Navigation – Plan du site

Mathieu Noury, La nanosanté. La médecine à l’heure des nanotechnologies

Simon Dutron
La nanosanté
Mathieu Noury, La nanosanté. La médecine à l'heure des nanotechnologies, Montréal, Editions Liber, 2017, 160 p., ISBN : 978-2-89578-568-2.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce livre, le sociologue canadien Mathieu Noury entreprend d’étudier la nanosanté, envisagée par lui comme l’ensemble des dimensions sociologiques constitutives des applications des nanotechnologies en médecine et leurs effets sur la santé et la société. Ce nouveau modèle médico-social aurait comme spécificité de favoriser une privatisation des soins de santé et de faire émerger les conditions de possibilité d’une société de « consommateurs de santé » conforme à l’image véhiculée par la pensée politique néolibérale. L’étude s’appuie sur un ensemble d’entretiens menés avec des chercheurs français et canadiens spécialisés dans l’innovation biomédicale.

2Dans un premier chapitre succinct, Mathieu Noury présente tout d’abord la nanomédecine, c’est-à-dire toutes les applications techniques de la nanotechnologie dans le domaine de la recherche biomédicale, comme étant une médecine marquée par une « fuite vers le futur », soulignant par là son caractère fortement prospectif. Nourrie d’un imaginaire d’anticipation qui remet en cause les frontières discursives entre science et science-fiction, la nanomédecine contribue à la prolifération de discours utopiques (et parfois fantaisistes). En effet, les processus vitaux du corps humain qui opèrent à l’échelle nanométrique échappant à l’observation immédiate et n’étant étudiables que par l’intermédiaire d’importants dispositifs techniques qui génèrent avant tout des simulations informatiques, la nanomédecine facilite l’apparition de discours grandiloquents concernant ses potentialités en termes d’amélioration générale de la santé. L’auteur avance ensuite que ce nouveau modèle de médecine répond à trois finalités essentielles, qui font chacune l’objet d’un chapitre dédié : des avancées médicales transversales (du diagnostic jusqu’à la thérapeutique), l’amélioration de l’état biologique du corps humain et la globalisation des savoirs issus des recherches en nanosanté.

3Le chapitre 2 sur la transversalité des avancées médicales propre à la nanomédecine développe l’idée que cette médecine combine trois logiques distinctes mais interdépendantes. Tout d’abord, la logique de prédiction, qui se base sur une « connaissance prémonitoire » de la condition biologique actuelle d’un patient. Cette connaissance favorise la prévention de la maladie (parfois même avant les premiers symptômes identifiables) et la préservation de la santé tout au long de la vie (via par exemple l’implantation de biopuces au sein d’un organe qui permettent l’analyse d’échantillons moléculaires à l’intérieur même du corps). Par là, la nanomédecine ancre sa pratique dans la gestion du risque qui prend alors le pas sur la prise en charge et le traitement de la pathologie avérée. Se dessine par cette voie une figure de l’être humain comme « patient-en-devenir », perpétuellement sous contrôle médical. La deuxième logique est celle du soin ultra-personnalisé. Par l’approche moléculaire qu’elle préconise, cette médecine favorise des protocoles de soin adaptés au fonctionnement moléculaire particulier de chaque patient. En cherchant à faire du « sur mesure », la nanomédecine prétend rompre avec les approches plus classiques basées sur des critères épidémiologiques ; simultanément, elle tente de poursuivre et de développer l’orientation amorcée par la thérapie génique, c’est-à-dire une orientation techniciste qui délègue à des dispositifs techniques de plus en plus complexes l’ensemble du processus de soin (voir par exemple la description de l’action des nanorobots aux pages 63 et suiv.). De là découle directement la troisième logique, qui valorise l’autorégénération du corps humain. Cette autorégénération est appréhendée par les praticiens comme la propension naturelle du corps humain à restaurer la structure et la fonction normales d’un organe atteint d’une pathologie. La nanomédecine intervient en stimulant la capacité d’autorégénération du corps, principalement en injectant dans celui-ci des nouvelles cellules élevées ex vivo. Elle se différencie dès lors de la de la médecine de transplantation qui, elle, vise plutôt à remplacer l’organe atteint. En s’efforçant d’« aider le corps à se soigner » lui-même (p. 67), la nanomédecine développe une représentation du vivant comme fondamentalement plastique, sa matière pouvant être synthétisée, reproduite, manipulée ou transformée sans que cela en altère la nature première, qui est justement définie par son artificialité, sa plasticité.

