Navigation – Plan du site

Nicolas Duvoux (dir.), « Philanthropies et prestige d’État en France », Genèses, n° 109 , 2017.

Anne Bory
Philanthropies et prestige d'État en France
Nicolas Duvoux (dir.), « Philanthropies et prestige d'État en France », Genèses, n° 109, 2017, 176 p., Paris, Belin, ISBN : 9782410009941.
Haut de page

Texte intégral

1Analyser les pratiques et logiques philanthropiques implique de dépasser la dichotomie artificielle, et pourtant très couramment posée comme un fait social incontestable, entre État et philanthropie : tel est le parti pris de ce dossier stimulant publié dans la dernière livraison de Genèses. Nicolas Duvoux, son coordinateur, donne immédiatement le ton : il s’agit ici de ne se cantonner ni à « l’image d’un monopole de l’État dans la définition de l’intérêt général » (p. 3), ni à l’idée selon laquelle la philanthropie se serait développée contre l’action publique. Il apparaît bien plutôt, au travers des cinq articles écrits par Mathieu Bréjon de Lavergnée, Nagisa Mitsushima, Chloé Gaboriaux, Sabine Rozier et Anne Monier, qu’elle s’est construite « tout contre » l’État, dans une relation d’échange, souvent multiforme, entre ce dernier et les philanthropes : à cet égard, la fréquence de la mention de décorations publiques décernées aux philanthropes d’un article à l’autre, que ce soit au XIXème siècle ou aujourd’hui, est tout à fait frappante.

  • 1 Skopol Theda, 2016. « Why Political Scientists Should Study Organized Philanthropy », PS : Politica (...)

2Ce dossier s’inscrit dans le récent essor de manifestations scientifiques et publications en sciences sociales autour de la philanthropie, qui répond au développement et à la plus grande visibilité de la philanthropie que l’on observe depuis la fin des années 1990, en France et plus largement dans la plupart des pays industrialisés : ainsi, « jamais un grand nombre d’individus ne se sont engagés, publiquement et privément, à donner autant de fonds aux causes publiques et n’ont jamais eu autant de capacité organisationnelle à le faire »1. C’est parce qu’il éclaire ce phénomène contemporain en mobilisant histoire, sociologie et science politique et qu’il touche à la fois à l’analyse des politiques publiques et plus largement à celle de la construction de l’État providence, à celle de la définition, souvent disputée, de l’intérêt général et de ses garants légitimes, ou bien encore à la sociologie des élites, que ce dossier est susceptible d’intéresser bien au-delà des spécialistes de l’objet « philanthropie ».

  • 2 Alexandre Lambelet, op.cit.
  • 3 Duprat, Catherine et Jacques-Guy Petit. 1994. « Introduction », in Colette Bec, Catherine Duprat, J (...)
  • 4 Simonet Maud, « L’État et le bénévolat en France et aux États-Unis, la double erreur de Tocqueville (...)

3Tant l’introduction du dossier que les figures et exemples mobilisés dans les articles soulignent la variété des pratiques et des acteurs qu’embrassent les termes de philanthropie et de philanthrope : congrégations religieuses, aristocrates libéraux et conservateurs, capitaines d’industrie, millionnaires étasuniens plaçant leurs dons à des personnes ou des organisations sous la bannière du salut, de la charité, de l’utilité publique, de l’intérêt général, de la réforme.... Si ces termes présentent l’avantage, comme le souligne Nicolas Duvoux, de faciliter l’établissement de comparaisons au fil de l’histoire et d’un pays à l’autre, il est utile de rappeler que leurs usages sont l’objet de luttes destinées à asseoir ou affaiblir la légitimité des uns et des autres, détenteurs de l’autorité publique ou non, à intervenir dans la prise en charge, et parfois la définition, de l’intérêt public2 . La définition qu’utilise Chloé Gaboriaux peut servir de trait d’union entre les différents articles : la philanthropie désigne ainsi l’« ensemble des œuvres sociales, caritatives et humanitaires d’initiative privée »3. Plus précisément, tous les articles de ce dossier étudient certes des dons – d’argent ou de temps, comme dans le cas des visites dans les domiciles populaires de femmes de la haute bourgeoisie et de la noblesse évoquées par Mathieu Bréjon de Lavergnée – émanant de personnes ou d’organismes privés, mais toujours orientés vers un objectif public, relevant de la résolution d’un « problème social », et/ou étroitement liés à l’action publique. Le dossier dans son ensemble apporte ainsi une pierre de plus à l’utile remise en cause du paradigme tocquevillien, opposant initiative privée en direction de l’intérêt public, et action publique4.

4Dans son article, Mathieu Bréjon de Lavergnée mène une étude historique extrêmement fine de la localisation et des activités de deux congrégations religieuses, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et la congrégation des Filles de la Charité, dans le Paris du 19ème siècle. La philanthropie ici analysée, qui n’est pas nettement distinguée de la charité, notamment du fait de sa très forte dimension religieuse, témoigne d’un entremêlement très fort entre assistance publique et congrégations, avec une forte délégation de la première vers les secondes. En référence aux travaux de Robert Castel, l’auteur affirme que la philanthropie est « une politique sans État, mais non sans pouvoirs publics » : elle contribue à la promotion d’une société fondée sur un échange inégal, construite entre l’individu et l’État, mais au sein de laquelle les pouvoirs publics sont fondamentaux. Ainsi, s’il s’agit bien pour ces philanthropes de ne pas inscrire leurs dons dans une logique de droit, il n’est pourtant pas question d’agir sans les pouvoirs publics, tant sur un plan financier que symbolique, institutionnel et pratique.

