Navigation – Plan du site

Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres

Jean Bernatchez
Pour les sciences sociales
Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2017, 350 p., ISBN : 978-2-7132-2722-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cyril Lemieux (sociologie), directeur de la publication ; Laurent Berger (anthropologie sociale), M (...)

1Ce livre est un pari, affirment d’emblée le directeur de la publication et les collègues qui contribuent à sa coordination1. Il s’agit de relire 101 livres qui, entre 1947 et 2016, marquent la construction des sciences sociales en France, mais aussi à travers le monde, pour ensuite en rendre compte de manière synthétique, mais susceptible d’intéresser les chercheurs et un lectorat plus large constitué des personnes « qui aiment les sciences sociales pour ce qu’elles leur apportent de connaissances et de liberté » (p. 8). Pourquoi 101 livres plutôt que 100 ? Le collectif retient cet argument : « par esprit d’incorrection, pour inviter à toujours rouvrir et enrichir cet ensemble, et limiter autant que faire se peut l’effet de palmarès inhérent à ce type de projet » (p. 11).

2Ce pari est engagé pour souligner en 2017 le 70e anniversaire de la création de la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE) à partir de laquelle s’autonomise en 1975 l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) où œuvrent le directeur et les coordonnateurs du livre. Personne jusqu’à maintenant n’a tenté pareille entreprise, prétendent les membres du collectif, « comme si les sciences sociales, pourtant constituées comme telles depuis près d’un siècle et demi, peinaient encore à reconnaître ce qui fait leur unité, préférant s’en remettre, pour se figurer leur développement, à des regards rétrospectifs et à des anthologies disciplinaires limitées à chaque discipline, plutôt qu’au mouvement qu’elles impulsent en commun au cœur de la pensée contemporaine » (p. 7).

3C’est cet ensemble, les sciences sociales comme projet commun et projet émancipateur, que veut saisir le collectif grâce à cette initiative. Projet commun en effet parce que la vision unitaire des sciences sociales est mise à mal par le mouvement de spécialisation de la recherche, observé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il en résulte une « managérialisation de la production scientifique » (p. 9) qui entraîne une redéfinition de la profession de chercheur en sciences sociales, voire une transformation de son ethos et de ses idéaux professionnels. La figure du savant d’un domaine tend à être remplacée par celle de l’expert d’une question. L’œuvre de synthèse est déconsidérée par rapport à l’ouvrage analytique, qui a maintenant la cote. Projet émancipateur aussi puisque les sciences sociales augmentent la capacité collective à comprendre la société et ses institutions. Les fondements de la vie sont déterminés de manière sociohistorique, et pas seulement d’un point de vue biologique.

  • 2 Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Pari (...)
  • 3 André Burguière, L’école des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006.

4Pourquoi des livres plutôt que des articles, le médium qui constitue maintenant l’étalon de la production scientifique ? Les sciences sociales se sont historiquement construites autour du livre, soutient le collectif, même si plusieurs ouvrages classiques sont souvent des recueils, plus ou moins intégrés, de courts textes et d’articles. En outre, le livre est le vecteur qui relie les sciences sociales au monde de la littérature, cette fois selon l’argumentaire de Lepenies2 : « les sciences sociales ont une dimension narrative et herméneutique irréductible, qui tient non seulement à leur objet […], mais encore au genre d’effort qu’il faut déployer, qui réclame une mise en énigme du réel » (p. 13). Au nombre des autres partis pris figure aussi cette appréciation des sciences sociales au travers la culture de l’école des Annales3 (qui inspire la VIe section de l’EPHE) et grâce aussi aux trois disciplines qui forment le socle des sciences sociales (histoire, anthropologie et sociologie), malgré que s’articulent autour de ce socle d’autres disciplines dont les épistémologies sont différentes (par exemple le droit, la philosophie et l’économie).

5La sélection des 101 livres n’est pas objective (et elle ne se veut pas objective). Elle est située dans le temps, depuis la création de l’EPHE en 1947 jusqu’en 2016. Le passé est cependant interprété depuis l’observatoire du présent puisque les membres du collectif, marqués du sceau de leur propre formation, opèrent ce choix depuis le présent de leur discipline qui permet de discriminer les œuvres marquantes, notables, voire fondatrices et inspirantes d’autres manières plus contemporaines d’interpréter les phénomènes sociaux. Cette sélection est aussi située dans l’espace, occidental certes, mais aussi européen, même si certaines contributions étatsuniennes sont considérées. Cependant, la démarche est « animée par un effort constant de décentrement dans le temps et dans l’espace » (p. 12).

6Si telle n’était pas l’intention initiale des membres du collectif, le livre fait néanmoins « apparaître des discontinuités, des effets de convergence et de densification, et permet de formuler des lignes majeures d’évolution » (p. 14). Trois de ces lignes se dessinent. La première concerne la pensée structuraliste : son émergence après la Seconde Guerre mondiale, sa domination dans les années 1960, puis son déclin. La deuxième ligne consacre l’importance prise par les études féministes, les études coloniales et postcoloniales. La troisième ligne d’évolution, au cœur des sciences sociales contemporaines, concerne la prise en compte de la globalité de l’humanité et les limites de la planète, ce qui contribue à ce que l’État-nation ne soit plus le point focal. « C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre l’importance singulière que les sciences sociales accordent depuis les années 2000 aux dynamiques du capitalisme, à la perte de souveraineté des États, au défaut de régulation (mais aussi de pensée) de la crise écologique, ou à l’épuisement des ressources naturelles. Autant d’objets qui réclament que la réflexion s’extraie d’un point de vue centré sur les États-nations » (p. 16).

