Navigation – Plan du site

Hélène Stevens, Laurent Willemez (dir), « Les cadres pris dans la gestion », Savoir/Agir, n° 40, 2017

Benjamin Lepetit
Les cadres pris dans la gestion
Hélène Stevens, Laurent Willmez (dir.), « Les cadres pris dans la gestion », Savoir/agir, n° 40, juin 2017, 102 p., Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, ISBN : 9782365121279.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On retrouve cette problématique dans les travaux de sociologie de la gestion, et notamment dans l’o (...)

1Ce quarantième numéro de la revue Savoir/Agir invite à s’intéresser aux mutations récentes de l’organisation du travail et à ceux qui sont au cœur de sa mise en place : les cadres. Si l’objet peut paraître classique, la focale adoptée met en lumière les mutations récentes des dispositifs d’encadrement du travail salarié, objet d’étude qui demeure encore peu relayé1. Le dossier entend ainsi montrer par quels moyens les cadres « sont pris dans l’organisation et comment leurs activités sont structurées par des dispositifs de gestion très divers, mais qui ont souvent pour caractéristique de solliciter une plus forte implication » (p. 10). Ces dispositifs ne visent en effet pas seulement à garantir l’efficacité de la division du travail, mais également à créer une adhésion subjective des salariés à l’activité de l’entreprise.

2Les cadres sont au cœur de ce changement productif, et les différentes contributions du dossier montrent comment ils sont à la fois sujets et objets des procédures de gestion. Ils sont sujets car c’est à eux qu’incombe la tâche classique d’encadrer leurs subordonnés et de garantir leur mobilisation quotidienne. Mais les cadres sont également « pris dans le jeu » en étant objets de ces dispositifs, dans le sens où ils sont eux-mêmes encadrés et normalisés, ce qui provoque non seulement une réduction de leur autonomie historique, mais aussi une forte auto-contrainte que Marie Benedetto-Meyer qualifie d’« emprise managériale ».

3Des cinq articles du dossier, on peut dégager trois orientations centrales. La première traite des dispositifs mis en place pour encadrer le travail, en s’attardant sur leurs effets sur l’activité des cadres. La seconde aborde la question de l’enrôlement des cadres dans ces dispositifs, en questionnant les effets qu’ont ces outils sur l’adhésion des cadres au projet de l’entreprise. Enfin, la troisième thématique concerne l’effet de ces dispositifs sur les rapports sociaux dans l’entreprise.

  • 2 Marie-Anne Dujarier, Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, L (...)

4Les articles de Lionel Jacquot et Lucie Goussard posent la question des nouvelles techniques de management qui visent à produire une « nouvelle gouvernementalité » au sein de l’entreprise. Lionel Jacquot montre comment les cadres sont au cœur de ces dispositifs : ils constituent le premier chaînon exerçant l’enrôlement tout en étant eux-mêmes enrôlés. Le sociologue constate la standardisation croissante du travail d’encadrement au travers d’un foisonnement d’outils, de normes et de procédures, qui renforcent la place des cadres, seuls à même de rendre opérationnels ces nouvelles techniques de gestion. Ce phénomène produit une évolution du travail managérial : d’un modèle fondé sur la commande et la coercition, les cadres basculent vers un modèle centré sur l’animation et l’implication. Lionel Jacquot reprend à juste titre la typologie de Marie-Anne Dujarier2 sur les différents dispositifs de management pour montrer la complexité croissante du travail d’encadrement : les cadres mettent ainsi en œuvre à la fois des « dispositifs de finalité », qui visent à atteindre des objectifs chiffrés, des « dispositifs de procédé », dont l’objectif est de créer des normes de travail, et des « dispositifs d’enrôlement », qui ont pour but de susciter l’adhésion et la participation des travailleurs. Ces mutations du travail d’encadrement se retrouvent dans l’article de Lucie Goussard sur le travail par projet : ce mode d’organisation, largement promu par la littérature managériale, favoriserait l’autonomie, la responsabilité et la créativité des salariés en permettant la formation de structures plus souples et moins hiérarchiques. Mais l’étude montre que le travail par projets permet avant tout une autonomie en trompe-l’œil qui produit de l’auto-contrainte : puisque les salariés forment leurs critères et leurs équipes, ils se doivent de prouver leur « professionnalité » par une forte implication personnelle et la fixation d’objectifs ambitieux ; « ils [en] deviennent ainsi les garants et mobilisent toutes leurs capacités pour les respecter coûte que coûte » (p. 24). Ces techniques managériales tendent donc à engendrer une mobilisation certes moins autoritaire mais surtout plus permanente des cadres, qui se voient astreints à l’« auto-prescription de contraintes ».

