Navigation – Plan du site

Éric Baratay, Biographies animales. Des vies retrouvées

Benjamin Mai
Biographies animales
Éric Baratay, Biographies animales. Des vies retrouvées, Paris, Seuil, coll. « L'Univers historique », 2017, 304 p., ISBN : 9782021182958.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Éric Baratay, La Corrida, paris, PUF, 1995 ; Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier, L’Église (...)
  • 2 Paul Bacot, Éric Baratay, Denis Barbet, Olivier Faure, Jean-Luc Mayot, L’Animal en politique, Paris (...)
  • 3 Éric Baratay, Le Point de vue animal, Paris, Seuil, 2012
  • 4 Souligné par nous.
  • 5 Ibid., p. 389.

1Aujourd’hui professeur à l’Université Jean Moulin Lyon 3, Éric Baratay a publié son premier livre d’histoire des animaux en 1995, étape inaugurale d’une longue série de travaux consacrés à ce sujet. Après avoir exploré l’histoire des pratiques et des représentations humaines liées aux animaux1 et étudié les mouvements de protection animale2, Éric Baratay a ensuite déplacé son champ focal vers l’histoire des animaux eux-mêmes. Cette histoire a fait l’objet d’une première théorisation dans son ouvrage sur « le point de vue animal »3, où il appelle à bâtir « une histoire éthologique, montrant l’évolution des groupes, des sociabilités, des conduites, des cultures, et une éthologie historique4 étudiant les animaux d’une époque, brossant les portraits de tel ou tel individu, estimant les différences avec ceux d’autres époques »5.

2Les Biographies animales doivent être situées dans la continuité de ce travail : leur objectif est à la fois de montrer « que les sociétés animales ne sont pas sans histoire » (c’est l’histoire éthologique) et de fournir aux éthologues des faits qu’ils puissent utiliser « comme point de départ ou élément de contrôle des expérimentations » (p. 270) (c’est l’éthologie historique). Il s’agit donc d’une part de proposer l’ébauche d’une histoire animale générationnelle, où les pratiques des individus changent avec le temps, et d’autre part de retracer des vies animales singulières, d’expliciter la particularité de leurs expériences et de leurs relations avec les vivants qui les entourent, afin d’apprécier leur place dans l’histoire de l’espèce et de mesurer leur représentativité vis-à-vis de celle-ci. Précisons donc d’emblée que les Biographies animales ne présentent pas seulement des vies singulières, mais forgent aussi le premier matériel d’une histoire de groupes d’animaux.

  • 6 Jérôme Michalon, « Les animal studies peuvent-elles nous aider à penser l’émergence des épistémès r (...)
  • 7 Éric Baratay résume bien cette démarche historique en écrivant qu’il s’agit de « construire une his (...)

3Ainsi, l’ouvrage d’Éric Baratay s’inscrit dans une évolution historiographique et épistémologique récente : celle du zoocentrisme, qui s’érige aujourd’hui en paradigme dominant aux États-Unis et qui cherche à rompre avec l’anthropocentrisme des études des relations entre les hommes et les animaux, dites Human-Animal Interactions, pour se placer résolument du point de vue de l’animal67.

  • 8 Il s’agit là d’une rupture épistémologique propre aux animal studies et qui prend forme dans l’idée (...)
  • 9 Pour Dominique Lestel, « l’anthropomorphisme, que l’on voit comme un obstacle éthologique, pourrait (...)

4Pour ce faire, il convient selon l’auteur de déconstruire trois fausses vérités. D’abord, celle qui consiste à dire que les comportements des animaux d’une même espèce sont invariables dans le temps et l’espace alors que « l’environnement […] influe sur les individus » (p. 11). Ensuite, celle de la distinction entre l’être humain et l’animal, qui a pour défaut d’opposer une espèce à un concept et de véhiculer l’idée d’une supériorité humaine8. Enfin, celle qui brandit l’anthropomorphisme face à tout désir de sortir de soi pour comprendre le non humain. Selon l’auteur, le refus paradigmatique de l’anthropomorphisme doit être remplacé par un « anthropomorphisme de questionnement […] où l’humain constitue un repère parmi d’autres, pouvant servir de modèle pour interroger les espèces autour et de moyen de compréhension » (p. 25). Il se positionne donc sur la même ligne philosophique que Dominique Lestel9, représentant des animal studies dans le champ philosophique français.

  • 10 C’est le cœur de l’approche proposée par Éric Baratay. Voir notamment Éric Baratay, « Pour une hist (...)

5L’approche zoocentrique adoptée par l’auteur s’appuie sur toutes sortes de documents : observations de naturalistes, photographies, articles de journaux, ouvrages littéraires, soit autant de fenêtres sur des animaux singuliers, qui permettent d’en reconstituer une parcelle d’existence. Ces sources sont ensuite étudiées au prisme de l’éthologie en vue de comprendre le ressenti de chaque animal à travers les descriptions que ceux qui vécurent à leurs côtés ou les étudièrent en ont fait10.

