Navigation – Plan du site

Hendrick Wagenaar, Helga Amesberg, Sietske Altink, Designing Prostitution Policy. Intention and Reality in Regulating the Sex Trade

Damien Larrouqué
Designing Prostitution Policy
Hendrik Wagenaar, Helga Amesberger, Sietske Altink, Designing Prostitution Policy. Intention and Reality in Regulating the Sex Trade, Bristol, Policy Press, 2017, 305 p., ISBN : 9781447324249.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon cette approche, le poids des décisions passées détermine les orientations contemporaines. Cf. (...)
  • 2 Il s’agit de comprendre l’influence des idées sur le processus décisionnel. Cf. Sabatier Paul et Ed (...)

1Fruit d’une enquête de terrain menée aux Pays-Bas et en Autriche, cet ouvrage a pour thème la question de la régulation de la prostitution. S’inscrivant dans la sociologie de l’action publique, il s’intéresse, classiquement, au déphasage entre les choix opérés par les acteurs politico-administratifs et leur mise en œuvre sur le terrain. Sans pour autant revendiquer une approche néo-institutionnaliste historique1, ni se réclamer ouvertement d’une analyse dite « cognitive » des politiques publiques2, l’ouvrage étudie pourtant les évolutions des politiques prostitutionnelles dans le temps (depuis les années 1970) comme dans l’espace (au niveau aussi bien local que national), en prenant notamment en considération l’impact des discours médiatiques et sociaux sur ces dynamiques de changement. Sur le plan théorique, l’ouvrage semble donc assez classique. Néanmoins, il est très audacieux et mérite d’être lu pour au moins trois raisons : pour son objet (relativement peu étudié) tout d’abord, pour sa méthode de collecte des données (très surprenante) ensuite et, enfin, pour son caractère ouvertement partisan. En aucune sorte, il n’est question ici de neutralité axiologique. Au contraire, l’enjeu de l’ouvrage est bel et bien d’interpeler les acteurs politico-administratifs, en les incitant à faire évoluer leurs politiques publiques dans un sens plus favorable aux travailleurs et travailleuses du sexe.

  • 3 Selon eux (p. 54-61), il est très difficile d’obtenir des données fiables sur la prostitution. C’es (...)

2À l’instar des travaux de Lilian Mathieu en France – que les auteurs citent d’ailleurs expressément (p. 238), il existe une littérature assez conséquente portant sur la prostitution. Toutefois, la focale est plus souvent bottom-up (par le bas), que top down (par les acteurs institutionnels). En la matière, les comparaisons internationales sont également légion, mais s’avèrent être plus le produit de fondations, d’organisations non gouvernementales ou de think tanks que le fruit de véritables recherches académiques. Or, pour Wagenaar et al., ces études sont biaisées. En effet, elles ont tendance à très fortement surévaluer les chiffres de l’exploitation sexuelle au détriment des pratiques prostitutionnelles volontaires – c’est-à-dire répondant à des choix de vie assumés –, lesquelles sont pourtant, selon les auteurs3, largement majoritaires. Comme ils l’écrivent : « aucune statistique sur la prostitution ne devrait être acceptée sans avoir questionné les sources ainsi que les procédures par lesquelles elle a été produite » (p. 55). Or, en minorant les chiffres de la prostitution volontaire et en gonflant symétriquement ceux du trafic, cette littérature grise entretient l’amalgame entre prostitution et traite des femmes et participe, par là même, à l’inflexion du paradigme régulateur dominant, dans un sens beaucoup plus répressif, discriminant et in fine contre-productif. En résumé, le livre cherche à démontrer que depuis une vingtaine d’années, deux des pays d’Europe parmi les plus tolérants en matière de prostitution ont petit à petit basculé, sous la pression sociale et médiatique d’une opposition hétéroclite allant de certaines associations féministes à la droite réactionnaire, dans une approche si régulatrice que l’activité visée en a été presque entièrement jugulée (fermeture en cascade de maisons closes, contrôles de santé abusifs, mesures de restriction à l’immigration, etc.).

  • 4 Della Porta Donatella, « Comparative analysis: case-oriented versus variable-oriented research », i (...)

3Sur le plan méthodologique, les auteurs ont choisi de confier la réalisation des entretiens (plus de 120 au total) à des travailleurs sociaux et à des prostitués, après les avoir formés à l’exercice. Pour Wagenaar et al., le recours à ces « insiders » (p. 270) était nécessaire afin, d’une part, de mettre en confiance les interviewés (en limitant les effets de la violence symbolique) et, d’autre part, de recueillir les informations les plus pertinentes (en laissant le soin à l’enquêteur d’interpréter et de valoriser lui-même les données récoltées). Indubitablement, cette audace méthodologique va dans le sens de la thèse générale des auteurs qui est précisément de remettre en cause la déconsidération sociale et politique dont font l’objet les travailleurs et travailleuses du sexe (logique d’empowerment). Les auteurs sont donc aussi cohérents sur le fond que sur la forme. Comme ils l’écrivent, il s’agit de prendre « sérieusement en considération la voix des travailleurs du sexe » (p. 206). Cependant, au niveau méthodologique l’ouvrage s’expose à au moins une critique. En effet, Wagenaar et al. se réclament d’une approche comparative centrée sur un petit nombre de cas similaires étudiés de manière précise (p. 267). Connue en anglais sous l’acronyme MSSD pour most similiar system design4, ce postulat analytique consiste à mettre en perspective des systèmes politiques qui partagent des traits communs, afin de neutraliser certaines variables pour en expliquer d’autres. Pour résumer, si la plupart des variables indépendantes sont constantes, alors les différences observables sur les cas d’études (variables dépendantes), doivent trouver leur origine dans les variables indépendantes divergentes. Selon les auteurs, étudier le cas des Pays-Bas et de l’Autriche était intéressant dans la mesure où les deux pays sont comparables en termes de taille, de richesse et de population, ont tous deux des structures décentralisées et partagent une histoire politique marquée par la social-démocratie. Or, si on poursuit leur raisonnement, il aurait été encore plus stimulant d’inclure dans leur analyse le cas de la Suède (pays semblable, mais criminalisant la prostitution), en tâchant justement d’expliquer la raison de ces politiques prostitutionnelles différentes (variable dépendante), selon qu’elles opèrent une régulation de l’offre (Pays-Bas, Autriche) ou une criminalisation de la demande (Suède, voire même France). Or, les auteurs s’y sont refusés explicitement (p. 267), car cela aurait changé la finalité de leur réflexion.