7Ce sont 102 auteurs (un texte est cosigné) qui répondent à l’invitation de rendre compte des livres choisis par le collectif suivant un même mode opératoire : resituer l’événement que constitue chaque livre au moment de sa publication ; ensuite, préciser son impact sur le débat scientifique et son intérêt actuel. Certains auteurs, mieux que d’autres, parviennent à rendre accessibles les idées parfois complexes déployées dans les livres. En outre, l’unité de l’ensemble est exceptionnelle, ce qui traduit un travail de coordination et d’édition remarquable et efficace. Chaque contribution tient sur trois pages et peut être lue en moins de cinq minutes. On se surprend à relire certaines d’entre elles qui captent particulièrement notre intérêt.

8La manière de titrer chaque contribution est explicite de l’idée principale qui se dégage du livre. Par exemple, et pour ne retenir qu’une contribution par décennie, mentionnons : « Merton propose à la sociologie un code de conduite » (Social Theory and Social Structure, 1949) ; « Febvre annonce l’histoire qui vient » (Combats pour l’histoire, 1953) ; « Foucault rend à la folie son pouvoir de déstabilisation » (Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, 1961) ; « Furet conjugue la Révolution au passé » (Penser la Révolution française, 1978) ; « Ricoeur refigure le temps » (Temps et récit, 1985) ; « Desrosières recherche l’ontologie des savoirs statistiques » (La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, 1993) ; « Collins fait de la violence un effet des situations » (Violence. A Micro-Sociological Theory, 2008) ; « Piketty décrypte l’évolution séculaire des inégalités économiques » (Le capital au XXIe siècle, 2013).

  • 4 Albert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and St (...)
  • 5 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Pari (...)
  • 6 François Hartog, Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

9Plusieurs contributions se réfèrent à des personnalités très connues au-delà de leurs champs respectifs (Sartre, Braudel, Barthes, Habermas, Bourdieu, Kuhn ou Mauss, par exemple), mais certaines autres concernent des auteurs moins connus. Au nombre de nos coups de cœur figurent Exit, Voice and Loyalty (Hirschman, 1970)4, une théorisation simple qui se vérifie empiriquement au quotidien quand un usager (ou un citoyen), en situation de mécontentement, choisit soit de faire défection (exit), soit de prendre la parole (voice) ; Le miasme et la jonquille (Corbin, 1982)5 qui fait état de l’entreprise de désodorisation des corps à l’œuvre aux XVIIIe et XIXe siècles, et de l’invention parallèle de la parfumerie ; Régimes d’historicité. Présentéisme et expérience du temps (Hartog, 2003)6, alors que le présent présentiste, « à la fois éternel et gouverné par l’éphémère, ne cesse de regarder vers l’avant et vers l’arrière sans pour autant sortir de lui-même… » (p. 277).

  • 7 Gérard Bergeron, Fonctionnement de l’État, Paris, Armand Colin, 1965 ; Fernand Dumont, Les idéologi (...)

10Bref, l’ouvrage vaut le détour d’une lecture attentive. C’est un livre de chevet qui se médite sur un temps long. Il saura intéresser le chercheur confirmé autant que le néophyte voulant se familiariser avec les classiques des sciences sociales. Comme professeur qui œuvre dans un espace savant inspiré solidairement des héritages culturels et scientifiques européen et étatsunien, nous croyons que quelques ouvrages québécois mériteraient aussi de figurer dans un tel recueil, notamment Fonctionnement de l’État (Bergeron, 1965), Les idéologies (Dumont, 1974) et Dialectique et Société (Freitag, 1986)7. Cela dit, si les choix de Lemieux et de ses collègues de l’École des hautes études en sciences sociales sont sans doute un peu arbitraires, conditionnés par une certaine rectitude politique, ils sont néanmoins très intéressants et pertinents.

Haut de page

Notes

1 Cyril Lemieux (sociologie), directeur de la publication ; Laurent Berger (anthropologie sociale), Marielle Macé (littérature française), Gildas Salmon (philosophie) et Cécile Vidal (histoire sociale), membres du comité de coordination ; tous associés à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) (https://www.ehess.fr/fr).

2 Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991.

3 André Burguière, L’école des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006.

4 Albert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1970 ; traduction française de Claude Besseyrias : Albert O. Hirschman, Défection et prise de parole, Fayard, 1995.

5 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

6 François Hartog, Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

7 Gérard Bergeron, Fonctionnement de l’État, Paris, Armand Colin, 1965 ; Fernand Dumont, Les idéologies, Paris, PUF, 1974 ; Michel Freitag, Dialectique et Société (2 vol.), Montréal, Saint-Martin et Lausanne, L’Âge d’Homme, 1986. Ces ouvrages, et plusieurs autres, sont habituellement disponibles en libre accès sur le site Les classiques des sciences sociales (http://classiques.uqac.ca), une bibliothèque numérique fondée et dirigée par le sociologue québécois Jean-Marie Tremblay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24218

Haut de page

Discipline

Anthropologie

Économie

Histoire

Philosophie

Sociologie

Sciences du langage

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page