Navigation – Plan du site

Philippe Liotard (dir.), « Sports et discriminations », Les Cahiers de la LCD, n° 4, 2017

Gianni Marasà
Sports et discriminations
Philippe Liotard (dir.), « Sports et discriminations », Les cahiers de la LCD, n° 4, 2017, 145 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782343126470.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous pensons par exemple aux travaux suivants : Gasparini William, « L’intégration par le sport. Ge (...)
  • 2 Concernant les différentes formes de protection et de reconnaissance, nous faisons référence à la t (...)

1Le quatrième numéro des Cahiers de la LCD, dirigé par Philippe Liotard, propose une série d’articles sur les discriminations au sein du monde sportif. La réflexion des auteur(e)s porte sur des cas de racisme, de sexisme, d’homophobie, de domination masculine, etc., qu’ils étudient en comparant discriminations « ordinaires » et « condamnables ». Certains travaux sociologiques1 ont déjà montré que les vertus intégratrices du sport relèvent du mythe, qui est le résultat d’une construction sociale basée sur une minorité de sportifs aux trajectoires exceptionnelles, surexposés médiatiquement. Dans la continuité de ces travaux, ce dossier souhaite montrer comment la pratique sportive peut certes apporter un certain nombre de ressources2 mais, également produire des discriminations. Le numéro propose une réflexion pluridisciplinaire (sociologie, géographie et psychologie) autour d’une même thématique : les discriminations dans les sports.

2Le dossier débute par un récit d’enquête de Philippe Liotard qui plonge le lecteur au cœur d’une altercation entre les organisateurs d’un tournoi de volley-ball pour enfants et l’équipe des compétiteurs de Montpellier. Le point de désaccord concerne l’occupation de l’espace de jeu. Les compétiteurs chassent les jeunes et imposent leur présence. Ils invoquent une légitimité basée sur leurs résultats sportifs et « ne comprennent pas que “les gamins” occupent tous les terrains » (p. 13). La dispute en vient presque aux mains. Cette double discrimination, en fonction de l’âge et du niveau de jeu, introduit les limites fixées par cet ouvrage : ce numéro ne s’intéresse pas seulement aux discriminations jugées condamnables par la loi de 2008, mais également aux discriminations « ordinaires », que l’auteur définit comme « un traitement défavorable en raison d’une caractéristique particulière » qui n’entre pas dans le cadre juridique de la loi (p. 14). Loin d’être choisi au hasard, cet exemple de discrimination basé sur le niveau de pratique illustre également la présence de rapports de force inégalitaires légitimés par la hiérarchie sportive. Le dossier souhaite donc s’intéresser à différentes formes de discriminations, pousser l’analyse au-delà de ce que le droit condamne et, finalement, étudier la résistance de certains acteurs face à un « traitement inégalitaire, mais justifié par le fonctionnement même de l’institution » (p. 16).

3La première contribution, de Modeste Ghislain Onomo et Pierre Chazaud, traite du racisme « au sein d’une équipe de football amateur de la région lyonnaise ». Elle rend compte d’une enquête à deux niveaux. Le premier concerne plusieurs situations de match où les joueurs sont régulièrement victimes de propos racistes de la part des supporters adverses. Le club rencontre des difficultés à dénoncer ces comportements. Il est difficile de fournir la preuve que ces propos aient effectivement été prononcés, qui plus est lorsque les officiels adoptent certaines stratégies d’évitement. Ces derniers nient bien souvent avoir entendu des propos racistes et s’enferment dans une passivité qui les protège. Les passerelles entre le club et les instances supérieures se révèlent complexes et aucune sanction n’est finalement prise. Au second niveau, l’article s’intéresse à la dichotomie des politiques de recrutement du club. Le président, sous la pression exercée par les membres de son bureau, adopte un discours agressif envers certains joueurs. Son objectif est de « “blanchir” l’équipe fanion du club » (p. 32). L’entraineur et les joueurs ont alors entamé un bras de fer avec le bureau qui a abouti à la démission générale de ce dernier. Le club se retrouve finalement dans une situation inédite, que seule la forte cohésion au sein de l’équipe permettra de retourner.

