Navigation – Plan du site

Christian Baudelot, Jean-Loïc Le Quellec, Valérie Louys, Isabelle Richer, Catherine Robert et al., L'Anthropologie pour tous

Alicia Rinaldy
« Plus d'une langue »
Christian Baudelot, Jean-Loïc Le Quellec, Valérie Louys, Isabelle Richer, Catherine Robert, « Plus d'une langue ». Obstacle ou ressource ?, Aubervilliers, L'Anthropologie pour tous, coll. « OLO collection », 2017, 71 p., Carnet n° 1.
Enquête sur les vacances des élèves du lycée Le Corbusier d'Aubervilliers
Christian Baudelot, Jean-Loïc Le Quellec, Valérie Louys, Isabelle Richer, Catherine Robert, Enquête sur les vacances des élèves du lycée Le Corbusier d'Aubervilliers, Aubervilliers, L'Anthropologie pour tous, coll. « OLO collection », 2017, 80 p., Carnet n° 2, ISBN : 9782952837477.
À l'école de l'enquête
Christian Baudelot, Nicolas Grimal, Jean-Loïc Le Quellec, Valérie Louys, Isabelle Richer, Catherine Robert, À l'école de l'enquête. Actes du troisième colloque de l'Anthropologie pour tous, Aubervilliers, L'Anthropologie pour tous, coll. « OLO collection », 2017, 80 p., Carnet n° 3, ISBN : 9782952837484.
L’École, laboratoire de la fraternité
Christian Baudelot, Pulchérie Gadmer, Raphaël Giromini, Nicolas Grimal, Jean-Loïc Le Quellec, Valérie Louys, Isabelle Richer, Catherine Robert, L’École, laboratoire de la fraternité. Contribution de l'équipe de L'Anthropologie pour tous sur les bénéfices scolaires de l'enquête, Aubervilliers, L'Anthropologie pour tous, coll. « OLO collection », 2017, 40 p., Carnet n° 4, ISBN : 9782952837491.
Haut de page

Texte intégral

1Tout au long de l’année 2017, la jeune association L’Anthropologie pour tous » – fondée en septembre 2016, à la suite de l’organisation du colloque du même nom – a publié aux éditions Traces les résultats de ses travaux et activités. L’association cherche à diffuser la réalisation d’enquêtes de sciences sociales réalisées par des élèves de diverses institutions scolaires, du primaire à l’université. Sous la forme de petits carnets d’une soixantaine de pages chacun, les quatre premiers fascicules de la collection « Olo » à la fois rendent compte des résultats de ces enquêtes et proposent un regard réflexif sur les bénéfices d’une telle démarche. Chaque carnet plaide en faveur de l’apprentissage empirique du monde social à travers l’appropriation des outils de la recherche sociologique et anthropologique (comme les entretiens, questionnaires ou observations), dans une démarche de construction collective du savoir (sont associés élèves, enseignants, parents et chercheurs) : « Nous soutenons que l’enquête […] a des vertus méthodiques essentielles et qu’elle est le moyen de mettre en œuvre une École de la fraternité. Nous soutenons que les bénéfices d’une telle entreprise sont pédagogiques et politiques : ils concernent autant l’École que la société » (Carnet n° 4, p. 23).

