Navigation – Plan du site

Hélène Buisson-Fenet, Oliver Rey (dir.), L’autonomie de l’établissement, avec ou contre les enseignants ?

Maryvonne Dussaux
L'autonomie de l'établissement, avec ou contre les enseignants ?
Hélène Buisson-Fenet, Olivier Rey (dir.), L'autonomie de l'établissement, avec ou contre les enseignants ?, Lyon, ENS Éditions, coll. « Entretiens Ferdinand Buisson », 2017, 88 p., ISBN : 9782847889710.
Haut de page

Texte intégral

1Obligation de résultats et inégalités scolaires nous obligent aujourd’hui à réexaminer la question de l’autonomie des établissements scolaires. L’Institut français d’éducation a ouvert le débat entre chercheurs et praticiens lors des derniers « Entretiens Fernand Buisson ». La synthèse des réflexions, présentée dans cet ouvrage, a un double avantage. Elle permet d’une part d’apporter un éclairage nouveau sur une thématique déjà ancienne puisque le débat a commencé en France dans les années 1980, et d’autre part de comprendre que l’autonomie n’est pas la baguette magique à utiliser pour résoudre l’ensemble des difficultés de notre système éducatif.

2Dès l’introduction, Hélène Buisson-Fenet et Olivier Rey nous permettent de prendre de la distance avec le sujet. Ils précisent que le mot autonomie recouvre des conceptions différentes. Certains considèrent qu’il faudrait rompre avec le principe d’une gestion nationale, libérer les établissements de la contrainte des emplois du temps et des programmes et leur permettre de recruter leur personnel. D’autres considèrent, au contraire, que l’autonomie devrait être plus partielle et porter principalement sur les questions d’organisation. D’autres encore pensent que la gouvernance et la gestion doivent être centrales et associées à une régulation externe assurée par des standards centralisés en matière de résultats et d’objectifs pédagogiques.

3À partir de l’exemple de la Suède, les deux coordonnateurs nous alertent sur les risques d’une réforme trop rapide. Ce système éducatif, passé en quelques années d’une organisation étatique centralisée à une grande autonomie des établissements scolaires, était vu jusque dans les années 1990 comme un modèle réussissant à déconnecter les performances scolaires des élèves de leurs origines sociales. Or, ce système est actuellement en crise. Les résultats des élèves baissent, la formation des enseignants est mise à mal et les communes peinent à recruter des chefs d’établissement, du fait des trop grandes responsabilités qui reposent sur cette fonction.

4L’article d’Hugues Draelants poursuit dans cette voie pour montrer qu’une organisation très décentralisée produit de l’inégalité et est, de plus, difficile à réformer. Il présente le cas de Belgique francophone qui, depuis 1831, a inscrit dans sa constitution la liberté d’enseignement. Il explique que l’on ne peut pas parler de marché scolaire mais plutôt d’un quasi-marché puisque, dans les faits, l’autonomie a produit une spécialisation des établissements qui s’adaptent aux différents publics. Face aux inégalités dénoncées lors des études PISA, le gouvernement a introduit une réforme pour rendre plus transparent le système des inscriptions. Cette réforme a produit beaucoup d’incompréhensions. Les parents ont l’impression de ne plus avoir le libre choix de leur école et les chefs d’établissement ne savent pas comment gérer le déséquilibre organisationnel produit par l’arrivée de nouveaux profils d’élèves.

5Le second article est d’Annie Feyfant, qui présente une synthèse des recherches faites sur ce thème. Elle rappelle que l’autonomie des établissements scolaires s’inscrit dans des politiques de déconcentration puis de décentralisation qui modifient la répartition des rôles entre pouvoir central et collectivités territoriales. Souvent, des préoccupations financières se cachent derrière les objectifs éducatifs. Chefs d’établissement et enseignants font partie d’une population à risque parce qu’on les responsabilise de plus en plus : gestion, recrutement et pilotage pour les uns ; analyse des résultats des élèves pour les autres. Les évaluations PISA sont largement mobilisées pour mesurer les effets de l’autonomie sur les apprentissages des élèves. Les outils de pilotage sont controversés car l’autonomie annoncée est souvent réduite par des contrôles comptables, des standards d’évaluation, des classements entre les établissements ou des incitations financières liées à certains comportements. Par conséquent, il serait nécessaire d’interroger les finalités de l’autonomie.

