et médiations technologiques », regroupe : une réflexion sémiotique sur les dispositifs numériques qui qualifient certains objets comme traces ; une étude empirique à partir d’un système d’eye-tracking ; une mise en regard de l’informatique médicale et de la relation présentielle médecin-patient ; une analyse informatique des traces laissées et suivies par les fourmis (seuls corps non humains de l’ouvrage) ; une ethnographie du processus de deuil sur les pages Facebook d’un défunt ; et une définition du profilage informatique depuis le « web documentaire » (1.0) jusqu’au « web généticiel » (3.0) en passant par le « web situationniste » (2.0).

5Dans ce dernier article, Olivier Ertzscheid explore la notion de « profil » numérique dans l’héritage de la notion de « trace ». L’auteur explique qu’au cours des vingt dernières années d’expansion du web, trois types de profils – et donc de profilage – se sont succédé. Le premier est un profil documentaire, fondé sur la somme des traces documentaires produites et consultées par les internautes, le second est un profil identitaire, où les individus sont à la fois qualifiés et quantifiés par l’agrégation de différents types d’expression numérique (navigation sur le web, carte bleue, carte de transport, carte vitale, téléphones, etc.), le troisième est un profil algorithmique, qui combine aux deux profils antérieurs des informations volumétriques liées aux big data et permet à tous les pourvoyeurs de services numériques qui le souhaitent de prévoir les routines, habitus et opinions des usagers. La prochaine étape de l’évolution du web présentée dans l’article est celle de « l’internet du génome », « un projet dont l’objectif premier est de documenter chaque variation de chaque gène humain et de déterminer quelles sont les conséquences de ces différences » (p. 146). L’auteur questionne alors la captation et la mesure constante des corps et de leurs actions par les objets et dispositifs connectés, de plus en plus souvent à l’insu des utilisateurs (comme par exemple des appareils électroménagers ou même des vêtements équipés de capteurs), questionnement qui fait écho à l’article de Joël Colloc et Maud Bonnenfant dans la même partie, intitulé « Des traces humaines dans le Big Data : du diagnostic médical à la transduction machinique du corps ».

6La deuxième partie, « Le corps à corps de la trace », propose : une perspective psychanalytique de la trace ; une poétique anthropologique des traces mnésiques ; une étude empirique et philosophique sur la relation inter-corporelle thérapeute-client dans les processus de soin par le toucher ; une analyse du langage corporel mère-enfant en tant que trace communicante ; une interprétation figurative de la scène conviviale et gourmande ; et une recherche en immunologie sur les traces moléculaires de mémoire infectieuse aux échelles individuelle, familiale et humaine.

7Dans cette partie, sont développées des analyses mettant en avant la sensibilité humaine, y compris celle des auteurs. Dans son article intitulé « Les paradoxes de l’anamnèseur corporel : la relation interpersonnelle de soin basée sur le toucher », Fabienne Martin-Juchat explore comment des thérapeutes corporels (ostéopathes, chiropracteurs, etc.) parviennent, en touchant leurs clients, à capter « des flux de signes-traces » (p. 202) à partir desquels ils peuvent remettre leur corps en mouvement vers la santé, ou plutôt permettent au corps du client de se remettre en mouvement vers la santé. L’auteure montre que le toucher de ces praticiens est principalement intuitif, dans la mesure où s’instaure un dialogue entre les corps, qui s’informent directement l’un l’autre. Cette intelligence corporelle s’appuie donc sur les traces des blocages (référence au passé) pour permettre un changement (orientation vers l’avenir). D’une manière similaire, Véronique Thomas-Vaslin explique, dans sa contribution sur « Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps », comment les traces des pathologies passées (aux niveaux individuel, généalogique et sociétal) sont des traces-dynamiques qui agissent pour la santé future.

8La troisième partie, intitulée « l’instrumentalisation professionnelle des traces du corps », présente une analyse filmique d’un documentaire sur les patrons du CAC40 ; une mise en perspective historique des traces physiques des activités professionnelles ; une étude de nutrition partant des signes-traces mesurables pour rechercher des signes-traces subjectifs ; une mise en regard des processus traditionnels d’identification des personnes par leurs corps avec les procédés contemporains d’identification des migrants dans divers pays ; et une réflexion sur l’inscription corporelle du patrimoine culturel caribéen dans le refus du patrimoine matériel institutionnalisé.

9Dans son chapitre « L’identification et le corps du migrant : comment laisser des traces de présence physique dans un monde numérique », Claire Scopsi propose une étude diachronique des processus de surveillance et d’identification administrative des individus, depuis les premiers fichiers policiers jusqu’aux techniques les plus récentes. L’auteure articule son travail autour de trois procédés fondamentaux : l’identification par ce que l’on est (filiation, description physique, photos, biométrie), l’identification par ce que l’on porte (symbole, document ou objet officiel), et l’identification par ce que l’on sait (informations secrètes, mot de passe, question test). L’auteure conclut son article en formulant une inquiétude relative à l’identification des individus par la numérisation de leurs corps (puces électroniques sous peau, reconnaissance d’iris ou de pouce), thème qui revient plusieurs reprises au cours de l’ouvrage.