2Les deux premiers opus se consacrent à la publication des résultats de deux recherches réalisées par et auprès des élèves du lycée Le Corbusier d’Aubervilliers, dans le cadre du projet Thélème. La première enquête porte sur la diversité des origines et des pratiques linguistiques des élèves et a été réalisée via un questionnaire en ligne. Elle révèle qu’un peu plus des trois quarts des répondants sont socialisés dans un contexte familial bilingue, voire multilingue. Malgré cette richesse culturelle, très peu d’élèves issus des classes populaires parviennent à valoriser leur pratique d’une langue non indo-européenne dans le contexte scolaire tel qu’il existe aujourd’hui. Ainsi, pour le chinois, 15 élèves ont passé le baccalauréat dans cette discipline alors que l’enquête révèle pour le moins 71 locuteurs sur 594 répondants. Au-delà du constat de l’homogénéité sociale de ces élèves (leurs parents sont la plupart du temps ouvriers, employés, commerçants ou chômeurs) et de leur diversité culturelle, l’ouvrage élabore différentes propositions pour exploiter cette plasticité linguistique et freiner ce « rapport socialement discriminant et scolairement dévalué [au] langage » (Carnet n° 1, p. 45). Cultiver le rapport objectif à la langue en soutenant par exemple l’enseignement de l’arabe ou du chinois (les deux langues les plus parlées dans ce lycée) ; étendre le dispositif encore peu répandu des sections internationales (SI), où les enseignements d’un pays partenaire sont associés au cursus français classique, constituent des pistes fécondes pour arrêter de considérer ces jeunes, issus des classes populaires, comme dépourvus de capital culturel, pour parler en termes bourdieusiens. En d’autres termes, à partir de cette enquête, l’association préconise de valoriser ces doubles et parfois triples cultures en incorporant à l’école le « déjà là » et en traduisant les savoirs des élèves en savoirs scolaires.

3La seconde enquête porte sur les vacances des élèves du lycée Le Corbusier. Il en ressort que partir loin du quotidien plusieurs fois par an est l’apanage des plus privilégiés ou des familles avec moins d’enfants. Dans ce contexte, « partir en vacances » est le plus souvent synonyme de grandes vacances et de « retour au pays ». L’ouvrage donne également à lire quatre témoignages d’élèves membres du projet. Les enquêteurs deviennent alors les enquêtés et nous révèlent l’importance du rituel des cadeaux avant chaque départ ou des contraintes familiales qui continuent de s’exercer avec force même dans le cadre des congés. Paradoxalement, si les vacances recouvrent les moments hors du temps scolaire, l’étude dit en creux ce que représente l’école pour ces jeunes. Ils décrivent par exemple leurs vacances idéales sous le signe de la détente, précisément parce que le lycée sanctionne les savoirs acquis durant toute l’année dans un contexte compétitif particulièrement stressant. Là encore, le fascicule se clôt sur plusieurs « pistes de réflexion » (deuxième chapitre). Les auteurs suggèrent de généraliser les voyages scolaires pour les élèves qui partent peu. L’élaboration de ces séjours repose aujourd’hui exclusivement sur la bonne volonté et l’imagination des enseignants, parce que rien n’est mis en place au sein de l’institution pour en faciliter l’organisation. Le lecteur trouvera également dans cette partie un petit guide des financements possibles à l’usage des professeurs, ou encore des exemples d’actions pédagogiques menées par différentes associations.

4Dans ces deux premiers carnets, on regrette de ne pas avoir accès aux coulisses de l’enquête, aux moments de l’élaboration des questionnaires ou de l’analyse collective des données obtenues. Ce silence nous prive de la découverte des chemins pédagogiques de compréhension du monde social empruntés par les professeurs et les chercheurs avec les élèves. Mais les deux derniers fascicules – la publication des actes du colloque annuel de l’association et le premier numéro des Analytiques de l’Anthropologie pour tous – contribuent en partie à pallier ce manque.

