Navigation – Plan du site

Jean-François Braunstein, Daniele Lorenzini, Ariane Revel, Judith Revel et Arianna Sforzini (dir.), Foucault(s)

Jacques Guilhaumou
Foucault(s)
Jean-François Braunstein, Daniele Lorenzini, Ariane Revel, Judith Revel, Arianna Sforzini (dir.), Foucault(s), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « La philosophie à l'oeuvre », 2017, 297 p., ISBN : 979-10-351-0027-8.
Haut de page

Texte intégral

1Suite à un colloque organisé à l’Université Paris I et à l’Université Paris-Est Créteil, en 2014, autour de divers aspects de la pensée foucaldienne et de son impact dans de nombreux champs de recherche, cet ouvrage collectif restitue avec grand succès la richesse de la démarche foucaldienne. La signification même du titre de l’ouvrage Foucault(s), soit Foucault dans son œuvre singulière et Foucault(s) dans ses usages, renvoie à une cartographie traçant des voies nouvelles dans son œuvre, tout en faisant apparaître des questionnements bénéfiques aux sciences humaines et sociales. Nous incitant à la liberté de pensée, précise Christian Laval, Foucault ne peut être appréhendé que dans l’espace de la « non-discipline », à mille lieux donc d’une boîte à outils. Pour autant, sa relation critique aux expérimentations historiques, sociales et politique nous oblige à réfléchir aux limites de ses usages. Par ailleurs, selon Sandro Chignola, l’abord de l’œuvre imposante de Foucault, amplifiée par l’apport récent de ses cours et de ses manuscrits, présente un risque de « monumentalisation » en dépit de la multiplication actuelle de travaux spécialisés hautement qualifiés. Abuser de la conceptualisation foucaldienne dans ses usages infinis est un autre risque, surtout lorsqu’on adopte partiellement son style personnel. Évitant ces pièges qui menacent le lecteur de Foucault, les auteurs du présent ouvrage s’efforcent de singulariser son style de recherche et d’écriture au sein même de ce qui importe à Foucault, la subjectivation de la pratique philosophique et la quête d’une éthique du gouvernement de soi. Une autre spécificité de cet ouvrage collectif est d’introduire un très grand nombre de réflexions sur les cours de Foucault, même si l’œuvre publiée de son vivant demeure centrale, et tout particulièrement Les mots et les choses.

  • 1 Etienne Balibar, dans le présent ouvrage, s’interroge sur la signification de cette expression fouc (...)
  • 2 Michel Foucault définit les « hétérotopies » comme des « utopies effectivement réalisées dans lesqu (...)

2De fait, l’expression « pensée du dehors »1, fil conducteur de l’essai de Michel Foucault sur Blanchot, situe au cours de l’année 1966 Les mots et les choses au centre d’une constellation conceptuelle dont l’autre versant est le concept d’« hétérotopie »2. Cette conceptualisation se positionne d’emblée à l’antipode du marxisme des années 1960, tout en annonçant de manière paradoxale un dialogue avec Marx qui ne cessera jamais. Il revient à Etienne Balibar de caractériser d’emblée ce moment conceptuel inaugural où se rencontrent l’écriture littéraire, la description archéologique, et l’être même du discours, et où se lient les thèmes de la transgression, de l’impensé, de l’extériorité et de l’altérité. À l’épreuve de Sade, la « pensée du dehors » nous introduit ici aux Lumières à partir d’une déchirure provoquée par une sorte de machine discursive, « essentiellement destinée à détruire l’idée de nature, sans la moindre concession » précise Dominique Lecourt (p. 40). Puis l’apport des réflexions de Foucault du début des années 1970 dans ses cours sur les stratégies et les effets de pouvoir repositionne « la pensée du dehors » dans une pratique du rapport du Même et de l’autre au sein de la révolte, jusque dans les formes du grotesque et de l’ubuesque. Et Arianna Sforzini de situer dans l’analyse du comique l’émergence de l’intérêt à venir de Foucault pour les techniques politiques. Analysant son cours sur Les anormaux, prononcé au Collège de France durant la période 1975-1976, elle s’intéresse ainsi à la manière dont Foucault prend en compte les techniques spécifiques aux stratégies et effets de pouvoir sous-jacents au discours médico-psychiatrique dans le but de souligner la présence dans ces discours d’une série de descriptions et de jugements moraux indéniablement ridicules, voire grotesques.

