Navigation – Plan du site

Géraldine Farges, Les mondes enseignants. Identités et clivages

Didier Bastide
Les mondes enseignants
Géraldine Farges, Les mondes enseignants. Identités et clivages, Paris, PUF, coll. « Education et société », 2017, 240 p., ISBN : 978-2-13-060643-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hirschhorn Monique, L’ère des enseignants, Paris, PUF, 1993.
  • 2 Boltanski Luc, Les cadres, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

1En 1993, dans son ouvrage L’ère des enseignants1, Monique Hirschhorn retraçait l’émergence de catégories plurielles, englobant et amalgamant des groupes professionnels préexistants, dont l’usage s’était imposé alors dans la société française, à l’image de termes comme « les cadres »2. C’est à ce type d’approche, peu fréquent, abordant ensemble les différents corps professionnels de l’enseignement primaire et secondaire, que se livre à son tour Géraldine Farges dans cet ouvrage. L’auteure, à partir d’une enquête réalisée auprès de 3 000 professeurs, s’empare de l’idée d’un corps enseignant unifié, d’une « communauté éducative », pour mettre au jour la persistance de clivages anciens et l’émergence de différences nouvelles, qui caractérisent les mondes des enseignants des écoles, des collèges et des lycées.

2Afin de comparer les groupes professionnels enseignants, de saisir les « différences entre les degrés d’enseignement, et non les différences entre les corps enseignants », l’auteure procède en trois temps. Elle analyse tout d’abord les inégalités en matière de statuts. Ensuite sur le plan professionnel, Géraldine Farges aborde la question de la valeur accordée à l’enseignement et se penche sur le travail réel. Enfin, l’auteure étudie dans la dernière partie de l’ouvrage, les sociabilités et les pratiques culturelles des enseignants.

3Le premier chapitre pose quelques jalons historiques sur les origines des différents corps de l’enseignement, puis synthétise les tentatives institutionnelles de rapprochement statutaire entre les différentes catégories. Après la création du corps de professeurs des écoles en 1990, une formation unifiée mais « non uniformisée » avec les professeurs certifiés se met en place au sein des IUFM. Avec la « masterisation » et la naissance des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPE) en 2012, le niveau de qualifications des enseignants s’élève. Mais « les séparations anciennes » persistent concernant les cursus : « les étudiants se rencontrent peu » et la logique d’une « formation spécifique » à chaque degré perdure. Les référentiels de compétences des professeurs, constituent un autre exemple de rapprochement « ambigu ». Le référentiel de 2013 s’adresse à l’ensemble des professeurs « porteurs de savoirs et d’une culture commune ». Mais il est « plus disert » pour les professeurs des écoles et les professeurs des lycées professionnels, pour qui chaque compétence se décline en sous-compétences. Ainsi, les tâches qui incombent à ces enseignants « apparaissent nettement plus prescrites ».

4Le deuxième chapitre rend compte des différences d’attractivité et de sélection dans les recrutements des enseignants suivant les périodes, les dynamiques démographiques, les politiques éducatives... Si le concours de la fonction publique constitue la principale voie d’accès à l’enseignement, le nombre de postes ouverts varie en fonction des choix des décideurs politiques. À partir de 2012, une politique volontariste de recrutement de plusieurs dizaines de milliers d’enseignants s’engage, dans « un contexte d’augmentation des effectifs d’élèves depuis le début des années 2000 dans le premier degré et le début des années 2010 dans le second degré » (p. 52). Les flux d’entrée sont également liés à la rémunération qui, si elle est harmonisée via les grilles indiciaires, est en réalité différenciée en raison des heures supplémentaires effectuées par 60 % des enseignants du secondaire.

5L’étude des milieux sociaux d’origine et d’appartenance des enseignants est au cœur du chapitre suivant. Depuis plusieurs décennies, se produit une élévation de l’origine sociale. Parfois absente dans les travaux sur ce thème, la profession de la mère est ici prise en compte. Géraldine Farges rappelle la place du professorat dans les trajectoires d’ascension féminine, ce secteur « ayant permis aux femmes de travailler à une époque ou celles-ci étaient peu présentes sur le marché de l’emploi » (p. 73). Avec des parents et des conjoints plus diplômés que par le passé, les origines sociales des enseignants se portent désormais « vers le milieu et le haut de la hiérarchie des professions » (p. 94). On note toutefois des origines plus modestes en termes de profession ou du diplôme parental chez les professeurs des écoles que chez les professeurs de collèges et lycées.

