Navigation – Plan du site

Nikolaus Wachsmann, KL. Une histoire des camps de concentration nazis

Alfio Nazareno Rizzo
KL
Nikolaus Wachsmann, KL. Une histoire des camps de concentration nazis, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2017, 1168 p., trad. Jean-François Sené, ISBN : 978-2-07-077302-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jorge Semprún, Elie Wiesel, Se taire est impossible, Paris, Éditions Mille et une nuits ; Arte édit (...)

1En 1995, Jorge Semprún soulevait le problème de la disparition des témoins et de la mémoire charnelle de la Shoah. Au cours d’une conversation avec Elie Wiesel, l’écrivain espagnol, qui a été déporté à Buchenwald en 1944 en tant que prisonnier politique, soulignait ce qu’il appelle « l’urgence de la fin », c’est-à-dire le moment où il n’y aura plus de survivants1, et la nécessité de transmettre la mémoire aux nouvelles générations. Comme il l’expliquait en une autre occasion, la transmission de l’expérience de la déportation ne sera alors plus simplement une affaire de mémoire, mais elle sera livrée définitivement à l’histoire.

  • 2 Nikolaus Wachsmann, KL. A History of the Nazi Concentration Camps, Farrar, New York, Straus and Gir (...)
  • 3 Jacques Le Goff, « Documento/Monumento », in Enciclopedia. T. V, Giulio Einaudi Editore, 1978, p. 3 (...)

2Le travail de l’historien allemand Nikolaus Wachsmann se mesure à cette tâche intellectuelle de transmission et fournit une histoire détaillée de l’expérience concentrationnaire pendant le Troisième Reich. L’ouvrage KL. Une histoire des camps de concentration nazis se caractérise par la vision globale qu’il offre, en un volume de plus de mille pages pour la traduction française de Jean-François Sené (865 pages dans l’édition originale en anglais2). Cette narration est le fruit d’une recherche minutieuse qui a mené l’auteur à consulter 45 archives et des centaines de sources documentaires. Il s’agit d’un travail « monumental », au sens spécifique que Jacques Le Goff donne à ce terme, lorsqu’il assimile un document à un monument qui constitue un héritage du passé3.

3L’œuvre se présente donc comme la première histoire globale des camps de concentration nazis. Wachsmann explique dans le Prologue que les travaux précédents « donnent l’impression d’un gigantesque puzzle inachevé auquel viennent s’ajouter à tout moment des pièces supplémentaires » (p. 24), favorisant ainsi les images déformées et populaires des camps de concentration nazis, notamment en ce qui concerne la Shoah et Auschwitz en particulier. Il est donc confronté à la difficulté de saisir la complexité des Konzentrationslagern (KL) en les resituant dans le contexte politique et culturel de l’expérience totalitaire nazie. Pour cette raison, Wachsmann adopte une double perspective qui, d’un côté, examine « les fondements de ce microcosme » (p. 28) et, de l’autre, montre la place que les KL ont dans l’histoire politique, militaire, sociale et économique de l’Allemagne nazie. C’est donc par cette double approche que l’auteur présente l’évolution des camps de concentration au long d’une période de douze ans, depuis le début du Troisième Reich en 1933 jusqu’aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

4Au début de l’expérience concentrationnaire, en 1933, il y a à Berlin 170 camps de concentration, pour la plupart dans les quartiers ouvriers connus par leur opposition au nazisme. Installés principalement dans des anciennes prisons ou des asiles de pauvres, ces premiers camps visent à briser l’opposition au régime. Les prisonniers qui y sont placés en détention préventive sont surtout des Allemands considérés comme ennemis de la politique nazie. Même si les camps n’ont pas encore une structure et un modèle type, ils marquent dès le début la population allemande et vont rester présents dans les esprits. Cet enracinement s’explique par la volonté des médias nazis de répandre la terreur en soulignant que les opposants politiques, les communistes, les membres du SPD et d’autres parmi les personnages les plus dangereux, sont les cibles de cette répression au caractère pourtant improvisé. C’est surtout le Reichsführer SS Himmler qui fait appel à une terreur sans entraves et affirme l’autorité de la SS à ce sujet. Le camp de Dachau, en Bavière, constitue le modèle de cette première phase de l’expérience concentrationnaire. Il est considéré comme « le tremplin le plus prometteur pour les SS des camps qui faisaient montre d’ambition » (p. 161), comme le démontre, par exemple, l’ascension effectuée par son premier commandant Theodor Eicke.

5Si au stade initial, les KL ne sont destinés à accueillir que les opposants du régime et les marginaux de la société allemande, à partir de 1938, ils connaissent « une expansion impressionnante » (p. 203). Le moment est crucial parce qu’il marque le passage à la deuxième phase de l’évolution des KL, liée au travail forcé. Comme l’explique une encyclopédie allemande citée par Wachsmann, les camps de concentration sont composés de détenus « constitués en groupes et poussés à faire un travail utile » (p. 214). Le travail forcé était déjà présent dans les prisons et dans les asiles ; toutefois, dans les KL, il devient le moyen pour rééduquer les déviants, mais aussi pour leur infliger des souffrances. « Si le travail forcé total devint un élément essentiel du système concentrationnaire, ce ne fut pas un de ses principes fondateurs », puisque au début il a joué un rôle moins important, observe Wachsmann (p. 215). Parallèlement à cette phase d’expansion, deux autres événements marquent la vie du Troisième Reich : d’abord le renforcement de la politique raciale, qui aboutit au pogrom de novembre 1938 ; ensuite, le déclenchement de la guerre et l’imposition de l’autorité nazie sur l’Europe. C’est donc après une première phase strictement nationale, liée à la répression des adversaires politiques, que les KL viennent s’inscrire dans le contexte plus vaste de la Seconde Guerre mondiale.

