Navigation – Plan du site

Philippe Le Guern (dir.), « Sound studies. À l’écoute du social », Politiques de communication, Hors-série n° 1, 2017

Laure Mouchard
Sound studies
Philippe Le Guern (dir.), « Sound studies. À l'écoute du social », Politiques de communication, Hors série n°1, 2017, 241 p., Fontaine, Presses universitaires de Grenoble, ISBN : 978-2-7061-2586-7.
Haut de page

Texte intégral

1Ce premier numéro hors-série de Politiques de Communication prend pour objet les sound studies. Le dossier rend compte de l’émergence dans les pays anglo-saxons, et plus tardivement en France, de ce courant de recherche qui s’attache au « sonore », dans toutes ses manifestations. Dans une introduction conséquente, le coordonnateur, Philippe Le Guern, interroge la construction sociale de cette « discipline qui ne fait pas de bruit » (p. 5) en signalant les événements qui ont présidé à son autonomisation ou à sa légitimation en tant qu’objet d’étude à part entière. Inscrivant les sound studies dans le développement plus général des différentes studies (disability studies, ethnic studies, heavy metal studies, pour ne citer qu’elles) et donc des cultural studies, dont on pourrait croire qu’elle les subsume, l’auteur remarque que ces émergences sont enthousiasmantes pour au moins deux raisons. La première tient à leur caractère nécessairement interdisciplinaire : prenant pour objet des phénomènes complexes, le sonore par exemple, ces studies rendent nécessaire la mise en œuvre d’un « appareillage méthodologique et conceptuel interdisciplinaire » qui ne se satisfait pas de l’« orthodoxie [...] garantie par les commissions nationales universitaires » (p. 8). La seconde raison a trait à l’intérêt que ces studies témoignent à des objets non classiques, peu légitimes, ou à tout le moins regardés « avec circonspection » (p. 8) par les champs disciplinaires traditionnels.

2L’émergence des sound studies comme discipline doit être « décrypté[e] » (p. 11),précise Philippe Le Guern, qui rend compte alors d’une série de phénomènes témoignant de la légitimation de ce domaine d’étude : multiplication de publications, et notamment d’anthologies ou de readers, traduction de textes considérés essentiels ou fondateurs, mobilisation et structuration de réseaux de chercheurs, constitution d’institutions propres à ces réseaux, événements de types internationaux, etc. Opérant un bref retour sur l’ambiguïté de la question soulevée par cette introduction – pourquoi évoquer l’émergence d’une « discipline » alors que ces sound studies semblent précisément se constituer de façon interdisciplinaire –, l’auteur souligne que les sound studies acquièrent une relative autonomie face aux champs disciplinaires qui se consacrent traditionnellement au sonore (la musicologie notamment) et que, s’il y a une « absence apparente d’unité sur le plan conceptuel […] il n’en existe pas moins des outils et des approches spécifiques au domaine » (p. 16).

3Si la mobilisation du concept de « discipline » et sa mise en regard avec l’émergence des sound studies semble heuristiquement riche d’enseignements, peut-être trouve-t-elle ici ses limites, puisque les outils et approches mentionnés semblent témoigner au contraire de l’hétéronomie, à n’en pas douter très féconde et qui apparaît être sa « marque de fabrique », de ce champ d’étude : porosité des disciplines entre elles dans une interdisciplinarité qui ne se limite pas aux sciences humaines, liens entre ce champ et des activités économiques ou des pratiques non nécessairement scientifiques (l’auteur les liste : le « field recording, la constitution de fonds d’archives sonores, le géoréférencement de sources sonores, la création de cartes sonores collaboratives, l’élaboration d’applications dédiées pour téléphones mobiles, de systèmes informatisés de reconnaissance et d’indexation automatiques de sons, de reconstitutions multidimensionnelles de sons du passé », p. 16). Cette dense introduction rend compte ainsi de la difficulté à penser, à définir et à « cercler » ces domaines d’étude aux frontières difficiles à tracer. Philippe Le Guern indique par ailleurs que le « projet d’édifier les sound studies en discipline autonome renvoie à au moins trois écueils » (p. 19-20). Tout d’abord, omettre que la majeure partie des travaux qui relèvent de ce domaine est issue spécifiquement de l’aire culturelle anglo-saxonne ; ensuite, prêter au sonore des qualités intrinsèques qu’on viendrait alors à dés-historiciser ; enfin, rendre étanches les sphères sensorielles entre elles, en isolant l’ouïe.