4Le chapitre 3 s’intéresse à l’argument de l’amélioration du corps humain promu par les tenants de la nanomédecine. Par-delà le fonctionnement « normal » ou « pathologique » du corps, les nanotechnologies médicales soutiennent un mouvement de « costumisation » de celui-ci dont la finalité est moins de le soigner que de le rendre le plus « performant » possible sur le plan physiologique. D’après l’auteur, jusqu’à présent, la médecine classique ne pouvait dans sa pratique aller au-delà de l’application d’un certain « schéma réparateur » dont l’objectif était atteint lorsque le patient recouvrait un état de santé considéré comme « typique » (restitutio ad integrum). La nanomédecine semble quant à elle capable de mettre en œuvre une véritable logique de transformatio ad optimum, c’est-à-dire de transformation fondamentale du corps en vue d’optimiser son fonctionnement au-delà même du seuil biologique de maintien de la santé. Pour les promoteurs de cette médecine, il s’agit ici d’une optimisation technoscientifique du vivant lui-même, en vue d’assurer « l’amélioration de la condition humaine » (p. 78). Mathieu Noury cite deux exemples de projets soutenus par les autorités scientifiques et politiques qui illustrent le développement de cette logique de l’amélioration. Le premier projet, intitulé Neurano, financé à hauteur de 1,8 millions d’euros par l’Union Européenne entre 2006 et 2009, consistait à mettre au point des « nanodispositifs » implantables dans le cerveau humain pour créer de nouvelles connexions cellulaires afin d’améliorer l’apprentissage et la mémoire. Le second projet a permis aux chercheurs de l’Université de Harvard de développer le cyborg tissue en 2012. Ce « tissu intelligent » est composé d’une architecture de nanocanaux électriques ensemencés par des cellules humaines qui, une fois intégrés au corps humain, seraient capables (entre autres) de détecter électroniquement à distance la présence de certaines protéines associées au cancer ou à d’autres maladies. Pour l’auteur, ces recherches, qui visent « non pas tant à restaurer les fonctions physiques ou mentales perdues qu’à les remodeler […], s’inscrivent dans la logique biomédicale de la transformatio ad optimum » (p. 80).

5Avec ce genre de projets soutenus par les autorités, l’auteur souligne que la nanomédecine emprunte la voie d’une technicisation toujours plus importante et participe d’une vision de « management personnalisé de la santé », cherchant à généraliser à travers la population l’existence d’individus surmédicalisés par le moyen des innovations technoscientifiques (p. 83). Reprenant à Michel Foucault le concept de biopolitique, Mathieu Noury voit dans le recours grandissant à ce genre de « techniques de soi » par certains sujets humains une « attitude consommatrice de santé » au sein de la population. Cette attitude se révèlerait finalement en phase avec une vision politique néolibérale favorisant le marché comme lieu naturel du développement de la nanomédecine. Ce passage obligé par le marché ancrerait dès lors la nanomédecine dans un « modèle bioéconomique global » spécifique. C’est celui-ci qui est analysé dans les chapitres 4 et 5 du livre.

6Ce modèle est identifié à un « complexe industriel techno-scientifique global ». Selon la description faite par l’auteur de ce modèle, la recherche nanotechnologieque vise avant tout à développer des innovations médicales qui assurent un retour sur investissement à ceux qui la financent, cela dans une logique purement capitalistique. L’idée est bien ici de favoriser une commercialisation rentable des produits de la recherche scientifique, notamment via le rapprochement entre le secteur privé et le milieu universitaire. La prolifération de start-ups et de spin-offs juxtaposées aux centres de recherche universitaires illustre cette contribution à la construction d’un nouvel espace économique conforme à la pensée néolibérale (l’auteur décrit l’exemple de la compagnie franco-américaine Nanobiotix, pages 108-110).

7Les promoteurs du modèle bioéconomique global cherchent également à créer une véritable « bioéconomie » dans laquelle il est indispensable d’exploiter la valeur latente que contiendraient à l’état naturel les éléments et processus biologiques humains et non humains. Fondée sur un utilitarisme économique décomplexé, cette vision appréhende le corps humain (avec ses éventuelles pathologies) comme un pur objet marchand, transformant celui-ci en matière première et en objet de consommation. Mathieu Noury prend pour exemple du développement de cette logique le vote par le Congrès américain du Bayh-Dole Act (en 1980 déjà) qui permet à certaines entreprises de breveter des découvertes faites grâce à des fonds gouvernementaux et de pouvoir facilement en négocier une licence exclusive. Une telle réforme aurait ainsi propulsé la recherche biomédicale dans une course aux brevets et aux retombées commerciales.