5Ainsi, le troisième carnet regroupe de multiples expériences d’enquêtes en milieu scolaire et universitaire. Certains textes se concentrent à nouveau sur la pure analyse des matériaux recueillis par les élèves, d’autres sont plus réflexifs et nous donnent à lire la construction de l’expérience ethnographique. Ainsi, Chantal Deltenre et Nicolas Decressac présentent les ateliers menés avec des élèves de primaire par l’association « Ethnologues en herbe » autour des espaces du quotidien, des pratiques culturelles ou des stéréotypes filles-garçons. Jeff Buche, enseignant de littérature en collège, relate l’enquête menée par une classe de 5e sur la diversité des pratiques alimentaires. À travers ces récits, on découvre que mettre des élèves en situation d’enquête, c’est les conduire à adopter une posture compréhensive, d’écoute et de respect de l’Autre, permettant de démentir des préjugés parfois profondément ancrés, bien que peu étayés. C’est aussi leur apprendre à élargir leur champ de vision, à faire un pas de côté, pour in fine objectiver et comprendre leur propre existence dans l’espace social plus vaste auquel ils appartiennent. L’apprentissage de cette posture réflexive n’est pas anecdotique. Il est en effet le meilleur moyen de mettre au jour la pluralité des identités des jeunes issus des classes populaires par exemple, et de contrecarrer les raccourcis ou l’enfermement dans une seule culture, parce qu’« à force de réduire la diversité culturelle de la banlieue à une identité religieuse unique, on risque d’offrir aux relégués l’occasion d’une assimilation du stigmate » (Carnet n° 3, p. 4).

6Encore trop peu d’ouvrages donnent à lire la recherche en train de se faire avec des élèves. L’intérêt majeur de ces quatre petites publications est qu’elles parviennent à traduire cette pratique pédagogique si singulière en une véritable force de proposition politique, allant à rebours des grandes réformes amorcées par l’actuel ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. Dans le quatrième carnet, l’association esquisse à nouveau des pistes concrètes pour transformer certaines habitudes éducatives et éclairer les difficultés actuelles de l’institution scolaire, surtout dans les quartiers marginalisés. Ainsi, pour Bernard Lahire, « les comportements des élèves les plus faibles scolairement sont les comportements de ceux qui ne parviennent pas à prendre le langage comme un objet étudiable (en lui-même et pour lui-même), à le mettre à distance » (Carnet n° 4, p. 28). Pour ces apprenants, l’enjeu est donc d’adopter la bonne distance vis-à-vis de la langue, d’objectiver les différentes situations d’énonciation, de concevoir en somme le langage non pas exclusivement de manière pratique, mais aussi comme un système de signes régi par des règles grammaticales précises (il s’agit pour le sociologue de former au « rapport scriptural-scolaire » au langage). Or, mettre à distance et cultiver la réflexivité sont le propre des sciences sociales. Il est préconisé que cette réflexivité, ce recul sur soi et sur les autres, soient enseignés dans l’ensemble des disciplines.

7Par ailleurs, l’élaboration d’enquêtes socio-anthropologiques en classe permet de rénover le rapport pédagogique entre élèves et professeurs. Dans ce cadre, l’enseignant n’est plus le seul dépositaire du savoir : il accompagne les élèves, les guide et apporte la méthode de recherche, mais ce soutien se construit exclusivement à partir de ce qui est récolté par les élèves, qui deviennent les premiers producteurs de connaissance. Il s’agit en ce sens de changer la manière de se concevoir en tant qu’apprenant et de transformer son rapport au savoir, qui n’est plus un stock d’acquis (« d’attendus ») à connaître, mais une démarche « qui se saisit des phénomènes comme autant d’objets d’investigation possible » (Carnet n° 4, p. 29). Les élèves apprennent alors à fabriquer concrètement de la connaissance à travers la sollicitation de différents sens comme l’écoute, l’observation ou la mémoire et la maîtrise de nouveaux outils comme la grille d’observation et d’entretien, le carnet de terrain ou le dictaphone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alicia Rinaldy, « Christian Baudelot, Jean-Loïc Le Quellec, Valérie Louys, Isabelle Richer, Catherine Robert et al., L'Anthropologie pour tous », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 février 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24247

Haut de page

Rédacteur

Alicia Rinaldy

Docteure en sociologie associée au CREDA-UMR 7227. Formatrice et chargée de cours, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), Universidad Autónoma de la Ciudad de México (UACM).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page