5Plus encore qu’entremêlé à l’action publique, l’engagement philanthropique étudié par Nagisa Mitsushima est une « pratique de bienfaisance orientée vers la réforme rationnelle de la société ». Ici, sur une période allant, pour l’essentiel, de 1815 à 1830, la philanthropie est un mode d’action politique de l’aristocratie libérale, qui s’inscrit dans la contestation de l’ordre électoral. L’auteure montre comment la Société Royale des Prisons et la Société de la morale chrétienne sont des espaces destinés à aménager et influencer le jeu électoral : le pouvoir royal peut y offrir des positions, appartenir à ces sociétés peut favoriser une élection, ou permettre de patienter en attendant la suivante, tout en voyant ses mérites politiques reconnus. Mais à cette vision de la politique comme placement institutionnel, certains philanthropes opposent un projet de réforme en pratique de la société. L’engagement philanthropique est alors un moyen de contester la légitimité électorale de ceux qui occupent des postes publics, par la démonstration du primat de la capacité sur l’élection, notamment en introduisant la légitimité savante comme facteur de légitimité politique.

6Les trois articles suivants montrent que si la philanthropie peut bien être interprétée comme un moyen pour les philanthropes de faire valoir en pratique leur propre programme d’action dans le champ politique, la puissance publique peut également tenter d’attirer les fonds philanthropiques pour financer son action. L’article de Chloé Gaboriaux montre ainsi aussi comment le label d’utilité publique est attribué par le Conseil d’État tantôt en conformité avec les politiques publiques du moment – soit les débuts de la IIIème République et le moment solidariste entre 1870 et 1914 – tantôt afin d’encourager les dons privés en direction de certaines causes ou certains publics délaissés ou non spécifiquement aidés par la République. On voit alors bien comment la définition de l’utilité publique – qui donne une pleine personnalité juridique à une association ou une fondation – relève à la fois de l’appréciation juridique et théorique du bien commun, et des positions individuelles des conseillers d’État et de leur entourage dans le monde philanthropique.

7C’est également un conseiller d’État qui constitue l’un des personnages principaux de l’article de Sabine Rozier : la trajectoire de Jacques Rigaud, du Conseil d’État à l’association de promotion du mécénat d’entreprise Admical, témoigne elle aussi des liens étroits et multiformes entre action publique et philanthropie à la fin du XXème siècle. En se concentrant sur la formalisation du mécénat culturel d’entreprise en France dans les années 1980-1990, l’auteure souligne comment, malgré quelques résistances au sein des ministères des Finances et de l’Intérieur, les agents de la Culture ont encouragé le développement du mécénat d’entreprise, susceptible d’apporter d’utiles contributions financières à leur action. Se combinent alors le recours par l’action publique à des fonds privés, et l’importance pour le monde des affaires de bénéficier d’une reconnaissance publique de ses pratiques philanthropiques.

8Enfin, dans une contribution éclairant les formes actuelles de la philanthropie culturelle, Anne Monier s’attache à l’analyse de la centralité de cette reconnaissance dans l’engagement des philanthropes étasuniens membres d’organisations d’American Friends, qui financent des institutions culturelles françaises comme Le Louvre ou le château de Versailles. L’accès privilégié à des lieux emblématiques de la noblesse d’Ancien Régime et à des lieux de pouvoir, le déploiement d’un décorum proche du décorum diplomatique et une intense activité de décoration constituent les principaux moyens mobilisés par les pouvoirs publics français pour remercier, fidéliser et recruter ces donateurs étasuniens. Pour ces derniers, la philanthropie culturelle en direction de la France est symboliquement extrêmement rentable : à don égal, les grandes institutions culturelles étasuniennes ne leur déroulent pas pareil tapis rouge.

9Cet échange entre capital économique et capital symbolique, et ses conséquences en termes de distinction au sein des élites, soulignent à quel point philanthropie et maintien, ou contestation, de l’ordre social, ont partie liée. Toutes les pratiques philanthropiques dont il est question ici sont le fait d’élites économiques et/ou politiques qui conquièrent ou maintiennent leur position personnelle, familiale ou celle de leur entreprise, entre autres moyens, par leurs investissements philanthropiques. Les positionnements moraux, religieux et politiques des philanthropes croisés dans ce dossier sont néanmoins suffisamment hétérogènes pour ne pas cantonner la philanthropie dans le camp du conservatisme : les visées réformatrices et scientifiques d’une partie de ses figures historiques mais aussi contemporaines invitent au contraire à en étudier de près les ancrages idéologiques. Et s’il est bien question de maintenir, voire de promouvoir, un ordre social inégalitaire, le présent dossier montre que cela se fait bien souvent au nom de l’intérêt général et de l’utilité publique.

Haut de page

Notes

1 Skopol Theda, 2016. « Why Political Scientists Should Study Organized Philanthropy », PS : Political Science & Politics, 49 (03), p. 433-435., p. 434, traduite par Alexandre Lambelet dans « La philanthropie : usages du terme et enjeux de luttes ». ethnographiques.org, Numéro 34 - juin 2017 Philanthropies [en ligne].

2 Alexandre Lambelet, op.cit.

3 Duprat, Catherine et Jacques-Guy Petit. 1994. « Introduction », in Colette Bec, Catherine Duprat, Jean-Noël Luc et Jacques-Guy Petit (dir.), Philanthropies et politiques sociales en Europe (XVIIIe-XXe siècles). Paris, Economica : V-X.

4 Simonet Maud, « L’État et le bénévolat en France et aux États-Unis, la double erreur de Tocqueville », in Guillemard Anne-Marie (dir.), Où va la protection sociale ?, PUF, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bory, « Nicolas Duvoux (dir.), « Philanthropies et prestige d’État en France », Genèses, n° 109 , 2017. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 mars 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24343

Haut de page

Rédacteur

Anne Bory

MCF sociologie, Université Lille I, Clersé

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page