8La nanomédecine promeut la « recherche translationelle », fondée sur le principe d’aller-retour entre « le laboratoire et le chevet du patient » (bench to bedside and bedside to bench) qui vise à favoriser (au moins en apparence) un partenariat plus démocratique entre l’industrie, l’université, le milieu médical et les patients. Elle développe également un nouveau mode d’expérimentation médicale reposant sur des essais clinique de « phase zéro ». Il s’agit pour les chercheurs d’explorer des pistes thérapeutiques en observant, sur un petit groupe de patients, les effets d’un médicament expérimental administré en microdoses. Le but explicite de cette phase est d’accélérer l’évaluation des médicaments expérimentaux et de passer outre les protocoles et les étapes des essais cliniques traditionnels. Le processus de contrôle du médicament s’en trouve écourté et le coût considérablement réduit. Mais cette recherche clinique nouvelle manière se réalise principalement sur les populations de pays dits en voie de développement, qui jouent alors le rôle de cobayes plus ou moins consentants. C’est pourquoi l’auteur parle de « biocolonialisme ». Ainsi, avec l’aide de gouvernements locaux parfois peu regardants quant à la dimension éthique et déontologique de ces essais, certaines entreprises pharmaceutiques participent d’un véritable néo-colonialisme nanobiologique visant à faire émerger des remèdes dont finalement seuls des patients solvables, habitants les plus riches des pays occidentaux, pourront bénéficier. Pour vendre à vaste échelle les produits nanotechniques issus de ce nouveau courant de recherche au sein de ces mêmes pays, des entreprises et lobbys privées soutiennent des réformes des systèmes sociaux de santé conformes à leurs intérêts économiques : privatisation des soins de santé, sur la base de l’implantation d’importants services cliniques et laboratoires « dont le modèle économique le plus proche pourrait être celui des cliniques privées de chirurgie esthétique » (p. 139). Un tel modèle semble difficilement conciliable avec un véritable système de santé universel et public et tend au contraire à favoriser le développement d’inégalités dans l’accès aux soins.

9Au terme de l’enquête, la conclusion de Mathieu Noury est assez critique envers l’orientation prise par la nanomédecine contemporaine. Au travers des diverses transformations de la médecine décrites tout au long du livre, se dessine une même stratégie de gestion des populations (et des risques socio-sanitaires dont celles-ci sont porteuses) visant à produire un « type d’homme » conforme au modèle promu par la pensée politico-économique néo-libérale. Ce modèle conçoit fondamentalement l’être humain comme une création permanente dont il doit lui-même être le maitre d’œuvre, cela en prenant appui sur les techniques de human engineering développées par la nanomédecine d’aujourd’hui. Au final, cette stratégie instituerait une société faite de « consommateurs de santé » menant « une quête individuelle de perfection biologique d’un corps devenu marché » (p. 143).

10Ce livre permet de prendre connaissance des développements actuels de la nanomédecine. Développant les possibilités et les enjeux induits par cette médecine d’un nouveau genre, il nous semble parfois un peu trop « technocritique ». En effet, la mise au jour du potentiel aliénant des applications de la nanomédecine gagnerait selon nous à être contrebalancée par la description des progrès effectivement apportés par celle-ci dans la lutte contre les maladies et dans la promotion d’une santé émancipatrice pour l’être humain. Le lecteur a parfois l’impression que ceux-ci sont tout simplement inexistants. Par ailleurs, le concept de nanosanté, pourtant introduit dès le début, n’est pas véritablement exploité et c’est alors la thématique de la « néo libéralisation » de la société qui finit par constituer l’essentiel du propos de l’ouvrage. Le livre offre néanmoins une première approche sociologique du nouveau modèle médical induit par l’apparition des nanotechnologies dans le domaine de la santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dutron, « Mathieu Noury, La nanosanté. La médecine à l’heure des nanotechnologies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24217

Haut de page

Rédacteur

Simon Dutron

Diplômé en sociologie de l’Université catholique de Louvain (UCL), Belgique. Passionné par la lecture de tout type d’ouvrage de sciences sociales, du plus classique au plus contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page