6Après la Kristallnacth, les prisonniers juifs commencent à peupler les KL, mais les camps de concentration ne sont pas prêts à cet énorme afflux de prisonniers et les conditions de détention, déjà difficiles, deviennent de plus en plus meurtrières. En plus des violences de la SS des camps, les travaux menacent la vie des prisonniers puisqu’ils sont souvent obligés de construire eux-mêmes leur lieu de détention. Le KL devient le lieu de l’annihilation par le travail des prisonniers, car le travail est à la fois le moyen qui permet à la SS d’humilier et de maltraiter les prisonniers et la solution pragmatique pour donner au KL un sens dans l’économie de guerre allemande. Les soldats soviétiques emprisonnés sont parmi les premiers à faire cette expérience d’annihilation, après l’opération Barbarossa, l’invasion de l’URSS qui ouvre le front oriental. Avec l’entrée des prisonniers soviétiques dans les camps, la guerre d’extermination pénètre dans les KL. Pendant le mois d’août 1941, Eicke présente aux chefs de la SS un programme de meurtre de masse à Sachsenhausen et les premières victimes en sont les détenus capturés sur le front russe. Entre la fin 1941 et le début 1942, les KL changent de physionomie et de fonction. Comme le souligne Wachsmann, depuis le début de la guerre, le système concentrationnaire a subi d’importantes transformations et de nouveaux camps ont été ouverts dans l’Europe occupée par les nazis, dont le camp d’Auschwitz. Les KL passent « des conditions de vie mortifères du début de la guerre à l’extermination de masse, adoptant ainsi une fonction duelle » (p. 390-391).

7Une nouvelle phase commence et Auschwitz en est le symbole. À la Shoah et à la solution finale, Wachsmann consacre deux chapitres intenses qui visent à éclaircir les aspects concernant le massacre des tous les prisonniers et le génocide des juifs. Comme il le souligne à maintes reprises dans son ouvrage, le KL n’était à l’origine pas conçu comme un lieu d’extermination massive des prisonniers. Le choix d’Auschwitz comme lieu central de la Shoah ne sera qu’une conséquence des événements des premières années de guerre. Même la solution finale symbolise l’improvisation qui a caractérisé l’ensemble de l’expérience concentrationnaire : lieu de la terreur politique, camp de travail et d’annihilation et enfin scène de l’extermination et du génocide, le KL a été un instrument fondamental du régime nazi, mais aussi une source de nombreux « soucis » et « distractions » qui ont peut-être détourné Hitler et ses associés de leur objectif prioritaire : une stratégie militaire efficace. Les KL sont ainsi devenus le symbole de la folie destructrice du nazisme et les événements des dernières semaines de cette expérience le montrent avec une certaine perversité, alors que les camps se transforment dans des interminables marches de la mort à travers lesquelles les nazis essayent de faire disparaître toute trace de l’horreur.

  • 4 « Mais dans la haine nazie, il n’y a rien de rationnel. […] Si la comprendre est impossible, la con (...)

8Les perspectives offertes par la lecture de l’œuvre de Wachsmann sont nombreuses et ne se limitent pas à la compréhension de cette évolution qui caractérise les douze ans de l’expérience concentrationnaire. Nous avons choisi de présenter les trois phases de l’histoire des KL, mais le lecteur qui s’approche de cette œuvre capitale pour comprendre l’histoire du siècle des génocides et des totalitarismes pourra aussi apprécier les portraits de nombreux acteurs de l’univers hétérogène des KL, esquissés par Wachsmann avec finesse et impartialité: de Himmler à ses lieutenants, des prisonniers de toute nationalité aux kapos, jusqu’aux habitants des crus qui assistent, silencieux et effrayés, au déroulement de l’horreur nazie. Signalons encore que la deuxième partie du livre fournit des détails plus techniques concernant l’organisation des KL sur le territoire du Reich et sur leur rôle dans l’économie de guerre nazie. Enfin, soulignons particulièrement l’honnêteté intellectuelle qui caractérise l’Épilogue de l’ouvrage, dans lequel l’auteur porte l’accent sur les problématiques liées à la vie des survivants, aux démarches de la justice et à la transmission de la mémoire après la fin de la guerre, toujours dans le but de permettre une connaissance historique fidèle des événements. En effet, comme nous l’a appris Primo Levi dans Si c’est un homme, si comprendre est impossible, connaître est nécessaire4.

Haut de page

Notes

1 Jorge Semprún, Elie Wiesel, Se taire est impossible, Paris, Éditions Mille et une nuits ; Arte éditions, 1995, p. 37.

2 Nikolaus Wachsmann, KL. A History of the Nazi Concentration Camps, Farrar, New York, Straus and Giroux, 2016.

3 Jacques Le Goff, « Documento/Monumento », in Enciclopedia. T. V, Giulio Einaudi Editore, 1978, p. 38-47. Voir aussi : Giuseppe Di Liberti, « Fait/événement - Document/monument », Images Re-vues, n° 11, 2013, en ligne : http://journals.openedition.org/imagesrevues/3319 (consulté le 29 janvier 2018).

4 « Mais dans la haine nazie, il n’y a rien de rationnel. […] Si la comprendre est impossible, la connaitre est nécessaire, parce que ce qui est arrivé peut recommencer, les consciences peuvent à nouveau être déviées et obscurcies : les nôtres aussi », Primo Lévi, Si c’est un homme. Nouvelle édition, Paris, Robert Lafont, 2017 [1947].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfio Nazareno Rizzo, « Nikolaus Wachsmann, KL. Une histoire des camps de concentration nazis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24215

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page