Navigation – Plan du site

Alban Gautier, Beowulf au Paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge

Valentin Potier
Beowulf au paradis
Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l'Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », 2017, 800 p., ISBN : 9791035100414.
Haut de page

Texte intégral

1Auteur de nombreuses publications ces dernières années portant essentiellement sur le monde médiéval anglo-saxon, Alban Gautier livre en 2017 une version à peine retouchée de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches qu’il a soutenu l’année précédente. Le résultat donne près de 700 pages (sans compter les annexes) d’une densité notable sur la notion de « bon païen » en Europe du Nord, c’est-à-dire l’Irlande, l’Angleterre, les régions scandinaves et les franges du monde franc (Saxe et Frise). Son périple le mène entre le Ve siècle et début du XIIe – guère plus loin car les sources connaissent alors un profond changement, à savoir la multiplication des sources disponibles et la transformation du regard porté sur les païens. On se réjouit cependant que le premier chapitre pose les bases de la réflexion à l’époque tardo-antique, revenant notamment sur les réflexions de Grégoire le Grand et de saint Augustin ; de même, plusieurs éléments au cours de la réflexion expliquent ce qu’il se passe ensuite, en aval de la période étudiée, en premier lieu l’intérêt que des théologiens comme Abélard (assez positif à leur égard) ou Thomas d’Aquin portent à la question du paganisme. Ces pistes d’analyses sur les périodes qui encadrent la chronologie choisie par Alban Gautier permettent de mettre en perspective bien des points de vue tenus par les auteurs étudiés. Beaucoup par exemple se réclament de l’augustinisme, selon lequel, si on peut accorder aux païens le bénéfice de bien des vertus, leur « sauvetage » est impossible. Comprendre ces bases théoriques aide à saisir la pensée diffuse des sources analysées.

  • 1 En particulier, lire John R.R Tolkien, « Beowulf : the monsters and the critics », rééd. dans id., (...)

2Le travail entrepris par Alban Gautier, bien que partiellement défriché sur certains points par des historiens et linguistes anglo-saxons comme John .R.R Tolkein1, est considérable ; en effet, non seulement l’auteur s’est attaque à un cadre chronologique et géographique assez large, mais en plus, il lui faut définir cette notion restée assez obscur jusqu’alors : l’idée même de bon païen. Le bon païen est un non chrétien qui fait l’objet d’un discours positif explicite au Moyen Âge, sans pour autant qu’il soit nécessairement sauvé et que sa place au Paradis soit gagnée – les élus sont rares, rappelle l’auteur (p. 15). La définition est complexe car beaucoup de païens peuvent se convertir au cours de leur vie et quitter la noirceur du paganisme ; d’un point de vue analytique, ils relèvent alors de la catégorie des préchrétiens. C’est pourquoi la plupart des études menées dans ce travail de longue haleine se concentre sur des ancêtres dont le paganisme était notable (beaucoup n’ont pas connu l’époque du Christ, ou à peine).

3Il n’est guère possible de restituer de façon linéaire la densité de l’ouvrage (dont la logique du plan paraît assez confuse). C’est pourquoi nous choisissons plutôt d’évoquer quelques points essentiels développés par l’auteur.

4Alban Gautier constate avec intérêt que les bons païens ne se trouvent pas de façon homogène dans toutes les régions étudiées. En effet, si en Irlande une dizaine de païens, glorieux rois et guerriers du passé, sont sauvés par les saints tels que Patrick, il n’en est pas de même dans les autres régions observées. Un chapitre entier vise par exemple à démontrer que ces bons païens sont absents des marges du royaume franc. Les raisons qui expliquent qu’une région mette en avant ou non des figures de bons païens sont multiples. Arrêtons-nous un instant sur la raison principale, fréquemment évoquée par Alban Gautier. Souvent, les bons païens sont des païens morts, comme aime à le rappeler avec malice l’auteur. Or, si un clerc parle d’un ancêtre païen de façon laudative, c’est bien souvent dans le but de rattacher une dynastie ou un peuple à un passé glorieux. Même les auteurs médiévaux les plus critiques vis-à-vis des païens, tel Bède le Vénérable, peuvent présenter un ancêtre païen de façon élogieuse dans une logique mémorielle précise. L’exemple des sources scandinaves est aussi intéressant. L’auteur s’est intéressé à des textes antérieurs aux XIIe et XIIIe siècles, qui est la grande période des sagas (en Islande, notamment). Il exploite plutôt des sources du Moyen Âge central. Les auteurs de cette époque, Adam de Brême par exemple, ne sont pas très tendres envers les païens, les jugeant avec beaucoup de mépris la plupart du temps. Mais ils savent toutefois s’en préoccuper lorsque ces païens peuvent servir leur récit ou permettre l’éloge de la dynastie à laquelle ils se rallient. Ainsi, Alban Gautier résume plutôt bien l’intérêt national que peut refléter un éloge de païen en notant que les rois chrétiens des mondes slaves « avaient tendance à enjoliver l’histoire de leur royaume et de leurs prédécesseurs, tout en se souvenant avec plus de circonspection des souverains des royaumes concurrents » (p. 448).

