Navigation – Plan du site

Danilo Martuccelli, La condition sociale moderne. L’avenir d’une inquiétude

Justine Brisson
La condition sociale moderne
Danilo Martuccelli, La condition sociale moderne. L'avenir d'une inquiétude, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2017, 768 p., ISBN : 978-2-07-272737-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous parlerons de CSM pour condition sociale moderne dans la suite du compte rendu, conformément à (...)

1Au sein de ce long essai, Danilo Martuccelli cherche à décrire ce qu’il tient pour l'inflexion particulière des sociétés actuelles depuis les années 1990. Plus précisément, sa thèse est que nous évoluons dans une époque marquée par une condition propre, une « nouvelle expérience de la vie sociale » (p. 15) qu’il qualifie de « condition sociale moderne » (CSM)1. Spécialiste de l’histoire de la modernité occidentale depuis une trentaine d’années, il enquête ici à partir de résultats d’enquêtes et d’entretiens conduits d’abord entre 2003 et 2005, puis entre 2014 et 2016. Ainsi, sa méthode consiste à partir du ressenti des individus pour « étudier la dynamique du singulier et du commun » (p. 25).

  • 2 Voir notamment Danilo Martuccelli et François de Singly, Les sociologies de l'individu, Paris, Arma (...)
  • 3 Pour un tour d’horizon de ce retour en force de l’acteur dans la sociologie française, se référer ( (...)

2Dans cette perspective, aborder la CSM requiert à ses yeux d’accorder une centralité axiologique nouvelle à l’individu, tout en prenant en compte le fait que la vie en société est toujours régulée par le collectif. Et il n’est guère étonnant que l’individu constitue un objet central de cette étude, puisque l’auteur est l’héritier d’une tradition épistémologique de sociologie de l’individu2. Très présente dans les milieux anglo-saxons, cette tradition fut d’abord largement critiquée en France, avant que l’on assiste – depuis les années 1980 – à une revalorisation de l’acteur en sociologie3. Les travaux de Danilo Martuccelli s’inscrivent ainsi dans une certaine continuité avec ce renouvellement des influences du champ de la sociologie française, puisqu’il y développe une démarche heuristique alliant l’échelle microscopique et l’échelle macroscopique, les acteurs et les structures – sans pour autant déduire directement des conséquences macrosociologiques à partir d’une vision microsociologique.

  • 4 À la page 678, l’auteur prend position par rapport à l’ouvrage éponyme de Ferdinand Tönnies (cf. Fe (...)

3Selon Danilo Martuccelli, l’époque actuelle est marquée par son intolérance d’explication systématique de l’univers, ceci depuis la fin des « grands récits » et le renoncement à toute vision finaliste de l’histoire. Par conséquent, l’auteur cherche à saisir comment les acteurs – tiraillés par une tension abyssale entre l’accroissement des mobilisations sociales et leur volonté de se singulariser – s’évertuent à réaffirmer leur singularité tout en s’insérant davantage dans la vie en commun. En d’autres termes, la CSM désignerait une expérience particulière de l’être-ensemble, dont « la vie en commun est le premier pilier de l’étude » (p. 64) de Danilo Martuccelli. Aussi, cette condition est définissable par une dynamique ambivalente entre « d’une part, une socialisation poussée et continue de la vie des individus, et d’autre part, une expérience de distanciation croissante des individus relativement à la société » (p. 37). Elle alterne entre « approfondissement des phénomènes spécifiques de mise en commun et expériences accentuées de singularisation » (p. 39). Dans cette veine, l’auteur exprime alors la volonté de rompre avec le simplisme de certains couples conceptuels, comme subjectivisme et objectivisme. Pour lui : « les singularités ne préexistent pas à leur mise en commun, et à son tour, ce qui est en commun n’abolit jamais le souci de la singularité » (p. 75). La CSM ne peut donc se résumer à l’opposition – classique dans les récits sociologiques de la modernité – entre communauté et société4.

4Danilo Martuccelli assimile l’expérience de la vie sociale à un ressenti particulier : « l’affectivité implicative », qui constitue par conséquent un véritable foyer heuristique pour la compréhension de la CSM. Les individus ne se sentent pas seulement concernés par le collectif, ils se sentent personnellement affectés par celui-ci. Plus que jamais, ils sont éprouvés sur le plan personnel par ce qu’il advient de la collectivité – même s’ils (re)personnalisent continuellement leurs revendications et que leur forte implication personnelle n’engendre souvent pas de mouvement contestataire. Le fait est que la mobilisation est aujourd’hui généralisée à tous les aspects de nos vies. Même la sphère personnelle, autrefois intime, est désormais politisée. Si cela n’est pas proprement nouveau, l’auteur note que ce phénomène s’est accentué avec la CSM et la montée notamment de l’idéologie managériale, qui induit un enrôlement intensif des salariés sur leur lieu de travail. La frontière entre vie privée et vie professionnelle se brouille. À l’occasion des entretiens menés par Danilo Martuccelli, les individus relatent d’un côté leur peur de se déconnecter des outils technologiques et de l’autre leur peur de dériver vers une forme d’hyperactivité compulsive – peurs qui, dans une société de stimulation numérique surabondante, sont selon l’auteur vécues avec plus d’intensité que par le passé.

