Navigation – Plan du site

Nicolas Poirier, Canetti. Les métamorphoses contre la puissance

Léo Pinguet
Canetti
Nicolas Poirier, Canetti. Les métamorphoses contre la puissance, Paris, Michalon Éditeur, coll. « Le bien commun », 2017, 120 p., ISBN : 9782841868759.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elias Canetti, Masse et puissance, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2015 [1966], traduit par R. Rov (...)

1« Il n’est rien que l’homme redoute davantage que le contact de l’inconnu ». C’est sur cette intuition, tout à la fois simple et profonde, traduite en une phrase nette et mémorable, que s’ouvrait dans les années soixante l’ouvrage majeur de l’écrivain de langue allemande Elias Canetti : Masse et puissance1. Au-delà de cette œuvre noyau, Nicolas Poirier, spécialiste de Cornelius Castoriadis et de philosophie politique, nous propose une traversée de la pensée politique d’Elias Canetti sous la forme d’une monographie pédagogique, courte – une centaine de pages – et efficace, construite sur le motif double des métamorphoses contre la puissance et de ses déclinaisons : le mouvement contre le statisme, la résistance de la vie contre la mort, etc.

  • 2 Elias Canetti, La Langue sauvée - Histoire d’une jeunesse 1905-1921, Paris, Albin Michel, 2005 [197 (...)

2L’introduction, consacrée à une rapide biographie de Canetti, cerne d’emblée les deux expériences fondatrices de son œuvre., La première est celle d’une manifestation, le 15 juillet 1927, protestant contre l’acquittement de policiers jugés pour avoir tué des ouvriers au cours d’une manifestation précédente, qui tourne à l’incendie du palais de justice de Vienne. Canetti assiste à l’évènement et se mêle, enthousiaste, à la foule. Il écrira dans son Autobiographie : « Il se peut que toute la substance du 15 juillet soit entièrement passée dans Masse et puissance »2. La deuxième expérience, plus ancienne et plus traumatique, a lieu lors de l’annonce de la déclaration de guerre de 1914 à Baden, près de Vienne. Une assemblée patriote vient d’entonner l’hymne autrichien quand Canetti, encore adolescent, et ses frères, se mettent à chanter l’hymne de l’ennemi britannique. Les trois garçons n’échappent au lynchage par la foule en furie que grâce à l’intervention de leur mère qui s’interpose et invoque leur jeunesse. Cette expérience équivoque de la masse, vécue tantôt comme positive, tantôt comme négative, contribue à structurer la pensée de Canetti.

3Nicolas Poirier rappelle bien qu’à rebours des philosophies politiques, classiques et modernes, Elias Canetti ne pense pas que le lien social entre les hommes tire son origine d’un état de guerre permanent que l’entrée en société viendrait réguler (Hobbes), ni d’une bonté naturelle pervertie par la propriété (Rousseau). Il relève plutôt d’un apparent paradoxe : si les hommes se lient, c’est qu’ils ont peur les uns des autres ; le lien social permet donc de conjurer cette peur naturelle : en provoquant le contact, il domestique l’altérité. Et cette tendance à vouloir conjurer sa peur, à se rapprocher de ses semblables, d’un nombre toujours plus grand de ses semblables, pour se les rendre familiers, c’est le phénomène de la masse et son accroissement qu’Elias Canetti, à la différence de ses nombreux détracteurs, ne veut pas penser comme un phénomène strictement moderne mais comme une dynamique universelle de l’histoire humaine. Et pour cause, dans la masse, l’individu ne s’aliène pas nécessairement, comme on aurait tendance à le croire. C’est parfois même tout le contraire puisque l’individu y fait aussi l’expérience de son émancipation des identités sociales, figées et normées, et, plus important encore, il y fait l’expérience fondatrice et intensive de l’égalité avec ses semblables.

  • 3 Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Puf, 1895 [1988].
  • 4 Sigmund Freud, « Psychologie des foules et analyse du moi » in Essais de psychanalyse, Paris, Payot (...)
  • 5 Hermann Broch, Théorie de la folie des masses, Paris, Éditions de l’Éclat, 2008 [1997].

4Par deux fois, au début du premier chapitre et à la fin du dernier, Nicolas Poirier pointe l’originalité de ces propositions d’Elias Canetti, notamment vis-à-vis des auteurs classiques sur le sujet que sont Gustave Le Bon3, Sigmund Freud4, les sociologues de l’École de Francfort, en particulier Theodor W. Adorno, ou encore l’écrivain Hermann Broch5. Tous, en effet, partagent de différentes manières une hantise élitiste vis-à-vis des phénomènes de masse, hantise qui biaise leurs analyses critiques, lesquelles recoupent, le plus souvent, les oppositions classiques, pour ne pas dire les lieux communs, de la philosophie occidentale : le corps contre l’esprit ; la pulsion contre la rationalité ; le peuple ignorant contre l’élite savante. L’intérêt d’Elias Canetti, au contraire, est de nous ôter ces œillères en renversant la trop fameuse pathologisation des masses, de l’objet, vers le sujet intellectuel qui les analyse et sa peur viscérale des classes laborieuses et de l’homme moyen. Pour Elias Canetti, la masse et les phénomènes de massification sont profondément équivoques, comme le souligne Nicolas Poirier ; ils peuvent se révéler à tendance autoritaire et xénophobe ou à tendance émancipatrice et égalitaire.