  • 3 Gaëtan Floco reprend ici l’analyse de Pierre Bourdieu dans « La double vérité du travail », Actes d (...)
  • 4 Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude, Paris, La Fabrique, 2010, p. 10 ; compte rendu de (...)

5L’article de Gaëtan Floco et celui de Marie Benedetto-Meyer et Laurent Willemez interrogent l’adhésion des cadres à l’idéologie managériale et les mécanismes qui conduisent à cette adhésion. Gaëtan Floco pose ainsi la question des capacités critiques des cadres : si ces derniers bénéficient de nombreux profits symboliques liés à leur place dans les hiérarchies organisationnelles, et que ces profits sont censés permettre à la fois « l’investissement dans le travail » et « la méconnaissance de la vérité objective du travail comme exploitation »3, ils ne sont pourtant pas dénués de tout recul critique. L’étude permet avant tout de montrer que le travail des cadres fait encore sens, et c’est ce qui fait que les cadres ne vivent pas leur emploi sous la forme de l’exploitation mais restent des « dominés heureux », pour reprendre l’expression de Frédéric Lordon4. C’est avant tout l’adhésion à certaines « représentations mystificatrices » qui permet aux cadres, d’une part de « [déformer] les aspects de la réalité pour mieux les faire accepter » (p. 33), et d’autre part d’adhérer à l’idéologie managériale et de la faire vivre. L’émergence de la « conduite du changement » analysée par Marie Benedetto-Meyer et Laurent Willemez produit un effet similaire sur les cadres : ce nouvel ensemble de pratiques de gestion en cours d’institutionnalisation se donne pour but d’accompagner les mutations de l’entreprise, et vise en particulier les cadres qui sont au cœur de la mise en place de ces évolutions. Or, les cadres sont désormais sommés d’encadrer les changements avec un objectif : produire de l’adhésion, en faisant en sorte que les salariés soient partie prenante des évolutions managériales. En promouvant un changement qui est un bien en soi (et non plus le passage d’un état à un autre), l’idéologie managériale renvoie au conservatisme toute opposition à ce changement, et pousse les cadres à devenir des ardents promoteurs de ce dernier, si bien qu’ils « doivent eux-mêmes se mobiliser et faire preuve d’adhésion au changement dont ils ne connaissent pas toujours le bien-fondé» (p. 50), ce qui réduit la portée de leur autonomie et de leur capacité critique.

  • 5 Les deux sociologues reprennent ici la terminologie de Vincent De Gaulejac, La Société malade de la (...)