5Il reste que la distance chronologique entre un auteur médiéval et les païens dont il parle peut varier. Ainsi Alban Gautier présente tout à la fois des auteurs qui dressent un portrait élogieux d’anciens dieux scandinaves (donc païens) transformés en figures humaines et admirables, que des auteurs qui parlent de païens dont l’historicité est notable (ainsi un chapitre s’arrête sur la personne de Trajan, empereur romain qui est perçu tout au long du Moyen Âge comme le seul païen admirable, ayant même gagné sa place au Paradis). D’autres auteurs enfin traitent des païens dont ils sont les contemporains, parfois de manière laudative, comme on le voit dans un ensemble de poèmes islandais du début XIe siècle : le knútsdrápur. Toutefois, l’éloge reste rare et de circonstance : on met en avant les vertus des païens lorsqu’on traite avec eux – quitte parfois à les laisser honorer la fidélité (fides) qui unit les nouveaux alliés selon un rite païen –, mais ces vertus ne leur sont accordées que de façon limitée. Une amitié (amicitia) totale n’est acceptée que lorsque ces païens ont été vaincus militairement – et donc convertis !

6Non content de varier les espaces et les époques d’étude, Alban Gautier s’appuie sur de sources très diverses. Ainsi, un chapitre est consacré aux monuments, et plus spécifiquement aux tombes. L’auteur constate que certaines tombes du Nord de l’Europe peuvent être intégrées dans des structures chrétiennes érigées in situ : cela implique pour les peuples convertis de parfois « bricoler » les tombes des ancêtres pour les christianiser, ou alors de construire une église près de tombes païennes ; le but est simple : conserver la mémoire de ses ancêtres les plus fameux. Ce chapitre s’appuie sur de fines recherches archéologiques, domaine pour lequel Alban Gautier n’est pas spécialiste, et sur plusieurs plans de cimetières en annexes qui confortent ses dires.

7Le dernier chapitre revient sur le héros qui a donné son titre à l’étude de l’auteur : en effet, il insiste sur la figure de Beowulf, dont l’existence et l’importance sont déjà signalées par le titre et dans les premières pages de l’introduction. Le Beowulf est un long poème impossible à dater plus précisément qu’entre les VIe et XIe siècles. Dans ce poème, sont mis en valeur nombre de guerriers païens et de monstres. Or, beaucoup de ces païens, Beowulf lui-même en tête, sont vus de manière très positive, au point que certains historiens voient dans ce texte un vrai miroir aux Princes. Pourtant, le paganisme de ces héros est difficile à mettre en évidence. S’il en parle dès l’introduction, il faut attendre la fin du livre pour qu’Alban Gautier puisse « affirmer sans hésitation que les personnages du Beowulf sont bien des païens » (p. 623). Une fois ce postulat posé, rien n’est joué, car encore faut-il vérifier qu’ils sont de « bons » païens. Plus complexe encore est le cas de Beowulf lui-même, car le poème ne tranche pas vraiment la question de savoir si ce païen accède ou non au Paradis. Alban Gautier refuse de résoudre cette question.

8De fait, le dernier chapitre sur Beowulf permet de mettre en lumière l’une des principales difficultés qu’a rencontrées l’auteur, qui fait autant la force que la fragilité de son travail. En effet, beaucoup de questions qu’il pose restent sans réponse. Cela n’a en soi rien de surprenant pour une étude historique, et peut-être plus encore alto-médiévale, où les sources sont minces et parfois difficiles à interpréter. Le mérite de l’auteur se situe justement dans la minutie avec laquelle il décortique des sources nombreuses et variées, et les exploite jusqu’à la lie, quitte à finalement ne pas donner d’hypothèse ferme ou alors à déclarer que les personnages dont parlent ces sources ne répondent pas à la définition de « bon païen ». Mais tout ce tâtonnement a un effet retors : bien des développements alourdissent le propos pour des résultats bien maigres. Pour exemple, le chapitre sur les marges nord du monde franc offre des pages bien riches mais conclut finalement que, dans cet espace, on ne trouve aucun véritable bon païen.

9Plusieurs des pages d’Alban Gautier sont issues de lectures anglo-saxonnes, qu’il admet souvent reprendre largement (et parfois ces lectures sont déjà des reprises de textes dans des langues non maitrisées par l’auteur). Mais la force d’Alban Gautier consiste justement à dépasser cette relecture des auteurs anglo-saxons (dont il offre souvent un premier aperçu en langue française), afin de proposer une analyse novatrice sur un thème ancien : l’idée du paganisme, et plus encore du bon paganisme, étudié depuis les années 1930. Plus qu’une synthèse, il s’agit d’un travail de fond riche qui propose plusieurs renouvellements des connaissances. La lourdeur de certaines analyses et le plan général un peu confus qu’on a pu relever ne sauraient aucunement remettre en cause la qualité de cette longue étude, dense, habile et minutieuse.

Haut de page

Notes

1 En particulier, lire John R.R Tolkien, « Beowulf : the monsters and the critics », rééd. dans id., The monsters and the Critics and Other Essays, Londres, George Allen & Unwin, 1983, p. 5-48 (1re éd., 1936).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentin Potier, « Alban Gautier, Beowulf au Paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24204

Haut de page

Rédacteur

Valentin Potier

Professeur certifié d'histoire-géographie. Chargé de TD en histoire médiévale, Université de Reims.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page