Navigation – Plan du site

Jean-François Staszak (dir.), Frontières en tous genres. Cloisonnement spatial et constructions identitaires

Ronan Crézé
Frontières en tous genres
Jean-François Staszak (dir.), Frontières en tous genres. Cloisonnement spatial et constructions identitaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2017, 211 p., ISBN : 978-2-7535-5903-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce cours réalisé par six enseignants-chercheurs en géographie de l’université de Genève est toujour (...)

1Cet ouvrage collectif ne lassera aucun amateur curieux d’appréhender la notion de frontière, c’est-à-dire « toutes les divisions sociospatiales, qui à toutes les échelles, produisent et séparent différents types de collectifs sociaux » (p. 25). Les travaux rassemblés sous la direction de Jean-François Staszak, issus d’un MOOC1, se présentent comme transdisciplinaires, bien qu’ils se concentrent sur la géographie sociale et culturelle. La démarche constructiviste clairement revendiquée par les auteurs s’oppose au postulat essentialiste selon lequel il existerait des frontières « naturelles ». Les contributeurs insistent ainsi tous sur la performativité du concept de frontière. Celle-ci ne décrit pas seulement une réalité préexistante (la frontière n’est pas « naturelle »), mais participe aussi à la création de la réalité sociale qu’il entend désigner (la frontière « n’existe comme telle qu’en fonction d’une croyance partagée sur ce qu’elle signifie », p. 18). Les auteurs s’intéressent également aux effets de domination que les diverses barrières sociales et spatiales produisent sur l’ordre social en séparant des collectifs (que ce soient des classes sociales ou des groupes fondés sur la race ou le genre, etc.). La frontière est donc considérée comme un « fait social à part entière » (p. 15) et est étudiée selon deux dimensions : horizontalement d’abord, puisque les frontières fonctionneraient comme un puzzle dont chaque pièce serait homogène, clairement délimitée et distincte des autres pièces ; verticalement ensuite, puisque les frontières s’enchâssent telles des poupées russes dont chaque niveau inférieur s’imbrique dans un niveau supérieur (les villes s’insèrent dans des régions, elles-mêmes intégrées dans des espaces nationaux, etc.). En plus d’une introduction théorique, sept chapitres s’attèlent ainsi à déconstruire les frontières à des échelles variées et sur des objets particuliers. Depuis l’espace domestique jusqu’à la globalité du monde, chaque thème est accompagné d’une multitude de documents qui, dans la droite ligne du courant visuel, permettent de mieux saisir les diverses représentations individuelles et collectives des dispositifs géographiques.

2 L’un des premiers niveaux d’étude est l’espace domestique où s’opèrent des divisions spatiales entre les hommes et femmes. La frontière du genre serait un « mur porteur » qui favorise « l’assignation matérielle et symbolique des femmes à l’espace domestique et la mainmise des hommes sur l’espace public » (p. 38). Les descriptions des peintures hollandaises permettent de comprendre l’enracinement de cette norme sociale construite depuis le XVIIe siècle en Europe (les femmes y sont figurées dans leur espace domestique s’attelant à des tâches attitrées : broderie, lecture, soin des enfants, etc.). Cette « mise en ordre » de l’espace public prend la forme de distinctions genrées dans des lieux confinés (comme les toilettes publiques), mais aussi ouverts (comme la rue où les femmes peuvent être victimes de harcèlements). Au-delà du genre, les frontières urbaines (chapitre 3) participent à la séparation et à la construction des groupes, comme c’est le cas par exemple des cités ouvrières. Un dessin de la cité ouvrière de Mulhouse présenté dans l’ouvrage permet de rendre compte de la volonté de créer un espace ordonné et séparé propice au façonnement d’une identité de groupe. La ville est un lieu privilégié de production identitaire, car chaque groupe s’y positionne dans l’espace de façon parfois totalement exclusive. C’est le cas des ghettos ou encore des quartiers réservés à la prostitution (comme celui de Casablanca illustré par une vue aérienne d’une carte postale des années 1930). Abondamment documenté par des cartes, des schémas, des photographies et des publicités, le régime d’apartheid en Afrique du Sud incarne radicalement la frontière en tant qu’instrument de « cloisonnement et de domination en imposant violemment des catégories séparées et hiérarchisées de groupes humains » (p. 88).

  • 2 Deux interprétations de la nation s’opposent : l’une contractualiste qui conçoit le peuple comme th (...)
  • 3 in Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie, Paris, CTHS, 2007.