6Afin de proposer au lecteur une éthologie historique, via une expérience sensible de la singularité de ces vies animales, ainsi qu’une histoire éthologique qui dépasse la simple biographie, Éric Baratay a divisé son livre en quatre grandes parties. La première adopte le « point de vue géographique » (p. 31), qui consiste à se glisser dans la peau de l’animal pour prendre la mesure de son expérience du monde. La seconde insiste davantage sur le ressenti des animaux : l’auteur met en avant l’exemple de deux animaux qui ont connu la souffrance en narrant les vies de Modestine, ânesse maltraitée, et d’Islero, taureau de corrida. La troisième partie souligne l’existence d’« époque[s] animale[s] » (p. 123) à travers l’exemple de deux singes ayant vécu entre la moitié du XIXe et la moitié du XXsiècle, période des « chimpanzés humanisés, inculturés, vivant en enfants dans des maisons, en clowns savants dans des ménageries fixes ou ambulantes » (p. 124). La dernière partie, enfin, se propose de « penser les générations » (p. 175) à travers l’exposé de quatre vies canines à différentes époques, qui démontrent une évolution des modes de vie des chiens et de leurs relations avec les humains ; de Bummer et Lazarus, chiens errants vivant à côté des hommes dans le San Francisco des années 1860, à Douchka, chienne de maison née dans la seconde moitié du XXe siècle dont la vie est enchevêtrée avec celle de ses maîtres.

7Ainsi, l’auteur démontre qu’il est possible d’écrire des biographies animales d’un point de vue zoocentrique, de même qu’une histoire scientifique de groupes animaux qui, à l’instar des groupes humains, « évoluent dans un environnement avec lequel ils composent, pour lequel ils s’adaptent d’eux-mêmes ou sous la force des pressions extérieures » (p. 270).

  • 11 Les ouvrages récents de Damien Baldin, Une nouvelle histoire des animaux domestiques. Mutation des (...)

8L’ouvrage d’Éric Baratay parvient de façon assez convaincante à défendre la possibilité d’une histoire animale. Même si les modalités de cette histoire balbutiante font encore débat, on ne peut que concéder l’intérêt d’un travail résolument novateur en France, où le zoocentrisme a à peine effleuré les études animales11. Éric Baratay contribue donc à introduire cette nouvelle approche épistémologique, qui ne se limite pas à la sphère de l’histoire : ses résonnances sont à la fois politiques, parce qu’elles exigent de repenser nos rapports aux animaux, biologiques, car elles réintègrent l’être humain dans l’animalité en posant la possibilité d’une intercompréhension, et philosophiques, puisqu’elles imposent de repenser les critères de la définition de l’humain. Les Biographies animales fournissent donc matière à irriguer la recherche française non seulement en sciences humaines et sociales, mais aussi en sciences de la nature.

Haut de page

Notes

1 Voir Éric Baratay, La Corrida, paris, PUF, 1995 ; Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier, L’Église et l’animal, Paris, Éditions du Cerf, 1996 ou encore Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

2 Paul Bacot, Éric Baratay, Denis Barbet, Olivier Faure, Jean-Luc Mayot, L’Animal en politique, Paris, L’Harmattan, 2003.

3 Éric Baratay, Le Point de vue animal, Paris, Seuil, 2012

4 Souligné par nous.

5 Ibid., p. 389.

6 Jérôme Michalon, « Les animal studies peuvent-elles nous aider à penser l’émergence des épistémès réparatrices ? », Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 11, n° 3, 2017, p. 321-349.

7 Éric Baratay résume bien cette démarche historique en écrivant qu’il s’agit de « construire une histoire animale des animaux [et de] leur donner un statut de sujets et d’acteurs agissants, influençant les humains ». Éric Baratay, « Pour une histoire éthologique et une éthologie historique », Études rurales, n° 189, 2012, p. 91-106, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/etudesrurales/9596 (voir résumé).

8 Il s’agit là d’une rupture épistémologique propre aux animal studies et qui prend forme dans l’idée que l’homme n’est pas sorti de l’animalité. En France, cette idée est notamment défendue par Dominique Lestel, selon lequel « l’homme est un animal particulier, mais pas un animal spécial », ce qui constitue une rupture avec des siècles de christianisme et de pensée cartésienne. Dominique Lestel, « L’homme devant l’animal. Observer une autre intelligence », Esprit, n° 6, juin 2010, p. 116-132, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-esprit-2010-6-page-116.htm, paragraphe 25.

9 Pour Dominique Lestel, « l’anthropomorphisme, que l’on voit comme un obstacle éthologique, pourrait être, à l’inverse, une compétence utile même si elle doit être manipulée avec précaution ». Ibid., paragraphe 18.

10 C’est le cœur de l’approche proposée par Éric Baratay. Voir notamment Éric Baratay, « Pour une histoire éthologique et une éthologie historique », op. cit.

11 Les ouvrages récents de Damien Baldin, Une nouvelle histoire des animaux domestiques. Mutation des sensibilités et des pratiques sociales en France des Lumières aux Trente Glorieuses, Paris, Seuil, 2010, et d’Alain Romestaing et Alain Schaffner, Histoire naturelle des animaux, XX-XXIe siècles, Paris, Presse Sorbonne Nouvelle, 2016, se situent davantage dans le sillage des Human-Animal Interactions, c’est-à-dire de l’histoire des relations entre les hommes et les animaux, souvent jugées trop anthropocentriques par les tenants du zoocentrisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Mai, « Éric Baratay, Biographies animales. Des vies retrouvées », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 février 2018, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24225

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Mai

Étudiant en histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page