3La centralité de « la pensée du dehors », de son espace propre, ne peut cependant nous faire oublier le rôle de l’histoire. Le statut de l’historicité chez Foucault est complexe, divers. Les quelques réflexions à ce sujet dans cet ouvrage abordent en premier lieu le champ de la méthodologie et de l’épistémologie de l’histoire des sciences (Jean-François Braunstein), puis plus largement la question de la généalogie du savoir historique comme savoir-pouvoir et imbrication de généalogies (Bertrand Binoche) pour aboutir à l’évaluation de la portée d’une ontologie du temps présent (François Hartog), là encore en référence aux Lumières, et plus particulièrement à Kant.

  • 3 Christian Laval, Lucas Paltrinieri et Ferhat Taylan (dir.), Marx & Foucault, Paris, La Découverte, (...)

4Après avoir ainsi posé les bases de sa réflexion sur Foucault, cet ouvrage explore divers usages de sa pensée, en y associant des points de vue critiques. Ainsi en est-il d’abord de l’apport foucaldien dans le champ des études (post)coloniales (Ann Laura Stoler) et de l’analyse du racisme (Orazio Irrera) au titre d’une caractérisation de généalogies raciales et coloniales qui s’inscrivent à l’origine dans l’Europe des temps modernes. Il s’agit d’une histoire récursive où se précise la prise de distance de Foucault avec le modèle du pouvoir souverain d’un « colonialisme interne  » s’appuyant sur les « appareils, institutions et techniques de pouvoir ». Sandro Mezzadra souligne également l’intérêt de ce point de vue dans l’approche des migrants présents à l’intérieur de frontières. Dans de tels usages, le dialogue de Foucault avec Marx, objet d’un autre collectif3, revient sans cesse autour de la question des pouvoirs. Cette question s’enrichit d’une réflexion postfoucaldienne sur le pouvoir numérique et néolibéral (Bernard E. Harcourt) où le modèle foucaldien du panoptique perd de son opérativité au profit d’une société d’exposition basée sur l’aveu numérique. De même Jean-François Kervégan et Paolo Napoli interrogent de manière critique les usages foucaldiens du droit, trop ancrés dans le modèle de la souveraineté de l’État moderne, certes pensé en négatif par Foucault. Il en ressort un intérêt limité de Foucault pour le droit civil, et par conséquent l’institution de la personne et de la chose, au-delà de la logique des appareils idéologiques. Le dialogue avec Marx continue également sur le terrain du libéralisme, voire de la lutte des classes, là encore dans les premiers cours des années 1970. Une fois « dépassée » la disqualification initiale de Marx dans Les mots et les choses, il nous introduit au dialogue avec Althusser sur le thème de l’assujettissement/désassujettissement. La problématique du corps, si prégnante dans les études foucaldiennes, trouve là aussi un regain d’intérêt. Qu’il s’agisse de l’hermaphrodisme (Philippe Sabot) avec l’analyse du personnage d’Herculine Barbin, ou du corps chrétien dans le cas du pastorat (Michel Sennellart), la pratique de la conversion, attestée en particulier sous forme de récits, renvoie à une présence majeure chez Foucault de l’aveu et du désaveu dans l’acte réflexif de constitution de soi (Judith Butler). Il revient alors à Sandro Chignola et Daniele Lorrenzini de conclure sur une politique foucaldienne de la vérité où l’effet de vérité est au principe d’abord de l’effet de discours, au titre de la force éthico-politique, puis de l’effet de savoir mis en valeur par les analyses généalogiques. Foucault s’interroge bien en permanence sur le statut de la parole du philosophe.