3Les frontières intra et infraétatiques (chapitre 4) suivent une logique similaire et reposent sur des postulats modernes : fixité (frontières intangibles), exhaustivité (aucune zone tampon) et exclusivité (le territoire n’appartient qu’à un groupe social particulier, l’endogroupe, qui est protégé par des frontières qui le séparent des exogroupes situés à l’extérieur). Les découpages frontaliers sont ainsi conçus selon l’idée que des communautés identitaires résideraient dans des espaces clairement délimités. Le lecteur ne peut être que surpris par exemple par cette tentative de l’anthropologue Georges Murdock de cartographier l’Afrique en 1959. Dans un « idéal de la territorialité moderne », Murdock trace des lignes formant un découpage fixe et linéaire du territoire, chaque entité étant supposément occupée par des groupes ethniques homogènes. Ce modèle occidental d’appropriation territoriale s’accompagne souvent d’une construction identitaire nationaliste dont le caractère naturel peut être discuté. Le cas de la Padanie inventée par le parti politique de la Ligue lombarde en Italie est ainsi « un cas exemplaire pour démontrer le caractère construit et opportuniste des démarches essentialistes » (p. 96). L’imaginaire national s’appuie sur des paysages (chapitre 5) ou sur la nature (chapitre 8) comme socle de la représentation idéalisée de la nation2. Ces traits naturels (tels que les cours d’eau ou les lignes de crêtes) sont renforcés par un travail de légitimation qu’illustre de façon saisissante l’étude d’un portrait d’Elizabeth Ire datant de 1596. Elle y est représentée debout sur une carte de l’Angleterre afin de symboliser sa maitrise du territoire. Éclairant le propos de Fernand Braudel qui se demandait « comment l’Angleterre est devenue une île », ce tableau rappelle que l’identité insulaire n’est pas le seul fait de la situation géographique, mais qu’elle est aussi construite et renforcée par les autorités politiques. Un autre exemple est l’entreprise du géographe Raoul Blanchard. Celui-ci, s’intéressant aux Alpes françaises, avait tenté d’appliquer en 1943 une méthode objective d’analyse du paysage pour délimiter des espaces cohérents dans les régions montagneuses. Ces massifs constitueraient des remparts protégeant les nations (l’image du massif du Vercors est ainsi présentée comme un symbole de la Résistance en tant que « forteresse de la liberté »). Ces frontières symboliques sont imposées aux individus afin de leur « inculquer des principes abstraits, des symboles en quoi ils auront foi, et qui seront niés par les hommes des autres communautés. C’est ainsi que les cloisons les plus importantes sont dans les esprits » (p. 108)3.

4Ces démarcations s’observent sur l’ensemble du globe, en particulier depuis la signature de traités en Europe tels que ceux de Westphalie en 1648 ou des Pyrénées en 1659. Les séparations entre les territoires des États (chapitre 6) s’imposent d’abord aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe et dans les territoires colonisés, pour être ensuite appropriés par l’ensemble des autorités étatiques dont les frontières quadrillent le planisphère. Quant aux grands découpages du monde (chapitre 7), ils sont le fait des puissances qui ont « le droit et les moyens de dire comment le Monde est ordonné » (p. 149). C’est le cas, par exemple, de la distinction des continents imposée par les Européens au XIXe siècle, du monde bipolaire durant la guerre froide, du « choc des civilisations » prôné par Huntington ou de la division Nord-Sud. De nos jours, la mondialisation transforme les frontières à travers deux mouvements contradictoires : le raffermissement des logiques d’isolement (notamment vis-à-vis des flux migratoires) et la porosité croissante des frontières face à certains flux (économiques ou informationnels par exemple). Ces évolutions rendent plus complexe la représentation du monde sur le modèle de frontières immuables et figées.

5Ainsi, l’ouvrage Jean-François Staszak permet de comprendre la dimension performative des dispositifs géographiques. À force d’usage, des notions comme celles de frontières, continents, genre, etc., créent la réalité qu’elles entendaient décrire. Elles renforcent en même temps l’idée que la frontière est naturelle (entre femmes et hommes, ethnies, groupes sociaux, espaces, etc.). Les auteurs dressent donc une critique contre cette essentialisation de la frontière. Si des discontinuités existent entre groupes sociaux, elles sont renforcées par le travail réalisé par un endogroupe (un État, une nation, un groupe social, etc.) pour définir son identité en opposition à celle d’exogroupes. Les recompositions contemporaines des frontières imposeraient d’envisager de nouvelles territorialités (du cosmopolitisme aux régionalismes) ainsi que des formes moins rigides d’appartenance à des identités collectives (qui restent cependant peu explicitées dans l’ouvrage). C’est d’ailleurs sur ce type de questionnement que l’on regrette que l’esprit interdisciplinaire n’ait pas été plus poussé grâce au concours d’autres disciplines autres que la géographie. Cela aurait certainement permis d’apporter des réflexions complémentaires fructueuses. Par ailleurs, la présentation de quelques documents paraît parfois superflue, même si dans la majeure partie des cas elle s’avère particulièrement intéressante et se combine utilement aux propos des auteurs. S’il manque certainement d’approfondissements, l’ouvrage atteint pleinement son objectif en attirant l’œil des étudiants et novices sur la thématique des frontières. Nul doute qu’il saura satisfaire les esprits curieux et avide de surprises dans leurs réflexions.

Haut de page

Notes

1 Ce cours réalisé par six enseignants-chercheurs en géographie de l’université de Genève est toujours accessible en ligne, gratuitement ou par le biais d’un financement qui permet l’obtention d’un certificat.

2 Deux interprétations de la nation s’opposent : l’une contractualiste qui conçoit le peuple comme théoriquement réuni de façon volontaire par un contrat sur un territoire délimité par des frontières ; l’autre naturaliste qui avance l’idée de l’existence de frontières naturelles et historiques qui séparent des peuples en fonction de caractéristiques physiques du territoire (crêtes, fleuves, etc.) qui influencent la constitution de cultures nationales différentes.

3 in Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie, Paris, CTHS, 2007.

.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Crézé, « Jean-François Staszak (dir.), Frontières en tous genres. Cloisonnement spatial et constructions identitaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24357

Haut de page

Rédacteur

Ronan Crézé

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page