Navegación – Mapa del sitio

Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l’historiographie dominante. Suivi d’un choix de textes de Lénine

David Noël
Octobre 1917
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, Paris, Les Editions sociales, col. « Les Parallèles », 2017, 176 p., ISBN : 978-2-35367-038-3.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2 (...)
  • 2 Nicolas Werth, Être communiste en URSS sous Staline, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 20 (...)
  • 3 Julien Chuzeville, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France, Pari (...)
  • 4 Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, 1998.
  • 5 Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, de l’empire russe à la Communauté des Etats indépend (...)
  • 6 Andrea Graziosi, Histoire de l’URSS, Paris PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2010.

1Le centenaire de la révolution d’octobre 1917 a suscité de nombreuses parutions et rééditions consacrées soit directement à la révolution russe, comme l’ouvrage de Marc Ferro1, soit à l’URSS et au stalinisme comme le livre de Nicolas Werth2, soit encore à la naissance du Parti communiste français (PCF) comme l’ouvrage de Julien Chuzeville3. Les Éditions sociales, qui ont longtemps été la maison d’édition du PCF, ont créé pour l’occasion une collection intitulée « 1917+cent » dans laquelle vient de paraître ce livre du philosophe Lucien Sève. À 91 ans, le philosophe, qui a quitté le Parti communiste en 2010, se revendique toujours marxiste et est sans doute un des plus fins connaisseurs de l’œuvre de Lénine, qu’il entend défendre. Dans ce petit ouvrage polémique, il s’attaque à la vision de Lénine et de de la révolution d’Octobre que proposent Hélène Carrère d’Encausse dans sa biographie du chef bolchevik4, ainsi que Nicolas Werth5 et Andrea Graziosi6 dans leurs manuels de référence. Pour Lucien Sève, sous couvert d’une histoire « dé-idéologisée », ces trois auteurs pratiquent en réalité « une histoire experte en cache-cache » (p. 69) et partiale.

2S’appuyant sur les textes de Lénine, dont une sélection figure en annexe, Lucien Sève se propose « d’établir la foncière fausseté qu’il y a à vouloir faire passer Lénine pour un idéologue et donc aussi un praticien par principe de la violence terroriste. […] Lénine n’est pas Staline » (p. 27). Ce faisant, le philosophe prend soin d’ajouter qu’il n’entend en aucune façon réhabiliter le léninisme comme modèle politique opérant pour la France de 2018 : « Je tiens le léninisme pour totalement périmé, que ce soit en matière de stratégie ou d’organisation. […] Le combat anticapitaliste qu’il importe au plus haut point de mener dans des pays comme la France d’aujourd’hui requiert une toute autre manière de voir et une toute autre façon de s’y prendre » (p. 28).

3Lucien Sève montre que le leader bolchevik, s’il ne récusait pas par principe la violence révolutionnaire défensive, a plaidé avec constance pour une révolution pacifique, tendant encore la main aux mencheviks et aux socialistes-révolutionnaires en septembre 1917. Il montre que Werth et Graziosi passent sous silence la violence contre-révolutionnaire pour faire apparaître à tort les bolcheviks comme les initiateurs des violences de la guerre civile, et qu’ils occultent également l’essentiel des réformes mises en œuvre par Lénine et les bolcheviks, qui ont mis à bas en quelques semaines l’Ancien régime, pour la plus grande satisfaction de la paysannerie, des ouvriers et des soldats du front.

4Selon le philosophe, l’histoire que racontent Werth et Graziosi ne permet pas de comprendre pourquoi les bolcheviks ont bénéficié d’un véritable soutien populaire et pourquoi les généraux blancs ont finalement perdu la guerre civile : « Sous couvert de cette dé-idéologisation-là, sont évacuées comme pures vues idéologiques de flagrantes réalités de classe, d’indéniables acquis de la révolution, de saignantes initiatives de la contre-révolution, privant de son sens historique la création léninienne de l’Union soviétique, ce qui rend d’ailleurs incompréhensibles sa victoire sur des ennemis internes et externes bien plus puissants et le rayonnement mondial qui fut le sien avant la montée des doutes puis des condamnations dès les années trente de l’ère stalinienne » (p. 75).