4En effet, l’enjeu de leur analyse est moins académique que politique. Comme ils le précisent à plusieurs reprises, il s’agit de « proposer des suggestions afin que les acteurs politico-administratifs (policy makers) mettent en œuvre des politiques plus justes et plus humaines » (p. 22). Ainsi, ils n’hésitent pas à critiquer ouvertement les mesures d’enregistrement (registration) prises par les Pays-Bas et l’Autriche. Selon eux, elles ne permettent ni de « savoir qui véritablement travaille du sexe », ni de « juguler les trafics » et, qui plus est, n’incitent pas les prostituées « à demander de l’aide » (p. 112). L’objectif est bien pour eux « d’aider les policy makers à reconnaître les situations d’exploitation de manière univoque et à formuler des mesures qui ciblent les responsables et non pas leurs victimes » (p. 224). Le modèle inclusif qu’ils plébiscitent est celui de la Nouvelle-Zélande, qu’ils présentent en fin d’ouvrage et à partir duquel ils développent le concept idéal-typique de « gouvernance collaborative ». Il s’agit d’un mode de gestion des problèmes publics qui cherche à inclure dans le processus décisionnel comme dans la mise en œuvre, non seulement les acteurs institutionnels concernés (administrations centrales et locales, agences, entreprises nationales), mais également les acteurs partis-prenantes (stakeholders) sur le terrain. Concrètement, il est question de valoriser le rôle et de reconnaître la légitimité des syndicats des travailleurs du sexe, comme il en existe partout dans le monde.

5En conclusion, cet ouvrage est lumineux. Étrillant nos aprioris, il nous exhorte à changer notre regard sur la prostitution. Résolument convaincant, il propose des solutions tangibles pour améliorer le sort des prostitué(e)s. En fin de compte, il s’agit ni plus ni moins que de faire valoir la dignité de ces hommes et surtout de ces femmes qui, quand bien même elles assouvissent les plaisirs de quelques-uns, ne devraient plus avoir à supporter le mépris des autres et souffrir d’être reléguées au ban de nos sociétés contemporaines. Ce livre confortera les humanistes dans leurs convictions. Espérons qu’il atteigne en priorité les entrepreneurs de cause et les décideurs politiques à qui il est destiné.

Haut de page

Notes

1 Selon cette approche, le poids des décisions passées détermine les orientations contemporaines. Cf. Pierson Paul, Politics in Time. History, Institutions and Social Analysis, Princeton, Princeton University Press, 2004 et Steinmo Sven, « Néo-institutionnalisme historique », dans Boussaguet Laurie et al., Dictionnaire des politiques publiques. 4e édition, Paris, Presses de Sciences Po, 2014, p. 367-374.

2 Il s’agit de comprendre l’influence des idées sur le processus décisionnel. Cf. Sabatier Paul et Edella Schlager, « Les approches cognitives des politiques publiques : perspectives américaines », Revue française de science politique, 50e année, n° 2, 2000, p. 198-208 et Muller Pierre, « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action publique », Revue française de science politique, 50e année, n° 2, 2000, p. 198-208.

3 Selon eux (p. 54-61), il est très difficile d’obtenir des données fiables sur la prostitution. C’est la raison pour laquelle ils ont conduit ce projet de recherche directement auprès des femmes concernées (voir infra), et non pas sur la seule base des rapports de police par exemple. Le chiffre de 30 000 prostituées aux Pays-Bas apparaît clairement surestimé, car il agrège des catégories de travailleuses du sexe différentes (de jour ou de nuit, à temps plein ou partiel, téléphone rose, etc.). Ces dernières sont susceptibles d’être « comptées » plusieurs fois. Du reste, les auteurs interrogent des catégories négativement connotées comme « maquereau » (pimp). En premier lieu, toutes les prostituées n’en ont pas. Par ailleurs, beaucoup d’entre eux s’avèrent être, en réalité, de la famille de la victime supposée et n’exercent aucune forme de violence ou d’intimidation à leur égard. Enfin, quand bien même elles doivent donner la moitié de leur salaire journalier à leurs « pimps », la plupart d’entre elles ne vivent pas cette situation comme une forme d’exploitation. Comme le rapporte un officier de police néerlandais interviewé (p. 219), « vu qu’elles n’ont pas oublié qu’elles touchaient 350 euros par mois en Roumanie, sur les 700 qu’elles gagnent dans la journée ici, cela ne leur dérange pas d’en donner 300 à quelqu’un… ».

4 Della Porta Donatella, « Comparative analysis: case-oriented versus variable-oriented research », in Della Porta et Micheal Keating, Approaches and methodologies in the social sciences: a pluralist perspective. Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 209-211.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Hendrick Wagenaar, Helga Amesberg, Sietske Altink, Designing Prostitution Policy. Intention and Reality in Regulating the Sex Trade », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24213

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page