6Les études montrent que les chefs d’établissement ont du mal à trouver leur place. Même si leur implication dans la pédagogie varie selon les pays, on leur demande généralement d’être proactifs dans la mise en œuvre des réformes et on leur confie une mission de pilotage du changement qui dépasse le cadre de l’établissement (réseaux d’établissements, bassins de formation). Les études cherchent à comprendre l’impact de cette décentralisation sur le métier d’enseignant. Les résultats sont contrastés. En Finlande, la considération professionnelle dont jouissent les enseignants faciliterait leur implication dans les réformes nationales. Mais, aux États-Unis, les enquêtes mettent en évidence la frustration des enseignants leader, devenus des chefs de projet, qui trouvent que les chefs d’établissement ne reconnaissent pas assez leur engagement.

7Laeticia Progin démontre que les acteurs ont un rapport ambivalent au pouvoir d’agir. Les enseignants souhaitent, dans leur grande majorité, avoir plus de marges de manœuvre pour pouvoir monter des projets. Mais, dans le même temps, ils craignent une surcharge de travail et l’épuisement professionnel. Ils reconnaissent volontiers que si les décisions sont prises par la direction de l’établissement, cela leur donne une sécurité. Les directions, quant à elles, reconnaissent qu’un travail d’équipe serait la condition d’un meilleur fonctionnement de l’établissement scolaire, mais elles refusent dans leur grande majorité de partager leur pouvoir, par manque de confiance.

8Comment se joue cette question de l’autonomie dans la vie quotidienne d’un établissement scolaire ? Des praticiens présentent l’expérience réussie du collège Lamartine de Villeurbanne. Sa principale explique que, selon elle, le projet collectif doit reposer sur trois principes : partir du réel, rêver grand et faire simple. Le travail d’équipe s’organise au sein de ce qu’elle a nommé « l’arborétum » pour symboliser la diversité des compétences. Celui-ci regroupe 17 personnes (enseignants et non enseignants) qui se sont engagées sur des missions particulières et transversales. Les réunions hebdomadaires, préparées par les enseignants, s’adressent à toute la communauté éducative. L’expérience de la mini-entreprise, qui est menée dans l’école depuis cinq ans, montre l’intérêt de développer des démarches pédagogiques plus actives. Ce dispositif, mis en place avec l’association Entreprendre pour apprendre, permet aux enseignants de construire d’autres relations avec les élèves, ceux-ci étant placés en position de responsabilité. Pour les enseignants référents du projet, cela implique d’accepter de se mettre en danger, de sortir de leur discipline et de la salle de classe. Les élèves, au nombre d’une vingtaine, développent des compétences techniques, civiques et sociales.

9Pour conclure, les auteurs plaident pour la mise en place d’un fonctionnement beaucoup plus collectif et participatif au sein des établissement scolaires. En France en particulier, il serait nécessaire de sortir d’un paradigme culturel fondé sur l’égalité entre pairs et sur le tabou du pouvoir, pour mieux prendre en compte les compétences et préciser les missions de chacun au sein de l’organisation.

10Ce petit ouvrage est tout à fait passionnant pour qui veut comprendre la complexité du fonctionnement du système scolaire. Il est toutefois regrettable que les questions de recrutement, de formation et de recherche ne soient pas évoquées car elles sont fondamentales si l’on souhaite mettre en place ce modèle. Les logiques disciplinaires, les logiques de carrières et l’isolement des chercheurs freinent la mutation vers un fonctionnement plus collaboratif. L’approche par les compétences ne peut s’improviser et nécessite d’important moyens de formation. L’exemple de l’enseignement agricole français qui a sur faire évoluer son système de formation, en s’appuyant sur des chargés de mission et en développant des recherches participatives, pourrait servir de modèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Hélène Buisson-Fenet, Oliver Rey (dir.), L’autonomie de l’établissement, avec ou contre les enseignants ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24353

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page