Navigation – Plan du site

Habib Saidi, Identité de façade et zones d'ombre. Tourisme, patrimoine et politique en Tunisie

Romain Bijeard
Identité de façade et zones d'ombre
Habib Saidi, Identité de façade et zones d'ombre. Tourisme, patrimoine et politique en Tunisie, Paris, Editions Pétra, coll. « Terrains et théories anthropologiques », 2017, 216 p., ISBN : 978-2-84743-153-7.
Haut de page

Texte intégral

1La Révolution du Jasmin, qui eut lieu entre le 17 décembre 2010 et le 27 février 2011, a initié une transformation profonde du paysage tunisien. Habib Saidi propose ici une lecture de l’histoire contemporaine de la Tunisie, de son indépendance à nos jours, sous le prisme d’une analyse des politiques touristiques et patrimoniales mises en œuvre par les différents « représentants du peuple » au pouvoir. Cet ouvrage d’anthropologie se veut multiple ; en effet, l’auteur y produit une analyse disparate qui s’appuie sur des données et terrains variés : discours et iconographies officiels, spectacles, historiographie politique, publications sur les réseaux sociaux et campagnes d’entretiens, échelonnées dans le temps et dans l’espace (géographique et social). L’auteur s’inscrit ainsi, comme il le défend, dans la tradition de l’ethnographie multi-située.

2La thèse de l’auteur est que l’analyse du processus historique et géographique du tourisme permet de saisir les changements progressifs de la société tunisienne, dans ses composantes politiques, économiques, sociales et géopolitiques. De manière chronologique, menant ainsi le lecteur dans une découverte de la Tunisie « touristifiée », l’auteur s’intéresse tout d’abord à la construction et aux évolutions d’une politique touristique impulsée par le haut, due à la prédominance des décisions centralisées et contrôlées par les régimes de Bourguiba et de Ben Ali. Ces deux régimes voyaient dans le tourisme un moyen de moderniser le pays et d’accroître son rayonnement à l’international. Cette politique par le haut, et sa réception par les Tunisiens, aurait cristallisé l’identité de la société tunisienne « pour le meilleur et pour le pire » (p. 25). Par la suite, elle aurait produit l’espace tunisien et ainsi renforcé, au sein de la population tunisienne, une croyance dans la dualité territoriale et sociale entre l’urbain et le rural, entre les jeunes et les anciennes générations, entre modernité et tradition…, entrainant en outre de fortes disparités économiques. Enfin, l’auteur s’intéresse aux changements observés dans les visions et pratiques touristiques promues par les différents mouvements politiques issus de la Révolution.

3Dans les premiers temps de l’Indépendance, de 1956 à 1965, Bourguiba et son gouvernement, s’appuyant sur une « ingénierie politique et sociale » (p. 55), ont développé un grand nombre d’institutions (organismes, sociétés nationales, instituts, etc.) pour structurer le secteur touristique. Selon l’auteur, cette stratégie répondait à un besoin symbolique d’édifier l’État et d’identifier le pays sur la scène internationale (p. 64). Il s’agissait pour « le régime bourguibien de calquer l’ouverture politique et culturelle de la Tunisie sur son ouverture géographique » (p. 75). Cette ouverture n’était, selon l’auteur, qu’une façade, un simulacre de modernité, dont les architectures et infrastructures nouvelles créaient une zone d’ombre sur tout l’arrière-pays, qui lui ne bénéficiait que de manière parcellaire des politiques de modernisation. Ces impacts sociogéographiques causés par les politiques bourguibiennes auraient structuré le corps social qu’est la Tunisie. En effet, l’action publique en faveur du tourisme et de la construction des infrastructures – incluant les lieux de vie et de consommation – aurait renforcé, au cours des années 1970 et 1980, la perception par les Tunisiens d’un pays clivé, entre une « Tunisie de la mer », moderne, urbaine et jeune, et une « Tunisie de la terre » (p. 111), traditionnelle, rurale et « démodée ». Des tensions sociales, économiques et culturelles en auraient alors découlé. Le modèle de développement et de modernisation promu par les politiques bourguibiennes, y compris dans ses composantes touristiques, est analysé par l’auteur comme « un agent de déstabilisation de l’ordre social et culturel à plus d’un égard » (p. 99) : il serait la cause de ces disparités, qui se perçoivent encore aujourd’hui, entre les villes « touristifiées » de la côte méditerranéenne et les villes de l’intérieur du pays.