5En dehors des positions pour le moins hétérodoxes de Canetti, les toutes premières lignes de l’ouvrage nous rappellent également pourquoi il reste encore trop méconnu et surtout trop peu étudié dans les universités françaises : parce qu’il est « inclassable ». Dans quel genre ou quelle discipline le ranger : littérature, essai, philosophie, sociologie, anthropologie ? L’étiquette d’anthropologie politique ou d’anthropologie sociologique a été proposée. Elle ne doit pas masquer l’originalité profonde de Canetti qui tient peut-être autant à son style qu’à son objet d’étude. Ce sont, en effet, d’étranges conditions transcendantales du politique et du social qu’il étudie, moins des conditions de possibilité que des conditions primaires (ou primitives, au sens historique) et en même temps maximales (aperçues dans les extrémités fascistes et nazies du XXe siècle).

6Quant à l’ouvrage de Nicolas Poirier en lui-même, il paraît dans la collection, dirigée par Antoine Garapon, membre de la revue Esprit, « Le bien commun ». Celle-ci a pour but de rendre accessible la pensée d’auteurs classiques de manière didactique, auprès d’élus, de magistrats, de travailleurs sociaux, d’étudiants ou encore d’enseignants. C’est à cette tâche de vulgarisation ou de popularisation, et à cet exercice un brin scolaire que se plie le texte de Nicolas Poirier. À ce titre, il en partage les qualités inhérentes comme les défauts : la clarté parfois corsetée du propos le confine par moments à une certaine monotonie.

7Tout en sachant le genre dans lequel l’ouvrage s’inscrit, on ne peut s’empêcher de regretter l’absence d’un chapitre final plus ambitieux, qui aurait ouvert quelques pistes quant à la portée actuelle de la pensée de Canetti, dépassant ainsi les six lignes qui en parlent à la fin de l’introduction. Il nous semble par exemple que les analyses de Canetti peuvent éclairer le phénomène des tueurs de masse en Occident, qu’ils soient étiquetés « terroristes » et pensés comme allogènes aux groupes qu’ils attaquent, ou qu’ils soient étiquetés « loup solitaire » et pensés comme autochtones déviants pathologiquement de la norme. Le meurtrier de masse ne chercherait, in fine, qu’à être le dernier survivant. Évoquons aussi les actuels « cristaux de masse » revendicateurs (« cortège de tête », Nuit Debout, etc.), réticents à toute forme d’institutionnalisation. Peut-être ces mouvements théoriseraient-ils avec plus de raison leur auto-organisation s’ils étaient sensibilisés au fait que leur philosophie politique, libertaire et égalitaire provient, comme l’explique Canetti, de l’expérience ponctuelle qu’ils font eux-mêmes de leur masse ?

8Enfin, il y aurait peut-être à penser le miroir inversé que l’actuel pouvoir économique et managérial renvoie à Canetti lorsqu’il valorise les métamorphoses contre la puissance. Sont-ce bien les identités figées qui menacent la démocratie, comme l’estiment Nicolas Poirier et son éditeur Antoine Garapon ? Ou bien, ou autant, sont-ce les exigences à la métamorphose permanente d’autres tyrans, tout aussi paranoïaques que les premiers, qui menacent la démocratie ? Que sont, pêle-mêle, l’appel continuel à la réforme contre les crises, la mobilisation généralisée des cadres (physique et affective), la formation perpétuelle des travailleurs, la polyvalence anarchique de tous, sous prétexte de gains de productivité, de performance, d’« agilité » et d’économies budgétaires, sinon les nouvelles stratégies de la puissance ?

Haut de page

Notes

1 Elias Canetti, Masse et puissance, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2015 [1966], traduit par R. Rovini.

2 Elias Canetti, La Langue sauvée - Histoire d’une jeunesse 1905-1921, Paris, Albin Michel, 2005 [1977], traduit par Bernard Kreiss.

3 Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Puf, 1895 [1988].

4 Sigmund Freud, « Psychologie des foules et analyse du moi » in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1997 [1921].

5 Hermann Broch, Théorie de la folie des masses, Paris, Éditions de l’Éclat, 2008 [1997].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Pinguet, « Nicolas Poirier, Canetti. Les métamorphoses contre la puissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 février 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24214

Haut de page

Rédacteur

Léo Pinguet

Léo Pinguet est doctorant ATER à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a enseigné la sociologie allemande à Paris 4 Sorbonne et enseigne désormais la philosophie de l’art. Ses travaux en esthétique portent sur la notion de cliché et ses implications, pensées entre la France et les États-Unis, du jugement de goût au processus créatif lui-même.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page