6Cette adhésion croissante des cadres aux projets de l’entreprise produit des effets contrastés sur les rapports sociaux dans l’entreprise. À travers le recours croissant des entreprises au coaching, Scarlett Salman observe que c’est une nouvelle dimension des salariés qui est mobilisée, à savoir leur subjectivité. Le coaching vise en effet à faire acquérir aux cadres, avec leur assentiment, un savoir-être qui serait propice à de meilleures relations avec leurs subordonnés. Mais ce discours impute à la personnalité et aux comportements individuels des cadres la responsabilité des défaillances organisationnelles de l'entreprise : le coaching apparaît pour la sociologue comme un « dispositif adossé à des techniques psychologiques [qui] induit une lecture psychologiste des rapports de travail ». Le coaching participe alors bien à une pacification des rapports au travail, comme en atteste la baisse des conflits liée à l’implication croissante des cadres, mais produit également une nouvelle « hygiène psychique » qui n’est plus seulement un moyen, mais aussi une nouvelle norme qui renforce considérablement l’auto-contrainte des cadres. Le risque de cette évolution est souligné par Laurent Willemez et Marie Benedetto-Meyer dans leur étude sur la « conduite du changement » dans les entreprises : en incitant les cadres à agir sur les représentations des salariés, on les incite surtout à adhérer eux-mêmes au changement qu’ils promeuvent. Le « pouvoir disciplinaire » traditionnel des cadres évolue en un « pouvoir managérial » qui vise à produire de l’adhésion5, ce qui crée une pression supplémentaire sur leur activité. C’est pourquoi les deux sociologues avertissent d’un risque de « perte de sens » de leur travail à cause de visions psychologisantes qui atténuent la dimension sociale et politique de l’organisation productive.

  • 6 La problématique de la psychologisation des rapports sociaux a fait l’objet d’un numéro de la revue (...)

7La réflexion sur ces dispositifs managériaux et leurs effets sur l’activité des cadres pousse donc à remettre en cause leur neutralité de façade : le « bon sens gestionnaire » ne doit pas occulter la façon dont les outils de gestion sont « structurants sur les manière de travailler, de coopérer, mais aussi de penser le monde de l’entreprise, le sens du travail et finalement l’ordre social » (p. 11). Hélène Stevens et Laurent Willemez insistent, dans la perspective très bourdieusienne d’une « sociologie du dévoilement », sur le fait que ces techniques participent d’une neutralisation et d’une euphémisation des rapports de domination qu’il est salutaire de questionner. On regrettera seulement que le cas de la psychologisation des rapports sociaux n’ait pas fait l’objet d’un développement plus conséquent, tant cette idée semble constituer un lien entre plusieurs articles, mais aussi plus généralement avec des études récentes sur les mutations du travail6.

Haut de page

Notes

1 On retrouve cette problématique dans les travaux de sociologie de la gestion, et notamment dans l’ouvrage : Marie Benedetto-Meyer, Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger (dir.), L’emprise de la gestion. La société au risque des violences gestionnaires, Paris, L’Harmattan, 2011 ; compte rendu de Corinne Delmas pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/6707.

2 Marie-Anne Dujarier, Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Découverte, 2015 : compte-rendu de Jordan Parisse pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/18572.

3 Gaëtan Floco reprend ici l’analyse de Pierre Bourdieu dans « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 114, septembre 1996, p. 89-90, disponible en ligne : http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1996_num_114_1_3197.

4 Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude, Paris, La Fabrique, 2010, p. 10 ; compte rendu de Hervé Polesi pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/1191.

5 Les deux sociologues reprennent ici la terminologie de Vincent De Gaulejac, La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Seuil, 2005.

6 La problématique de la psychologisation des rapports sociaux a fait l’objet d’un numéro de la revue Sociologies pratiques : « La tentation psy », Sociologies pratiques, n° 17, 2008, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2008-2.htm. Les effets de la diffusion du coaching dans les entreprises fait également l’objet d’études dédiées, à l’image du rapport de l’équipe CGS/PRINTEMPS sur les enjeux de la « gestion de soi » au travail : Claude Dubar, Sébastien Gand, Jean-Claude Sardas, Hélène Stevens (dir.), « Le souci et la gestion de soi au sein des organisations. Rapport final », 2008, disponible en ligne : https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-00818226. Les travaux d’Hélène Stevens explorent plus en détails l’individualisation des rapports au travail, entre autres à travers le cas des informaticiens : Stevens Hélène, « Autonomie récusée, autonomie fabriquée. Informaticiens à l’épreuve de l’Entreprise de Soi », Genèses, n° 87, 2012, p. 90-112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Lepetit, « Hélène Stevens, Laurent Willemez (dir), « Les cadres pris dans la gestion », Savoir/Agir, n° 40, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 20 février 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24254

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Lepetit

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page