5De même qu’il n’est pas possible de faire l’histoire de la Convention sans étudier sérieusement et loyalement Robespierre, Lucien Sève considère qu’il faut en finir avec « l’obsession antiléninienne » de l’historiographie (p. 86) pour étudier loyalement la pensée et l’action de Lénine. Pour le philosophe, « Staline n’était pas précontenu dans Lénine » (p. 93) comme l’illustrent à la fois le style de direction démocratique et collectif qu’a toujours privilégié Lénine, sa sévère critique de la bureaucratie de même que ses derniers textes visant à écarter Staline du poste de secrétaire général, que Lucien Sève reproduit en annexe.

6Dès lors, si « les bolcheviks ont mené jusqu’au bout la révolution bourgeoise – antimonarchique, antinobiliaire, anticléricale, favorable à la petite propriété paysanne… – bien mieux que la bourgeoisie ne l’aurait fait » (p. 104), pour quelles raisons l’Union soviétique n’est-elle jamais devenue un État véritablement communiste ? Pour Lucien Sève, la première raison est qu’en dépit de l’ouverture d’esprit de Lénine, la révolution russe a été une tentative prématurée de construire le communisme dans un pays qui n’y était pas prêt. La guerre civile et l’inculture de la société russe de 1917 ne suffisent pas à elles seules à expliquer les carences démocratiques dont souffrira l’Union soviétique. « Chez Marx et Engels eux-mêmes, la question clé de la démocratie dans la dictature du prolétariat est peu élaborée. […] D’où les étroitesses stratégiques dont est très marqué l’État et la Révolution. Rien n’y préfigure les apports majeurs qui seront ceux de Gramsci à une conception élargie de l’État et une pensée stratégique de l’hégémonie démocratiquement conquise » (p. 109).

7Pour autant, les limites de la pensée léninienne soulevées par Lucien Sève ne justifient ni la diabolisation de Lénine, ni les caricatures de son action politique. Le léninisme « demeure tout à fait juste dans son inspiration la plus essentielle », celle de « transformer notre monde et par là de changer la vie » (p. 122).

8L’ouvrage de Lucien Sève est l’œuvre d’un philosophe marxiste engagé qui ne cache pas son espérance dans l’avènement du communisme. Le lecteur pourra bien entendu ne pas partager les options politiques et philosophiques de l’auteur. Il reste que son petit ouvrage solidement argumenté frappe juste en soulignant la partialité de l’historiographie dominante sur la révolution d’octobre 1917, sur Lénine et sur la naissance de l’URSS. On ne peut qu’approuver la volonté de Lucien Sève de revenir aux textes de Lénine pour étudier avec rigueur et honnêteté intellectuelle un événement aussi important dans l’histoire du XXe siècle que la révolution d’octobre 1917.

Inicio de página

Notas

1 Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2017, compte rendu de Benjamin Mai pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/23859.

2 Nicolas Werth, Être communiste en URSS sous Staline, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2017, compte rendu de Benjamin Mai pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/23772.

3 Julien Chuzeville, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France, Paris, Editions Libertalia, 2017, compte rendu de David Noël : https://anrpaprika.hypotheses.org/4372.

4 Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, 1998.

5 Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, de l’empire russe à la Communauté des Etats indépendants, 1900-1991, Paris, PUF, 2012 [1990].

6 Andrea Graziosi, Histoire de l’URSS, Paris PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2010.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

David Noël, « Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l’historiographie dominante. Suivi d’un choix de textes de Lénine », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 05 marzo 2018, consultado el 23 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24318

Inicio de página

Redactor

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página