  • 3 Périer Pierre, « Attractivité du métier d’enseignant : état des lieux et perspectives », Rapport po (...)

6La deuxième partie de l’ouvrage débute par la mise en perspective d’une série de travaux concernant l’attractivité du métier de professeur. Une enquête de 20163, notamment, réalisée auprès d’étudiants en troisième année de licence, montre que l’enseignement est perçu comme faisant partie des professions les moins prestigieuses, parmi une liste de 15 professions comparables sur le plan des exigences de qualification ou de diplôme. Mais prestige et attractivité ne sont pas synonymes. L’enquête souligne que « l’enseignement dans le premier degré est jugé globalement plus attractif que le second degré » (p. 103).

  • 4 Lantheaume Françoise, Hélou Christophe, La souffrance des enseignants, Paris, PUF, 2008.

7Le second chapitre propose un état de la littérature en matière de travail enseignant. Divers travaux pointent une série de tensions ressenties par les enseignants des deux degrés, liées à l’alourdissement de leur charge de travail et à leurs conditions d’exercice, notamment chez les jeunes enseignants, qui rendent « impossible » ce métier « dont la part centrale consisterait en un ajustement aux difficultés »4. Pour les jeunes professeurs du secondaire, les premières années sont très souvent marquées par l’éloignement de leur académie d’origine et par « l’instabilité des conditions de travail et les aléas de la découverte du métier ». Enfin, les contextes de travail des jeunes professeurs des écoles sont davantage affectés par la pénibilité, l’indiscipline et la violence que ceux des enseignants plus âgés.

8La dernière partie analyse le « hors travail » des enseignants, c’est-à-dire leurs relations sociales et leurs pratiques culturelles. L’image d’un entre-soi enseignant, figé autour de l’appartenance à différentes organisations (la MGEN, la MAIF… nées au début des années 1970), regroupées au sein du CCOMCEN (Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l’Éducation nationale), a longtemps perduré. L’enquête de Géraldine Farges montre qu’aujourd’hui la « sociabilité amicale professionnelle » est plutôt une caractéristique des jeunes enseignants. Dans le premier comme dans le second degré, « les plus jeunes enseignants sont ceux qui ont les relations les plus nombreuses avec des enseignants qui exercent dans le même niveau qu’eux » (p. 149). Dans le premier degré, la sociabilité amicale professionnelle semble peu basée sur le fait de travailler dans la même école, mais plutôt fondée « sur une inter-reconnaissance, issue d’un parcours commun d’études, mais aussi probablement sur le partage de valeurs, de modes de vie, d’une même appartenance de corps » (p. 150). À l’inverse, les pratiques de sociabilité des professeurs du secondaire s’exercent davantage avec les collègues travaillant dans le même établissement.

9Au final, ce petit ouvrage dense réunit et met en perspective un grand nombre de travaux sociologiques concernant les professeurs du primaire et du secondaire. Il fourmille également de données de « première main » issues de l’« enquête Enseignants », conduite par Géraldine Farges auprès d’un échantillon de professeurs actifs et retraités, du premier et du second degré, dans le cadre d’une collaboration avec la MAIF. Enfin il embrasse d’autres thématiques non évoquées plus haut, comme le syndicalisme ou la question du changement de métier, par exemple, et cerne ainsi parfaitement la question des Mondes enseignants.

Haut de page

Notes

1 Hirschhorn Monique, L’ère des enseignants, Paris, PUF, 1993.

2 Boltanski Luc, Les cadres, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

3 Périer Pierre, « Attractivité du métier d’enseignant : état des lieux et perspectives », Rapport pour le CNESCO, 2016.

4 Lantheaume Françoise, Hélou Christophe, La souffrance des enseignants, Paris, PUF, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Géraldine Farges, Les mondes enseignants. Identités et clivages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 février 2018, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24260

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page