10L’œuvre dans son ensemble remporte son pari de montrer la centralité heuristique du concept de trace pour comprendre l’humain de manière complexe, systémique et transdisciplinaire. Elle va même au-delà, en introduisant les lecteurs à une grande pluralité de thèmes et de familles scientifiques ; elle met en exergue à partir de l’humain une dynamique de mémoire collective et environnementale commune au vivant, dans lequel le tout est présent dans chacune des parties. Seuls quelques articles donnent l’impression soit d’un travail antérieur adapté au concept de trace pour la publication, soit d’un exercice de style à partir de la trace, qui fonctionne porté par une belle écriture et un beau sujet, même si l’on perd la trace.

11Au-delà de cette critique mineure, une interrogation plus profonde peut surgir sur le choix du vocable français « Homme-trace » comme paradigme central de la série d’ouvrages. Pourquoi avoir choisi le terme « homme » pour parler de l’humain ? Les lecteurs savent que c’est une signification possible du substantif, mais dans une recherche de cette ampleur vouée à la trace, le paradigme central ne mériterait-il pas en premier lieu d’être examiné en tant que trace, « c’est-à-dire comme signe qui intègre l’origine de sa production et de son interprétation » (p. 10) ? On y trouverait alors, comme l’on fait les linguistes depuis quelques décennies, la trace d’une époque fort étendue où le discours philosophique, puis scientifique était dans son écrasante majorité le fait d’hommes, et non de femmes. Pour ces locuteurs masculins, la femme pouvait être implicite, sous-entendue au deuxième plan derrière l’intérêt de premier ordre de connaître et de comprendre l’homme. Les études féministes ont été sur ce point plus promptes dans le monde anglophone que dans le monde francophone à s’opposer au prolongement de cette inégalité conceptuelle, puisque l’emploi de « Man » pour « human » y est tombé plus rapidement en désuétude dans le discours scientifique – comme en témoigne, au-delà des questions de sonorité, le choix du vocable anglais « Human-trace », littéralement « trace humaine », dans ce même programme de recherche.

  • 2 Varela Francisco, Thompson Evan, Rosch Eleanor, L’inscription corporelle de l’esprit, Paris, Seuil, (...)
  • 3 Wilson Robert A. et Foglia Lucia, « Embodied Cognition », in Edward N. Zalta (dir.), The Stanford E (...)
  • 4 Galinon-Mélénec Béatrice, « The future of the “Homme-trace” », Netcom, vol. 28, n° 1-2, 2014, en li (...)

12Enfin, dans ce volume sur le corps, on peut être surpris par l’absence de contribuions dans le champ de la cognition incorporée (embodied cognition), même si certains ouvrages de référence dans ce domaine sont cités, comme celui de Varela2. Ce champ de recherche trans- et pluri-disciplinaire, foisonnant en langue anglaise3 mais peu présent dans la recherche francophone, met le corps au centre de la cognition humaine dans une approche holistique, systémique et phénoménologique tout à fait cohérente avec celle présentée dans cet ouvrage. Béatrice Galinon-Mélénec y fait d’ailleurs référence dans une autre publication4. C’est néanmoins la sensation générale d’un apport paradigmatique important qui prévaut au terme de cette lecture, et qui promet que cette rencontre se développera très prochainement. Peut-être est-ce déjà prévu dans le cadre d’un cinquième volume en préparation ?

Haut de page

Notes

1 Galinon-Mélénec Béatrice (dir.), L’Homme-trace. Perspectives anthropologiques des traces humaines contemporaines (tome I), Paris, CNRS Éditions, 2011 ; Galinon-Mélénec Béatrice, Zlitni Sami (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation (tome II), Paris, CNRS Éditions, 2013 ; Galinon-Mélénec Béatrice, Lienard Fabien, Zlitni Sami (dir.), L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques (tome III), Paris, CNRS Éditions, 2015.

2 Varela Francisco, Thompson Evan, Rosch Eleanor, L’inscription corporelle de l’esprit, Paris, Seuil, 1999.

3 Wilson Robert A. et Foglia Lucia, « Embodied Cognition », in Edward N. Zalta (dir.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Spring 2017 Edition, 8 décembre 2015, en ligne ; https://plato.stanford.edu/archives/spr2017/entries/embodied-cognition/.

4 Galinon-Mélénec Béatrice, « The future of the “Homme-trace” », Netcom, vol. 28, n° 1-2, 2014, en ligne : http://journals.openedition.org/netcom/1554.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Pétry, « Béatrice Galinon-Mélénec, L’Homme-trace. Des traces du corps au corps-trace », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24203

Haut de page

Rédacteur

Hélène Pétry

Hélène Pétry est sociologue et ses recherches portent sur les relations d’apprentissage. Depuis 2013 elle est professora adjunta (équivalent à maître de conférences) à l’Universidade Federal Fluminense (UFF), dans l’état de Rio de Janeiro au Brésil, où elle se dédie à la formation des professeurs de sociologie dans une approche corporelle et non violente.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page