5Au terme de la lecture de cet ouvrage, il nous semble possible de formuler quelques pistes prometteuses au sein des études foucaldiennes. En premier lieu, au-delà de l’importance des cours et de leur analyse actuelle, la centralité des premiers ouvrages de Foucault se confirme. Quant à la nouveauté de ces premiers ouvrages elle tient à leur démarche archéologique, comme le soulignent les auteurs de leur réédition au sein du premier volume des Œuvres dans La Pléiade. Mais Les mots et les choses reste l’ouvrage de référence, au titre d’une constellation inaugurale de concepts dont Etienne Balibar montre – nous avons insisté d’emblée sur ce point – l’immense portée. En effet L’archéologie du savoir, ouvrage présentement peu analysé bien que central chez les analystes de discours, demeure par son style et son contenu, quelque peu énigmatique. La publication des deux versions manuscrites antérieures à la version finale devrait permettre d’en comprendre mieux la genèse intellectuelle. En second lieu, la masse des manuscrits inquiète le chercheur. Cependant, une première ouverture se présente avec l’accès libre, sous forme numérique, d’un petite partie des notes de lecture de Foucault, à l’initiative de la Bibliothèque foucaldienne issue de l’ANR Corpus « La bibliothèque foucaldienne » (EHESS-ENS). Il s’agit des notes de lecture préalables à l’écriture de Les mots et les choses, donc de l’ouvrage majeur de Foucault. Les premières analyses de ces notes confirment leur importance, soulignée par ailleurs dans un entretien récent avec Daniel Defert : « En regardant les notes de lecture que prenait Foucault quand il cherchait l’émergence dans l’histoire d’un nouveau concept (par exemple sur les modes de description empirique) [...] Je m’étais imaginé que Foucault pratiquait un mode de lecture très empirique, une sorte d’évaluation statistique. [...] Mais quand Foucault commence à prendre des notes, recopie des citations, les choses sont déjà très construites. Il ne s’agit donc pas d’un prélèvement purement statistique : il faut qu’il sache ce qu’il cherche dans le corpus qu’il étudie, il faut que cela soit déjà amplement maîtrisé... »4. En troisième lieu la différence entre travailler avec Foucault, en faire un usage légitime et étudier son œuvre, à la fois dans sa progressivité, par exemple le « passage » de l’archéologie à la généalogie, et sa diversité se précise. En quatrième lieu l’apport des cours, désormais intégralement disponibles à la lecture, prend une place de plus en plus notable dans les travaux récents, du moins en France, ce qui permet de corriger des jugements incomplets, par exemple sur le rapport de Foucault à l’historicisme au début des années 1970. Reste qu’il est désormais impossible, pour un seul lecteur, d’appréhender l’ensemble du champ des études foucaldiennes qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Ceci rend d’autant plus précieuses les perspectives ouvertes par cet ouvrage collectif.

Haut de page

Notes

1 Etienne Balibar, dans le présent ouvrage, s’interroge sur la signification de cette expression foucaldienne de « pensée du dehors », traduite parfois en anglais par la formule « experience of the outside », et en conclut que « la pensée “qui vient du dehors” repose elle-même sur une “expérience” de ce “dehors” dont la modalité reste à déterminer, à moins qu’elle ne l’induise » (p. 20).

2 Michel Foucault définit les « hétérotopies » comme des « utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, […] sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables », « Des espaces autres », Dits et écrits, tome IV, Paris, Gallimard, 1994, p. 755-756 (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967).

3 Christian Laval, Lucas Paltrinieri et Ferhat Taylan (dir.), Marx & Foucault, Paris, La Découverte, collection « Recherches », 2015.

4 Entretien disponible en ligne sur le site numérique Materiali Foucaltiani : http://www.materialifoucaultiani.org/fr/component/content/article/239-foucaultn-materialite-dun-travail-entretien-avec-daniel-defert.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Jean-François Braunstein, Daniele Lorenzini, Ariane Revel, Judith Revel et Arianna Sforzini (dir.), Foucault(s) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24216

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page