  • 3 Le prix de la cotisation des joueurs des catégories de moins de 14 ans à moins de 19 ans est passé (...)

4Le second article, de Nicolas Damont et Olivier Pégard, s’appuie sur une « participation observante » au sein d’un club de football : l’US Torcy. Il s’intéresse à la différence de traitement entre les joueurs quant au paiement de la cotisation des licences. À la lecture de cet article, nous pouvons distinguer trois niveaux de discriminations. Premièrement, l’augmentation significative du prix des cotisations engendre de facto une inégalité d’accès à la pratique3. Cette augmentation est justifiée par l’attribution de primes de match, de salaires, etc., bénéficiant surtout à l’équipe première du club. Deuxièmement, les licenciés ne bénéficient pas des mêmes avantages, bien qu’ayant souscrit à une même licence. Les joueurs ayant un meilleur niveau de pratique sont davantage favorisés et accompagnés. Enfin, le prix de la licence et la réclamation des cotisations impayées font l’objet d’un traitement différencié. Certains joueurs (les meilleurs) sont par exemple exonérés des frais de cotisation. Cet article dénonce un « principe de rationalité compétitive qui fabrique du traitement différencié » (p. 52) à l’origine d’une discrimination ordinaire, basée sur le principe de méritocratie sportive.

  • 4 Ces institutions accueillent des jeunes « souffrant de troubles du développement » ou encore en sit (...)

5La troisième contribution s’intéresse quant à elle aux différences de traitement selon le genre, au sein de trois institutions socio-éducatives accueillant des jeunes de 13 à 18 ans4. Chantal Bournissen, Éline de Gaspari et Clothilde Palazzo mobilisent la comparaison entre les pratiques sportives mixtes et non mixtes. La non-mixité permet d’augmenter la participation des filles et d’éviter la domination de l’espace de jeu par les garçons. Cependant, d’autres formes de discrimination apparaissent. Par exemple, parmi les sports disponibles (hockey, équitation, escalade, sports de balle, ski, natation, self-défense, etc.), le choix le choix que les éducateurs proposent respectivement aux filles et aux garçons est le résultat de stéréotypes sexués. On observe également une reproduction des rapports sociaux de sexe liés aux stéréotypes de genre au sein même des groupes non mixtes, dans une même pratique sportive. Enfin, les auteurs soulignent que les filles et les garçons sont soumis à des exigences différentes de la part des éducateurs et de leurs pairs. Ainsi, les jeunes garçons attendent des filles qu’elles soient « sages, gentilles, jolies » (p. 59). L’article éclaire la complexité des rapports de domination genrée et les difficultés qu’ont les jeunes à s’en extraire. Il montre notamment que « mixité et non-mixité n’empêchent pas la mise en acte et la reproduction de stéréotypes sexués » (p. 61).

  • 5 Soit des associations « explicitement ouvertes aux lesbiennes, gays, bisexuel(le)s et transgenres » (...)

6Les deux derniers articles du dossier dépassent le cadre de l’étude de cas. Ils se centrent sur le traitement de données plus générales. La contribution de Christelle Méha et d’Antoine Le Blanc a pour objectif d’identifier la place des réseaux sociaux en tant qu’outils « d’affirmation de soi et d’ouverture à l’autre » (p. 71), au sein d’associations sportives LGBT5. Premièrement, lorsqu’une association participe à un évènement (les « Gay Games » par exemple), elle bénéficie d’un effet de masse et d’une légitimité proportionnelle à l’ampleur de l’évènement. Cependant, cela lui impose également d’accepter un « affichage public plus ferme » (p. 80) sur les réseaux sociaux en rendant visible l’appartenance de ses membres à cette communauté. Or, tous ne souhaitent pas s’exposer de cette façon, particulièrement ceux qui « voient dans le club un espace protecteur, fermé » (p. 82). Deuxièmement, il existe un paradoxe entre les valeurs « d’ouverture à l’autre », véhiculées par les associations LGBT et leurs pratiques réelles. Si les membres revendiquent lutter contre toutes les formes de discriminations, il apparait que les femmes sont peu présentes dans ces associations, que les « transgenres n’osent pas s’y inscrire » et que « les personnes racisées sont sous-représentées » (p. 78). Ainsi, plus les associations ont tendance à rendre visible leur appartenance à la communauté LGBT par le biais des réseaux sociaux, plus elles fabriquent de l’exclusion en favorisant « l’entre-soi » et « une dynamique de groupe autocentrée » (p. 82).