  • 1 Schafer Muray, Le paysage sonore : le monde comme musique, Marseille, Wildproject Éditions, 2010.
  • 2 Amphoux Pascal, Leroux Martine, Le bruit, la plainte, le voisin, Grenoble, Cresson, 1989 (2 volumes (...)

4Un entretien de Jean-François Augoyard, fondateur avec Jean-Jacques Délétré du Cresson (Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain), suit l’introduction et participe à rendre compte de l’épaisseur historique de ce domaine. L’intérêt de cet entretien, recueilli par Pascal Amphoux et Philippe Le Guern, réside très clairement dans une historisation plus claire, circonstanciée au cas de la France, de l’étude de l’émergence du son comme objet d’étude à part entière. On y lit en filigrane les éléments qui ont constitué le parcours scientifique et universitaire de Jean-François Augoyard et la naissance du Cresson : les lectures marquantes (celle de Murray Schafer1 notamment), les heureuses contingences (en l’occurrence, un « espace de dialogue » instauré, presque par hasard lors d’un enseignement, entre les sciences physiques et les sciences humaines et sociales, p. 34), les premières publications notables du Centre (le rapport Le bruit, la plainte, le voisin2 de Pascal Amphoux et Martine Leroux par exemple), ainsi que l'élaboration de notions-clefs (celle d’« effets sonores » en particulier).

5Un autre entretien, plus littéraire, présente une discussion entre Bernie Krause et Jonah Raskin autour de concepts élaborés par le premier (geophony, biophony, anthropophony), que l’on aurait aimé voir davantage détaillés. Jonah Raskin offre à ce dossier une autre contribution, elle aussi très littéraire, dans ses objets d’une part (le paysage intérieur acoustique « hyper-local » de l’auteur ; les évocations sonores dans des ouvrages clefs de la littérature américaine) et dans son style d’écriture d’autre part.

6Ce numéro hors-série présente par ailleurs trois autres contributions en anglais ainsi que deux articles en français issus du projet ANR « Musimorphose » dirigé par Philippe Le Guern. Emmanuelle Olivier s’attache à décrire comment le marché de la musique malien, autrefois sous le monopole culturel de l’État, a été restructuré par Orange, un des opérateurs téléphoniques les mieux implantés dans le pays. Petit à petit, l’opérateur a pris en charge des rôles divers dans ce secteur : distributeur, sponsor du ministère de la Culture malien par convention, sponsor d’émissions télévisées, mais aussi organisateur de performances. L’auteure conclut à un « management de la culture par l’industrie de la téléphonie mobile » (p. 201).

7L'étude de David Delfolie présente le cadre complexe de la Malaisie où la musique est devenue un objet d’investissement politique. C'est par elle notamment que deux partis politiques (représentant, respectivement, la majorité et l’opposition islamique) se concurrencent le monopole de l’Islam. Chacun d’eux investit le terrain musical, déterminant ce qui est bienvenu ou malvenu moralement (ce qui est « impie » ou non, p. 122), et tente de disqualifier la position de son rival. L’auteur souligne ainsi comment la venue en Malaisie de vedettes internationales de variété leur offre l'occasion de s’affronter sur le terrain idéologique, en réclamant d’elles qu’elles modifient leur concert selon une définition morale de ce qui est acceptable. Le parti de l’opposition islamique investit cette sphère musicale pour discréditer aux yeux du public la majorité au pouvoir et l’accuser de laxisme, tandis que cette majorité tente, dans une optique électoraliste, de ne pas perdre les membres les plus rigoristes de son électorat tout en apparaissant comme l’alternative modérée de l’Islam politique malaisien. L’article de David Delfolie ne se limite pas aux exemples les plus caractéristiques de censure et aborde de façon plus générale l’institutionnalisation de l’Islam en Malaisie, les pratiques d’auto-censure, la politisation du son (et notamment de l’appel à la prière).