4Le développement de ce nouveau secteur économique a entraîné une multiplication des formations à destination des futurs professionnels du tourisme. S’appuyant sur une analyse biopolitique de tradition foucaldienne, l’auteur questionne les nouveaux codes de conduite professionnelle qui auraient transformé « les réflexes gestuels et les postures physiques » (p. 124) des jeunes Tunisiens travaillant dans le secteur touristique, et plus particulièrement celui de l’hôtellerie. Ces derniers auraient été imprégnés « d’une bio-hospitalité susceptible de les adapter aux normes de bien-être et de satisfaction de la clientèle touristique » (p. 124). Cet ethos professionnel, que l’auteur caractérise comme un « corps effacé », causé par l’autocontrôle des jeunes Tunisiens qui ont assimilé des conduites standardisées, rentre en friction avec d’autres ethos. Tout d’abord, celui de la redécouverte de soi par les plaisirs de la vie, qui créerait un « corps épanoui ». Cet ethos correspond au moment où cette jeunesse se saisit des infrastructures (restaurants, boîtes de nuit, etc.) destinées aux touristes. Vient ensuite un « corps originel », lorsque ces jeunes, souvent issus de l’arrière–pays, se confrontent à leur région d’origine. Cette friction d’ethos entraînerait chez les jeunes Tunisiens une « identité désarticulée ». Par extension, celle-ci caractériserait également le corps social qu’est la Tunisie, scindé par l’opposition entre la « Tunisie de la mer » et la « Tunisie de la Terre ».

5Dès 1987, le régime de Ben Ali a mis en place une nouvelle politique d’exploitation touristique, politique et médiatique du patrimoine culturel tunisien afin de « préserver les acquis de la modernité et de l’État d’indépendance » (p. 135), de redresser la situation économique du pays et de contrer la dissidence religieuse. Cette dernière critiquait les politiques touristiques, les rendant responsables de la perte des valeurs morales et traditionnelles au sein de la société tunisienne (cette fameuse « identité articulée » présentée précédemment). Il s’agissait, pour Ben Ali, d’ouvrir une ère nouvelle, caractérisée, entre autres, par la mise en valeur du patrimoine matériel et immatériel du pays, promu aussi bien en Tunisie qu’à l’international, et par le développement du tourisme culturel, en plus du tourisme côtier déjà existant. L’auteur analyse ces transformations comme le fruit d’un mécanisme tripartite d’« emballage-emballement-embellissement » (p. 136), dont la finalité était d’instrumentaliser le patrimoine à des fins politiques. L’emballage se manifestait par une valorisation du patrimoine qui redéfinissait l’histoire nationale de manière « spectaculaire », en promouvant une « identité retrouvée », la « tunisianité », dans les communications officielles (p. 139). Cette redéfinition avait pour but de « susciter l’emballement à la fois des touristes et des Tunisiens » (p. 136). Ce « volet propagandiste » (p. 140) permettait ainsi l’embellissement du régime de Ben Ali en le présentant comme « le garant et l’incarnation de cette tunisianité » (p. 136).

6À la chute du régime de Ben Ali, le tourisme a été récupéré par les différents mouvements issus de la Révolution, chacun d’eux y impulsant des ambitions idéologiques, oscillant entre la promotion d’un tourisme que l’on pourrait qualifier d’alternatif et la destruction du tourisme (notamment par la perpétuation des attentats du 30 octobre 2013, du 18 mars et 26 juin 2015). Sur le premier versant, une nouvelle pratique touristique est apparue, visant « la réconciliation avec soi et avec les profondeurs de son pays » (p. 186). Autrement dit, une partie des Tunisiens chercherait à (re)découvrir l’arrière-pays – dans une démarche politique d’aplanissement des disparités régionales et des inégalités économiques. Cette nouvelle pratique touristique se rapprocherait du concept « d’antitourisme », qui repose sur la volonté des touristes de « faire, d’une manière ou d’une autre, du tourisme tout en évitant d’être désigné comme touriste » (p. 185) par les populations visitées. Sur le versant opposé, les mouvements politiques islamistes, tels qu’Ennahdha, mettent en œuvre une conquête spatiale des zones touristiques afin de restituer des espaces « purifiés » aux Tunisiens, soucieux de respecter les « valeurs traditionnelles » et donc « d’halaliser, pour ainsi dire, [le] territoire » (p. 190). L’ambivalence contemporaine entre ces deux visions de la société tunisienne semble prendre racine dans les « défaillances du modèle de développement économique et social adopté par l’État de l’indépendance, notamment de la politique de modernisation mise en scène par le tourisme » (p. 213).

7Cet ouvrage ne manquera pas d’intéresser ceux qui sont curieux de l’histoire de la Tunisie. Il s’agit d’un texte multiforme, entre essai et témoignage, dont la démonstration factuelle peut toutefois prendre le pas sur les analyses théoriques et conceptuelles. Ce patchwork de concepts et de faits apporte un éclairage intéressant. L’axe choisi par l’auteur, celui de l’étude du tourisme en tant qu’opérateur de changement, bien qu’ancré majoritairement dans une vision verticale des enjeux touristiques, offre une clé de lecture supplémentaire pour comprendre ce territoire et sa dynamique historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bijeard, « Habib Saidi, Identité de façade et zones d'ombre. Tourisme, patrimoine et politique en Tunisie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 février 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24292

Haut de page

Sujet

Colonisation

Développement

Inégalités

Mouvements politiques et sociaux

Politique

Sports et loisirs

Haut de page

Rédacteur

Romain Bijeard

Chargé de projets patrimoniaux et doctorant en sociologie en cotutelle internationale entre l’Université Paris-Nanterre (IDHES) et l’Université de Tirana. Rédige une thèse sur la mise en patrimoine du passé communiste dans l’Albanie contemporaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page