5Les individus modernes seraient ainsi marqués par le souci de leur intégration au monde social – ceci s’exprimant, selon Danilo Martuccelli, au travers de la problématique de la coordination sociotechnique de l’action. Un enjeu inédit de la CSM est par conséquent celui du « continuum sociotechnique », qui induit un « véritable changement de nature de l’ancienne question de l’intégration de la société » (p. 240). Irréductible à la seule technique, la dimension sociologique de ce continuum est toujours significative. Si l’automation – à l’ère de l’évaluation et du tracking – est grande, de même que la dépendance de la société envers la technique est importante, il faut garder en tête qu’« il n’y a pas de social sans technique, et dans le même sens il n’y a pas de technique sans social » (p. 293). Les sociétés doivent composer avec l’extension croissante du continuum sociotechnique, qui est une nécessité fonctionnelle, sans toutefois s’abandonner à un déterminisme technique total.

6De même, dans un contexte de sécularisation, la science a tenté de s’ériger en matrice de narration hégémonique de la vérité à partir du XIXème siècle. Cependant, « l’abandon de l’idée de l’existence d’un langage unificateur [et] neutre » (p. 484), au moment de la postmodernité et des sciences studies, souligne d’un point de vue critique la pluralité des interprétations du réel. De ce fait, les biais par lesquels les individus rendent compte de leurs singularités et de leurs expériences – autrement dit : leurs « matrices de narration » (p. 469) – se sont diversifiés. Néanmoins subsiste au sein de cette pluralité de régimes d’énonciation la mise en œuvre d’une narration transversale partagée : celle d’une vie soumise dans tous les domaines aux rapports intersubjectifs.

7À cet égard, les données recueillies par Danilo Martuccelli montrent que les rapports interindividuels se concentrent de plus en plus sur l’usage grandissant des technologies de l’information et de la communication, qui constituent aussi à leur façon une matrice de narration. En effet, si Internet élargit sans cesse le périmètre du monde, « il permet aussi son rétrécissement, en se fabriquant un monde à soi, qui tourne autour de soi, n’a de référence qu’à soi-même » (p. 522). D’ailleurs, c’est de plus en plus à travers la visibilité sur le net que se lit l’étendue de l’existence d’un individu. De même, en étudiant la géomodernité, c’est-à-dire ce que la géographie fait à la modernité, l’auteur constate que la mondialisation représente elle aussi un vecteur de modification des matrices de narration, puisque nous sommes entrés dans un monde interdépendant, qui met à mal le regard occidentalo-centré d’antan. Autrefois, toutes les sociétés étaient encouragées à converger à leur assimilation avec l’Occident selon un parcours linéaire. Mais la modernité occidentale a perdu ce caractère d’exceptionnalité et d’hégémonie dont elle jouissait auparavant.

8Au gré d’une réflexion méticuleuse et englobante sur le lien social à l’âge de l’individualisme avancé, ce dense essai fera alors le plaisir du lecteur qui souhaiterait être sensibilisé aux enjeux sociopolitiques de la modernité. L’intérêt épistémologique d’une sociologie de l’individu y est défendu de manière limpide et convaincante : si l’on suit Danilo Martuccelli, s’intéresser à l’individualité de l’acteur ne revient pas à se détourner du regard sociologique, mais bien au contraire à poser des jalons pour un programme théorique à partir d’un mode de réflexion à la fois relationnel et contextuel.

9Par ailleurs, il importe de préciser qu’à la différence des démarches intersectionnelles, le propos de Danilo Martuccelli relativise les aspects racial et genré des phénomènes étudiés, ceci au profit de l’aspect économique. Toutefois, les inégalités positionnelles y restent tout de même reliées à des facteurs pluriels, et l’instabilité des positions sociales n’en est que mieux palpable. In fine, l’auteur argue que les exigences égalitaires – croissantes face à ces enjeux positionnels – posent réciproquement des défis à la dynamique du singulier et du commun, avec un risque de « médiocrité égalitaire ». Par conséquent, c’est au défi latent de légitimer une pluralité d’idéaux de vie que l’on pourrait résumer l’inquiétude positionnelle soulevée par le titre de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Nous parlerons de CSM pour condition sociale moderne dans la suite du compte rendu, conformément à l’usage qu’en fait l’auteur dans son livre.

2 Voir notamment Danilo Martuccelli et François de Singly, Les sociologies de l'individu, Paris, Armand Colin, 2009.

3 Pour un tour d’horizon de ce retour en force de l’acteur dans la sociologie française, se référer (par ordre chronologique) aux travaux emblématiques d’Alain Touraine (Le retour de l’acteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984), de François Dubet (Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1995), ou encore de François de Singly (Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Paris, Armand Colin, 2003).

4 À la page 678, l’auteur prend position par rapport à l’ouvrage éponyme de Ferdinand Tönnies (cf. Ferdinand Tönnies, Communauté et société (trad. fr. par Niall Bond et Sylvie Mesure), Paris, PUF, 2010 [1887]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Brisson, « Danilo Martuccelli, La condition sociale moderne. L’avenir d’une inquiétude », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 17 février 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24219

Haut de page

Rédacteur

Justine Brisson

Étudiante en master 1 de théorie politique à SciencesPo Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page