  • 3 Corbin Alain, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIX(...)
  • 4 Notamment, Foucault Michel, Histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Gallimard, 1972.
  • 5 Notre traduction. Il en est de même pour les citations suivantes de Dolly MacKinnon.

8Du côté anglophone, Dolly MacKinnon nous plonge dans le « paysage » sonore et historique des asiles psychiatriques australiens. Elle présente dans cette contribution une analyse des dossiers cliniques de patients provenant des archives de ces institutions sur une période longue (1870-1937). Mobilisant les apports théoriques d’Alain Corbin3 et de Michel Foucault4, l’auteure met en évidence le rôle discriminant du son dans l’appréhension des maladies mentales. Les bruits, paroles et expressions des patients étaient identifiés par le personnel médical comme autant de « symptômes auditifs de la folie » 5 (p. 78), dont chaque évolution était évaluée et consignée dans les dossiers des internés et les livres de garde. En tentant de reconstituer ce qu’elle nomme le « le passé bruyant et acoustémologique » de ces institutions (p. 77), MacKinnon rend compte à la fois d’un partage normatif du sonore (entre des façons de « sonner sain » et de « sonner fou », p. 78) et de la constitution de « régimes acceptables de son et de silence » (p. 82). L’économie politique des sons mise en œuvre dans cette contribution rend manifestes les rapports genrés, religieux, raciaux et de classe entre le personnel médical et les internés, mais aussi entre les internés eux-mêmes. Elle renvoie au caractère critique que Philippe Le Guern attribue aux sound studies (p. 23).

9L’article de Linda O’Keeffe souligne quant à lui les effets sonores des politiques de développement et d’urbanisme des villes. Son travail sur l’espace sonore de Smithfield, un quartier de Dublin lourdement transformé par les évolutions de l’économie de la ville, est particulièrement intéressant au regard des méthodes d’enquête mises en œuvre : balades sonores individuelles répétées organisées selon les heures de la journée, entretiens et groupes de travail avec de jeunes adolescents, mais aussi création d’une carte sonore.

10Dernière contribution en anglais, l’article de Ian Trowell interroge l’expérience sonore collective que constituent les foires en Angleterre. L’auteur précise que ces foires sont des occasions « légitimées » de « cacophonie » (p. 209), dans lesquelles les sources sonores, très diverses voire concurrentes, ont chacune des zones d’audibilité et des rythmes d’occurrence particuliers (cyclique, constant, intermittent). En questionnant la façon dont on peut décrire au mieux un tel espace sonore, l’auteur mobilise des schématisations spatiales et identifie les sources de son, leur nature, par le biais d’un travail sur les notions de soundscapes et d’« effet sonore ». La question des « frontières » de ces foires, de la délimitation de leur extérieur et de leur intérieur, posée à nouveaux frais à l’occasion de leur appréhension par le son, semble particulièrement intéressante et mobilisable pour d’autres cas d’étude (les festivals de musique, les études de quartier, etc.). Ian Trowell souligne notamment que la foire « échappe » à ses délimitations formelles par l’extension des sons et des odeurs, notamment, et qu’à l’intérieur même de l’espace de la foire se créent des « zones enfermées » (p. 225) sur elles-mêmes qui renégocient la frontière entre l’intérieur et l’extérieur.

11Offrant à lire à la fois des enquêtes concrètes et contemporaines et des retours rétrospectifs sur la formation du domaine en tant que tel, le dossier dirigé par Philippe Le Guern répond à l’horizon qu’il se donne, à savoir documenter « non seulement le social saisi par les sound studies, mais également les sound studies saisies par les sciences sociales » (p. 11).

Haut de page

Notes

1 Schafer Muray, Le paysage sonore : le monde comme musique, Marseille, Wildproject Éditions, 2010.

2 Amphoux Pascal, Leroux Martine, Le bruit, la plainte, le voisin, Grenoble, Cresson, 1989 (2 volumes).

3 Corbin Alain, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

4 Notamment, Foucault Michel, Histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Gallimard, 1972.

5 Notre traduction. Il en est de même pour les citations suivantes de Dolly MacKinnon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mouchard, « Philippe Le Guern (dir.), « Sound studies. À l’écoute du social », Politiques de communication, Hors-série n° 1, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24360

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page