7Enfin, Anthony Mette, André Lecigne et Greg Décamps comparent les conclusions de différents travaux sur les discriminations liées à l’orientation sexuelle, à l’appartenance de sexe et aux violences sexuelles, parus depuis 2011. La perception de l’homosexualité varie selon plusieurs critères. Les femmes ont tendance à avoir une opinion plus positive que les hommes envers l’homosexualité. Cependant, on retrouve une meilleure acceptation chez les hommes au sein des pratiques majoritairement investies par les femmes. Cette différence est attribuée à l’influence des normes du groupe. Les hommes tendent à se conformer aux normes, plutôt qu’à s’y opposer. Globalement, il ressort que l’homosexualité entre femmes est systématiquement mieux perçue que celle des hommes. Il faut cependant souligner que l’usage du terme « lesbienne » rejoint une volonté de discriminer les femmes qui adoptent des comportements jugés « trop » masculins. Le sport est alors considéré comme un espace spécifique, qui favorise l’expression d’opinions « qu’ils [les individus questionnés] ne se permettraient certainement pas en dehors de leur terrain d’entrainement » (p. 102).

  • 6 Nous faisons référence à la « norme », la « déviance » ou la « stigmatisation ».

8Pour ce dossier, l’objectif était d’étudier les discriminations dans le sport en comparant différentes approches méthodologiques et disciplinaires. Ce choix rend certes difficile l’articulation de certains concepts6. Cependant, c’est également et surtout la vraie force de ce numéro. Nous comprenons ainsi les discriminations comme un ensemble de phénomènes complexes, qui nécessite d’être éclairé par plusieurs disciplines. Nous soulignons également la capacité des auteur(e)s à faire preuve de réflexion épistémologique à propos des résultats qu’ils auront contribué à produire et/ou analyser. Le lecteur pourrait cependant regretter que le numéro ne se termine pas sur une synthèse des articles précédents. Une conclusion aurait été appréciable compte tenu du caractère morcelé de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons par exemple aux travaux suivants : Gasparini William, « L’intégration par le sport. Genèse politique d’une croyance collective », Sociétés contemporaines, n° 69, 2008, p. 7-23 ; Koebel Michel, « L’intégration par le sport : une croyance durable », Empan, n° 79, 2010, p. 28-39 ; Gastaut Yves, « Le sport comme révélateur des ambiguïtés du processus d’intégration des populations immigrées. Le cas du match de football France-Algérie », Sociétés contemporaines, n° 69, 2008, p. 49-71.

2 Concernant les différentes formes de protection et de reconnaissance, nous faisons référence à la typologie de : Paugam Serge, Le lien social, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.

3 Le prix de la cotisation des joueurs des catégories de moins de 14 ans à moins de 19 ans est passé de 195€ à 310€ en six ans.

4 Ces institutions accueillent des jeunes « souffrant de troubles du développement » ou encore en situation de « déficit social, familial ou scolaire », dans le cadre de « des placements pénaux, civils ou volontaires » (p. 56).

5 Soit des associations « explicitement ouvertes aux lesbiennes, gays, bisexuel(le)s et transgenres » (p. 71).

6 Nous faisons référence à la « norme », la « déviance » ou la « stigmatisation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gianni Marasà, « Philippe Liotard (dir.), « Sports et discriminations », Les Cahiers de la LCD, n° 4, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24354

Haut de page

Rédacteur

Gianni Marasà

Doctorant contractuel, Université d’Artois, Atelier SHERPAS, URePSSS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page